Fumer la moquette est dangereux pour la santé d’Attali

Jacques Attali (Crédits : Pierre Metivier, licence creative Commons)

Attali réplique lamentablement à ceux qui avaient quelques arguments contre son interdiction de la cigarette.

Attali, jusqu’à récemment, pouvait assez facilement prétendre au poste officiel de Troll des Vieux. On se souvient en effet de sa dernière pochade internautique, dans laquelle le docte philosophe/ conseiller / économiste nous expliquait qu’une resucée de la prohibition (version cigarette) serait une expérience à tenter pour le plus grand bienfait de l’humanité. Devant la bordée de commentaires et d’articles étrillant joyeusement les arguments en carton du troll, il n’a pas pu résister à relancer le bastringue ; las, quand on lit sa réplique, le doute n’est pas permis : de troll des vieux, il passe maintenant au statut de Gros Boulet Numérique.

Il commence, pépère, par nous rappeler que personne n’a contesté ses chiffres, comme le nombre de morts par cigarettes, le nombre de cigarettes fumées par an, et tout ce genre de statistiques palpitantes qu’on n’osera jamais tenir sérieusement pour les dégâts du socialisme et des prétentieux conseillers de nos princes.

En fait, personne n’a réellement pris le temps de détailler ces chiffres, parce qu’ils sont tout juste sans intérêt pour la discussion : des millions de personnes meurent aussi de l’alcoolisme, dans des accidents de voitures, par des armes diverses et variées, sans que l’interdiction constitue pour autant une piste sérieuse à étudier.

Mais puisqu’il nous nargue avec ses jolis nombres et ses pourcentages taillés au cordeau, notons tout de même qu’il prétend que le tabac aurait fait 100 millions de morts (comme le communisme, du reste). Cependant ici, il s’agit réellement de la cigarette : le nombre de morts par tabac à priser, à chiquer, chez les usagers de cigares ou de pipe, doit être pour ainsi dire inexistant. Contrairement à l’alcool ou l’héroïne, les effets du tabac et spécifiquement de la nicotine sont plutôt modestes, non psychotropes, et que c’est d’abord la fumée et les goudrons d’une cigarette qui provoquent les cancers.

Mais à la limite, baste, passons : c’est vraiment un détail dans l’avalanche d’arguments consternants qui va suivre, à côté desquels le fait que ses chiffres soient corrects ou pas n’a, finalement, aucune importance.

Jacques Attali, plein de bonnes intentions (?)

Selon Jacques, deux arguments seulement ont été avancés : l’un qu’il qualifie quasiment de trivial (« pourquoi pas l’alcool, tant qu’on y est ? ») et le second de sérieux (« les gens étant accros au tabac, si on les prive, ils vont tourner méchants »).

On pourra pouffer sur ce que le penseur philosophe économiste juge trivial et sérieux. Cependant, on sera étonné que l’argument plus complexe de la gestion de la prohibition, qui a lamentablement foiré tant pour l’alcool que pour toutes les autres drogues, n’est pas compté dans sa liste d’arguments officiellement retenus comme valables.

Or, c’est très très embêtant, ça ! C’est, en réalité, la principale raison pour laquelle une prohibition ne doit pas être envisagée. Tout simplement parce que, on le sait, on l’a vu, revu et re-revu … ça ne marche pas, du tout.

Pire : de très lourds investissements sont réalisés pour lutter contre les réseaux clandestins qui s’organisent, des équipes entières de police et de gendarmerie doivent être entretenues pour contrer les trafics, au lieu de s’occuper des vraies atteintes aux personnes, le tout pour un échec retentissant : la drogue continue d’être consommée, et l’alcool, prohibé en son temps, créa des monstres comme Al Capone et d’autres.

Mais non : même si la solution que Jaques propose est vouée à un échec cuisant et coûteux, il s’en fiche. L’important est de tenter un truc, peu importe qu’il soit inutile. On reconnaît là l’attitude maintenant habituelle des hommes de pouvoir : on s’agite, on propose des trucs en vrac, sans l’étude historique ou l’honnêteté minimale qui permettent d’éviter les erreurs, et on fonce en frétillant.

En fait, le pompon, ce sont les explications que notre Jacques fournit pour parer les deux seuls arguments qu’il conserve dans son trolling de niveau olympique.

Pour le premier, c’est tout simplement consternant :

La réponse à cet argument est facile : ces produits ne sont nuisibles que pour ceux qui en abusent, alors que le tabac est nuisible à la première cigarette. Il mérite donc un sort particulier.

« Nuisible dès la première cigarette ». Pouf. C’est Attali qui le dit, c’est donc comme ça. C’est ce qu’on appelle l’instant-addiction, ou le flash-cancer, je suppose.

Outre qu’il est évident que c’est médicalement faux (ou, disons, aussi faux que pour l’alcool ou le benji sans élastique) on pourra rétorquer qu’une cigarette tous les 10 ans ne peut pas être tenue sérieusement pour responsable d’un cancer, sauf par le plus parfait des imbéciles ou des hypocrites (n’écartez aucune option, on est surpris, parfois). Bref : on est dans le n’importe quoi lancé à la volée, au hasard, comme le ferait un ninja de la rhétorique pas très entraîné, les yeux bandés et les mains nues, dans un dojo sans lumière avec des adversaires équipés d’armes lourdes.

La seconde explication pour le deuxième argument donne quant à elle une image fidèle de l’infiniment con. D’après Jacques le Troll, l’interdiction pourrait provoquer le manque, et le manque pousser au dealer, ce qui …

… renvoie à une question beaucoup plus vaste : la loi peut elle interdire une addiction ? La réponse est évidente quand il s’agit d’une addiction au meurtre, au viol ou vol ; et la loi fait en principe dans ce cas la différence entre ceux qui sont responsables de leurs actes et ceux qui ne le sont pas.

Oui.

Vous avez bien lu, sous la plume d’Attali, la comparaison stratosphérique des fumeurs avec les tueurs et violeurs en série et les kleptomanes au stade terminal, puis un passage plus que stupéfiant et carrément hallucinogène sur la responsabilité légale de ceux qui exercent de tels actes.

Autrement dit, ceux qui fument sont comme des violeurs multirécidivistes sur leur propre corps. Le fait que le meurtre soit condamné dans toutes les civilisations et cultures, et que la consommation d’herbes ou de boisson qui font rire, de cigarettes qui détendent ou de substances qui font planer soit toléré voire ritualisé dans beaucoup n’émeut pas le boulet du web. Et Attali d’ajouter, en pleine méditation transcendantale à base de champis rigolos :

Pour ces actes d’automutilation, sous toutes leurs formes, le principe doit être simple : une société démocratique doit éloigner ses membres de ce qui peut leur nuire

Notez comme il vient ici de briser en petits morceaux son premier argument puisqu’il apparaît assez clair que l’alcool, les sucreries, les armes à feu, les voitures, les rasoirs à 4 ou 5 lames ou le benji sans élastique peuvent clairement conduire à des actes d’automutilation et qu’alors, une société démocratique doit en éloigner ses membres.

Le salmigondis de ses arguments se mord la queue par tellement de bouts, ses explications entortillées sont tellement pleines d’erreur qu’il devient impossible de ne pas tout rejeter en bloc dans un grand mouvement de dégoût.

C’est bien de dégoût dont il s’agit ici : ce que Jacques propose (et ce qui est confirmé par l’ahurissante conclusion qui suit) est une société de l’interdit, du contrôle millimétré des actions de chacun pour éviter que tout ce qui pourrait lui nuire soit à sa portée. Oui, très clairement, c’est le meilleur des mondes sauce Câlins Sous Prozac qu’on nous vend ici. Et pour faire passer sa sauce, il explique que si les gens fument, boivent, se droguent (ou font du saut à l’élastique), c’est pour combler des manques que nos sociétés et notre modèle de développement créent et ne veulent pas remettre en cause.

Gasp et zut alors : le saut à l’élastique les drogues et l’alcool étant utilisés dans toutes les cultures, la cigarette sur tous les continents, et ce depuis des centaines voire des milliers d’années, on peut se demander comment notre gros boulet peut relier ces vices ancestraux avec … notre modèle de développement actuel. C’est juste absolument n’importe quoi.

En réalité, le trolling d’Attali est parfaitement éclairant sur la nature profonde des thuriféraires de l’état et leur mode de non-raisonnement foisonnant. Les arguments exposés sont pathétiques, les liens logiques feront rire tous ceux qui examineront plus d’une minute ces abrutissantes tentatives d’enfumage, mais elles ont un effet : elles démontrent comment fonctionnent nos « élites », pour grignoter petit-à-petit, pouce par pouce, la liberté qu’ont ceux qui les entourent de faire comme bon leur chante, de ne pas rentrer dans leurs cases.

Attali démontre ici son insupportable envie d’aller se mêler des lubies des autres, coûte que coûte.

Et cet Attali, des gens l’encensent ! Des gens l’écoutent ! Des gens se disent « Bon sang mais il a raison !« , tout comme ils bondissent comme des cabris à la lecture des gribouillages de Hessel, le papy-purée des bien-pensants.

Sérieusement, la France a-t-elle encore besoin d’encenser ce genre de personnes ? Parce qu’actuellement, on voit surtout que la France montre tous les jours son efficacité redoutable à transformer un passé prestigieux en avenir pitoyable, précisément à cause de ces olibrius clignotants.

Attali est l’exemple type de ce que la France produit en terme d’intelligentsia : un porridge gluant de ce qu’on fait de plus consensuel, mou, sucré et un tantinet XIXème siècle.

Ce sont les hommes calibrés sur le même moule qu’on retrouve encore aujourd’hui à sévir aux manettes de l’état, qui aux postes de conseilllers, qui cabinétards invétérés de ministres gatouilleux, et qui font lentement mais sûrement plonger le pays dans des abîmes de perplexité et de conneries.
—-
Sur le web