Vendre et partir

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le Cuba réel

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vendre et partir

Publié le 18 juillet 2011
- A +

De La Havane, Cuba

Les nouvelles se vivent plusieurs fois sur cette île. Tout d’abord on les devine mais on ne les publie pas. Puis on les annonce laconiquement dans un media national et, postérieurement, c’est leur écho qui alimente, une fois de plus, l’imagination populaire. C’est ce qui vient de se passer avec la récente information sur les allègements des règles d’achat et de vente des maisons. Depuis des mois – voire des années – la rumeur circulait qu’une nouvelle loi du logement était en voie d’approbation et que l’absurdité du système immobilier tirait à sa fin. Mais c’est seulement lorsque le Congrès du PCC l’a inclus dans sa disposition 297 que nous avons pu mettre un peu de certitude derrière tant d’hésitations. Bien qu’elle ait tardé la mesure nous a arraché une exclamation de soulagement, mais elle a également donné libre cours à nos suspicions.

Curieusement la majorité des gens à qui j’en parle me posent une fois de plus la même interrogation. « Est-ce qu’on pourra vendre sa maison avant de quitter le pays ? » demandent-ils tous comme si la vente immobilière n’était qu’une étape pour réaliser le rêve ancien d’émigrer. Jusqu’à présent quelqu’un qui part définitivement est dépouillé de ses propriétés. Seulement, si sous le même toit et depuis dix ans, il habitait avec un membre de sa famille, ce dernier a la possibilité de rester dans la maison mais en payant de nouveau à la Réforme Urbaine la valeur du bien. Les expulsions forcées de ceux qui ne respectent pas cette règle sont devenues courantes dans le paysage de la capitale. Aujourd’hui la grande interrogation est de savoir si le propriétaire de l’immeuble aura la possibilité d’en disposer sur le marché et de garder l’argent pour s’installer sous une autre latitude. Combien de temps devra-t-on laisser s’écouler entre cette opération commerciale et la sortie du territoire national ?

On a été si souvent trompés que les gens préfèrent rester sceptiques et croire que les nouvelles mesures comprendront également beaucoup de restrictions. Je me surprends à être optimiste parmi toute cette méfiance. J’argumente à ceux qui doutent que le gouvernement est obligé de s’ouvrir ; sinon la réalité va le rattraper mais ils préfèrent continuer à ne pas se faire d’illusions. Malgré cette méfiance, beaucoup caressent l’idée de laisser les murs entre lesquels ils vivent en échange d’un billet et d’un visa qui leur permette de sortir de Cuba. Vendre et partir, échanger un toit ici pour une location là-bas, utiliser son petit patrimoine pour s’échapper. Et tout ceci avant que le marché immobilier ne retombe, avant qu’il ne soit fait marche arrière.

—-
Sur le web
Traduit par Jean-Claude Marouby

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Et si Raul Castro laissait enfin les Cubains disposer de leurs biens ?

  • Plus un pays est sociliste plus il essaye de retenir les gens a l’interieur de ses frontieres. C’est logique: La socialisme fait fuir uniquement ceux qui ont quelque chose a perdre au debut, et quand la gabegie sur le compte des « mechants riches » est finie, on soudainement tout le monde realise qu’il est le riche suivant. D’ou les exodes de masse de Chine de Russie du Cambodge du Vietnam, vers les pays capitalistes.
    En France, ca a deja commence. De tres nombreux expatries refusent la spoliation a la francaise, et ils ne sont que le debut. Les lois anti « delocalisation du patrimoine » mettront moins de 10 ans arriver. Partir de France et meme d’Europe va devenir de plus en plus complique. Les taxeurs soupconneux mettront de plus en plus de barriere a la sortie du territoire. Il e serait pas du tout surprenant que les virements a l’etranger depuis des comptes de particuliers soient largement taxes ou meme interdits afin de fixer l’argent sur place. Ca fera de la contrebande, des passeurs et de la perte d’activite taxable mais le gouvernement aura l’impression de « bien faire » et en sera donc content, tout comme les armees de moutons qui votent pour eux regulierement et qui seront « contents d’etre taule » tout en ne comprenant pas que ce ne soit pas necessairement le cas de tout le monde…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Le parti communiste français (PCF) a été créé en 1920 et a eu un rôle politique important après la Seconde Guerre mondiale. Mais il a perdu ce rôle depuis beaucoup d’années. Certes, en principe, le parti communiste français existe encore, mais on n'en entend jamais parler car il ne joue aucun rôle public important.

Ainsi en 2021 ce parti a perdu sa dernière présidence de conseil départemental. Il dispose encore un nombre limité d’adhérents et son journal, L’Humanité, existe encore (mais est fort rarement évoqué).

On a donc le se... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

La victoire de Gabriel Boric à l’élection présidentielle chilienne du dimanche 19 décembre ouvre les portes du pouvoir politique à un militant de la gauche radicale soutenu, notamment, par le Parti communiste. Ce scrutin a démontré l’effacement du centre et la vigueur des extrêmes.

Face à Boric au deuxième tour, se trouvait José Antonio Kast, catholique, père de neuf enfants, nostalgique de l’ère Pinochet, hostile à l’avortement et au mariage gay. Il présentait un programme économique libéral, mais aussi un autoritarisme sociétal inqui... Poursuivre la lecture

par h16

Il y a quelques semaines, je notais, consterné, que la transition écologique devenait doucement mais sûrement l'excuse facile et pratique pour tabasser juridiquement et fiscalement les automobilistes : moyennant une stigmatisation des voitures âgées ne répondant pas à des normes de plus en plus drastiques et déconnectées de la réalité, on allait enfin pouvoir interdire aux pauvres de se déplacer de façon autonome et ne laisser ce privilège qu'aux classes supérieures (celle qui votent comme il faut). L'aventure ne pouvait bien é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles