Un « internet halal » en Iran

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Internet Hallal

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un « internet halal » en Iran

Publié le 30 mai 2011
- A +

De plus en plus inquiet devant le « printemps arabe », le régime au pouvoir en Iran renforce son contrôle sur l’Internet, avec la mise en place annoncée d’un réseau parallèle, « halal », amené à remplacer Internet à terme. Le régime des mollahs observe en effet avec inquiétude le rôle joué par les réseaux sociaux dans les soulèvements pour la démocratie à travers le monde arabe et tente de s’assurer que cela ne pourrait arriver dans le pays.

Ali Aghamohammadi, un haut fonctionnaire iranien, a donc annoncé récemment l’intention du régime de lancer un « Internet authentiquement halal sur le plan éthique et moral, à destination des musulmans ». Il serait dépourvu de « tout site obscène« . Il y a tout lieu de penser que la définition de site obscène est très large et inclut également les réseaux sociaux dans l’esprit des hauts fonctionnaires de Téhéran. « Cet Internet halal peut être développé et connecté aux autres pays islamiques et voisins » selon Ali Aghamohammadi.

Accès à Internet (WSJ)

Peu jugent crédibles l’annonce faite par l’Iran de se couper entièrement du reste du monde. Le pays pourrait cependant mettre en place un système dual, comme cela existe déjà dans d’autres régimes dictatoriaux (Cuba ou le Myanmar): un accès très limité à Internet, couplé avec un réseau domestique contrôlé par le pouvoir. L’Iran est déjà un des pays avec le plus bas taux d’accès à Internet. Celui-ci est filtré et censuré à une très large échelle par le pouvoir, même si l’utilisation de proxys à l’étranger permet aux internautes de franchir certaines des barrières.

L’Iran a également annoncé son intention de remplacer les systèmes d’exploitation Windows par des systèmes iraniens, non encore développés.

Par ailleurs, la garde révolutionnaire, une composante majeure des forces armées iraniennes, a annoncé vouloir former plus de 250 000 hackers pour s’en prendre aux sites occidentaux. Elle a également revendiqué les cyber attaques contre Voice of America, le service de diffusion internationale par radio et télévision du gouvernement américain.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Yann-Maël Larher.

4,9 milliards d’humains sont connectés en 2021 grâce à Internet (contre 4,1 milliards environ en 2019). C’est une phénomène sans précédent dans l’histoire : chaque citoyen du monde peut être ami, follower, utilisateur avec un autre.

Échanger de l’information sans frontières physiques

Information en ligne, enseignement à distance, travail à distance… sont désormais à portée de clics pour plus des deux tiers de l’humanité. Alors que jusqu’à la fin des années soixante-dix, l’univers informatique correspondait ... Poursuivre la lecture

Par Elodie Gentina. Un article de The Conversation.

Après un début d’année 2020 où l’intérêt des Français pour l’actualité a atteint son plus bas niveau historique, l’année 2021 marque un revirement. Contrairement aux idées reçues, les jeunes s’y intéressent d’ailleurs beaucoup, comme le souligne une étude du ministère de la Culture : 93 % des 15-34 ans déclarent avoir de la curiosité pour l’information, 15 % se déclarent même « accros à l’information », et seuls 7 % affirment ne pas s’en soucier.

Nés avec le digital, les 18-25 ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles