Début de panique bancaire en Grèce

Retraits croissants des épargnants auprès des banques, sur fond de risque croissant de faillite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Début de panique bancaire en Grèce

Publié le 29 mai 2011
- A +
Epargnants attendant pour retirer leur argent en Grèce

Les clients grecs se pressent aux caisses des banques pour retirer leurs économies, rapporte Protothema selon L’Express (Belgique). Ainsi, jeudi et vendredi, les particuliers ont procédé au retrait d’1,5 milliards d’euros. Sur le reste de mai, les retraits n’avaient été « que » de 2,5 milliards d’euros, soit un total de 4 milliards pour le mois. En avril, les retraits des particuliers ne s’étaient élevés qu’à 2 milliards €. On peut parler de début de panique bancaire dans le pays, confronté au risque croissant de la faillite.

Selon le même journal, la majorité des clients qui retirent leur épargne sont des petits épargnants, retirant entre 2.000 euros et 15.000 euros. La crainte est à chaque fois la même, de tout perdre avec la faillite possible du pays. Le système bancaire du pays, déjà très fragilisé, risque de pâtir encore plus de la défiance généralisée des grecs.

La Grèce a besoin d’un nouveau plan de sauvetage et n’a plus les moyens de tenir au delà de la mi juillet.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Delphine Moret.

La crise sanitaire a dopé le paiement électronique, par carte bancaire ou sans contact, comme l’a constaté la Banque centrale européenne (BCE). Les restrictions des déplacements et des interactions physiques ont accéléré le boom du e-commerce et l’utilisation des moyens de paiement digitaux. De plus, la crise du Covid-19 a été marquée par des opérations d’influence d’envergure et une attaque en règle de la réputation du billet de banque, accusé à tort de transmettre le coronavirus. « Un tsunami informationnel » qui ... Poursuivre la lecture

Par Lawrence W. Reed.

La plupart des amoureux de la liberté et des marchés libres défendent la séparation de l'État (politique et politiciens) de beaucoup de choses - l'église, la famille, les affaires, l'éducation, etc. Peut-être que si la Constitution des États-Unis avait expressément interdit la création par le gouvernement fédéral d'une banque nationale, les Américains auraient été épargnés des méfaits sans fin de ses diverses itérations dans notre histoire.

Peut-être que si la création monétaire de la Réserve fédérale conti... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute.

La faillite de la société immobilière chinoise Evergrande est bien plus qu'un "Lehman chinois". Lehman Brothers était beaucoup plus diversifié qu'Evergrande et mieux capitalisé. En fait, le total des actifs de l'entreprise chinoise au bord de la faillite est supérieur à la totalité de la bulle des subprimes aux États-Unis.

Le problème d'Evergrande est qu'il ne s'agit pas d'une anecdote, mais d'un symptôme lié à un modèle fondé sur une croissance à effet de levier et cher... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles