Le PS veut-il changer de République ?

Nous ne savons toujours pas si les socialistes entendent changer de République

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Martine Aubry, Parti socialiste(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le PS veut-il changer de République ?

Publié le 11 février 2011
- A +

Par Alex Korbel.

Martine Aubry et Jean-Paul Huchon, deux des poids lourds du PS
Martine Aubry au 104 crédits parti socialiste Martine Aubry au 104 crédits Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Un an avant la prochaine élection présidentielle, nous ne savons toujours pas si les socialistes entendent changer de République.

Martine Aubry appelle au renforcement des pouvoirs du Premier ministre aux dépens de ceux du président, mais s’agit-il de changer la pratique politique ou les textes ?

Elle réclame la suppression de l’article seize qui est une revendication permanente de la gauche alors que cet article n’a été appliqué qu’une seule fois au moment du putsch des généraux en Algérie.

Elle entend également supprimer l’innovation de 2008 selon laquelle le président peut s’adresser directement au Parlement.

Par ailleurs, lorsqu’elle estime que le droit de dissolution du président ne doit pas être utilisé à des fins de convenances personnelles, il faut rappeler que ce droit n’a été utilisé depuis 1958 que cinq fois, deux fois par le général de Gaulle, en 1962 quand l’Assemblée a censuré le gouvernement Pompidou et en 1968 pour trouver une solution politique à la crise, deux fois par François Mitterrand pour tenter d’obtenir une majorité parlementaire après ses victoires présidentielles et enfin en 1997 par Jacques Chirac, dissolution qui a permis le retour de la gauche au pouvoir et que la droite hésitera à réitérer dans l’avenir. Comment dès lors faut-il comprendre, en termes de proposition de révision, ce vœu de mettre un terme à la dissolution pour « convenances personnelles », qualification qui peut s’appliquer à l’extrême rigueur à celle de 1997 mais certainement pas aux quatre autres !

D’autres propositions sont avancées par elles, que l’on peut soutenir ou non, mais qui ne paraissent pas nécessiter l’abandon de la Ve république.

Lire la suite de Les socialistes veulent-ils changer de République ? par Gérard Grunberg sur le site de Telos.

Ce paragraphe a été reproduit avec l’autorisation de Telos.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le libéralisme français s'est longtemps identifié au parlementarisme comme le souligne un article de Nicolas Roussellier[1.Nicolas Roussellier, « Libéralisme et institutions », Mélanges de l'École française de Rome, 2002, 114-2, p. 629-636].

Je rappelais dans un article récent combien Benjamin Constant était indifférent à la forme apparente du pouvoir (monarchie ou république) pourvu qu'il s'agisse d'un régime « représentatif ». Défini simplement, le parlementarisme implique en effet le contrôle du pouvoir exécutif par des assemblées r... Poursuivre la lecture

Poser la question c’est y répondre : il n'en reste rien ou presque après 40 ans !

Mais quelles étaient ces grandes réformes structurelles du premier Président de gauche de la Ve République élu en 1981 ? Quatre réformes nous semblent emblématiques :

Les nationalisations des entreprises et des banques La retraite à 60 ans La réduction du temps de travail L’impôt sur les grandes fortunes (IGF)

 

Nous passons volontairement sur les réformes économiques conjoncturelles comme l’augmentation du SMIC de 10 %, le premier bl... Poursuivre la lecture

plan de relance france
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Aujourd'hui, soyons fous. N'ayons peur de rien, soufflons bien fort dans le appeau à trolls et imaginons que nous ayons toute latitude pour tenter de résorber la crise actuelle, ou, au moins, d'en atténuer au maximum les effets. Quelles pourraient être les mesures les plus efficaces pour relancer l'activité économique du pays et y créer des emplois ?

On pourrait pour commencer imprimer plusieurs centaines de milliards de billets de 100 euros et les distribuer aux pauvres, directement. Cela n'enrichirait pas tellement le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles