Berlin et Paris, hier et aujourd’hui

L’effondrement n’est peut-être pas pour tout de suite, mais sans un partenariat étroit entre la France et l’Allemagne, il n’y a plus d’UE

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Berlin et Paris, hier et aujourd’hui

Publié le 23 juillet 2011
- A +

22 novembre 1984. Les deux hommes main dans la main sont François Mitterrand et Helmut Kohl. Nous sommes à Verdun, en face de l’ossuaire de Douaumont recueillant les dépouilles non identifiées d’au moins 130 000 soldats tués durant la bataille de 1916. Celles-ci sont visibles à travers de petites vitres placées au niveau du sol autour du bâtiment.

L’endroit est calme et, même au cœur de l’été, se dégage une impression de froideur. Les oiseaux ne chantent pas. On dirait une légende urbaine, mais c’est la vérité : ils ne chantent jamais. Tout semble étrangement figé, et c’est avec la sensation de se libérer d’un grand poids que le visiteur redescend la colline pour retrouver la ville de Verdun.

Une plaque commémorative a été installée à l’endroit même où les deux hommes se sont tenus la main. C’était la première fois que les dirigeants de deux grandes nations se retrouvaient sur l’ancien théâtre d’une épouvantable boucherie,  moins une « bataille » qu’un massacre à une échelle industrielle. Et cela, plus que toute autre chose, illustre le projet européen, permet d’en comprendre la dynamique : ce qu’on appelle le « moteur » franco-allemand.

De nos jours, il y a Merkel et Sarkozy… et Ambrose (Ambrose Evans-Pritchard) dit que l’axe européen est en train de perdre ses roues. Pourtant il semblait qu’avec l’élargissement de la communauté jusqu’à 27 membres, l’Union Européenne pourrait transcender son alliance-noyau et voler de ses propres ailes. C’était le vrai sens de la Constitution Européenne.

Mais, en vérité, la place centrale revient encore et toujours au « moteur ». Si Ambrose est dans le vrai (et il pourrait très bien l’être) quand il dit que nous avons calé, alors tout est fini. L’effondrement ultime n’est peut-être pas pour tout de suite, mais sans ce partenariat clair et étroit entre la France et l’Allemagne, il n’y a plus d’UE.

C’est ce que nous explique Verdun. L’UE n’est rien sans son histoire et elle  est enfermée dans l’Histoire. La question qui se pose est : maintenant, que fait-on? Il devient de plus en plus urgent que nous trouvions une réponse. Nous avons perdu trop de temps : si nous n’en trouvons pas une, d’autres le feront. Et nous pourrions bien ne pas aimer leur réponse…

—-
Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement allemand a demandé aux exploitants le maintien en réserve jusqu’au 15 avril 2023 de deux centrales nucléaires dont la fermeture était prévue au 31 décembre 2022 afin de fournir, si nécessaire, de l’électricité au cours de l’hiver à venir.

« La tâche consiste à assurer la sécurité de l’approvisionnement » a déclaré le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Est-ce la dernière cigarette du condamné, ou le mégot qui permettra de rallumer le foyer du nucléaire allemand ?

&n... Poursuivre la lecture

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles