L’opinion publique américaine de plus en plus libertarienne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’opinion publique américaine de plus en plus libertarienne

Publié le 24 juin 2011
- A +

Par Nate Silver (*)

Le libertarianisme a été vanté comme la nouvelle vague de l’avenir politique américain durant des années, généralement avec plus d’enthousiasme que de preuves. Mais il y a quelques signes tangibles que les attitudes des Américains sont en fait en train de se diriger en ce sens.

Depuis 1993, CNN a régulièrement posé deux questions qui touchaient les points de vue libertariens sur l’économie et la société:

  • Certaines personnes pensent que le gouvernement essaie de faire trop de choses qu’il devrait laisser aux individus et au marché. D’autres pensent que le gouvernement devrait en faire plus pour résoudre les problèmes de notre pays. De quelle opinion la vôtre se rapproche-t-elle le plus ?
  • Certaines personnes pensent que le gouvernement devrait promouvoir les valeurs traditionnelles de notre société. D’autres pensent que le gouvernement ne devrait favoriser aucune forme particulière de valeurs. De quelle opinion la vôtre se rapproche-t-elle le plus ?

Un libertarien, c’est-à-dire quelqu’un qui croit que le gouvernement est meilleur quand il gouverne moins, choisira typiquement la première opinion dans la première question et la seconde opinion dans la seconde question.

Dans les sondages, les réponses à l’une et l’autre question ont été relativement stables depuis des années. La question économique a peu montré de tendance sur le long terme, bien que la tolérance à l’interventionnisme se soit accrue avec les attaques terroristes du 11 Septembre 2001. L’opinion libertarienne sur la société — celle qui veut que le gouvernement ne devrait favoriser aucun type de valeurs — n’avait jusqu’à présent acquis qu’un couple de points de pourcentage depuis les années 90, mais guère plus.

Mais dans la dernière version du sondage de CNN menée un peu plus tôt ce mois-ci, la réponse libertarienne aux deux questions a atteint un niveau record. Près de 63% des personnes interrogées ont déclaré que le gouvernement en faisait trop — en augmentation de 2 points (61%) par rapport à 2010, et 11 (52%) par rapport à 2008 — alors que 50% déclaraient que le gouvernement ne devait favoriser aucune sorte de valeurs, là où ils étaient 44% en 2010 et 41% en 2008. (C’est la première fois que cette réponse a gagné la majorité dans le sondage de CNN.)

Que les gens soient en réalité aussi libertariens que ce qu’ils pourraient croire l’être eux-mêmes lorsqu’ils répondent aux questions de ce sondage est une autre question. Pourtant, il y a bien eu des changements visibles dans l’opinion publique sur un certain nombre de problèmes, allant d’une tolérance croissante aux mariages homosexuels et la légalisation de la marijuana d’un côté, au scepticisme sur les plans de relance et la refonte des soins de santé de l’autre côté, tout cela peut être interprété comme un mouvement vers des vues plus libertariennes.

Le mouvement Tea Party descend lui aussi en droite ligne de la pensée libertarienne. Bien que des sondages suggèrent que beaucoup de participants au mouvement Tea Party ont des vues assez conservatrices, ce mouvement passe peu de temps à insister sur ces positions, en comparaison de ses positions économiques.

Sondage complet

—-
D’après 5-38

(*) Nathaniel Read Silver dit Nate Silver, né en 1978 à East Lansing dans le Michigan, est un statisticien américain spécialisé dans les calculs statistiques des résultats de la Major League Baseball. Depuis 2007, il publie sur son blog des analyses politiques.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • assimiler les Tea Party, assez conservateur (voire puritains ), au liberalisme est assez osé je trouve. Le fait que conservateurs et libéraux puissent s’entendre et même coopérer n’assimile pas les uns aux autres. Les divergences en terme de libertés individuelles peuvent tout de meme etre profondes.

    • La presse française véhicule une fausse image des tea partiers: on les décrits comme « ultraconservateurs » par pure malhonnêteté intellectuelle: le terme « conservateurs » se rapporte à la volonté de préservation des valeurs de la constitution américaine ( qui est libérale ), ces  » conservateurs  » sont en réalité des « libéraux classiques » .
      Bien sur il ya aussi des néo-conservateurs dans le tea party, et ces gens ont des vues trés conservatrices, voire réactionnaires sur le plan des moeurs, mais ce courant est trés minoritaire, contrairement à ce que nos torchons nationaux voudraient nous faire croire.
      Cordialement.

  • +1
    Faites un tour sur Twitter, pour prendre la température en temps réel : parmi les teapartyers (hashtags #tcot #tparty et autres) vous trouverez bien plus de soutiens à Ron Paul qu’à Sarah Palin, en tout cas d’après mon expérience personnelle (et tout ce que ça implique, certes!)

  • Tout à fait exact. De surcroit Sarah Pallin semble presque être en service commandé par le Parti Républicain pour reprendre en main ce mouvement qui leur échappe et risque de faire éclater le bipartisme qui facilite aujourd’hui la mise en coupe réglée de la démocratie américaine.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que l’élection présidentielle sombrait dans l’ennui de 50 nuances d’étatisme, monopolisée par des professionnels de la politique aux propositions dirigistes attendues et éculées, deux candidatures de dernière minute sont venues redonner un peu d’espoir à ceux qui croient que davantage de libertés individuelles et économiques feraient le plus grand bien à notre pays.

Le 11 janvier, c’est le philosophe Gaspard Koenig qui annonçait entrer dans la course aux parrainages. Puis, le 21 janvier, c’est l’entrepreneur Rafik Smati qui annon... Poursuivre la lecture

Lors de chaque élection présidentielle, quelques libéraux optimistes devinent dans les propos d’un candidat un impensé libéral ou des bribes de libéralisme qui témoigneraient de solides convictions cachées pour des motifs tactiques. Par ailleurs, des journalistes plus ou moins orientés ne manquent pas de qualifier de libérale une personne qu’ils veulent ainsi marquer du sceau de l’infamie.

La présente élection ne fait pas exception à la règle et c’est Valérie Pécresse, candidate de la droite, qui se retrouve en première ligne. Plutôt q... Poursuivre la lecture

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles