Merkel annonce l’arrêt de l’automobile

Vous avez compris que je ne parlais pas d’automobile

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Angela Merkel (Crédits : World_Economic_Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Merkel annonce l’arrêt de l’automobile

Publié le 21 mars 2011
- A +

Chaque année, l’automobile tue environ 4 000 personnes en République Fédérale d’Allemagne, et plusieurs centaines de milliers dans le monde, soit plusieurs milliers de fois plus que les accidents nucléaires, sans parler des centaines de milliers de blessés graves. En outre, les rejets polluants de ces « assassins de métal » énergivores sont jugés de plus en plus inacceptables par une partie croissante de l’opinion publique.

Devant l’ampleur du drame automobile et de la menace que ce moyen de transport représente pour la vie humaine, les politiciens restaient sourds. Heureusement, l’horreur automobile chaque jour répétée a fini par infléchir la politique d’une grande puissance.

La chancelière Angela Merkel, n’écoutant que son coeur et celui de son opinion publique, a décrété l’arrêt immédiat et obligatoire des véhicules agés de plus de 10 ans, et un moratoire sur la mise en fabrication de tout nouveau modèle. Elle annonce un grand plan pour convertir l’Allemagne à la mobilité éco-responsable dans les plus brefs délais et désigne la promotion du transport en vélo comme axe majeur de cette nouvelle politique révolutionnaire. Selon elle, la mortalité routière sera ainsi réduite à quantité négligeable en quelques années.

Le lobby puissant des constructeurs automobiles –la peste soit de ces capitalistes assoiffés d’argent et du sang des travailleurs !– lui a fait remarquer que les accidents mortels concernaient en priorité les véhicules les plus anciens, que les investissements réguliers dans des modèles mieux conçus et des infrastructures routières plus sûres devraient contribuer à réduire des risques d’accident mortel eux-mêmes déjà en forte chute depuis les années 70, que les recherches sur les véhicules non polluants étaient prometteuses et laissaient espérer de gros progrès dans les 30 années à venir quant aux émissions nocives.

Des ingénieurs –la peste soit de ces prétentieux !– ont fait remarquer que tout de même, le vélo ne rendait pas tout à fait les mêmes services que l’automobile, qu’il était très difficile de s’en servir sur de longues distances, de transporter des enfants ou des charges lourdes, que les personnes âgées ou obèses risqueraient de ne pas pouvoir se déplacer. En outre, par grand froid, la pratique du vélo peut entraîner moult complications médicales chez les personnes aux poumons fragiles.

Des économistes, dont on soupçonne qu’ils pourraient être liés à la droite conservatrice, voire, horresco referens, à des think tanks libéraux –La peste soit de la liberté de pensée de ces parasites-, ont essayé de faire croire à la chancelière que d’une part l’industrie automobile faisait vivre des milliers d’emplois directs et induits, et que sans même parler de ces pertes directes, la terrible réduction dans la mobilité ainsi infligée aux allemands les empêcherait de mettre en compétition autant d’options de consommation et d’employeurs qu’aujourd’hui, réduisant considérablement leur niveau de vie.

Qu’importe. Heureusement guidée par son coeur et un amour sincère de l’électorat, pardon, du peuple allemand, Madame Merkel a ignoré ces arguments prétendûment « de bon sens », dont on voit bien qu’ils sont dictés par des individus inféodés au lobby automobile, voire, pire encore, pétrolier. D’ailleurs, la « voiture pour le peuple » n’était-elle pas un axe majeur du programme politique d’Adolf Hitler ? Voilà bien une preuve supplémentaire que l’automobile est d’essence (sic) diabolique.

Madame Merkel a pris la seule décision qui valait la peine d’être prise en ces temps de forte émotion : plus d’autos, vive le vélo ! Bravo, Madame Merkel, vous verrez que le peuple allemand vous remerciera pour votre clairvoyance et votre capacité à prendre des décisions fondées sur la seule vraie rationalité qui vaille, celle qui ose remettre en cause les prétendus acquis de notre société capitaliste mortifère et nous emmène le coeur joyeux vers la société du risque zéro et de la vie frugale.

———-

Addendum : Trêve d’amusements faciles, redevenons ennuyeux l’espace de quelques lignes. Vous avez compris que je ne parlais pas d’automobile.
————

Je suppose qu’il se trouvera un lecteur de passage pour dénoncer l’amalgame évidemment « honteux » que je fais sous couvert d’une satire gentillette. « comment osez vous comparer les accidents de la route à un risque d’accident nucléaiiiiiire ? cela n’à rien à voâââr, votre comparaison implicite est biaisée. Le nucléaiiiiire c’est une énergie sataniiique ! ».

Effectivement, malgré son caractère spectaculaire, malgré toutes les représentations terrifiantes que le public associe au nucléaire, il est très peu probable que l’accident de Fukushima tue autant de personnes qu’une année d’accidents automobiles et que les suites médicales de l’accident, pour regrettables qu’elles soient, créent autant de malheur que le nombre de cas de tétraplégies consécutifs aux accidents routiers. Ma comparaison n’est donc pas du tout fair play pour le nucléaire, j’espère donc que Mme Lauvergeon ou M. Proglio ne se sentiront pas insultés par la comparaison.

Pourtant, malgré les risques indiscutables que l’usage de l’automobile induit, personne de sérieux ne songe à un moratoire sur l’automobile : les gens ont trop bien compris que les avantages de l’automobilité ont infiniment plus de valeur économique que n’en détruisent les risques mortels associés, fussent-ils bien réels, connus, et quantitativement tout à fait significatifs.

Vérifier la sécurité des réacteurs existants ? Bien sûr. Tirer les leçons de Fukushima et renforcer d’éventuels points faibles ? Evidemment. Fermer quelques centrales trop vieilles ou trop dangereuses, et les remplacer par des moyens de production modernes et sûrs, nucléaires ou non ? Tout à fait souhaitable. Mais remplacer le nucléaire par les énergies renouvelables, qui constituent une offre technologique d’une qualité tout à fait déplorable à un coût ahurissant, est-ce bien sérieux ?

L’annonce hélas bien réelle par Madame Merkel d’une démarche volontariste de conversion massive de l’Allemagne vers les énergies renouvelables est donc, en l’état actuel des technologies disponibles, un exemple absolument déplorable de décision politique passionnelle et déconnectée de tout fondement raisonnable. Il n’y a hélas pas d’autre mot que « crétinisme majeur » pour qualifier le niveau d’intelligence de cette intervention.

Article initialement publié sur Objectif Eco

Lire également :

Les énergies renouvelables sont elles vraiment du développement durable ?
Faut il subventionner les énergies vertes ?
Eolien Off Shore : 20 milliards jetés à la mer pour du vent

—-

Un article d’Objectif Liberté

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • Probable qu’elle se tire une balle dans le pied.
    Les bons esprits ne font que répéter que courir après les thèses du FN ne peut que le faire monter.
    Il faut être logique : ça veut dire aussi que courir après les thèses des grünen ne peut contribuer à leur renforcement.

    • Quelle déchéance mentale pour, non seulement, une physicienne, mais en plus, une ancienne résistante contre le régime communiste où elle a grandi.

  • Merci Monsieur BENARD pour cette petite relativisation des choses, bien utile en cette période d’émotivité. La qualité de vos articles ne se dément jamais.

    Pour me faire l’avocat du diable cependant , il faut noter que le nucléaire laisse des traces dans le temps : Tchernobyl a stérilisé une grande partie de territoire pour des dixaines voire des centaires d’années. Il en sera de même au Japon dans une moindre mesure.
    Alors qu’un accident de voiture, meme d’ampleur, et malgré les pleurs des familles, sera bien vite oublié par le reste de l’humanité.
    C’est ça qui effraie (à juste titre à mon avis) les écolos. Et c’est ce qui justifie une securisation maximale du nucleaire, là où, avouons-le, l’incident de Fukushima montre des carences evidentes et probablement pas isolées malheureusement.

    Enfin pourquoi toujours opposer nucléaire et energies alternatives comme Frau Merkel et vous-même le faites ?
    Le nucleaire est la source d’energie la plus realiste pour le moment, meme du point de vue ecologique.
    Mais je ne vois pas ce qui nous interdit de reflechir -et d’essayer – des sources presentant moins d’inconvenients. Les energies renouvelables ont surtout des inconvenients pour le moment. Mais beaucoup de gens pensaient que le cheval etait mieux que l’automobile au debut du 20e siecle … L’histoire a montré qu’ils avaient tort.

    On a un gros probleme à gerer : le tarrissement de l’acces facile aux ressources en pétrole.
    Cessons d’etre naifs : le nucleaire est LA solution pour le moment.
    Mais ne cessons pas d’etre innovants : le nucleaire n’est certainement pas la solution à tout (comme dans les endroits reculés et peu peuplés par exemple).
    L’un ET l’autre doivent succeder au tout pétrole qui disparaitra que les ecolos ou les pronucléaire le veuillent ou non.

  • Excellent article, Vincent.

  • eheime: « Tchernobyl a stérilisé une grande partie de territoire pour des dixaines voire des centaires d’années. Il en sera de même au Japon dans une moindre mesure. »
    —————————————————————————
    Oui tellement « stérilisé » que les réacteurs 1, 2 et 3 de la MEME centrale Tchernobyl ont continué à produire l’électricité pendant des années. Tellement stérilisé que la zone interdite explose maintenant de biodiversité au point qu’on y repeuple des chevaux de Prévalsky sans le moindre problème.

    Quant à la fameuse radioactivité qui « stérilise », on a les mesures en ce moment même autour de la centrale et curieusement, vous vous gardez bien d’en parler : http://eq.wide.ad.jp/files_en/110321fukushima_1900_en.pdf . On constate que malgré « l’apocalypse » dont nos médias se repaissent, quasiment toutes les radioactivités sont largement en dessous de 40uSv/h, valeur mesurée EN PERMANENCE à Guarapari, ville banéaire surnommée « Cidade da Saude » (ville de la santé) où l’on vient soigner son arthrite en se roulant dans du sable radioactif. Ce qui veut dire qu’on peut être certain que cette apocalypse nucléaire (qui pour l’instant causé toujours zéro mort, zéro accident d’irradiation, zéro dégât matériel et humain pour la population humaine) va à coup sûr stériliser au bas mot une bande énorrrrmme de 10m (dix mètres) autour de la centrale, comme à Three Mile Island.

    Mais eheime peut être content, il a balancé son FUD, en casant des slogans qui claquent et des mots clés qui déclenchent le réflexe pavlovien de la trouille comme stériliser, des centaines d’années, nucléaire, radioactivité… il a de quoi être fier de lui et se sentir moralement supérieur à tous les négationnistes des dangers du nucléaire.

    Tellement facile ! Bah oui, pourquoi s’embêter avec des arguties scientifiques froids et laborieux sur les mSv, les mesures, les comparaisons, les exemples, les mises en perspectives et les ordres de grandeurs. C’est si has-been et incompréhensible pour le citoyen moyen, il faut servir directement de la soupe pseudo-scientifique.

    • Vous voulez qu’on en parle ??
      Parlons en ..

      Sur votre lien :

      Prenons des points hauts,, situé EN DEHORS de la zone de securité

      mesure 33 : 45 et 110 µSv/h
      mesure 32 : 90 et 61 µSv/h

      pour simplfier arrondissons a 75µSv/h

      par jour:
      75x 24 = 1800µSv/jour

      par an :
      1800 x 365 = 657 000µSv/an

      soit une mesure plus de 2,5 fois superieure a la dose maximale admise pour un travail en cas d’urgence (selon vos propres donnees …)

      Je rappelle que 1000 000 µSv (on en est pas tres loin) est la dose a partir de laquelle des cas de complications graves et extremement probables apparaissent

      http://lpsc.in2p3.fr/gpr/french/RadioOrdre/radioGrandeur/radioGrandeur.html

      donc si on se resume,
      a supposer que les taux de radioactité restent stables (je ne dit pas que ce sera le cas, mais ca montre en tout cas de la potentialité du danger)
      un habitant non evacué peut risquer un danger tres tres grave pour sa santé

      J’ai pris VOS donnes …
      Qui sont des donnes officielles apparemment

      • eheime : « J’ai pris VOS donnes …
        Qui sont des donnes officielles apparemment »
        —————————————
        Oui mais vos hypothèses de calculs sont totalement fantaisistes.
        Les taux de radioactivité n’ont aucune raison de rester à 75µSv/h pendant des jours. On le voit très clairement sur les mesures prises les autres jours dans la même zone depuis le 16 mars : http://eq.wide.ad.jp/index_en.html
        Les valeurs tombent rapidement autour de quelques uSv/h. Donc en exagérant vraiment vraiment beaucoup, on peut à la rigueur supposer une exposition à 75uSv/h, voire 200uSv/h pendant 1 semaine tout au plus (en supposant que les gens se promènent en pleine rue, sans masque et en ne prenant aucune précaution, ce qui n’est pas le cas), mais certainement pas pendant 1 an comme vous faites.
        Alors on tombe très vite sur des doses proches de la réalité du terrain et on se rend compte qu’elles sont anodines, très loin de l’histoire de « stérilisation de vaste territoire » qui repose l’exagération, l’ignorance et l’incapacité de faire des hypothèses élémentaires de calcul.

        • « vos hypothèses de calculs sont totalement fantaisistes. »

          Vous affirmez que la radiactivité va décroitre.

          C’est probable, mais ce n’est pas certain. Et vous ne le démontrez pas.

          Le contraire peut d’ailleurs se produire : une radioactivité initialement faible peut se concentrer en des points précis du fait du drainage des eaux.

          Ne connaissant pas l’exactitude de la situation réelle, je n’affirme rien sinon qu’un simple calcul établi sur la base de votre propre document montre qu’un danger potentiel serieux existe , et qu’il n’est en tout cas pas négligeable et que les doses ne sont certainement pas « anodines » comme vous l’affirmez.

          Quant à la « stérilisation de vaste territoire ».
          Vous semblez contester que Tchernobyl soit devenu une zone stérile. La zone interdite est un fait. C’est pas moi qui l’ai mise en place mais un Etat Communiste peu soucieux de sa population. Est-ce une invention de ma part selon vous ??
          Vu les doses relevées sur votre document, je suis prêt à parier qu’il y aura une zone interdite autour de Fukushima également (elle existe déjà pour le moment), car le gouvernement Japonais est soucieux de sa population.

          Cessons ce débat stérile lui aussi, car il n’est pas productif dans la mesure où je me borne à dire des évidences et vous à me contrarier sans argumentation prouvée ou sourcée.

          Je suis pour la liberté de choix de chacun, en conscience.
          Pour que cette liberté puisse s’exercer, il est nécessaire d’être informé et éduqué en réflechissant sur les faits réels.

          Monsieur BENARD nous rappelait avec justesse le caractère irréaliste tant financier que pratique de la solution ecolo visant à supprimer le nucléaire.
          Je rappelais l’autre réalité qui n’est pas niable non plus : la dangerosité potentielle du nuclaire qui necessite une réponse appropriée, clairement non atteinte à Fukushima .

          Maintenant si vous voulez nier la réalité, les bisounours ne sont pas aussi sectaires qu’on le dit. Je suis sur qu’ils vous accorderont une petite place. Vous pourrez ainsi débattre avec eux à coups de reves eveillés interposés.

          • « Vous affirmez que la radioactivité va décroitre.
            C’est probable, mais ce n’est pas certain. Et vous ne le démontrez pas. »

            Pardon, mais j’ai ri… C’est du niveau 4eme, au collège.
            Et l’histoire d’une « concentration de la radioactivité en des points précis du fait du drainage des eaux » montre juste que vous auriez dû mieux suivre en cours.

          • « Pardon, mais j’ai ri… C’est du niveau 4eme, au collège.
            Et l’histoire d’une « concentration de la radioactivité en des points précis du fait du drainage des eaux » montre juste que vous auriez dû mieux suivre en cours. »

            Vous riez ? Expliquez pourquoi. Faites nous part de votre science.
            Sinon quel est donc l’interet de poster si vous n’avez aucun argument ?
            Si c’est pathologique, je vous pardonne.

          • « C’est probable, mais ce n’est pas certain. Et vous ne le démontrez pas. »

            ———————————

            La radioactivité ne tombe pas du ciel, elle a une origine, la centrale. Or les émissions de radioactivité de la centrale, on sait à peu près quand ça s’est produit, suites aux relâchements contrôlés de pression, suite à la perte d’étanchéité (soupçonnée, dixit Tepco, mais ça on ne le saura que dans quelques semaines ou mois) de la tore du réacteur 2, suite au dénoyage des piscines… A chaque fois, il y a une hausse de radioactivité puis une baisse, on le voit sur toutes les courbes de suivie, que ce soit près de la centrale ou dans les environs de Kyoto. Allez sur le site de la CRIIRAD et vous trouverez une compilation de liens pour retrouver ces courbes, je ne vais pas me taper tout le boulot pour vous expliquer une chose aussi élémentaire.

            Si la source n’émet plus de radioactivité et il n’y a aucune raison pour que ce soit le cas vu que la situation de la centrale se décante, il n’y a aucune raison pour la radioactivité environnante ne baisse pas. Ce n’est pas « probable », c’est une certitude ! Vous qui affirmez le contraire de ce qu’on CONSTATE sur les mesures, vous avez quoi pour étayer vos dires ? Rien, aucune donnée, aucune raison technique, aucun exemple, aucune explication sur comment la radioactivité se maintiendrait et par quel radioélément. Vous vous contentez d’affirmer.

            « Le contraire peut d’ailleurs se produire : une radioactivité initialement faible peut se concentrer en des points précis du fait du drainage des eaux. »

            —————————

            Vous sortez du chapeau le premier prétexte qui vous tombe sous la main, ça frise le trollage. Le drainage des eaux, ça ne concentre pas la radioactivité, ça la DILUE. Ce sera ce même drainage qui va diluer le sel déposé par l’eau de mer du tsunami qui a rendu impropre à l’agriculture les terrains inondés pour des mois. Ce qui pourrait concentrer éventuellement la radioactivité, c’est les végétaux et les animaux mais vu les taux ridiculement bas rencontrés, il n’y a aucun risque qu’on en trouve qui puisse présenter un quelconque danger pour la santé (comparé aux 15 Bq qu’on ingère en mangeant UNE banane).

            ——————————–

            « Vous semblez contester que Tchernobyl soit devenu une zone stérile. La zone interdite est un fait. C’est pas moi qui l’ai mise en place mais un Etat Communiste peu soucieux de sa population. »

            ——————————–

            Tchernobyl n’est jamais devenu une zone « stérile ». La vie animale et végétale y prospère et des gens y sont même retournés. Une foule de chercheurs ont étudié les effets des radiations et ils sont tout ébahis de ne constater aucune mutation prédite par les croyances en cours. Il y a même des chercheurs assez honnête pour reconnaître qu’ils ont tout faux sur la phobie nucléaire, cf par ex. le compte-rendu de Chesser et al dans American Scientist ( http://www.groenerekenkamer.nl/grkfiles/images/Ch… )

            Bref, c’est une zone interdite, par pure décision politique, mais ce n’est pas une zone stérile alors n’utilisez pas gratuitement un mot si vous n’en maîtrisez pas la définition. C’est avec ce genre d’abus permanent de langage et d’exagérations que les anti-nucléaires entretiennent la peur obscurantiste de la radioactivité mais ça repose sur du vent.

            ————————

            Je rappelais l’autre réalité qui n’est pas niable non plus : la dangerosité potentielle du nuclaire qui necessite une réponse appropriée, clairement non atteinte à Fukushima .

            ————————-

            Vous ne connaissez rien du nucléaire et vous dites bêtises sur bêtises à son sujet (cf par ex. « zone stérile à Tchernobyl » ou « concentration de radioactivité par drainage »). Donc c’est ridicule de prétendre que non seulement vous connaissez la « dangerosité potentielle du nucléaire » (quoi que ça puisse vouloir dire) mais en plus que vous savez quelle serait la réponse appropriée.

            Avant de vouloir vous poser en sauveur, prenez quelques cours de science. Le nucléaire, c’est du sérieux, c’est pas pour les artistes.

            A noter que le nucléaire en tant que source d’énergie, je m’en fiche royalement en tant que citoyen et encore plus en tant que libéral vu que c’est une filière fortement monopolistique et étatique. Je suis le premier à dénoncer depuis des années l’arnaque climatique promue par le CEA en particulier et le lobby nucléaire en général. Seulement, en tant que scientifique, j’en ai raz le bol de la pseudo-science et de l’ineptie de ceux qui prétendent parler du nucléaire sans jamais avoir pris la peine de se renseigner sérieusement et objectivement sur le sujet. La vérité scientifique, elle, s’en fiche qu’on soit de gauche ou de droite, libéral ou communiste.

    • eheime expose son point de vue librement et sans remmettre en question la pertinence actuelle du choix du nucléaire . Pourquoi lui sauter dessus ainsi ? il est dommage que même ( surtout ) ici des réponses soient parfois assez agressives dès que l’on exprime un avis un tout petit peu différent …
      Concernant la radioactivité de Tchernobyl, je ne vois pas pourquoi nier qu’elle existe ! on peut défendre le nucléaire et admettre ses défauts … iriez-vous vivre à Tchernobyl ou à Fukushima ?

      • Li Po : « Concernant la radioactivité de Tchernobyl, je ne vois pas pourquoi nier qu’elle existe !  »
        —————–
        Personne n’a jamais nié la radioactivité à Tchernobyl. Lisez-vous vraiment ce qui est écrit ?

    • Ça y est minitax?Vous avez décidé d’arrêter vos to

      On attend un argument.

      • S’il vous plait, serait-ce possible que mes commentaires , même s’il divergent de l’avis de certains, apparaissent en entier, c’est d’une grossièreté affligeante, je vous remercie.
        Ps: mon comm ne contenait rien d’offensant pourtant.

        Vos commentaires sont déposés sur une propriété privé. Ils nous appartiennent. Nous en faisons ce que nous voulons. En outre, si, il contenait une insulte, comme un certain nombre de vos précédents commentaires.

        • Vous êtes un menteur, et en plus , je ne sais pas pourquoi, mais j’ai comme l’impression que vous vous avancez sur un terrain légèrement glissant.

          Même pas mal.

          Je vois mal le concept de propriété privée s’appliquer à un message qui peut-être lu par tout un chacun, mais ne vous inquiétez pas, je vais me renseigner.

          Pas besoin. C’est très simple et nous vous expliquons : Contrepoints est payé par une association, avec ses deniers. Nous offrons un espace de discussion, comme des gens discuteraient dans la boutique d’un boulanger en attendant d’être servis. Vous insultez les badauds. On peut choisir de vous claquer le museau et/ou de vous virer, histoire de débarrasser le carrelage de la boutique. Voyez. Pas de discussion, pas de « oui mais non mais ouinn beuuuh ». Paf. Simple, non ?

          Quant à dire que mon message vous appartient et que vous en faites ce que vous voulez,quitte à le modifier, il y a comme une simple application du droit de propriété. Eh oui. Car la liberté d’expression, ce n’est pas le droit d’aller taguer le mur du salon du voisin.

  • Les mauvaises nouvelles dues à l’accident nucléaire au Japon s’accumulent !
    Selon la dernière dépêche de l’AFP, Angela vient de recevoir les chiffres de mortalité annuelle http://www.arthurhu.com/index/health/death.htm#deathrank . Ses conseillers techniques ont aussitôt repéré une cause de mortalité catastrophique liée à l’usage de l’énergie : 126 morts/an, par bougies (candles).

    Etant donné la dangerosité de cette source d’énergie, responsable de centaine de milliards de fois plus de morts que l’énergie nucléaire en Allemagne et compte tenu des mesures de précautions qu’elle venait de prendre pour réduire le risque nucléaire, Madame Merkela Angel a immédiatement décrété l’interdiction et la destruction toutes les bougies qui existent sur le territoire allemand dans les plus brefs délais afin de protéger les citoyens, pardon ses électeurs. Aucune solution de remplacement des bougies pour dîners entre amoureux n’a été envisagée pour l’instant mais une commission de recherche et d’étude sera mise en place pour étudier la question.

  • A vous lire , on réalise que sans compétition l individu n est rien : il est paresseux , improductif, et misérable …
    C est en combattant son voisin qu il acquiert gloire et richesses et descendance, il a donc besoin de perfectionner ses armes en permanence et tout particulièrment d augmenter leur puissance, et donc se faisant l énergie qu il consomme !
    Aucune marche arrière n est donc tolérable en ce domaine, puisque nous redeviendrions comme nos ancêtres des primates superstitieux et pauvres.

    En Allemagne les politiciens donnent encore au moins l illusion de faire de la politique et de laisser l économie aux économistes , et meme si ce n est qu une illusion, c est tout à leur honneur.
    Probablement parcequ ils n ont pas l intention de lobotomiser leur population sur l autel d une qualité de vie supposée, et qui est une forme moderne d esclavagisme sans tête.
    Savoir faire , savoir vivre, et savoir être …
    Probablement qu outre Rhin, on se souvient encore de ces quelques principes de base, d ou une certaine reluctance à soumettre l homme au savoir faire, alors que cela devrait être l inverse.
    Il est rassurant de voir qu au moins en parole certaines personnes ne renoncent pas ni au savoir être, ni au savoir vivre , et surtout au nom d’ un savoir faire infantilisant.

  • Apparement les « responsables » de TEPCO ont falcifié 10 ans durant des recettes de maintenance sur des élément clés de la centrale qui on de bonnes chances d’être impliquées dans les défaillance du systéme de refroidissement.

    Il me semble que quand on fait des bénéfices de bouts de chandelle de cet ordre il faut en assumer les comséquences plaines et antiéres, ceci implique l’indemnisation des victimes.

    Hors précisément les formes juridiques à responsabilité limitée excluent à priori leur l’indemnisation par les actionnaires ?

    C’est mon dada du moment, n’est-ce pas un critére suffisament grave pour bannir la responsabilité limitée du vocabulaire libéral ?

    Poser la question, c’est y répondre.

  • j’oubliais,

    Merci Bernard pour cet excellent article.

  • Aucune companie d’assurance au monde n’est prete a assurer une centrale nucleaire, des lors, l’energie nucleaire n’est pas possible sans l’etat.

    Vous comprendrez donc aisement que le fait que nos vies et notre sante soit a ce point entre les mains de notre super copain l’etat ne m’emballe pas du tout.

    Je ne voudrais pas vivre a cote d’une centrale nucleaire et le fait de savoir qu’il y a une quinzaine de reacteurs a 500 km a la ronde autour de mon logement ne me rassure pas du tout non plus.

    Oui le risque est quasiment nul, mais s’il se realise, les consequences sont absolument delirantes. C’est un peu comme faire l’amour avec un preservatif, avec une personne seropositive : meme avec une charge viral elevee, le risque de contamination est quasiment nul, sauf que si tu veux prendre le risque, ca n’implique que toi. Dans le cas des centrales, non seulement ca implique tout le monde, mais en plus on ne nous demande pas notre avis.

    Le simple fait que le nucleaire ne soit pas possible sans l’etat devrait suffir a calmer l’engouement des liberaux pour cette technologie.

    • Ca me parait bizarre : bien des compagnies d’assurances se seraient fait des milliards en assurant toutes ces centrales où il ne se passe rien. Source ?

      Et quelles conséquences absolument délirantes, quand on voit l’expérience déjà accumulée ? (La clé de la sécurité étant de n’être jamais complaisant, ça c’est indubitable).

      Par ailleurs, quand tu appuies sur le bouton, tu aimes avoir de la lumière. On aime à penser qu’il n’y a ni morts ni blessés pour amener cette lumière jusqu’à nous, mais ce n’est pas si simple. Ne préfères-tu pas le mode de production qui fait le moins de morts et de blessés (factuellement) ?

      • « Ne préfères-tu pas le mode de production qui fait le moins de morts et de blessés (factuellement) ? »

        Non je suis partisan de la voiture.

        En revanche j’aimerais que ceux qui profitent des risques pris avec cette techno subissent aussi les conséquences de leurs mauvais choix en cas d’accident lors qu’il s’agit d’indemniser les victimes et leurs familles.

        E s’il n’y a personne pour ce faire, alors cette techno, aussi bien sois t’elle n’a aucune raison d’exister sur un marché libre.

        Par ailleurs je m’inquiète fortement des manquements à la sécurité qu’un état super endetté pourrait avoir quand il est à 85% actionnaire d’EDF.

        Toutes les ressources naturelles attirent les brutes pour en avoir le monopole. Comme gros clients, je ne vois pas ce qui interdit de mettre la pression sur eux quand ils tirent sur la foule.
        On ne va quand même pas s’en priver parce que nos politiciens se foutent de qui vend ou achète tant que la rétrocimission est bonne.

        Je voudrais qu’on se rappel que responsabilité est toujours l’autre face de la liberté.

    • « Aucune companie d’assurance au monde n’est prete a assurer une centrale nucleaire  »
      ————————————————————————
      Encore une autre propagande anti-nucléaire qui repose sur du vent.
      Chaque année, les compagnies américaines payent 400.000$/réacteur en prime d’assurance à American Nuclear Insurers. Le pool d’indemnisation s’élève à… 13 milliards. Source: http://www.nrc.gov/reading-rm/doc-collections/fact-sheets/funds-fs.html

      Si les arguments des anti-nucléaires étaient si solides, on se demande pourquoi ils sont obligés de colporter autant de mensonges ?

  • Chèr Vincent

    En parcourant rapidement l’article auquel tu fais référence, je suis rassuré: à part du bla-bla, sans aucune annonce concréte, chiffrée, je ne vois rien.

    La seule chose que tu puisses relever – mais est-ce le cas seulement en Allemagne ?- c’est que le « parler pour ne rien dire » atteint des sommets, ces dernières années. Ca en devient lassant, il est vrai.

    Pour le reste… elle va assurer « une sortie mesurée du nucléaire » ? Ca veut dire quoi ? A-t-on déjà une Référence ( un « golden standard ») de ce qu’aurait été une sortie « abrupte » ? Nombre d’années par exemple ? Non. Par conséquent, dérrière ce discours on fait ce qu’on veut.

  • Très cher rédacteur,

    En tant que bon libéral, vous auriez pu prendre la peine de dire dans votre article.
    qu’il n’existe pas de centrale en fonction financée et réalisée sur cette planète sans qu’un gentil État n’apporte sa garantie.

    la seule réalité est que le risque nucléaire n’est pas assurable et qu’il est en conséquence collectivisée et que ce ne sont ni vos raisonnements sophistiques ni vos analogies boiteuses qui changeront cet état de fait.

    qu’on nous apporte la preuve que le marché est capable d’assumer en totalité un risque de cette nature et alors je voudrais bien reconsidérer ma position sur le nucléaire.

    en résumé et au risque de vous choquer, votre raisonnement est sans cohérence, vous devriez peux être prendre des cours au Mises Institute avant de vous autoproclamer libéral

    • Ne pourrait-on discuter factuellement de questions aboslument pertinentes, telles

      – les centrales nucléaires existeraient-elles sans interventionisme étatique ?
      – quels surcoûts indus l’Etat impose-t-il à cette énergie ?
      – est-elle inassurable ?

      Le tous sans le lancer immédiatement dans les « vous auriez pu prendre la peine … », les procès d’intention, les procès en libéralisme et l’argument d’autorité ?

  • Bravo miniTax, vous avez lu Bastiat,

    mais peut-être ne l’avez vous pas complétement compris.

    le transfert de valeur opéré par un ÉTAT lorsqu’il donne sa garantie pour la réalisation d’une centrale nucléaire se fait ne vous en déplaise au détriment de la « collectivité ».

    je trouve dommage que vous ne perceviez pas ce point qui me parait être essentiel.

  • Le fait que les opérateurs payent une prime d’assurance, ne suffit pas à prouver que le risque est entièrement assuré. quels sont les termes des contrats. à quel moment le risque est il transféré sur la collectivité.

    par exemple dans le cas de Fukushima et du Japon en général, en cas de catastrophe naturelle, le coût est intégralement assumé par la collectivité. c’est ce qui s’appelle je crois un transfert de valeur de la collectivité vers un opérateur privé, on peut appeler cela aussi une subvention déguisée.
    Je vous laisse le choix

    • Il y a des exemples de subvention au secteur automobile (GM, Renault), n’empêche que l’existence de producteurs d’automobiles sur un marché ‘libre’ n’est pas exclu, par quiconque.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article tiré de la note de février 2022 de Jacques Rigaudiat, conseiller maître honoraire à la cour de comptes« Réussir la transition électrique » (86 pages).

Suite à leur consommation, le tarissement inéluctable des énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon), dans 20 ans, 50 ans ou dans plus d’un siècle, aura des conséquences plus graves que le réchauffement climatique dû au CO2 qu’elles émettent.

Il en résulte que la transition énergétique vers des sources d’énergies décarbonées (nucléaire, eau, vent, soleil…) est, ou sera, n... Poursuivre la lecture

Nous avons montré dans un précédent article que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le président de la République relance insuffisamment le nucléaire, et que décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (60 à 65 % du mix électrique).

EDF est en grande difficulté financière, à cause de la sous-évaluation du prix de vente de l’ARENH (Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique), fixé à 42 euro... Poursuivre la lecture

L’énergie nucléaire civile est – et de très loin – celle qui a causé le moins d’inconvénients et pratiquement pas de décès dans l’histoire des énergies. Charbon, lignite, bois… ont créé et créent encore des pollutions terribles, des accidents mortels. Quand il s’agit du nucléaire, on ne nous parle que de Tchernobyl ou de Fukushima.

Tchernobyl est une centrale nucléaire de production de plutonium pur militaire et n’a de civil que sa production d’électricité. Cette électricité n’était rien d’autre qu’un sous-produit, le modérateur était ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles