Le système monétaire d’après la crise

On n’a encore jamais vu des hommes libres de leur choix préférer du papier à du métal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ethique de la production de monnaie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le système monétaire d’après la crise

Publié le 22 juin 2011
- A +

Jörg Guido Hülsmann, Allemand de naissance, aujourd’hui agé de 45 ans, est titulaire d’une agrégation en sciences économiques. Il enseigne présentement à l’Université d’Angers. Cet ouvrage*, d’abord paru en anglais aux Etats-Unis en 2007, traduit en français et publié en France en juillet dernier, est d’une importance capitale. Et d’une toute particulière actualité.

En effet, Guido est non seulement un économiste classique, spécialiste de Mises et Hayek, mais encore un historien des idées économiques, en particulier de leurs sources bibliques puis chrétiennes.

Il se réfère en particulier à Nicolas Oresme, évêque de Lisieux, auteur en 1366 d’un «traité des monnaies» (comme notre auteur né en Allemagne…), qui démontra, définitivement, que la monnaie 1) n’appartient pas au prince et ne peut lui appartenir, sans tyrannie 2) que toute manipulation monétaire altère l’utilité de l’outil monétaire, dont la valeur doit être constante pour être fiable.

Car, s’agissant de la monnaie, il est utile de remettre les débats contemporains dans leur perspective historique. Celle-ci nous enseigne que la monnaie de papier, sans aucune référence métallique (système dans lequel nous vivons depuis 1971 et la fin de la convertibilité du dollar en or) n’a encore jamais existé sans s’appuyer sur la contrainte étatique. Qu’un tel système a toujours pour finalité la production de monnaie ad libidum, pour couvrir les besoins insatiables des Etats-Léviathan, avec, à la fin, inévitablement, l’hyper-inflation.

La mission fixée par le traité de Maastrischt à la BCE de veiller à limiter l’inflation (assimilée à la hausse des prix de détail), à 2% par an, n’est qu’une gageure. Tout comme l’interdiction faite à l’Union européenne, dans ses traités, de prêter à la Grèce…

Le niveau des dettes publiques est tel qu’elles ne peuvent plus être remboursées autrement que par l’inflation. Nous sommes déjà au moment où les banques comme les fonds d’investissement ne veulent plus acheter certaines dettes. On essaye de convaincre les opinions publiques que la mutualisation de toutes les dettes permettrait d’éviter le dépot de bilan. C’est possible, mais au prix d’une hyper-inflation qui fera exploser un système qui constitue une simple et éphémère aberration historique.

La production naturelle et libre de la monnaie est parfaitement possible et réaliste. Il suffirait de rendre cette liberté aux agents économiques.

Certes, l’idée d’abandonner le système monétaire actuel ne rencontre présentement à peu près aucun écho favorable, y compris chez les économistes (quelques heureuses exceptions mises à part, y compris Jörg Guido Hülsmann…), dont l’auteur indique qu’il sont presque tous stipendiés… C’est en ce sens qu’on pourrait prétendre que ce nouvel ordre n’est pas «réaliste». Il est pourtant possible techniquement, et moralement supérieur.

C’est là que le titre de l’ouvrage s’explique : le système actuel est un crime au regard de l’éthique. Il relève d’une alliance mafieuse entre politiciens et banquiers, apparue au cours du XVIIe siècle, qui s’est développée de diverses manières jusqu’à nos jours, pour aboutir à la création du système actuel, aux seules fins d’enrichir ces coquins, mutuellement.

Heureusement, l’histoire se rit toujours, un jour ou l’autre, de tous les constructivismes.

Beaucoup d’observateurs de bonne foi, même troublés notamment par les arguments de Jörg Guido Hülsmann, diront qu’il est désormais impossible de revenir en arrière, parce que nous sommes allés trop loin dans la voie de la création d’un papier-monnaie mondial (d’ailleurs explicitement défendu par certains, comme M. Sarkozy…). Dans ce cas, nous aurons soit l’hyper-inflation, soit la tyrannie. Ou l’un, puis l’autre…

Seule alternative pacifique : laisser les citoyens libres de choisir leurs monnaies, les substituts à celles-ci, les références monétaires de leurs contrats. Les banques centrales disparaitront alors toutes seules. Car on n’a encore jamais vu des hommes libres de leur choix préférer du papier à du métal.

A quand un referendum d’initiative populaire sur le droit de choisir sa monnaie ?

*L’éthique de la production de monnaie, par Jörg Guido Hülsmann

L’Harmattan, 285 pages, 26,50€

Article repris du Cri du Contribuable

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Extraordinaire Bruno Le Maire ! Tout lui est bon pour plastronner – et cirer au passage les pompes de son chef adoré. N’importe quelle calamité devient un grand succès de la politique gouvernementale pour peu qu’on se limite à ne regarder les choses que sous l’angle le plus flatteur. Question de cadrage, évidemment. Comme disait Bastiat, il y a ce qu’on voit, et puis il y a tout ce qu’on ne voit pas ou qu’on ne veut pas voir. Bonne nouvelle du moment, la France serait le pays de l’Union européenne « où l’inflation est la plus faible » :

<... Poursuivre la lecture

Faut-il annuler la dette covid ? À cette simple évocation, la plupart des économistes s’étranglent d’indignation : une dette doit être remboursée, ne serait-ce que pour des raisons morales ! Et aussi pour une raison utilitaire : ceux qui ne remboursent pas leurs dettes trouveront difficilement des prêteurs quand ils auront besoin d’emprunter à nouveau.

Tout cela est vrai, mais le fond de l’affaire, c’est que cette dette est purement virtuelle et ne devrait pas exister.

 

La pratique douteuse de la BCE

Pour mieux y ré... Poursuivre la lecture

Au moment où les taux des banques centrales se mettent à remonter il convient de se pencher sur le problème de notre dette et de sa croissance incessante. Avec la crise du Covid-19 elle a fortement grimpé, Emmanuel Macron n’ayant pas hésité a soutenir l’économie « quoi qu’il en coûte ».

La dette du pays ayant maintenant dépassé le montant du PIB, il faut s’interroger pour savoir si dans le cadre de sa nouvelle mandature il va être possible de faire en sorte qu’elle n'augmente pas davantage encore dans les années à venir.

Rappelo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles