Des présidentielles inutiles

En 2012, évitez la mascarade des élections. Restez chez vous.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des présidentielles inutiles

Publié le 1 mai 2011
- A +

Des présidentielles inutiles

Et voilà un mois d’avril rondement torché. Fini. On n’en parle plus. Passons à présent au mois de mai, dans l’odeur un peu grasse des saucisses CGT grillées sur les barbecues de FO alors que les syndicats rassemblent mollement leurs troupes hagardes. Et puisque c’est dimanche et qu’il fait plutôt beau, c’est le moment idéal pour quelques réflexions décousues et de bonnes crêpes au sucre.

J’ai été tagué par l’Hérétique et j’inaugure donc ce joli mois de mai avec une réponse circonstanciée à son billet dans lequel il bouleverse tout ce que nous avions pu imaginer à son sujet : en 2012, il va voter Bayrou au premier tour. Ou blanc s’il fait défaut et que Borloo n’arrive pas à concrétiser ses petites lubies présidentielles. Plus intéressant, il nous apprend qu’au second tour, il préférera toujours un socialiste à Sarkozy pour éviter de se le recogner cinq ans de plus.

Eh oui.

C’est aussi ça, le plaisir de la démocratie telle qu’elle est pratiquée en France : chaque scrutin ressemble de plus en plus au choix proverbial entre la poire à lavement et le sandwich au caca. Dans les divers billets que j’ai pu lire ici ou , on s’enfile généreusement l’une ou on déguste en souriant le second, dans une décontraction qui me laisse un peu pantois, à vrai dire. Je suis même un peu surpris que l’Hérétique entre ainsi dans la danse, pour le second tour.

Les goûts et les couleurs …

Pourtant, c’est très simple : au premier tour, vous aurez le choix parmi, normalement, une douzaine de clowns à roulettes qui proposeront tous des lendemains pas top mais mieux que ceux de Sarkozy. Y compris Sarkozy qui nous jurera, la main sur le coeur, qu’il fera encore mieux que ce qu’il a fait pendant cinq ans.

Et au second, vous aurez le choix entre deux crétins thermophiles issus des abrutis précédents. Il n’y aura pas de nouveau candidat lors de ce second vote, même si un bulletin « Ils sont tous nuls, on en veut d’autres » arrivait en pôle position.

En plus, on sait pertinemment que seuls trois de ces parasites patentés ont une chance d’arriver en deuxième semaine : Marine, Nicolas et l’hypothétique candidat d’une gauche aussi farfelue qu’étendue. Disons Hollande pour pouffer cinq secondes. Autrement dit, le premier tour va juste permettre de se faire des petits gouzi-gouzis dans le ventre.

(Non, Bayrou n’a aucune chance. Borloo non plus. Arrêtons de nous leurrer deux secondes. Personne n’y croit, même pas eux : à eux deux, ils ont le charisme d’un teckel humide.)

Rien qu’à ce point de la description, tout être normalement constitué devrait être terrorisé : pendant les cinq années écoulées, les ministres et le président se seront relayés pour jeter, consciencieusement et en testant des douzaines d’angles d’attaque, des colombins plus ou moins volumineux dans un ventilateur républicain dont la vitesse n’a pas arrêté d’augmenter au fur et à mesure qu’on s’approchait des élections suivantes.

Et on nous propose donc de doubler la cadence. Miam.

En effet, soit on chope une sarkozista carabinée qui nous cloue au lit pendant encore un quinquennat, soit on récupère un de ces brillants énergumènes qui fera exactement pareil que le précédent, mais en prétendant faire l’inverse : vous croyez vraiment que parce que ce sera la gôôche qui passera, la dette du pays va disparaître, pouf ? Vous pensez que parce que la droite restera, le pays va sortir du gouffre ? Vous pensez que grâce aux actions énergiques faites par votre poulain, dans un pays avec 0 marge de manœuvre, 150 milliards de déficit DE PLUS par an, on va retrouver des jobs, de la croissance et des petits morceaux de chocolat gratuit avec le café ?

Il est où, exactement, le candidat avec 450 milliards de fonds propre qui va nous redresser tout ça de sa poche ?

Non, décidément, je ne vois pas exactement pourquoi le vote du premier tour serait déterminant. Ni le vote du second tour.

En fait, même la peur de Marine Le Pen au second tour aurait tendance à me motiver à ne pas aller voter du tout : non seulement, ses chances d’arriver au second tour sont microscopiques, mais il faudra encore les ajuster nanométriquement au second. Passons à présent la surmultipliée en mode science-fiction, et imaginons qu’elle soit élue. Bing, elle aura toutes les peines du monde a avoir simplement un nombre décent de députés. La France sera totalement ingouvernable, à l’arrêt total.

Bulletin de vote

Une France à l’arrêt total sur le plan du gouvernement, ce serait … comme la Belgique, par exemple : croissance retrouvée, arrêt des gesticulations présidentielles, atermoiements rigolos dans les journaux, et le peuple qui s’occupe de ses fraisiers. Difficile de trouver ça triste.

Et si l’on revient sur terre, on se rappellera qu’elle ne sera jamais élue. Dès lors, à quoi bon donner une légitimité à ces frétillants anus ? Pourquoi s’ennuyer à aller voter blanc ou nul, alors que si l’abstention fait 90%, le président élu n’aura aucune légitimité et qu’enfin, le message « Qu’ils s’en aillent tous » sera passé, bien plus efficacement que les jérémiades hypocrites de l’autre stalinien psychotique ?

En 2012, faites comme moi : éteignez votre télé, reprenez deux fois des pâtes, et ne votez pas.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Si si, faut voter.
    Je perçoit une magnifique lueur de science fiction politique: Le parti des libéraux (nouvellement créé) gagne les deux tours. Et aprés???
    Et bien, il va faire de la France un paradie fiscal (le seul prélèvement est une flat tax pour les contribuable de 5%) donc plus d’impôt sur les société, plus de taxes divers et incompréhensibles, un code du travail entre 10 et 20 pages (pas une de plus), Et pour redonner enfin la pleine responsabilité/liberté que chacun doit jouir: on vire la CQ, on garde que le ministère de la Justice et de la sécurité. Et si on pouvait virer au moins les régions (au mieux les départements avec), on aurait gagné le respect des pères fondateurs de la déclaration des droits de l’homme et du citoyens.

    Malheureusement, ce n’est qu’une fiction. Mais la banqueroute sera bien réelle, il faut juste attendre un autre petit quinquennat.

  • Mais ?!? h16, tu bosses le 1er Mai, fête des travailleurs ??
    Tu n’es pas syndiqué ??

  • Si mais il est payé double et il récupère le reste en RTT . C’est bien la moindre des choses quand on sait qu’il a pas pu aller vendre de muguet comme les autres années …

  • Une solution serait de présenter des candidats libéraux aux élections.

    Maintenant, si ces candidats jettent nos idées (et nos efforts militants) à la rivière pour tomber en pamoison devant Bayrou ou un autre, il vaut mieux passer son tour.

    • Et on fait comment pour avoir les fonds et les 500 signatures ? Pour rire ?

      • Y’a bien 500 patelins sur les 40 000 qui pourrait signer pour la candidature d’un liberal non ?

        Pour les fonds en effet c’est le problème

  • « En 2012, faites comme moi : éteignez votre télé, reprenez deux fois des pâtes, et ne votez pas. »

    bon ben… si on blogue parfois, c’est aussi en espérant contribuer un tout petit peu à l’évolution du débat, et de l’opinion, pour qu’arrive mieux que ça !

    • Et si on sait pertinemment que ça ne va absolument rien donner ? Il faut inciter quand même les gens à aller au casse-pipe ?

  • Selon moi 90% d’abstentions ne remettrait rien en question, tout le monde s’inquiéterait durant 1 mois, on irait loin dans les interprétations données à cette abstention massive, pour finalement considérer, comme de juste, que les absents ont tort.
    Imaginons maintenant 25% de votes blancs : 25% de messieurs et mesdames citoyens se déplaçant au bureau de vote pour dire « niet, vous ne correspondez pas à ce que j’attends ».
    A mon avis effet choc garantit : obligation d’intégrer la reconnaissance du vote blanc au système électoral et donc remise en question institutionnalisée de la légitimité des personnels politiques ; ce qui aurait à terme pour effet positif un renouvellement de l’offre.
    bon ce que j’en dis hein !
    sans blâââgue !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Denis Dupuy.

J’ai analysé maladroitement la situation en Guadeloupe dans un article récent publié par notre précieux Contrepoints et un commentateur m’a justement reproché ma légèreté. Je passais en revue les inepties gouvernementales, en réaction à une épidémie guère menaçante passé mars 2020.

Je faisais référence à l’opposition métropole/outre-mer et aux pressions syndicales locales sans plus m’attarder. Je voyais la combinaison des deux maux, politique de santé aberrante et particularismes insulaires. Je minimisais les op... Poursuivre la lecture

François Bayrou
0
Sauvegarder cet article

par h16

Surprise : Bayrou est toujours en vie. Mieux, même : il émarge toujours joyeusement aux frais du contribuable, à l'un de ces postes douillets que les Fromages Républicains Français offrent à foison aux fidèles du pouvoir. Et comme Commissaire Au Plan, le voilà qui s'exprime sur le peuple, la démographie et les retraites.

Et s'il y a bien une chose qu'on peut déduire de ses saillies, c'est que lorsque l'extrême-centre cogne, il cogne extrêmement fort : dans une note transmise à l’Agence France-Presse (AFP), celui qu'on pe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Feldman.

Au-delà de la polémique, volontaire ou involontaire, les déclarations du Haut commissaire au Plan et les réactions qu’elles ont suscitées sont très révélatrices à bien des égards.

François Bayrou a fait le buzz en prononçant le 7 février la petite phrase du week-end. De son intervention, il a été retenu que « 4000 euros par mois, on est de la classe moyenne ». Mais on en a oublié le contexte dans lequel cette phrase est survenue, et finalement le plus important.

? Est-on ri... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles