Quand la merde verte tape le ventilateur réchauffiste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand la merde verte tape le ventilateur réchauffiste

Publié le 10 mars 2011
- A +

Comme vous le savez sans doute, nous allons tous mourir. Pour certains, ce sera à cause des OGM, pour d’autres d’invasions barbares, et pour quelques uns, ce sera Gaïa qui se sera révolté une bonne fois contre les parasites humains qui la colonisent. Aujourd’hui, je vous propose la mort par noyade.

Pour celle-ci, il vous faudra de la glace, plein de glace. Vous la trouverez aux pôles, bien sûr.

Et vous allez avoir besoin de chaleur, plein de chaleur. Vous la trouverez un peu partout, et vous l’attribuerez bien vite à l’activité humaine qui est, je vous le rappelle, l’alpha et l’omega des merdes sur cette planète.

Pour que tout le monde soit bien d’accord avec vous, vous ferez appel à un panel majoritairement composé de scientifiques qui… hum… non, majoritairement de politiciens divers qui prouveront, à partir de papiers dont quelques uns seront relus par des scientifiques, parfois, qu’il y a bien un effet de cause à conséquence entre les voitures qui polluent et la fonte des glaces.

Vous donnerez plein de thunes à ce panel, qui pondra quelques volumineux rapports dont le résumé, purement politique, conduira les dirigeants à prendre des décisions impopulaires et ridicules pour rendre les pauvres plus pauvres et les riches plus riches, à commencer par Al Gore.

Evidemment, pour la fonte des glaces, vous sélectionnerez les rapports les plus solides. Par solides, je veux dire « ceux qui prouvent que tout fond très vite« . Pas les autres. Il vous suffira ensuite de faire un emballage cadeau pour le présenter à une presse toute acquise à votre proposition. Vous pourrez faire appel à une célèbre entreprise de Tripes et Volailles pour accompagner le présent.

Et vous obtiendrez un miracle de précision et de travail hémicéphalique grossièrement construit sur le thème « l’eau va monter, achetez des éponges ».

Bon. Evidemment, vous ne parlerez pas, jamais, ni de loin, ni de près, même en innuendo, d’autres articles qui expliquent pourtant fort bien que les modèles utilisés pour prévoir la fonte des glaces polaires et la montée afférente des eaux sont … douteux, disons.

Ce serait introduire un parfum de contestation et d’hésitation dans la doxa officielle : on va tous mourir, on va tous mourir noyés, on va tous mourir noyés par les glaces qui fondent très vite, on va tous mourir noyés par les glaces qui fondent très vite à cause du réchauffement climatique, et surtout …

On va tous mourir noyés par les glaces qui fondent très vite à cause du réchauffement climatique provoqué par l’homme, engeance pénible qui bousille Gaïa plus vite que son ombre, le vilain.

Il est amusant de constater que la presse internationale, anglo-saxonne notamment, fait la part belle, depuis le Climategate de novembre / décembre 2009, aux deux côtés de la controverse climatique qui secoue assez violemment le monde scientifique et de voir que, dans le même temps, en France, la presse nationale n’émet absolument aucun doute, aucune interrogation sur les thèses avancées.

Le climategate a pourtant clairement montré les errements pathétiques d’une clique de chercheurs pour faire avancer des thèses qu’ils n’arrivaient pas à prouver de façon solide ; bidouillages, approximations, pressions psychologiques, rien n’aura été épargné pour s’assurer qu’on puisse cacher la baisse des températures, et permettre l’émergence de l’idée farfelue de la crosse de hockey.

Alors que les échanges d’emails ne laissaient guère de doute sur les gesticulations de Phil Jones et Michael Mann pour tout tenter afin de cacher les données compromettantes (i.e. pas réchauffistes), la presse française jouait sur le mode pianissimo et n’en parlait quasiment pas. A l’exception, notable, de Allègre, régulièrement étrillé dans nos médias (parfois à juste titre tant ses arguments précipités faisaient parfois bricolés) ou Vincent Courtillot (beaucoup plus gênant car posé, calme, et redoutablement bien outillé) et de quelques rares autres, dont l’honnêteté les pousse à prendre les rapports réchauffistes avec beaucoup de pincettes, tout fut fait et l’est encore pour ne surtout pas parler des révélations qui, pourtant, s’accumulent dans le mauvais sens.

Ainsi, on apprend hier que les entretiens qui eurent lieu ente les inspecteurs fédéraux dépêchés par le Sénat américain et certains scientifiques (ici, de la Penn State University), précédemment présentés comme disculpant complètement les principaux acteurs du Climategate … sont en réalité particulièrement incriminant pour ces derniers.

Voici d’ailleurs un extrait des questions de l’inspecteur général de la NOAA américaine (National Oceanic and Atmospheric Administration) à Eugene Wahl (un des auteur des rapports du GIEC, ) :

Q. Avez-vous reçu la requête, de Michael Mann ou d’un autre, d’effacer des emails ?
A. J’ai reçu cet email. C’est le dernier sur votre liste, là. J’ai bien reçu ça.
Q. Et qu’avez-vous fait à la réception ? C’était de Michael Mann, je suppose ?
A. Oui. Selon mon souvenir, j’ai juste reçu un « forward » de lui.
Q. Et quelles furent les actions que vous avez prises ?
A. Bien, pour autant que je me souvienne, j’ai bien effacé les emails.
Q. Et avez-vous trouvé cette requête inhabituelle, cette requête d’effacement de ces emails ?
A. Eh bien je n’en avais jamais reçu de telle avant. En ce sens, oui, c’était inhabituel.

Je résume : il y a bel et bien eu tentatives grossières de cacher des données compromettantes de la part des scientifiques qui sont, pourtant, à la base des principales études « prouvant » le réchauffement climatique.

Il y a, bel et bien, des tentatives générales d’étouffement de ce savoir, et ce, entre des laboratoires, des universités et des scientifiques dont l’importance remettent directement en cause l’ensemble des travaux du GIEC auxquels ils ont participé.

Et devant ces évidences, la presse française continue de faire des petits prouts discrets dans la direction générale des écolos. Elle soigne son lectorat.

Inconvenien Truth
—-
Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Je rappelle tout de même que la mesure du niveau des océans est indépendante des calculs de fontes de glace. On peut donc s’amuser à faire des prédictions basées sur la fonte des glaces, ça n’influencera en rien les résultats sur le niveau des mers. Ca confirmera ou ça infirmera, mais des prédictions fausses de fontes n’entraînent pas l’invalidité de la mesure des océans.

      • Donc rien, je me contentais d’apporter cette précision.
        Si on dit « au secours le niveau des mers monte », ce n’est pas remis en cause en cas de mauvaises interprétations sur la fonte des glaces. C’est une pure observation.

        Après, il faut juste distinguer ceux qui disent « au secours les glaces fondent donc le niveau des mers va monter de 2 kilomètres par an » et ceux qui disent « au secours le niveau des mers monte, on le voit ». Et c’est pas forcément évident…

  • je suis d’accord avec le fait que cette nouvelle forme de pensée unique est dérengeante, d’autant plus qu’elle « pollue » une réflexion sur un pb réel . Personne ne peut nier les dégâts de l’activité humaine sur l’environnement, la réalité de la fonte des glaces ou de la déforestation ( à moins que toutes les images satellites soient bidonnées par Al Gore, mais ça paraît peu probable ) .
    De plus, les rejets divers et variés qui ont été lâchés sans aucun contrôle, par les activités issues des économies capitalistes et socialistes ( où là ils se sont bien amusés, dans l’intérêt du progrès social et du bonheur collectif bien sûr ) ont durablement abîmé l’environnement et surtout les sols .

    ça ok, même Allègre peut pas dire qu’on a pas salopé certains endroits . Et là-dessus, ce serait plutôt simple de trouver des solutions intelligentes autour d’un constat simple, qui fait consensus . Au lieu de ça, les croisés verts s’attaquent à des relations de cause à effet et des prédictions scientifiquement pas évidentes, en utilisant des méthodes pires que celles qu’ils prétendent dénoncer . Toute l’énergie sert à dénoncer cette fumeuse histoire de réchauffement . Il en découle une contre-productivité stupide, une perte de temps et d’argent, et un brouillage du message visant à sensibiliser le public .

    Enfin, il est de bon ton de stigmatiser les pays émergents, qui en pleine croissance, ont des besoins industriels que nous avons connu il y a quelques décennies ( et en plus nous on a salopé et pillé leur ressources, sans aucun souci de l’environnement ) . Oui mais nous à l’époque on savait pas … on est allé sur la lune en 69, et on savait pas que balancer des résidus et des produits chimiques dans l’eau ou l’air était potentiellement ?
    Ils sont 10 fois plus nombreux que nous et ils ont la dalle ! Néanmoins, les brésiliens coupent la forêt, utilisent des terres agricoles pour produire du carburant « vert » pire que le noir, mais ils ont aussi, comme en Inde ou en Chine, des idées surprenantes et efficaces . Partant d’un constat simple concernant les bidonvilles de Sao Paulo ( pas de tout à l’égout ), ils innovent en matière de merde verte : ils font de la méthanisation avec la merde des quartiers en question . Ainsi, ils rejettent moins de merde dans la mer et le sol, ils produisent une énergie non polluante, tout en améliorant les conditions de vie de la population et en diminuant les maladies en tout genre .
    Inutile de dire que l’initiative est celle de la ville, d’une entreprise privée et qu’une partie du finacement vient de donateurs privés . On est donc loin des dépenses somptuaires du GIEC ( petits fours bios et quelques trajets en avion ), des débats stupides, de recherches fumeuse, et de l’écologie française qui consiste à subventionner des voitures à peine moins polluantes, bien moins performantes et beaucoup plus chères !

    • Vous avez une source pour les « images satellites » montrant la « fonte des glaces » que « personne ne peut nier » ?

  • http://nsidc.org/data/virtual_globes/index.html

    il y a bcp de sites qui reprennent presque tous les images de la nasa, ou google earth, bien que la plupart de ces sites soient peu objectifs et assez militants … j’y ai lu des trucs incroyables, comme la théorie de la terre creuse que les gouvernements nous cachent, il y a bcp de gens complètement barjes sur ces sites ! rappelons-nous la présence de Francis Lalanne sur les listes vertes aux européennes ( ou régionales je sais pu ) !

    mais concernant la fonte des pôles, j’ai rencontré pas mal de suédois dans le cadre du boulot . Pour eux, c’est vraiment une réalité, mais ils sont assez sceptiques sur les théories et débats du GIEC et consorts ; pourtant ils sont plus concernés et sensés êtres « très écolos  » . Le souci urgent des scandinaves, c’est plutôt les épaves de sous-marins nucléaires russes, leurs ogives, leurs bases à l’abandon …

  • Il y a mieux encore : http://wattsupwiththat.com/reference-pages/sea-ic

    Vous y retrouverez les données NSIDC, et d’autres aussi. Et vous y remarquerez que, Arctique + Antarctique, la banquise mondiale est remarquable par sa grande … stabilité.

    Très bons commentaires de votre part sur la plupart des sites.

    Vos collègues suédois voient des phénomènes locaux (et ils ne se déplacent pas en satellite 😉 ). Il y a d’autres phénomènes locaux : demandez aux marins russes qui ont failli mourir bloqués en mer dans les glaces cet hiver. Demandez à la Lettonie qui veut s’acheter un brise glace supplémentaire parce qu’elle n’arrive plus à dégager l’accès à ses ports.

  • on n’aura jamais le fin mot de l’histoire puisqu’on va tous y passer en 2012, les mayas l’on dit ! puis entre la fin du monde, les extra-terrestres et la terre creuse, on a plus pour longtemps !
    comme il ne nous reste plus qu’un an, je propose qu’on s’éclate un peu, votons Attali en 2012 ! tiens en changeant 2 lettres ça fait Attila .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Benjamin Faucher. 

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

... Poursuivre la lecture

Par Damien Conzelmann.

Sur les ondes de France Inter, Olivier Blanchard, ex-chef économiste du FMI, déclarait qu'il n’y a pas à sacrifier la croissance pour éviter le réchauffement climatique :

https://twitter.com/franceinter/status/1407950272060694529

 

Il n’en fallait pas plus pour réveiller et indigner tous les partisans de l’idée de décroissance économique. Les insultes ont fusé. Gilles Raveaud a même parlé de « naufrage intellectuel ». Récemment, la publication d’un brouillon du GIEC a également relancé ... Poursuivre la lecture

Par Jo Moreau. Un article de Belgotopia

Nous sommes abreuvés d’avertissements affolés devant l’épouvantable canicule qui nous attend la semaine prochaine, alimentée par notre inaction devant le thermostat climatique, pourtant dénoncée par notre future doctoresse honoris causa et ses suiveuses.

Je me suis penché sur quelques précédents météorologiques survenus au XXe siècle, dont le début est caractérisé par une succession d’étés chauds et secs, et je vous en livre quelques exemples spectaculaires ici.

Anno 1900

Janvier es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles