Berlin et Paris, hier et aujourd’hui

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Berlin et Paris, hier et aujourd’hui

Publié le 23 juillet 2011
- A +

22 novembre 1984. Les deux hommes main dans la main sont François Mitterrand et Helmut Kohl. Nous sommes à Verdun, en face de l’ossuaire de Douaumont recueillant les dépouilles non identifiées d’au moins 130 000 soldats tués durant la bataille de 1916. Celles-ci sont visibles à travers de petites vitres placées au niveau du sol autour du bâtiment.

L’endroit est calme et, même au cœur de l’été, se dégage une impression de froideur. Les oiseaux ne chantent pas. On dirait une légende urbaine, mais c’est la vérité : ils ne chantent jamais. Tout semble étrangement figé, et c’est avec la sensation de se libérer d’un grand poids que le visiteur redescend la colline pour retrouver la ville de Verdun.

Une plaque commémorative a été installée à l’endroit même où les deux hommes se sont tenus la main. C’était la première fois que les dirigeants de deux grandes nations se retrouvaient sur l’ancien théâtre d’une épouvantable boucherie,  moins une « bataille » qu’un massacre à une échelle industrielle. Et cela, plus que toute autre chose, illustre le projet européen, permet d’en comprendre la dynamique : ce qu’on appelle le « moteur » franco-allemand.

De nos jours, il y a Merkel et Sarkozy… et Ambrose (Ambrose Evans-Pritchard) dit que l’axe européen est en train de perdre ses roues. Pourtant il semblait qu’avec l’élargissement de la communauté jusqu’à 27 membres, l’Union Européenne pourrait transcender son alliance-noyau et voler de ses propres ailes. C’était le vrai sens de la Constitution Européenne.

Mais, en vérité, la place centrale revient encore et toujours au « moteur ». Si Ambrose est dans le vrai (et il pourrait très bien l’être) quand il dit que nous avons calé, alors tout est fini. L’effondrement ultime n’est peut-être pas pour tout de suite, mais sans ce partenariat clair et étroit entre la France et l’Allemagne, il n’y a plus d’UE.

C’est ce que nous explique Verdun. L’UE n’est rien sans son histoire et elle  est enfermée dans l’Histoire. La question qui se pose est : maintenant, que fait-on? Il devient de plus en plus urgent que nous trouvions une réponse. Nous avons perdu trop de temps : si nous n’en trouvons pas une, d’autres le feront. Et nous pourrions bien ne pas aimer leur réponse…

—-
Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles