Si Zemmour et Galliano étaient américains

Les idèes plus fausses ne sauraient être censurées car elles participent du débat public

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si Zemmour et Galliano étaient américains

Publié le 5 mars 2011
- A +

À la une de tous les médias américains ce jour, la décision de la Cour Suprême des États-Unis d’innocenter une eglise baptiste du Kansas (Westboro Baptist Church) accusée de profanation et discours haineux lors des obsèques du marine Matthew Snyder, tué au combat en Irak. Cette église avait saisi l’occasion de la cérémonie funéraire pour manifester contre l’intégration des homosexuels dans l’armée américaine. On put voir , il y a trois ans, à la télévision, des fidèles vociférants, brandissant des pancartes avec des slogans aussi élégants que « Merci mon Dieu pour avoir tué des soldats », « Les pédés ( fags ) damnent notre Nation ».

Le père de Matthew Snyder avait obtenu en première instance, une indemnité réparatrice de $5 millions. C’est ce jugement que la Cour Suprême a annulé, rappelant que le premier amendement à la constitution accordait aux Américains une liberté d’expression sans limite, fut-ce pour des propos haineux. Ce principe ne souffre aucune exception. « Un discours peut faire mal, rappelle le président Roberts, mais la constitution ne permet pas de réagir à ce mal en punissant l’auteur de ce discours ». « Les idèes plus fausses ne sauraient être censurées, a ajouté le juge Stephen Breyer, car elles participent du débat public sur lequel repose le pays. Un seul magistrat, le plus conservateur, Samuel Alito, aurait voulu sanctionner les baptistes pour atteinte aux valeurs de la nation : une posture de ce juge, sans fondement légal.

La France connait d’autres lois, variables dans le temps : Éric Zemmour est donc condamné pour racisme et John Galliano le sera sans doute, pour son antisémitisme. Devrait-on comparer les deux systèmes ? Deux histoires différentes et deux cultures distinctes ne se comparent pas. Le défaut majeur de la loi française est de conférer une audience excessive à des propos sans aucun intèrêt. Zemmour n’aime pas les Arabes et Galliano n’aime pas les Juifs : c’est leur problème . Malheureusement, on nous oblige à les partager.

Un entre-deux existe en Grande-Bretagne où la justice estime qu’être antisémite, c’est haïr les juifs au-delà de ce qui est tolérable. Galliano est-il plus antisémite que la norme ? Même question pour Zemmour. Je crains qu’ils ne se situent l’un et l’autre, dans la moyenne. Un peu au-dessus, je l’espère.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Ne nous cachons pas derrière des pirouetes verbales . Soyons clairs . Ne voyez pas dans mes propos la moindre allusion anti semite .

    Si un journaliste non juif avait declaré qu’un employeur a le droit de refuser une personne uniquement parce qu’elle est juive , il aurait été rayé des médias et n’aurait plus de boulot .

    Mais par contre un journaliste juif affirme qu’on a le droit de discriminer les noirs uniquement parce qu’ils sont noirs : il est seulement sanctionné d’une petite amende et peut continuer a fanfaronner . Cherchez l’erreur .

  • La loi gayssot permet surtout à certaines associations de satisfaire leur « envie de pénal »(philippe muray)

  • Si on a condamné Joey Starr, faut condamner Zemmour, c’est juste logique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Cela fait pas mal d'années voire de décennies que la liberté d'expression passe un mauvais quart d'heure et subit des atteintes, des restrictions.

D'abord avec les lois qui instituent des délits d'opinion, comme la loi Pleven sur les propos discriminatoires à raison de la religion ou de la race, la loi Gayssot qui pénalise le stupide négationnisme des chambres à gaz donnant ainsi une tribune judiciaire à ses méchants adeptes, les lois mémorielles qui veulent écrire l'histoire, la loi Taubira sur la traite esclavagiste limitée au trafic... Poursuivre la lecture

fausses nouvelles destabilisation entreprise
4
Sauvegarder cet article

Par Tiffany Donnelly.

L'éditeur du New York Journal, William Randolph Hearst, aurait dit : "Vous fournissez les images, je fournis la guerre !"

Hearst et son rival, Joseph Pulitzer, ont fait du sensationnel, exagéré et carrément menti quotidiennement à des millions d'Américains avant la guerre hispano-américaine, répandant ce que beaucoup appelleraient aujourd'hui de la désinformation. La presse à sensation a notoirement attisé les flammes du conflit, accusant à tort les Espagnols d'avoir coulé l'USS Maine. Mais si les mensonges... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles