Mais sortez-le !

Là où Attali passe, la pensée ne repousse plus

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mais sortez-le !

Publié le 29 mars 2011
- A +

Après une enfilade d’arguments éculés concernant le tabac, la dernière envolée lyrique d’Attali – que seul un énarque en roue libre médicamenteuse peut produire -, sa performance rhétorique qu’il a effectuée dernièrement sur le nucléaire, Fukushima et l’Avenir de l’Humanité (rien de moins) nous projette au-delà des ceintures d’astéroïdes riches en connite ferrugineuse et en pipeaux lourds. On a littéralement laissé sur place le Capitaine Blâme au milieu des espaces intersidérants. On est bien au delà des dernières étoiles de la galaxie du totalement idiot.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dirigeants français et européens maltraitent le nucléaire depuis 20 ans.

Résultat : alors que la France rayonnait dans le monde et dominait l’Europe dans l’industrie nucléaire pendant les années 1990, les Américains confortent maintenant leur position en Europe en remportant l’appel d’offre pour une première centrale nucléaire en Pologne.

 

La Pologne s’engage dans le nucléaire américain

La Pologne, où le charbon est toujours prédominant pour sa production d’électricité, opte pour le nucléaire. Le 28 octobre 2022... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Les années 1960 et 1970 ont connu une énergie abondante et peu chère. Les solutions et les réussites d’hier peuvent être des éléments d’innovation pour les problèmes de pénuries d’aujourd’hui.

Au début des années 1970, tout allait pour le mieux dans la Communauté européenne — comme on appelait alors l’UE. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la reconstruction d’une Europe meurtrie a été rendue possible grâce au plan Marshall, du nom du secrétaire d’État aux relations internationales du gouvernement ... Poursuivre la lecture

En 2018, le président Macron affirmait vouloir fermer 14 réacteurs nucléaires avant 2035.

En 2022, après avoir arrêté le projet de réacteur de quatrième génération Astrid en 2019 et fermé les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim début 2020, il déclare à présent vouloir maintenant prolonger tous les réacteurs existants, en construire 6 nouveaux, et lancer les études sur 8 autres (soit 14 en tout).

Le président dit-il tout et son contraire, navigue-t-il à vue, ou bien est-ce de la « haute politique » trop subtile pour le ci... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles