Mais sortez-le !

Là où Attali passe, la pensée ne repousse plus

Après une enfilade d’arguments éculés concernant le tabac, la dernière envolée lyrique d’Attali – que seul un énarque en roue libre médicamenteuse peut produire -, sa performance rhétorique qu’il a effectuée dernièrement sur le nucléaire, Fukushima et l’Avenir de l’Humanité (rien de moins) nous projette au-delà des ceintures d’astéroïdes riches en connite ferrugineuse et en pipeaux lourds. On a littéralement laissé sur place le Capitaine Blâme au milieu des espaces intersidérants. On est bien au delà des dernières étoiles de la galaxie du totalement idiot.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.