Chirac le pervers pépère

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chirac, le pervers pépère

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chirac le pervers pépère

Publié le 13 juin 2011
- A +

Par René Le Honzec.

Alors que la sortie du deuxième tome de ses mémoires tourne l’attention des médias sur Jacques Chirac celui-ci lance dans une conversation avec François Hollande, candidat potentiel du parti socialiste, qu’il voterait bien pour lui, en tant que Corrézien. Le camp du président Sarkozy se perd en conjectures. Cette petite phrase est-elle une farce ou une torpille ?

Malgré le bilan lamentable de sa présidence, Jacques Chirac jouit, dans ses vieux jours, d’une forte popularité en France.

>> Pour en savoir plus…

 

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Après avoir rassemblé près de 27 % des suffrages au premier tour, François Mitterrand (Jarnac, 26 octobre 1916 – Paris, 8 janvier 1996) l’emportait au second tour par 51,76 % des voix en ce 10 mai 1981. Ainsi, après deux tentatives malheureuses, avait-il enfin réussi à se faire élire président de la République.

Il pouvait désormais laisser sa trace dans l’histoire. Seul président à accomplir deux septennats (1981-1995), Mitterrand devait ainsi marquer, pour le meilleur et le pire, la France à la fin d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles