La guerre des mots

Platon

Et si le mauvais usage des termes avait fait dérailler le débat politique?

Par Nathalie Elgrably, de Montréal, Québec

Il y a déjà plus de 2 000 ans que le célèbre philosophe grec Platon écrivait que « La perversion de la cité commence par la fraude des mots ». Plus récemment, Albert Camus déclarait que « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ». À une époque où les hostilités entre la « gauche » et la « droite » ont été clairement déclenchées, cette citation est plus pertinente que jamais. Et si le mauvais usage des termes avait fait dérailler le débat?

La gauche, que l’on dit progressiste, réclame la redistribution des richesses, l’égalité sociale, la tolérance des différences et la solidarité. La droite, que l’on qualifie de conservatrice, est associée à la défense des intérêts économiques privés, à l’intolérance et aux respects des traditions. Par exemple, sur une question d’ordre social, comme le mariage gay ou l’avortement, la gauche demande que l’État intervienne pour les autoriser, tandis que la droite voudra une législation pour les interdire. Sur les questions d’ordre économique, comme la fiscalité ou les échanges internationaux, la gauche voudra des privilèges pour certains groupes. La droite… idem!

L’étatisme

Les idéologies de gauche et de droite ne visent peut-être pas les mêmes objectifs, mais elles empruntent le même moyen, soit l’étatisme. L’une comme l’autre est convaincue de sa supériorité morale et veut utiliser le bras de l’État pour intervenir dans l’économie et dans la vie des individus, afin d’imposer, par la force, sa vision du monde et son projet sociétal.

Or, qu’il soit de gauche ou de droite, l’étatisme est toujours synonyme de coercition et de réduction des libertés. Dans certains cas, l’érosion des libertés a été graduelle et pacifique. Dans d’autres, elle a été rapide et meurtrière, comme dans le cas du communisme et du nazisme.

Comme il existe des étatistes de gauche aussi bien que de droite, cette dichotomie est maintenant anachronique, stérile et vide de sens. Il importe donc de redéfinir le débat pour ce qu’il est réellement, soit une antinomie entre l’étatisme et le respect des libertés individuelles ou le libertarianisme. À défaut d’utiliser les termes appropriés, les efforts déployés pour y voir plus clair resteront vains.

—-
Source : Le Journal de Montréal, p.23, 2 Juin 2011.