Assemblée nationale, lobbies & puissance d’Internet

Comment internet permet de mettre en lumière le lobbyisme à l’Assemblée Nationale et les enseignements qu’on peut en tirer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Assemblée nationale, lobbies & puissance d’Internet

Publié le 18 mars 2011
- A +

Assemblée nationale, lobbies & puissance d’Internet

Dans un de mes récents billets, j’évoquais l’impact de plus en plus fort des technologies d’information mises à la disposition de tous pour, littéralement, couper l’herbe sous le pied des politiciens. L’actualité me donne l’occasion d’illustrer en vraie grandeur cette tendance lourde …

Frémissements et étonnements, yeux écarquillés, lippes pendantes et exclamations surprises chez les biberonneurs de subventions de la presse traditionnelle : des gens, tous seuls comme des grands, ont aidé une association de lutte contre la corruption, Transparency International et un collectif de citoyens à produire un relevé assez étendu des lobbyistes qui interviennent à l’Assemblée Nationale.

Avant de détailler la réalisation, et en quoi elle se lie parfaitement avec les remarques que je faisais dans mon précédent billet, rappelons que j’avais évoqué récemment Transparency International au détour d’une application sur iPhone permettant de consulter en ligne le degré de corruption d’un pays. C’est grâce à ce genre d’associations qu’on découvre que la France se tapait un petit 6.8 sur 10 en matière de lutte contre la corruption, ce qui est franchement médiocre pour un phare de l’humanité.

Et on notera d’autre part que le collectif de citoyens, Regards Citoyens, est majoritairement composé d’informaticiens, ce qui corrobore assez clairement la thèse que je soutiens : dans le monde qui s’ouvre à nous, ceux qui traitent l’information, qui sont capables d’y accéder et qui donnent à tous la possibilité de la créer et de l’obtenir facilement sont, réellement, ceux qui agissent concrètement pour une perte du pouvoir des politiciens. Or ces derniers n’ont toujours pas compris que les informaticiens ne font plus partie, depuis longtemps, de la simple intendance de leurs cabinets et de leur staff technique… Tant mieux, à la limite.

Anonymous : we do not forget, we do not forgive.

Et justement, ce que ce groupe de personnes a réalisé mérite largement le détour : en faisant appel à de nombreux internautes par crowd-sourcing, ils ont réussi à établir une carte de l’influence des lobbys sur l’Assemblée Nationale.

Et l’étude des chiffres fait bondir. Même les joyeux pisse-copies sont obligés de lister quelques éléments qui font froid dans le dos.

Brut de décoffrage, on note ainsi l’écart d’un fort beau gabarit entre les registres officiels de l’Assemblée (qui référencent un peu plus de 120 organisations de lobbyistes) et le nombre total de ces organisations recensées à la main par les internautes, plus de 5000. Un petit dérapage de plus de 40x, c’est un peu bavou, mais ce n’est finalement pas si inhabituel dans le pays phare de l’humanité et de la transparence.

Et quand on regarde le détail des chiffres, l’image brossée confirme ce que les libéraux savaient déjà. On découvre que les députés auditionnent :

  • des organisations publiques, 48,3 % des cas concernés,
  • des organisations représentatives (20,9 %), parmi lesquelles on sait que se nichent douillettement les syndicats, dont la représentativité et l’homogénéité n’est plus à démontrer,
  • le secteur économique privé, qui ne pèse que 16,4 %,
  • la société civile, elle, ne représente que 7,5 %,
  • et le reste (think-tanks, notamment) à hauteur de 6.9%

Là encore, surprise et ébahissement — mais pas chez les folliculaires qui se contentent de cracher les chiffres sans y ajouter deux onces d’analyse — lorsqu’on se rend compte que, finalement, les lobbyistes travaillent majoritairement pour les groupes d’influences qui bénéficient de l’impôt (à hauteur totale de 69.2%, n’est-ce-pas) et que les autres, qui concernent donc la société civile et le secteur privé, ne se taillent même pas un quart du gâteau.

Dit autrement : nos députés passent les trois quarts de leurs auditions avec des gens qui sont ouvertement pour plus d’état, plus d’impôts, plus de régulations, et qui vivent officiellement de ces impôts et de l’accroissement de l’état. Qui a chuchoté « conflit d’intérêt » dans le fond de la salle ?

Et pour que ce soit clair comme du cristal, redisons-le : il y a, à l’Assemblée Nationale, trois fois plus de lobbyistes qui bossent directement pour des affidés de l’état que pour tout le reste de la société, celle qui paye pour les premiers.

Le plus comique, c’est que devant cette non-révélation — la surprise n’étreint que ceux qui ne veulent pas voir la vérité en face — on va encore trouver (dans les commentaires de ce billet, sur le reste de ce blog, partout dans la blogosphère, dans les papiers médiatiques, dans l’opinion d’un paquet d’hydrocéphales en mode Panurge) de glougloutants imbéciles pleurnicher que l’état rétrécit, que le turbolibéralisme est partout, que les députés sont à la solde des grosses entreprises, que l’état manque de moyens et qu’ils n’écoutent pas les syndicats, qu’ils n’écoutent pas les organisations syndicales, ouin, ouin, snif beeeuh c’est très triste.

Quoi qu’il en soit, le travail réalisé est primordial : il met en lumière ce que les libéraux s’époumonent à dénoncer, à savoir la collusion parfaite, aux joints devenus quasi-étanches, entre l’administration, les syndicats et l’ensemble de l’appareil législatif dans une course folle à leur propre profit.

Mieux : il démontre par l’exemple que les citoyens peuvent renvoyer à la face des incrédules bornés l’image de plus en plus claire de ce que vaut vraiment le pays, ses institutions, son administration.

De la même façon qu’Anonymous et Wikileaks font de plus en plus peur aux gouvernements qui vont, enfin, se sentir épiés, ces outils sont indispensables pour que les députés, les syndicalistes, les fonctionnaires, les lobbyistes,  et les personnes qui, finalement, vivent des impôts — et de ce fait, du travail — des autres sentent sur leur nuque le regard scrutateur des gens qui les payent, qu’enfin s’achève le règne où l’opacité de l’information donnait à tout ce petit monde les coudées franches pour faire, somme toute, ce qu’il voulait.

Je ne peux que tirer mon chapeau au collectif Regards Citoyens et au travail effectué : messieurs, bravo, continuez ainsi.

Et rappelez-vous : vous êtes légion. Internet n’oublie pas.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Votre analyse des résultats est intéressante car elle n’est déjà pas tout à fait celle des auteurs de l’étude qui indiquent :
    « On constate d’emblée une forte prédominance des acteurs publics entendus : 48,3%. L’Assemblée nationale dialogue d’abord avec l’Etat, ce qui s’explique en partie par la nature de ses missions », mais qui ajoutent  » Cette prédominance révèle aussi le poids très important des membres de la fonction publique dans le regard porté sur les différents enjeux débattus à l’Assemblée nationale ».

    On relèvera aussi la conclusion sur le lobbying de la sphère privée « Quasi-absence des lobbyistes professionnels ». Sur ce point, je crois qu’il serait naïf de croire que cela démontre l’absence de lobbyiste représentant des intérêts privés, mais davantage que ces derniers agissent de manière informelle, ce qui ce comprend aisément.

    Je suis tout à fait d’accord sur votre analyse de l’importance du numérique / de l’informatique dans notre société.
    Je suis aussi tout à fait d’accord sur le fait que le mamouth, existe d’une part, et soit à dégraisser d’autre part.

    Néanmoins, je ne suis pas certains que les seuls à vivre de ce mamouth soient les enfants du mamouth lui-même (pouvoirs publics et fonctionnaires). En effet, j’ai peu entendu de grandes sociétés voulant oeuvrer pour plus de transparence dans les affaires politiques (surtout pas dans les marchés publics ou les financements de campagne et autres avantages en nature…).

    • « je ne suis pas certains que les seuls à vivre de ce mamouth soient les enfants du mamouth lui-même  »
      Je suis même certain du contraire. C’est la force de l’état que d’avoir distribué ses mamelles soit-disant gratuitement à tout le monde pour qu’enfin chacun puisse téter un peu par-ci, par-là.

  • Quelques trucs me chiffonnent tout de même:

    – Les auditions sont elles forcément du lobbying ? Pourquoi ne pourraient-ils pas simplement récolter des informations ?

    – N’est-il pas également normal que les députés auditionnent les services publics qu’ils sont censés contrôler ?

    Bref, les liens d’argumentation ne me paraissent pas évidents du tout. A l’inverse, il est pourtant évident que les composantes de l’Etat qui en profitent soient tentées de jouer en faveur de l’Etat (donc en leur faveur). Mais y a t-il vraiment besoin de chercher des liens pour ce faire ?…

    Je dirais bien que cette étude montre au moins que les lobbies privés sont bien loin des fantasmes des Gauchistes habituels, mais je ne suis même pas sûr que ça prouve réellement quoique ce soit, puisque les données sont relatives (+ problème des entretiens privés évoqués ci-dessus).

    • Ce sont des arguments qui peuvent s’entendre, effectivement.

      Au delà, l’article veut surtout insister sur l’importance de la transparence qui permet, comme vous le faites remarquer, de lever le fantasme de lobbyistes totalement inféodés aux groupes privés des multinationales. La réalité est nettement plus nuancée. L’autre point à mon sens plus important, est que cette initiative est totalement étrangère aux cadres administratifs ; elle provient de citoyen. C’est avec cet exemple et d’autres un peu avant, réellement, les premières fois qu’on observe l’application du principe constitutionnel des citoyens demandant explicitement des comptes à leurs élus.

      • Effectivement.
        Mais la première fois ? Il y a tout de même eu quelques buzz de ce genre, il me semble. Par exemple ceux qui s’amusaient à faire le suivi de l’absentéisme des députés, c’est pas mal du tout aussi. Ou encore ceux qui suivaient les éputés « godillots » en en faisant une liste précise… N’est-ce pas le même genre d’intervention ?
        En tout cas, je suis évidemment d’accord que tout cela est très bon.

        Il faut dire aussi que la France a toujours eu la culture du secret d’Etat… Heureusement pour nous, les pays nordiques empêchent que l’on exporte trop cette sale manie au niveau européen (lobbies officiels).

        • Quand je parle de premières fois, c’est un peu plus large que ce simple exemple : plus internet s’insinue dans la vie publique, plus il est utilisé par les citoyens, plus les exemples abondent.

  • Citation en direct du patron des enfers: mon nom est légion.

  • Je suis d’accord avec les commentaires précédents. Dans une sociétés où le poids des entités publiques est importants, il est logique que les parlementaires les consultent. Ces entités ont un rôle de relais, et de remontée d’information. Ensuite, on peut débattre de l’efficacité d’une telle organisation.
    Je serais plus sceptique sur la portée de cet exercice de transparence. L’influence exercée sur les politiciens n’est-elle pas plus subtile que le passage par des auditions au Parlement? N’est-ce pas plutôt un jeu de relations, au plus haut niveau de l’Etat?
    L’initiative est à encourager. Mais il y a encore beaucoup de choses à découvrir, je le crains.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Caramba encore raté » peuvent se dire les trois candidats à la présidence des LR.

En votant la motion de censure présentée par la NUPES lors du premier 49-3 de la législature en cours, les députés RN avaient mis en difficulté les députés LR en se présentant comme les premiers opposants au macronisme. Dans un deuxième temps, le RN a réussi une passation de pouvoir sans mélodrame à la tête du parti entre Jordan Bardella et Marine Le Pen (type Fillon-Copé en 2012) tout en évitant les coups bas déshonorants pour la démocratie interne d’u... Poursuivre la lecture

Article disponible en vidéo ici.

Qu'est-il arrivé à Téléperformance ?

L’entreprise Téléperformance était connue pour sa santé de fer et ses performances boursières. Son cours a été multiplié par 10 000 % depuis son introduction en bourse, au point de la faire entrer au CAC40 en 2020.

L'entreprise emploie 420 000 personnes à travers le monde pour sous-traiter des services consommateurs distants, comme les centres d’appels pour le SAV ou la vente, ou encore le contrôle d’identité lors de l’inscription à une néobanque en ligne.

... Poursuivre la lecture

Les moyens de dissuasion ne sont utiles que tant que l’on ne s’en sert pas. Le vote d’une motion de censure, c’est l’arme de destruction massive de l’Assemblée nationale. On presse le bouton et boum !

Avec ses 62 députés, l’alliance de la droite conduite par les Républicains a entre ses mains l’épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête du gouvernement d’Élizabeth Borne. Dans l’hypothèse d’une dissolution qui suivrait une éventuelle éjection manu militari de l’exécutif, elle détient également le sort des 577 députés de l’actuelle ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles