Qu’est ce que le Droit naturel ?

Peu de notions ont été aussi dégradées par l’usage abusif ou l’exploitation tendancieuse, que celle du droit naturel

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qu’est ce que le Droit naturel ?

Publié le 12 février 2011
- A +

Qu’est-ce que l’homme ?

Par Raoul Audouin

Peu de notions ont été aussi dégradées par l’usage abusif ou l’exploitation tendancieuse, que celle du Droit naturel, à l’exception, sans doute, de mots comme démocratie. Par réaction contre la mythologie politique de Jean-Jacques Rousseau, des juristes allemands du 19e siècle ont souligné qu’on ne peut parler de droit que s’il y a des règles codifiées et sanctionnées, donc s’il existe un pouvoir qui fasse obéir. C’est la puissance politique qui, positivement, permet la création du droit. D’où l’expression « droit positif ».

Le Droit naturel représente cependant l’idéal vers lequel doit tendre le droit positif. Le premier fonde le droit de l’individu à se défendre contre toute agression et contre l’arbitraire du pouvoir, voire contre la loi injuste ; le droit positif, lui, donne force à la loi. Mais c’est le sentiment de sa conformité au Droit naturel qui lui donne autorité. L’Antigone de Sophocle (442 av. J.C.) brave les lois de la cité pour obéir aux « lois non écrites » qui les priment selon sa conscience. L’idée de Droit naturel est le reflet de cette exigence intuitive des hommes, se réclamant d’une autorité suprême, plus juste que la justice de leurs rois et plus salubre que leur prévoyance. Cela relève de l’instinct davantage que de la pensée claire.

La légitime défense et la propriété du territoire existent déjà chez les animaux. L’individu n’attend pas l’appui d’une loi pour réagir à l’injuste. Pour chacun, est injuste ce que l’on ne voudrait pas que d’autres vous fassent. À partir de cette évidence, on peut définir l’objet de la loi comme la prohibition de l’injuste. Si elle s’en tient là, la loi dispose, ipso facto, de l’adhésion commune. Le pouvoir n’a plus que la tâche, réalisable, de prévenir, réprimer ou punir les infractions.

Pour Robinson Crusoé, il n’y a ni lois ni droits, tant qu’il est seul dans son île. Les droits naissent là où il y a société, c’est-à-dire au minimum un groupe organisé pour répondre à des besoins en répartissant les tâches entre ses membres. Si j’ai besoin de mes voisins, mon propre instinct de conservation me fait un devoir de respecter leur vie, et de ne rien faire qui trouble notre nécessaire coopération. Ce qui est un devoir pour chacun, constitue la substance des droits des autres.

Cette définition primaire de la loi est aisément compa­tible avec l’idée tout empirique du droit naturel : celle-ci est née du fait que les Anciens constataient, chez tous les peuples qu’ils connaissaient, des interdictions et des obliga­tions analogues aux leurs. C’est ce que les Romains appelè­rent le ius gentium et que nous traduisons trop littéralement par le « droit des gens ». De façon expérimen­tale, cette similitude est venue indiquer l’existence virtuelle d’un code des règles conformes à la nature de l’homme. Mais le contenu ne s’en dégage qu’ historiquement, et non sous la forme d’un concept logique.

(À suivre : La vie en société fonde t-elle des droits innés ?)

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • C’est drôle que tu cites Robinson Crusoe et Defoe et que tu ne cites pas Leo Strauss pour parler de droit naturel, La définition antique n’a rien à voir avec la la posture moderne du droit naturel qui demeure malgré tout téléologique. Ainsi, on dira que le naturel est l’individuel et que l’universel est une construction de l’entendement. Donc, voilà l’élément qui achoppe souvent ces (et les) articles qui veulent penser la liberté: jamais la question de l’individualité n’est posée. Et pourtant, pourtant, c’est ce qui est au coeur du droit naturel, c’est ce qui en au coeur de la liberté et de la vie en société. L’individualité en tant qu’élément indivisible de du corps social………….

  • La dichotomie de Leo Strauss, conservateur, entre Droit naturel classique et droit naturel moderne est contestable.
    Qu’il y ait eu une évolution sur deux millénaires de Aristote à Locke est bien sur évident, mais il ne s’agit pas d’une rupture aussi profonde ni sur les conséquences (le droit naturel romain (rendre à chacun ce qui est sien etc..) ressemble au droit naturel moderne, ni sur les fondements (des droits naturels attachés à l’individu existent très tot, bien avant la modernité.) que Leo Strauss et les conservateurs veulent bien le croire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le droit naturel ou jusnaturalisme est un mode de pensée juridique qui s’oppose au droit positif, au positivisme. Dès lors ici, le droit n’est pas ce qui est posé par l’autorité habilité à le faire, mais le droit naturel se trouve être, selon Serge Braudo :

« L’ensemble des droits que chaque individu possède du fait de son appartenance à l’humanité et non du fait de la société dans laquelle il vit. Le droit naturel, qui comprend notamment, le droit à la vie, et à la santé, le droit à la liberté, comme le droit de propriété ; il est inh... Poursuivre la lecture

John Locke
3
Sauvegarder cet article

Un article publié en collaboration avec l'Aleps.

En dépit de certaines ressemblances formelles, comme la commune référence à l’état de nature et au contrat social, on imagine difficilement deux pensées aussi opposées que celles de Locke et de Hobbes. C’est qu’ils diffèrent fondamentalement sur leur conception de l’être humain.

Dans la tradition d’Aristote et Saint Thomas, John Locke (1632-1704) décrit un homme libre, rayonnant d’une dignité qu’il a en propre, et naturellement porté vers le respect des autres et la compréhension... Poursuivre la lecture

ignorer l’État
3
Sauvegarder cet article

Par Robert Guiscard.

Précurseur de la théorie de l’évolution, Herbert Spencer n’aura pourtant pas survécu à la sélection du temps... Réparons donc ici cette injustice !

Si ses travaux ont eu une influence majeure à son époque, ils sont à présent tombés dans l’oubli, injustement caricaturés comme un darwinisme social ou un laissez faire naïf.

Mais qu’en est-il vraiment ? Penchons nous sur Le droit d’ignorer l’État pour découvrir la pensée de ce penseur génial.

Ce livre se décompose en trois parties :

Le droit d... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles