Pétrole cher, la faute à qui?

Les variations du prix de l’essence s’expliquent, n’en déplaise à Christine Lagarde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pétrole cher, la faute à qui?

Publié le 31 mai 2011
- A +
Station-Service Total (CC, Lionel Allorge)

L’absence en France de connaissance de base du fonctionnement de l’économie de marché permet au gouvernement d’aligner âneries sur âneries. Dernière cible en date, la baisse jugée insuffisante des prix de l’essence à la pompe. Christine Lagarde et Frédéric Lefèvre ont ainsi menacé les pétroliers de « décisions presque autoritaires » si les prix ne baissaient pas comme ils le souhaitaient. Las, l’étude des chiffres montre une nouvelle fois la bêtise de nos Don Quichottes gouvernementaux.

Du 2 au 13 mai, le prix du baril est passé de 125,85 $ à 114,65 $ à Londres, alors que les prix du sans plomb 95 ne baissaient pas à la pompe, et ceux du gazole de 3 à 4 centimes sur la même période. Des chiffres suffisants pour inciter la ministre de l’économie à partir à la chasse aux pétroliers, une mission hautement risquée sur le plan politique bien sûr…

Cependant, l’analyse de la situation vient mettre à mal une nouvelle fois le discours facile du ministre. Si les prix ne baissent pas, c’est qu’ils ont moins monté qu’ils auraient dû, en avril et début mai. Pour entraver la hausse des cours, les pétroliers ont rogné sur leur marge. Maintenant que les cours rebaissent, ils reconstituent leurs marges, d’où un délai dans la baisse. «Lorsque les prix à la pompe dépassent 1,50 euro le litre, les opérateurs ont tendance à amortir l’impact pour le client en prenant sur eux», explique Jean-Louis Schilansky, le président de l’Union française des industries pétrolières (UFIP), dans le Figaro.

Une analyse semblable à celle faite dans un rapport du ministère de l’économie: 50% de la baisse a été absorbée par une évolution défavorable du taux de change euro dollar, le reste s’expliquant par la reconstitution des marges : « à l’échelle d’une douzaine de jours, le potentiel de baisse n’a pas ou peu été répercuté sur le SP95-E10, dont les marges sont cependant déjà basses ; ce dernier point est susceptible de s’expliquer par le souci des distributeurs de tenir compte des niveaux records des prix ».

Au lieux de chercher des boucs émissaires faciles et d’accuser à tort et à travers, Christine Lagarde et Frédéric Lefèvre devraient se concentrer sur l’essentiel : l’essence à la pompe, c’est deux tiers de taxes. Et si on les baissait enfin ?

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Tout à fait d’accord avec cet article.
    Cependant, rien n’obligera les pétroliers à baisser proportionnellement les prix, s’octroyant donc des bénefs supplémentaire.
    Mais si les prix ne baissent pas, cela aura le mérite de faire plus de bénef pour les compagnies, donc plus de capital donc plus d’investissement.

  • Il n’y a pas de concurrence dans le pétrole: l’influence de l’OPEP en est la preuve. Mais le fait de garder le pétrole cher même sans taxes dans une économie libre sera toujours, je pense, bénéfique.
    Alors je me trompe sans doute, mais pour le moment, les entreprises du pétrole sont une oligarchie bien rôdé.
    Cependant, comme j’aime en apprendre tous les jour un peu plus, s’il y a des doc qui prouve le contraire, je suis preneur ^^

  • Euh, et c’est Laguarde qui brigue la direction du FMI ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux. Un article de l'Iref-Europe

L’élection présidentielle algérienne occupe une place importante dans l’actualité. Les récentes manifestations contre le président sortant Bouteflika et sa démission mettent en avant les faiblesses politiques du pays et font craindre une crise majeure qui aurait des répercussions à l’international.

Pour autant, il ne faut pas ignorer un acteur ayant des intérêts en Algérie et qui ne resterait certainement pas inactif en cas de troubles sévères : la Russie.

 

Un r... Poursuivre la lecture
Biden Riyad inflation Etats-Unis récession
0
Sauvegarder cet article

Par Lina Kennouche.

La visite du président américain à Djeddah dans le cadre du sommet CCG+ 3 (Conseil de Coopération du Golfe + Égypte, Jordanie et Irak) à la mi-juillet s’est achevée sans résultats tangibles.

Si, sur la forme, le fait même que Joe Biden se soit rendu dans le royaume a témoigné d’un certain réchauffement de la relation américano-saoudienne, sur le fond, les États-Unis ont échoué à obtenir un engagement ferme sur les principaux objectifs de ce déplacement.

Un épisode qui illustre le déclin de plus en plus... Poursuivre la lecture

Que nous vivions dans un monde aux ressources finies semble une évidence pour tout le monde. De là naissent toutes sortes de théories qui se ramènent essentiellement à la nécessité de ralentir, voire de stopper notre croissance, car comment avoir une croissance infinie dans un monde aux ressources finies ?

Comme souvent, cette évidence n’en est pas une. Elle constitue un cas classique de sophisme, c’est-à-dire de raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

Savez-vous ce qu’est le guano ? C’est un amas d’excréments d’oiseau... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles