Les Pragmatiques font de la Politique

En politique, le pragmatisme ne convient pas. C’est même une des grandes sources de perversion des démocraties…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pragmatique ?

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Pragmatiques font de la Politique

Publié le 2 juin 2011
- A +

Par Stéphane Geyres

Il est de bon ton d’être pragmatique, c’est là un mot à la mode, dont la cote à l’argus monte autant que DSK chez Sofitel quand il y descendait. Etre pragmatique, dans les affaires, c’est bien, c’est visible, ça donne des résultats concrets, vite et bien. Vite, certes. Bien, mouais, faut voir.

Vous avez un problème ? Hop, vous appelez un pragmatique et, pffft en deux temps trois mouvements –- surtout avec les mains, les mouvements -– il vous trouve deux ou trois mesures à mettre en place pour régler votre problème. Tadaaaa ! Bon, d’accord, il n’a pris en compte que les parties faciles et vous laisse vous débrouiller avec ce qui posait vraiment problème, mais eh oh, vite et vite, d’accord ?

Donc en affaires, les pragmatiques c’est super, ça fait avancer le schmilblick. Donc c’est forcément super bien en politique aussi, non ? On dit toujours que le politique doit prendre exemple sur le privé, vous n’allez quand même pas encore trouver à redire ?!

Ben si. J’y peux rien, c’est comme ça, je trouve toujours à redire moi, c’est mon côté dogmatique. En affaires, c’est même pour cela qu’on me paye – plutôt bien merci. Car il faut vous dire que je n’ai pas eu de chance, ma maman et mon papa ne m’ont pas fait pragmatique, mais dogmatique. C’est grave docteur ? Faut voir, ça se soigne, mais le traitement est à vie.

Donc je trouve à redire et je redis qu’en politique, le pragmatisme ne convient pas. C’est même une des grandes sources de perversion des systèmes politiques en général et des démocraties en particulier. Fichtre – comme le bruit que fait l’eau gazeuse de grande source (faut suivre !) Mais pourquoi donc, comment se fait-ce ? Voyons, voyons.

Deux choses profondes différencient le pragmatique du dogmatique – enfin, profondes, on se comprend… Le pragmatique est dans le résultat à tout prix – enfin, pas trop cher quand même – donc dans le court terme, le pratique, le  majoritaire et le compromis. Le royaume de la fameuse règle des 80-20 de Pareto – si vous ne la connaissez pas, allez vite consulter, vous souffrez probablement d’une petite crise de dogmatisme. Le dogmatique, par contre, a des principes auxquels il ne déroge qu’avec peine, a une tendance au perfectionnisme et au long terme, le pauvre.

Alors oui, c’est bien les pragmatiques, mais en politique ? Je confirme, le pragmatique fait un bon politicien, mais le dogmatique fait plutôt un bon juriste et économiste. Le problème, c’est qu’on n’a surtout pas besoin de bons politiciens, mais on a besoin de bon juristes et économistes. C’est bête. Pourquoi surtout pas de bons politiciens, bien pragmatiques et tout et tout ?

Parce que pour qu’un système politique fonctionne, il faut qu’il soit simple, cohérent et bien construit, stable, compris et accepté de tous. Et surtout qu’il ne change plus, ou du moins seulement très lentement, comme c’est le cas en Suisse par exemple. Un système libéral suppose un système minimal intemporel, totalement déconnecté de l’actualité et des frasques politiciennes. Mais un tel  système ne laisse plus de place au pragmatique qui, lui, cherche l’action permanente, rapide, l’impact et, il faut bien le dire, la gloire. Ahh, la gloire, que voilà un mot qui nous aura laissé bien des maux.

Parce que pour qu’une économie soit florissante, il faut la « laisser faire » comme nous le savons depuis l’époque de Colbert – un pragmatique célèbre. Les libéraux se retrouvent en général sur cette idée, la prospérité ne vient pas de l’interventionnisme politique mais au contraire de la privatisation généralisée d’une force de production qui accepte de se confronter à un marché lui-même libre, expression démocratique directe de la volonté et des attentes des consommateurs. Le pragmatique croit pouvoir intervenir sur tel ou tel « déséquilibre » mal analysé et pour lequel il aurait à lui tout seul – avec ou sans sa cour – trouvé le moyen de forcer tout ce beau marché à aller vers un « équilibre » dont celui-ci ne veut pas. Mais, soyez donc entrepreneur plutôt, monsieur le pragmatique, si vous êtes si sûr de vous, proposer-nous plutôt le produit que vous croyez qu’il nous manque, nous verrons bien si le marché vous donne raison.

Le pragmatisme est un des grands maux de la vie sociale et politique moderne parce le pragmatique est dans l’action, alors que le rôle d’un système politique n’est pas d’agir, mais de permettre l’action libre de chacun tout en assurant la liberté des autres. Grande confusion des genres. A la place, les politiciens passent leur temps et notre argent à intervenir dans la vie sociale qui ne leur à rien demandé en publiant et nous imposant des lois et taxes qui ne sont rien d’autre que des obstacles au fonctionnement naturel de la société. Sans exception. Dogmatique je vous dis.

Bien sûr, tout le monde ne pense pas comme cela. Pour exemple un corrigé de philo avance que « le pragmatisme est donc avant tout un réalisme : l’homme politique se doit d’être lucide quant aux volontés des citoyens s’il veut rester en place » sans pour autant y trouver plus que ça à redire. Il y a même une entité du CNRS – Pôle des Approches Pragmatiques en Science Politique qui « vise à explorer, à recenser et à alimenter les approches pragmatiques applicables aux différentes branches de la Science Politique,» comme si cela avait un sens légitime. Heureusement, d’autres, plus libéraux n’hésitent pas à remarquer que « on ne peut donc séparer la pensée pragmatique de la question des principes et des règles de droit qui permettent son exercice sans violence ni domination despotique des uns sur les autres.»

Notre civilisation démocratique souffre depuis deux siècles de la confusion entretenue avidement par les politiciens quant à l’acte de gouverner. Wiktionary nous donne d’ailleurs deux définitions spécialement intéressantes de ce verbe car peu compatibles : 3) « Diriger la conduite de choses, de personnes » et 5) « Apporter des soins à une chose pour la maintenir en bon état, pour qu’elle ne périsse pas.» Quelle est donc celle qui correspond le mieux à l’acte de gouverner un peuple, un pays ? Peut-on à la fois diriger et apporter des soins ? N’est-ce pas là au contraire le seuil de toute dérive tyrannique que de « diriger » et de prétendre savoir quels « soins » sont légitimes ou nécessaires d’apporter ?

Pour ma part, je fais une différence d’un autre ordre, liée aux circonstances et où pragmatisme et dogmatisme peuvent faire bon ménage. En premier lieu, mon dogmatisme le confirme, je reste intransigeant sur les principes et à ce titre considère que le seul système politique acceptable est celui où le pragmatique n’a pas sa place en tant que « gestionnaire,» « gouvernement, » ni autre « administration.» Le seul système acceptable est un système où la liberté prime et donc où l’état tel que nous le connaissons est absent.

Mais en second lieu, il faut bien admettre que nous ne sommes pas dans un tel système, loin s’en faut. Il faut donc en sortir, du moins tenter de tirer le mammouth – les anglo-saxons parleraient du Léviathan biblique – plus près de cet idéal d’organisation politique. Mais comment faire sans intervenir ? Cela veut-il dire qu’il faut accepter les pragmatiques s’ils nous rapprochent du nirvana ? C’est bien possible, mais à condition de ne pas déroger à la cible, justement, à ne jamais la perdre de vue – on est dogmatique ou on ne l’est pas.

Mais en disant cela, ne deviendrais-je pas pragmatique moi-même ? Diantre…

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Je ne suis pas du tout convaincu par cet article fondé sur un bel « homme de paille ». Pour mieux asseoir votre dogmatisme, vous vous en tenez au sens affaibli du terme « pragmatisme » pour mieux le caricaturer, et non à son sens précis. Si les politiciens sont pragmatiques, alors autant dire que le medef est libéral, que Christine Lagarde est une grande économiste ou que DSK est le pape. Ce qui fait défaut aux politiciens, c’est au contraire leur manque de pragmatisme au sens noble du terme.

    Le sens précis que donnent les dictionnaires du pragmatisme (et non le sens déformé du langage courant) est le suivant : « Doctrine qui prend pour critère de vérité d’une idée ou d’une théorie sa possibilité d’action sur le réel ; comportement, attitude intellectuelle ou politique, étude qui privilégie l’observation des faits par rapport à la théorie. » Être pragmatique, ce n’est pas être dépourvu de principes, c’est développer ses principes d’action au contact du réel, tirer des enseignements et des théories d’usage de l’observation des faits et de l’expérience. La loi des 80/20, que vous citez vous-même, entre bien dans cette définition : puisqu’il s’agit d’une loi empirique, comment pouvez-vous dire qu’il y a absence de principe ?! Le pragmatisme n’a donc pas grand-chose à voir avec les travers court-termistes, utilitaristes ou les comportements de girouette des politiciens que vous dénoncez à juste titre.
    A noter que la plupart des théoriciens libéraux classiques sont de grands pragmatiques : Tocqueville en est certainement l’un des exemples les plus emblématiques.

  • Tout à fait d’accord avec l’analyse de Stéphane Geyres, au-delà des différents sens possibles du mot « pragmatisme ».
    Si nous reculons quelques décennies dans l’histoire du monde occidental (période 1920-1945) nous pouvons constater que l’intervention / action volontariste des régimes socialistes/fascistes de l’époque (Mussolini, Hitler, Staline) n’a pas été dictée par des principes mais par une gestion pragmatique (ou empirique ou pratique, peu importe le terme) des évènements. Il est très intéressant à ce sujet de lire l’excellent livre de Albert Speer « au coeur du troisième Reich » : il dit précisément que régime nazi (nationaliste ET socialiste) n’a pas été bâti sur des fondements dogmatiques mais sur la gestion au jour le jour des évènements : déjà au milieu des années 30 Hitler avait dit à Speer que Mein Kempf était complétement dépassé et que les décisions devaient être prises au gré du courant.

  • C’est du gros n’importe quoi, désolé. Je ne vois pas en quoi le pragmatisme serait nécessairement opposé au laisser-faire libéral, bien au contraire !

    Autre exemple: aujourd’hui, c’est justement par dogmatisme qu’on se retrouve dans la merde. Allez voir les socialistes, sont-ils pragmatiques ? Que dalle, ils sont justement tellement dogmatiques qu’ils préféreraient couler le pays à coups de dettes et autres par pur dogmatisme. Un pragmatique considérerait au contraire les meilleures solutions pour redresser le pays.

    Les grands maux de la politique actuelle, c’est le dogmatisme. Ce dogmatisme qui détruit tout rôle de l’Assemblée Nationale désormais composée de petits soldats. Ce dogmatisme qui fait qu’un politicien se positionnera toujours contre ses ennemis et avec ses amis, quand bien même il saurait cette position néfaste et dangereuse pour le pays.

    De même, discutez un peu avec tous ces anti-libéraux qui ne savent même pas ce qu’ils critiquent: dogmatisme, dogmatisme et pur dogmatisme. Le manque de pragmatisme est notre pire problème actuel en politique.

    In fine, vous concernant, votre plus grand problème est peut-être de vouloir à tout prix opposer dogmatisme et pragmatisme. De montrer ça comme un choix manichéen, binaire, dénué de toute réalité. N’est-ce pas un peu… dogmatique ?
    Dans les débats politiques je me défends en tant que pragmatique face aux hordes d’ignorants anti-tout. C’est aussi la meilleure manière de leur montrer leurs erreurs. Pour autant il ne me viendrait pas à l’idée de me considérer comme 100% pragmatique, car il y a nécessairement des choix idéologiques qui parsèment notre vision des choses, fut-elle centrée sur des considérations pragmatiques. Simplement, il convient à la fois d’assumer ces prises de positions, et à la fois expliquer ce qu’il y a de pragmatique qui les entoure et les justifie. Ainsi vouloir la responsabilisation et l’individualisme libéral est un choix dogmatique, mais expliquer en quoi un tel système sera largement plus performant économiquement relève du pragmatisme.

  • Alors, dogmatisme ou pragmatisme ? Quand on ne sait plus, on revient aux fondamentaux

    « Il n’y a rien dans les principes du libéralisme qui permette d’en faire un dogme immuable ; il n’y a pas de règles stables, fixées une fois pour toutes. Il y a un principe fondamental : à savoir que dans la conduite de nos affaires nous devons faire le plus grand usage possible des forces sociales spontanées, et recourir le moins possible à la coercition. » (Hayek, La route de la servitude)

    « Le libéralisme n’a jamais été une idéologie, j’entends n’est pas une théorie se fondant sur des concepts antérieurs à toute expérience, ni un dogme invariable et indépendant du cours des choses ou des résultats de l’action. » (Revel,

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Karel Beckman Traduit par Mathieu Chauliac, Institut Coppet.

Avant la publication par Hans-Hermann Hoppe de sa critique sans précédent de la démocratie dans Democracy The God That Failed en 2001, les libertariens ne considéraient pas l’analyse de l’idée de démocratie comme prioritaire. Il est probablement juste de dire qu’ils avaient tendance à la concevoir comme un système politique neutre, susceptible d’orienter une société dans la direction soit individualiste soit collectiviste. Les menaces représentées par le socialisme et le ... Poursuivre la lecture

ur
3
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett.

 

Notre cinquième Centre du progrès est la ville mésopotamienne d'Ur pendant ce qu'on appelle la Renaissance sumérienne, au XXIe siècle avant J.-C.

Ur était alors la capitale d'un roi nommé Ur-Nammu. Sous sa direction, la ville a publié le plus ancien code juridique existant au monde, le code d'Ur-Nammu, qui précède de trois siècles le code d'Hammurabi, plus connu. Le code de lois d'Ur-Nammu, gravé sur des tablettes de terre cuite et distribué dans tout son royaume, a représenté une avancée signi... Poursuivre la lecture

La proposition d'interdire l’acte d’abstention est un des avatars récurrents de nos hommes politiques. Les taux d'abstentions élevés signalent pour eux l'échec de ce régime politique appelé démocratie. Régime politique qui est devenu immoral et attentatoire aux libertés individuelles compte tenu d'une conception ancienne et socialiste de ce que peut être le vivre ensemble.

Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles