L’après Trichet

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jean-Claude Trichet, président de la Banque de France (Crédits European Parliament, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’après Trichet

Publié le 12 février 2011
- A +

Par Open Europe.

Jean-Claude Trichet, président de la Banque de France (Crédits European Parliament, licence Creative Commons)L’élévation d’Axel Weber au poste de président de la Banque centrale européenne a longtemps semblé devoir être une formalité, un pas naturel en direction d’un euro « de langue allemande ». Les nouvelles de jeudi ont donc pris bien du monde par surprise, y compris le chancelier Merkel et les marchés. Apparemment, le gouverneur de la Banque centrale fédérale allemande a décidé de se retirer de la course parce que, d’après les paroles d’un officiel européen cité par le Wall Street Journal, il a « d’autres plans ». Certains journaux suggèrent que ces fameux plans pourraient inclure un poste au sommet de Deutsche Bank.

La situation est assez confuse. D’après des sources à la Bundesbank, Weber pourrait tout de même vouloir être en course comme président de la BCE. Weber lui même a déclaré ne pas souhaiter faire de commentaires tant qu’il n’a pas discuté de cette question avec Merkel. Mais d’après nous, Weber a jeté l’éponge.

En premier lieu, il n’a pas beaucoup d’amis dans les pays de la périphérie de l’UE. C’est un opposant féroce (et vocal) au rachat par la BCE des obligations pourries de la Grèce, de l’Irlande et compagnie. Et il est probablement impatient de relever les taux d’intérêts pour combattre l’inflation, parce que, en fin de compte, c’est à ça que sert la BCE. Mais une telle politique serait un poison pour les économies vulnérables de la zone euro, qui essaient de rebondir après la chute de leurs économies.

L’Allemagne pourrait aussi avoir décidé que sacrifier la présidence Weber à la BCE était le prix à payer pour le retour de la France comme soutien du « pacte de compétitivité ».

Et maintenant ? Il se dit que Merkel manque d’un plan B. La seule alternative viable serait Klaus Regling, le président de l’EFSF, mais il n’a aucune intention de quitter son poste actuel.

On peut présumer que Sarkozy aurait envie de remplacer Trichet par Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France. Ou peut-être le président du FMI Dominique Strauss Khan (neutralisant du même coup un rival potentiel pour l’élection présidentielle de l’année prochaine). Mais la nationalité est importante, et il est très improbable qu’un autre Français soit nommé à la place de Trichet.

L’Italien Mario Draghi, a donc émergé comme le candidat le plus fort. Il a fait un boulot décent pour protéger les banques italiennes de la crise, et sa réputattion internationale comme président du conseil de stabilité internationale est à la hauteur. Il est aussi considéré plus diplomatique que le faucon Weber.

Toutefois, son passé chez Goldman Sachs pourrait jouer contre lui. De plus, en tant que président de la BCE, Draghi se retrouverait aussi à la tête du conseil eruopéen du risque systémique, le nouveau gardien de l’UE en charge de la supervision macro-prudentielle. Mais l’Italie s’est déjà assurée de la présidence de l’autorité bancaire européenne (Andrea Enria). Il y a quatre nouveau superviseurs financier dans l’Union Européenne, et donner deux de ces postes de président à l’Italie pourrait être trop, surtout que le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France n’en auraient aucun.

En d’autres mots, la situation reste fluide. Trichet quitte sa tour en octobre, et ce qui est clair, c’est que la zone euro ne peut pas se permettre une bagarre au sujet de sa succession.

Repris du blog d’Open Europe avec l’aimable autorisation de ses responsables.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

D’ordinaire, c’est un sujet qui fâche et qui peut vite vous valoir d'être catalogué dans le camp des grands méchants libéraux, fanatiques de l’austérité et nostalgiques du temps où les enfants travaillaient dans les mines. Mais entre le passe sanitaire et les élections qui approchent, la question de la gestion des comptes publics ne fait plus franchement rêver la presse.

Pourtant, la facture du fameux « quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron commence à pointer le bout de son nez. Il est utile de préciser que not... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute

La Banque centrale européenne a annoncé une réduction progressive du programme de rachat d'actions le 9 septembre. On pourrait penser qu'il s'agit d'une idée judicieuse compte tenu de la récente hausse de l'inflation dans la zone euro, qui a atteint son plus haut niveau en dix ans, et de la reprise prétendument vigoureuse de l'économie.

Cependant, il y a un gros problème. L'annonce n'est pas vraiment une réduction progressive, mais simplement un ajustement à une offre nette d'obl... Poursuivre la lecture

Par Franky Bee.

Tout commence lors du débat qui s’est tenu le 28 août dernier entre Rafik Smati et Éric Zemmour.

L’économie ? « Ce n’est pas la priorité », affirmait Zemmour. En face, le président d’Objectif France est tout le contraire de son contradicteur sur ce sujet, à savoir l’un des rares hommes politiques français à avoir développé une véritable réflexion économique dans un monde de hauts fonctionnaires et philosophes, où les projets sur l’économie sont construits à la va-vite à la manière d’un grand bingo des choses cen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles