Le réchauffement en cause dans le tremblement de terre ?

Pour le président du « Comité économique et social européen », il semble que oui

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le réchauffement en cause dans le tremblement de terre ?

Publié le 13 mars 2011
- A +

Incroyable. Unbelievable. Unglaublich.

Je m’indigne, puisque c’est à la mode.

Le président du « Comité économique et social européen », un « organe consultatif » de l’Union européenne, a émis un communiqué évoquant la nécessaire solidarité avec les victimes du tremblement de terre et du tsunami au Japon. Jusque là, rien d’anormal.

Mais le communiqué de M. Staffan Nilsson se finit de la façon suivante :

The earthquake and tsunami will clearly have a severe impact on the economic and social activities of the region. Some islands affected by climate change have been hit. Has not the time come to demonstrate on solidarity – not least solidarity in combating and adapting to climate change and global warming ? Mother Nature has again given us a sign that that is what we need to do.

Traduction :

Le séisme et le tsunami auront clairement un impact sévère sur les activités économiques et sociales de la région. Quelques îles affectées par le changement climatique ont été touchées. Le temps n’est il pas venu de montrer de la solidarité – pas moins de solidarité dans le combat et l’adaptation au changement climatique et au réchauffement global ? Mère nature nous a, de nouveau, fait signe que c’est cela que nous devons faire.

Les bras m’en tombent. Certes, je me disais bien qu’il y aurait quelques « crackpots » pour lier le séisme au Japon et le réchauffement climatique. Twitter leur offre une tribune inespérée. Mais un officiel de l’UE ?

Comment un président – probablement fonctionnaire catégorie A hors échelle de l’UE à certainement plus de 15 000 euros mensuels, ou contractuel de même niveau – dirigeant un organe consultatif de l’Union peut il oser aligner autant de perles d’indécence et d’ineptie en un seul paragraphe, en de telles circonstances ?

Quel lien peut-il oser établir entre un tremblement de terre et le réchauffement climatique ? Quand bien même le réchauffement serait réel, en quoi le tremblement de terre montre-t-il que nous devons être solidaires dans le combat contre ce réchauffement ?

Et ne serait-il pas une seconde venu à l’idée de ce M. Nilsson que cette catastrophe montre au contraire que tout milliard englouti dans les chimères anti-carboniques détourne des ressources considérables pour lutter contre les vrais problèmes des populations, les vraies menaces que « mère nature » fait peser sur elles ?

L’accident nucléaire de Fukushima (vidéo-impressionnant) ne démontre-t-il pas à ce monsieur que finalement, les centrales thermiques, malgré quelques menus rejets de CO2 (gaz non polluant, je rappelle), cela n’a pas que des inconvénients ? Que des centrales nucléaires au Japon, zone à forte sismiscité, ce n’est vraiment pas une bonne idée, en l’état actuel des technologies ?

Mais quand l’élite dirigeante de ce continent cessera-t-elle de vouloir à  toute force saisir n’importe quel prétexte pour lier tout et n’importe quoi avec le non-problème du changement climatique ?

S’il y n’avait qu’une bonne raison de glisser chaque jour vers un euro-scepticisme de plus en plus ferme, l’inamovibilité de tels idéologues incompétents et la certitude que leurs décisions auront un impact à plusieurs milliards sur nos existences serait celle là.

——–

Comme je n’imagine pas que l’UE puisse laisser en ligne longtemps un tel monument à la mémoire de sa propre imbécillité, je vous laisse une capture d’écran (cliquez pour l’agrandir) :

Screen-cap-20110312-11h10Hparis-EESC

————–

Lire également : dossier « réchauffement climatique » de ce blog
Sinon, Trouvé via Lubos Motl, via cet excellent post sur la non prise en compte des coûts cachés de l’énergie nucléaire en zones à fort risque.

————–

Repris d’Objectif Liberté avec l’aimable autorisation de Vincent Benard.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Bonjour.

    Je viens de lire votre article, il est très intéressant car il démontre à quel point le lobby écologiste a réussi le tour de force de faire croire que l’homme à une action sur tous les phénomènes naturels de la planète.

    Par contre je suis très sceptique, pour ne pas dire totalement en désaccord avec ce §:
    « L’accident nucléaire de Fukushima (vidéo-impressionnant) ne démontre-t-il pas à ce monsieur que finalement, les centrales thermiques, malgré quelques menus rejets de CO2 (gaz non polluant, je rappelle), cela n’a pas que des inconvénients ? Que des centrales nucléaires au Japon, zone à forte sismiscité, ce n’est vraiment pas une bonne idée, en l’état actuel des technologies ? »

    Les centrales thermiques ont à mon sens beaucoup plus d’impact et d’inconvénients que les centrales nucléaires. En effet, combien de mineurs meurent chaque année dans le monde pour extraire le charbon en comparaison des mines d’uranium (extrêmement contrôlée).
    Les poussières issues de la combustion sont nocives sur plusieurs plans:
    tailles des particules, nombreux métaux lourds (le charbon, surtout de mauvaise qualité contient de grandes quantités de métaux lourds, essentiellement cadmium, arsenic et mercure).
    Les résidus (cendres) sont un déchet lourd à gérer car eux aussi concentrent les métaux lourds.
    Le fonctionnement d’une centrale à charbon nécessite des produits comme le chlore, la soude et des acides en très grande quantité.

    En ce qui concerne les centrales nucléaires, la technologie est très au point et aussi très sécurisée. Faut-il rappeler que la centrale de Fukushima a été construite dans les années 70. Quelle vient de résister à un tremblement de terre de Magnitude 9 (Sans compter tous les autres avant) et un tsunami sans précédent. Et elle est toujours debout. Le risque existe, mais comme c’est un risque il est donc connu, évalué, calculé. Et les mesures prisent le sont avec un coefficient de sécurité maximal.
    le japon est une zone sismique active. Malgré cela (et plusieurs centaines de tremblement de terres par an) c’est le premier véritable accident sur une de leurs centrales.
    Il apparait donc que le choix technologique fait par le japon est le bon. Comme vous le dite, plutôt que d’investir des milliards dans une lutte hypothétique, la japon prend les devants et prépare son avenir.

    Enfin pour finir. Il ne faut surtout pas mettre toutes les centrales nucléaires dans le même sac. Les système à eaux (bouillante au japon et USA; pressurisée en France) sont beaucoup plus sur que les système à graphite (URSS).
    La catastrophe nucléaire annoncée par les écolo n’aura pas lieu. Simplement parce que le réacteur ne peut exploser et comme il n’y a pas de graphite, aucun incendie ne pourra envoyer des particules dans l’atmosphère.

    Cordialement

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles