Une radicale républicaine, Marine Le Pen

La laïcité « à la française » fait partie de ces vaches sacrées pourtant obsolètes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une radicale républicaine, Marine Le Pen

Publié le 7 mars 2011
- A +

Sous ses airs de pitbull, Marine le Pen a subtilement fait évoluer le discours de son père. S’il séduisait  beaucoup de Français (de manière inavouable) par son humour décapant, sa gouaille et son culot, elle est à l’opposé :  son nationalisme austère est glaçant. Elle est aussi plus ambitieuse et meilleure stratège que son père. Avec talent, elle applique à la politique les principes de l’aïkido : utiliser la force de l’adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire. S’appuyant sur les valeurs républicaines de notre classe politique, sa stratégie est gagnante tant que celle-ci n’évolue pas. Résultat : elle ne cesse de monter dans les sondages.

La classe politique, formatée à l’ENA (ou à l’école RPR) pense toujours qu’il est de son devoir d’imposer  aux Français des limites, des normes à leur pensée, à leur parole, à leurs pratiques, à leur foi. Après tout, la république est née autoritaire, arbitraire. Ils ne font qu’en reprendre les principes fondamentaux. Dans l’Union européenne et dans un monde de plus en plus ouvert, ce mode de pensée ne tient plus la route. Les Français ont été naïfs en imaginant que l’espace de liberté qui se banalise à l’échelle du monde concernait aussi leur pays. Pas plus que dans le domaine économique, car ils subissent encore la hiérarchie des valeurs fixée par l’élite au pouvoir, élite qui a du mal à comprendre l’évolution du monde comme on l’a vu avec Hadopi.

La laïcité « à la française » fait partie de ces vaches sacrées pourtant obsolètes. Depuis l’affaire du voile à l’école, la classe politique, de droite comme de gauche, revient de plus en plus sur les pratiques religieuses, culturelles et les coutumes communautaires pour en interdire des aspects les plus provocants. Marine le Pen a bien saisi ce décalage, et a donc adroitement choisi de positionner son discours dans une pure logique républicaine. Il ne manquait plus que le débat sur l’identité nationale, qui a glissé sur la laïcité, pour déclencher son plan d’attaque ficelé au cordeau. Les Français découvrent une vision radicale du pacte républicain. Contrairement à son père qui faisait polémique sur ses bons mots au goût plus que douteux, elle mène le débat sur le fond, et personne ne peut contester le fondement de son raisonnement. Le piège se referme avec un sondage choc (et contesté) qui la place en première position à l’élection présidentielle.

La réponse républicaine, c’est l’État et les normes éducatives, sociales et culturelles qu’il fixe. Terminées les tergiversations semi-poujadistes de son père, elle propose le grand retour de l’État qui doit « retrouver son rôle régulateur en matière économique et se réapproprier le contrôle de certains secteurs stratégiques comme l’énergie, les transports et si nécessaire, les banques insensibles aux injonctions d’éthique ». Le ton est donné. Plus républicaine que le PS et l’UMP, les attend de pied ferme sur ce terrain miné. Elle est populiste comme Mélenchon, mais avec une ampleur populaire que lui n’a pas.

Il est temps de dénoncer les aspects obcurantistes du fameux « pacte républicain », et d’offrir un vision moderne et libérale de la société. C’est le choix du Parti libéral démocrate,  il est hélas probable que le centre resserré autour du Parti radical aura du mal à s’engager dans cette voie.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Ici c’est vraiment le nivellement par le bas. Marine va vous surprendre mes porcelets…

    • Votre problème, ainsi que celui des Français, c’est que vous ne comprenez pas du tout ce qu’est le nationalisme, la définition de ce mot, les valeurs sur lesquelles il se base.
      La France, le seul pays au monde où « nationalisme » est un gros mot …

      Plutôt que de toujours critiquer le FN, essayes d’abord de comprendre pourquoi, en Suède par exemple, l’extrème droite devient de plus en plus fort alors que le pays a toujours été connu pour son progressisme (quelque soit le sujet).
      Idem pour la Hongrie.

      Réfléchis …

  • Le plus marrant, c’est de voir les contorsions de Marine pour réconcilier le climato-scepticisme de son père avec sa position à la limite de l’écolo-mysticisme typique du romantisme vert des Nazis des années 30.
    Enfin, on rirait plus si c’était moins triste.

    Heureusement qu’on puisse se consoler à l’idée de botter les fesses à la droiche et à la gaute en votant pour elle au premier tour. Si elle peut prendre assez de voix pour que les verdâtres et autres crypto-marxistes ne soient pas remboursés de leurs frais de campagne, ça me satisfait pleinement.

  • Ce qui est intéressant, c’est qu’on voit se substituer progressivement un débat de modèle plutôt que de personnalités. Changement d’ère ? Il y a un fort enjeu pour les libéraux, hélas absents et encore loin de présenter une force suffisante pour engager le fer avec l’UMPS et le FN.

  • De toute la classe politique, peu nombreux sont ceux qui osent s’appuyer sur les écrits d’auteurs libéraux. Marine Le Pen le fait elle, en parlant régulièrement de Maurice Allais. Stratégie politique? Peut-être, mais personnellement, je ne vois quel intérêt elle aurait à retirer d’une telle mention.

    • Ce qu’elle cite de Maurice Allais, c’est ses thèses protectionnistes, positions l’aillant amener à se marginaliser des libéraux.

  • Et voilà!
    Qu’est ce que je disais, pour vous, nationaliste, c’est un gros mot.

    « Le dernier refuge de la racaille »

    C’est vrai que jusqu’à présent, tous les autres partis politiques ont fait montre d’une incroyable morale.

    Vous êtes le français typique qui ne voyage jamais si ce n’est club med et autres stupidités du genre …

    Le problème, c’est que les français, lorsqu’ils lisent la presse, ne pensent pas une seconde que le mode de pensées qui en resort soit totalement différent à l’étranger alors que c’est bel et bien le cas.

    C’est à cause de gens comme vous que The Economist continue régulièrement de nous tirer dessus à boulets rouge !

    • Grande révélation : Contrepoints n’est pas un site de la mouvance nationaliste ! Pour le reste de votre commentaire, sans offense, ne vous fâchez pas, on a un peu de mal à voir où vous voulez en venir.

  • Je ne vois pas en quoi M

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron pourra-t-il reconquérir la jeunesse séduite par Mélenchon et Le Pen ?

Pour gagner sa place à l’Élysée, il veut convaincre même ceux qu’ils persécutaient ou ignoraient hier. En déplacement à Denain, dans le Nord de la France, le président candidat a été interpellé par deux femmes lui reprochant d’avoir voulu « emmerder les non-vaccinés ». « Emmerder les non-vaccinés, vous l'avez dit », lui rappelle une des deux femmes. « Oui mais je l'ai dit de manière entre guillemets affectueuse » a répondu Emmanuel Macron.

Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

On dit qu'en démocratie, les peuples ont les politiciens qu’ils méritent. Devant les désolantes options qui ont été les nôtres dans ce premier tour de l’élection présidentielle, il est temps de s’interroger sur ce que nous sommes devenus.

Sur les 12 candidats, 9 sont incompatibles avec la démocratie libérale, le commerce international et l’économie de marché.

Au moins trois militants trotskystes - Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Jean-Luc Mélenchon - ont obtenu sans souci les signatures de 500 de nos élus qui leur ont permis d... Poursuivre la lecture

Le politologue Jérôme Sainte-Marie l’avait prédit : le clivage gauche/droite est en train d’être supplanté par celui entre un bloc élitaire et un bloc populaire[1. Jérôme Sainte-Marie, Bloc contre bloc : La dynamique du Macronisme, Paris, éditions du Cerf, 2019.]. Seulement, le bloc populaire est lui-même fracturé entre son aile nationaliste et son aile communiste, ce qui donne un avantage au bloc élitaire qui arrive au premier tour avec Emmanuel Macron.

L’ancien clivage entre PS et LR est mort. Entre une Anne Hidalgo à 2 % et une Valé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles