Brise-glace, le nucléaire à la rescousse

Obligé d’envoyer un brise-glace nucléaire travailler dans le très fréquenté Golfe de Finlande

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Brise-glace, le nucléaire à la rescousse

Publié le 23 mars 2011
- A +

Les centrales nucléaires sont peut-être hors service mais dans le Golfe de Finlande, l’énergie nucléaire a été réquisitionnée pour secourir 63 navires bloqués sur place.

Ce travail a montré les limites des 11 brise-glace russes à moteur diesel, en attente dans les ports de la Baltique du pays, ce qui a mené à une décision historique. Le brise-glace nucléaire Vaygach est parti de Mourmansk ce lundi pour aider les navires prisonniers.

À la suite des événements dramatiques de ce début de mois, c’est la première fois dans l’histoire récente qu’un brise-glace à énergie nucléaire a été envoyé travailler dans le très fréquenté Golfe de Finlande.

Le brise-glace nucléaire passe une grande partie de son temps à secourir les passagers du ferry Princess Maria qui dessert Helsinki et Saint-Pétersbourg. Le ferry ne peut faire face au trajet lui-même, c’est pourquoi le brise-glace doit l’aider dans les eaux russes.

Le Vaygach est un navire intéressant. Construit dans le chantier naval de Wärtsilä à Helsinki dans la fin des années 1980, il est l’un des cinq navires de la flotte nucléaire active russe. Conçu officiellement comme un brise-glace de rivière de faible tirant d’eau de la classe Taymyr, il dispose d’un équipage de 91 personnes et peut naviguer pendant sept mois sans interruption.

Le navire n’a cependant quitté Mourmansk qu’il y a seulement une semaine et demie, l’équipage a toujours des fruits et légumes frais à disposition. Et du combustible – de l’uranium – pour cinq années. Il y a aussi suffisamment de divertissements à bord de ce vaisseau de plus de 50 000 chevaux (37 285 kW) : sauna, piscine, salle de gym, terrain de sport, bibliothèque et une zone de récréation. Les échecs et le cinéma sont les passe-temps favoris.

Mais rien n’est trop beau pour ces héros. Le combat contre le réchauffement climatique peut réellement être un enfer.

—-

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il était une fois l’épopée industrielle connue sous le nom de Programme Messmer.

En ce temps là, un conflit israélo arabe menaçait l’approvisionnement pétrolier du monde, conduisant nombre de pays à recourir dans la précipitation à un nucléaire dont le coût s’envolait aux États-Unis. Tout juste sorti de ses ruines de guerre, l’un d’eux proclama qu’il ferait mieux qu’à Fessenheim et à Bugey ce que personne n’avait fait avant lui : construire 54 réacteurs en série. La suite montra sans équivoque que l’organisation industrielle inédite q... Poursuivre la lecture

Au motif de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, remplacer des productions pilotables d’électricité, comme le nucléaire, par des sources d’énergies aux productions fatales, aléatoires et/ou intermittentes (EnRI), dépendant du vent et du soleil, est une idiotie.

 

Des œufs pourris…

Cela revient à enlever du panier des œufs sains (le nucléaire décarboné pilotable) pour les remplacer par des œufs pourris achetés chers (des productions intermittentes et non pilotables), ou pire encore, à les ajouter en doublons inut... Poursuivre la lecture

Le gouvernement allemand a demandé aux exploitants le maintien en réserve jusqu’au 15 avril 2023 de deux centrales nucléaires dont la fermeture était prévue au 31 décembre 2022 afin de fournir, si nécessaire, de l’électricité au cours de l’hiver à venir.

« La tâche consiste à assurer la sécurité de l’approvisionnement » a déclaré le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Est-ce la dernière cigarette du condamné, ou le mégot qui permettra de rallumer le foyer du nucléaire allemand ?

&n... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles