Grèce : berceau et tombeau de la civilisation européenne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grèce : berceau et tombeau de la civilisation européenne

Publié le 6 juillet 2011
- A +

Il est commun de dire que la civilisation européenne et occidentale est née en Grèce. C’est aussi en Grèce que le concept de responsabilité a été sans doute développé pour la première fois, par le grand Aristote, dans son Éthique à Nicomaque. Ces deux faits ne sont pas un hasard. La responsabilité est ce qui nous rend civilisés au sens le plus plein du terme : non une civilisation de « fourmis » mais d’hommes libres. La croissance d’une société aux relations de plus en plus complexes et anonymes, entre les individus et communautés qui la composent, repose sur cette pierre angulaire, cette boussole, qu’est la responsabilité.

Or, ce qui se déroule sous nos yeux depuis un an avec la crise grecque participe de la négation de l’idée même de responsabilité et, implicitement, mais de manière bien réelle, de la civilisation qui va avec. C’est d’abord la consécration de la non-sanction de la mauvaise gestion publique, du renflouement systématique de ce que tout être rationnel ne peut concevoir que comme un tonneau des Danaïdes : une nation vivant largement au-dessus de ses moyens et qui s’attend à ce que les autres nations l’assistent sous perfusion. Une nation dont les fonctionnaires d’une improductivité légendaire, sont embauchés de manière pléthorique par leurs politiciens, sur « privilège » et non sur la base du mérite et de la nécessité pour l’intérêt général. Une nation où népotisme et clientélisme vont évidemment de pair avec une corruption endémique, qui s’est d’ailleurs exprimée dans le maquillage des chiffres des finances publiques (avec l’aide des petits génies de Goldman Sachs). Il faut dire que la redistribution européenne et ses célèbres subventions, notamment aux oliviers inexistants, ont pu donner le goût de la facilité aux grecs. En tous les cas, les incitations, en termes d’aléa moral, sont posées pour les autres candidats au sauvetage.

C’est ensuite le remake, après 2008, du renflouement d’investisseurs privés ayant fait des mauvais choix, qui, encore une fois, empochent les profits (ce qui est normal) quand tout va bien, mais envoient la note au contribuable quand il y a des pertes (ce qui ne l’est pas). Il n’y a pas que les États-Unis qui sont une bailout nation (nation du sauvetage) pour reprendre l’intitulé de l’ouvrage de l’analyste Barry Ritholtz. L’Europe entière est elle aussi devenue un repère pour banquiers et financiers irresponsables, bénéficiant de leurs connexions politiques pour maintenir un capitalisme de copinage (crony capitalism) qui n’a plus rien à voir avec la liberté et la responsabilité. La dangereuse sous-capitalisation des banques européennes n’est d’ailleurs pas un hasard : il s’agit de faire encore et encore fonctionner l’effet de levier, avec le filet de protection public. Et les institutions financières françaises et allemandes, les plus exposées à un défaut grec par leur politique malavisée d’achat de titres, seront renflouées par… solidarité avec les (dirigeants irresponsables) grecs. Car l’épouvantail du risque systémique est brandi : « pas de plan B ». Selon une étude du think tank Open Europe, si les dettes grecques détenues par l’étranger aujourd’hui le sont à 42% par les institutions privées et à 26% par les États, ces chiffres vont passer à 12% et 64% en 2014 : c’est aux contribuables de boire la tasse.

Et une des institutions les plus mouillées dans cette sombre affaire est la Banque Centrale Européenne elle-même, et donc in fine, à nouveau le contribuable européen. On se souvient en effet que Jean-Claude Trichet s’était élevé début mai 2010 contre la possibilité de racheter ou prendre en garantie des titres pourris grecs. Sous l’évidente pression politique, il changeait d’avis le 10 mai suivant. Le Fonds Européen de Stabilité Financière est venu couronner ce changement de cap, ouvrant la voie à un gouvernement économique européen…

A cet égard, il est crucial de noter que dans le but affiché de sauver l’Euro, le Leviathan européen accélère en réalité sa croissance à la faveur de la crise. Le schéma suit la description de l’historien américain Robert Higgs dans son ouvrage classique Crisis and Leviathan (Crise et Leviathan) : la crise, causée par la bureaucratie, constitue une opportunité pour la croissance… de la bureaucratie et ses « solutions » de socialisation des problèmes. Bien sûr le keynésianisme triomphant de la fin 2008 et 2009 a pris du plomb dans l’aile au niveau des États : il s’agit donc de déplacer le processus au niveau supranational. On en appelle à la nécessité du « fédéralisme », pour être plus forts. Mais de quel fédéralisme ? Celui où les responsabilités « locales » sont toujours plus diluées ? Un fédéralisme qui débute sa carrière dans le but explicite de masquer ce fait, par la création d’un supra-gouvernment économique qui, par on ne sait quel miracle, résoudrait désormais nos problèmes ? Et ce, par des règles qui, comme par le passé avec les critères de Maastricht, seront là pour ne pas être respectées ? Belles perspectives d’avenir, en vérité. Les bureaucrates se frottent les mains. La démocratie est rangée au placard depuis longtemps. Le fédéralisme, le vrai, fondé sur le principe de subsidiarité et les responsabilités locales, n’a rien à voir avec ce monstre anti-démocratique instaurant l’institutionnalisation de mécanismes d’irresponsabilité.

Le premier sauvetage de la Grèce n’a fait qu’empirer sa situation. Rien d’étonnant : le politique ne s’y est pas réformé. De ce point de vue, les manifestants grecs n’ont pas tort de traiter leurs dirigeants de voleurs. Comment croire que ce deuxième sauvetage permettra de remettre en selle la nation hellénique ? Comment ne pas voir que l’Europe vient à nouveau de bafouer les principes les plus élémentaires de vie en commun fondée sur la responsabilité, au nom qui plus est, de la solidarité, qui, comme le fédéralisme, voit désormais sa définition inversée ?

La Grèce a été le berceau de notre civilisation et de la notion, consubstantielle, de responsabilité. Elle devient aujourd’hui leur tombeau.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « Un fédéralisme qui débute sa carrière dans le but explicite de masquer ce fait, par la création d’un supra-gouvernment économique qui, par on ne sait quel miracle, résoudrait désormais nos problèmes ? »

    Mais, on s’en fout, ce n’est pas le problème ! On ne peut pas faire comme si les gouvernements locaux (nationaux) étaient capables de résoudre quoi que ce soit, avec leurs hypothétiques futures ex-monnaies de singe pseudo-nationales !

    La Grèce « tombeau de la civilisation européenne » ? Un peu trop emphatique, non ? Retour urgent à la raison, à la pondération !

    Le problème est pourtant simple : il ne faut en aucun cas donner un quelconque pouvoir monétaire à Marine ou à Martine.

  • Emphatique ? Sans doute mon côté marseillais ? Pour la première fois dans l’histoire européenne nous avons l’institutionnalisation d’un mécanisme d’irresponsabilité au niveau européen centralisé, tout entier. Ça n’est pas rien. Évidemment il y a eu l’État providence, mais il y avait encore la diversité en fonction des pays.
    Ne pas donner de pouvoir monétaire à Martine ou Marine, ok, mais l’avoir donné à Jean-Claude avec la direction qu’il a commencé à prendre, est-ce beaucoup mieux ? Je soutiens la concurrence monétaire sur cet aspect des choses.
    Cordialement,
    EM

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il faut être aveugle et de mauvaise foi pour soutenir la Convention de Berne (1979) qui, en France, s’est transformée en politique de Gribouille à savoir :

Favoriser la multiplication d’une espèce dangereuse pour la faune ongulée et le pastoralisme et bientôt, tout naturellement pour l’Homme comme cela fut le cas jusqu’au milieu du XIXe siècle, Financer les multiples associations qui, par sensiblerie, militent pour le développement d’une espèce désormais menaçante, Interdire aux bergers de se défendre efficacement contre les prédateurs, ... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Par Patrick Aulnas.

Le sanglot de l’homme blanc s’éternise, le wokisme n’en étant que la dernière déclinaison. Sommes-nous coupables d’avoir trop bien réussi ? Le développement économique occidental est-il une faute impardonnable à l’égard des générations futures ? Quelques générations d’Homo sapiens ont-elles irrémédiablement abîmé notre petite planète bleue ? La civilisation occidentale a-t-elle atteint son apogée au XXe siècle et commencé son déclin ?

Personne ne peut répondre à ces questions de façon abrupte sous peine de so... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

L’usage que nous avons de la connaissance, ses caractéristiques, notre manière d’agir en accord avec nos semblables : c’est tout cela qui caractérise une société plus ou moins civilisée. Pour le comprendre, il faut explorer quelques auteurs qui font de ce domaine un de leur champ d’investigations.

La société et l’ordre spontané

Par exemple, on entend souvent dire que nous sommes de plus en plus ignorants, que le niveau de nos connaissances générales s’amenuise, que la plupart de nos pratiques dispara... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles