La palpitante histoire du Hulot et de la Marmotte Cendrée

De Villepin et Hulot qui se présentent à la présidentielle, c’est le jour et la nuit en matière de médiatisation, mais c’est toujours pareil en matière de clowneries électorales…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La palpitante histoire du Hulot et de la Marmotte Cendrée

Publié le 14 avril 2011
- A +

La palpitante histoire du Hulot et de la Marmotte Cendrée

Comme annoncé en début de semaine, la bousculade à la Soupe Républicaine continue donc. Cette fois, ça y est, tout se précise pour le petit Dominique et Monsieur Hulot.

En ce milieu de mois d’avril entrent ainsi dans la danse un vendeur de shampoing douteux et un représentant de commerce multi-cartes roublard et bidouilleur. Il faut de tout, dit-on, pour faire un monde, mais celui que nous proposent les candidats à l’élection présidentielle de 2012 ressemble de plus en plus furieusement à un repaire de brigands et de voleurs, bouge interlope où les individus les plus louches se retrouvent pour préparer en douce leurs petits coups tordus.

Car il ne faut pas s’y tromper : la candidature de Hulot doit beaucoup à la pure manoeuvre politique, voire à l’embuscade.

L’ensemble des écolos va ainsi louanger le nouveau venu : qu’il est mignon, qu’il est beau, qu’il est populaire et qu’il a de belles plumes éco-conscientes ! Et dans le même temps, on les voit tous se masser sous l’arbre en attendant que le corbeau entame sa chanson et lâche son fromage.

Prenons Cochet, emblématique décroissant céphalique, le regard pétillant de cette joie juvénile de l’imbécile qui croit que les manigances de son camp sont passées inaperçues ; il déclare, le sourire aux lèvres :

« C’est une candidature pour gagner et surtout pour changer la société. Il va maintenant bien évidemment rencontrer tous les militants d’Europe Ecologie-Les Verts et d’autres. Et puis ensuite, il y aura les primaires. J’espère qu’il gagnera. »

Tu parles, Yves. Toi et tes gentils amis, vous voulez évidemment le flinguer durablement (avec un recyclage à la clef, faut pas gâcher)… Et vous y arriverez probablement. Vous êtes tous très doués pour ça. D’ailleurs, vous arriverez à flinguer tous vos candidats, les uns après les autres, candidats qui sont tous également flinguables et suffisamment insupportables pour mériter le sort minable qui les attend.

Comme l’analyse assez justement l’Hérétique, vous n’avez jamais pu réellement encaisser le baroudeur de TF1, écologiste d’opérette mais malencontreusement plus médiatique que les candidats souples comme des cétacés échoués que vous nous présentez sans rire. On peut donc s’attendre à ce que, comme par hasard, Hulot soit proprement écarté lors d’une primaire que vous frétillez d’impatience d’organiser dans les règles de l’art politique (façon PS ?)…

Mais voilà, le vendeur de shampoings n’a pas validé le principe de primaire chez les écolos. Zut de crotte, il pourrait vous claquer dans les doigts. L’animateur héliporté ne semble même pas sûr de se rallier à votre mouvance rougeaude qui a bien du mal à faire oublier son anticapitalisme primaire pour parler nature et petits oiseaux : tout porte à croire que Nicolas va vouloir rester indépendant aussi longtemps que possible.

À tel point qu’il intéresse le Parti Officiellement Socialiste : un candidat populaire, qui draine de potentiels électeurs à la faveur d’un amour des petits pandas, des oiseaux et des ours polaires, c’est plus crédible en matière d’écologie qu’un Hollande ou une Aubry dont les seules qualités vertes se résument à rester en vie et faire ainsi perdurer deux espèces de bivalves normalement en voie de disparition.

Bilan ? Jean-Marc Ayrault trouve notre aventurier du gel douche perdu d’un coup plus appétissant, au point de déclarer, je cite :

« Il a fait un premier pas en clarifiant son engagement politique en indiquant qu’il ne se situait pas dans le cadre de l’actuelle majorité. »

Magnifique Hulot argenté

Il n’est pas contre nous ? Il pourrait donc être avec nous, hein ? Y’a bon, la popularité de Hulot.

Le calcul, effectué par les stratèges du PS, est à ce point évident qu’il est réalisé, de la même façon, par d’autres candidats. On notera par exemple que Marine Le Pen n’a pas caché son intérêt pour les déclarations vaseuses du nouveau venu, et on ne pourra s’empêcher d’y voir une manœuvre un peu moins grossière que celle du PS :

« On a relu avec mes conseillers le projet qu’il avait fait en 2007, son projet de programme : il y a énormément de choses qui sont tout à fait compatibles avec le projet du Front national. Il y a beaucoup de choses dont on pourrait parler ensemble, c’est sûr. »

Rien ne permet d’écarter le fait que Le Pen aurait ainsi durablement fusillé un potentiel concurrent, dans un baiser de la mort certainement plus adroit que les tentatives pataudes du PS de ratisser large. Comme il est de toute façon très improbable qu’Hulot fricote un jour avec le Front National, Marine aurait tort de se priver de ce genre de déclarations…

Par contraste, il est savoureux de regarder directement ensuite du côté de Villepin.

C’est, on peut le dire, nettement moins la frénésie, tant côté médiatique que du côté politique. Limite, c’est mou. Certes, quelques journalistes sont venus pour écouter la prose bondissante et légèrement emphatique de Dominique : il y avait certainement des petits fours, et un bon journaliste ne refuse jamais un buffet gratuit. Mais à vrai dire, tout le monde sent bien qu’au contraire de Hulot, courtisé et dont les bottes sont déjà propres des léchouilles serviles de toute la clique actuelle, le dernier arrivé n’a absolument aucune chance de déclencher quoi que ce soit d’autre qu’un vague haussement d’épaules, au mieux, et l’hilarité, au pire.

De Villepin
Une marmotte s'est camouflée dans cette image. Ami lecteur, sauras-tu la trouver ?

Il a d’ailleurs fallu proposer son programme pour attirer du pisse-copie.

Il est vrai que tous ceux qui sont en recherche de contenu attendent des programmes consistants et ce ne sont pas ceux des divers socialistes qui se sont proposés jusqu’à présent qui peuvent rassasier. Le fondateur de Mon Gaullisme Irréversible République Solitaire nous expose donc le sien.

La surprise, bien évidemment, est de taille : on dirait du Socialisme Gaulliste, les enfants ! À tous les étages ! Ça va dépôôôôôter grave ! Jugez plutôt :

– revenu citoyen : après la République fraternelle et égalitaire, c’est la République Open Bar. Qu’on finance on ne sait jamais comment, mais comme on a le flingue (pour faire réfléchir) et l’imprimante (pour faire des billets), on peut se le permettre.

– de l’impôts pour tous, parce que se faire taxer est un bonheur incomparable que des gens se battent pour avoir, hein. Puisqu’on vous le dit.

– on réduit le nombre de régions, c’est gadget mais cela va faire buzzer dans les chaumières.

– on sort de l’OTAN dans lequel nous venions de rentrer. On va finir par attraper un rhume diplomatique à force d’entrer et de sortir de ce machin, mais après tout, ça amuse la galerie.

– et pour finir, la marmotte cendrée nous ressort le coup du « Un gouvernement resserré », comme les boulons sur les rivets du Titanic, je suppose, avec 10 minustres au maximum. Plus, ce serait abuser, hein.

En tout cas, Dom ne se laissera pas faire avec des primaires, lui. Il sera peut-être un peu tout seul à aller batailler (d’autant qu’il pourrait avoir du mal à recueillir 500 signatures) mais au moins, il ira, sabre au clair, défendre la veuve gaulliste et l’orphelin souverainiste contre l’hydre d’une mondialisation devenue folle.

Pas de doute ; avec ces deux nouveaux venus, les clowns à roulettes continuent leurs exactions.
—-
Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Signe de la politique éternelle, les ralliements au candidat président se multiplient. Quel est leur sens ? Macron est en position de force dans ce quinquennat qui se termine dans l’agitation du monde. Une pandémie à peine maîtrisée, une invasion guerrière en Europe, deux évènements prédictibles, graves ont bouleversé le jeu. D’un côté d’anciens enjeux structurels, revenus, chaos migratoire, dette publique et adaptation au changement climatique et de l’autre le retour de la réalité brutale.

Un groupement de pays sans frontières défendu... Poursuivre la lecture

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enfin justice à l'immense e... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Je crains que le débat économique en vue de la future élection présidentielle de 2022 ne soit très mal parti. Que l’on se tourne vers la droite ou vers la gauche de l’actuel Président, tout le monde s’accorde à dire que la France nage dans le « néolibéralisme » le plus destructeur depuis au moins trente ans et que l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée a eu pour effet de pousser cette situation à son paroxysme.

Il conviendrait donc de redresser la barre de toute urgence en redonnant en quelque sorte les pl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles