Port d’arme obligatoire !

Puisqu’il s’agit de tous bien se protéger, imposons le port d’arme !

Chaque jour qui passe montre à qui veut le voir que ne pas pouvoir ou ne pas savoir se défendre, ou défendre les siens, peut coûter fort cher. À soi-même, bien sûr, mais aussi au reste de la communauté. Dès lors, il apparaît parfaitement logique que soit rapidement imposée, à tous, l’obligation de porter une arme à feu sur soi.

Il n’est qu’à lire les actualités pour constater qu’un bon gros calibre des familles s’impose de plus en plus dans la poche du quidam. Combien de Laëtitia sauvées si l’obligation légale de porter une arme était enfin votée ? Combien de jeunes passés à tabac évités si le risque était quasi-certain de se prendre une volée de plomb dans l’arrière train ? Combien d’agressions homophobes empêchées grâce à la présence obligatoire d’un ou deux .44 habilement dégainés ? Combien de consternants ahuris débarrasseraient le plancher sous la pluie de plomb largement méritée qui les accompagnerait systématiquement à chacune de leur sortie sur le terrain délicat de la politique pipeautresse ?

Vraiment, il n’y a aucun doute, il faut absolument obliger les gens à porter une arme à feu sur eux.

Mmmhh ?

Hardballer .45

A ce point de mon billet, je pense que certains sont déjà perdus, et vont hurler rapidement, dans les commentaires, ou depuis d’autres blogs ou forum, que je suis un dangereux fasciste réclamant l’obligation du port d’arme et l’ouverture de la chasse au faible à bout touchant.

Certes, ils n’auront pas totalement tort ; depuis que je me suis mis à la cuisine du bébé communiste, une fois par mois dans le cadre des rencontres des Libéraux Cocophages Francophones (il existe une phalange pour chaque langue, dites-donc), j’ai, régulièrement, des pulsions de meurtres sanglants, de préférence avec de gros calibres qui envoient plein de petits bouts de métal chaud afin d’éparpiller les chairs dans les gerbes les plus cinématographiquement esthétiques.

MAIS … Avec deux sous de bon sens, et une dose de libéralisme authentique aussi chevillée au corps que la foi aveugle dans un destin messianique l’est à celui de Ségolène Royal (c’est dire si c’est du solide !), personne ne peut demander – libéralement parlant – l’obligation pour tout un chacun de porter une arme à feu sur soi.

Une telle obligation est en effet parfaitement contraire à la morale. Et elle est surtout très inefficace puisqu’il suffit que certaine proportion d’individus consentants disposent d’un tel droit (et non d’une obligation) pour que les effets bénéfiques se fassent sentir.

Cependant, si j’ai formulé si ridicule proposition, c’est parce qu’elle est, en réalité, en parfaite application de la logique socialiste (même si ces derniers, lisant cela, feront de gros yeux qu’ils lèveront bien vite vers le ciel en disant « mais non pas du tout mais enfin c’est un scandale argh » et autres simagrées auxquelles ils nous ont habitués).

Eh oui : il existe une autre chose que ces derniers nous ont, bel et bien imposés, pour la même raison d’absolue nécessité de se protéger, soi-même et nos proches. Nous sommes tous absolument contraints, quoique nous fassions, à contracter une assurance maladie même si nous n’en voulons pas. Et si on nous l’a imposée, c’est bien pour nous protéger quoi qu’il arrive, même contre notre gré.

C’est d’ailleurs le même raisonnement que cinq juristes du Dakota du Sud tiennent en ce moment même, au point d’avoir déposé un projet de loi pour cet état imposant aux résidents de 21 ans et plus de se munir d’une arme « suffisante à leur auto-défense ordinaire ».

Ces juristes savent pertinemment que leur proposition de loi sera rejetée, mais ce n’est pas le but poursuivi par la manoeuvre qu’ils ont employé :

« Do I or the other co-sponsors believe that the state of South Dakota can require citizens to buy firearms? Of course not. But at the same time, we do not believe the federal government can order every citizen to buy health insurance. »

« Est-ce que moi ou les autres co-auteurs pensons que l’Etat du Dakota du Sud peut obliger les citoyens à acheter des armes à feu ? Bien sûr que non. Mais en même temps, nous ne pensons pas plus que le gouvernement fédéral peut imposer à chaque citoyen de contracter une assurance santé. »

Cette démarche s’inscrit en fait dans la fronde qu’organisent actuellement les états qui refusent de plus en plus clairement d’instaurer l’Obamacare sur l’ensemble du territoire américain. Lundi dernier en effet, le juge fédéral de Floride, Roger Vinson, a déclaré la loi Obama inconstitutionnelle. Comme on peut le constater, la situation est bien plus complexe que ce que la presse, de ce côté-ci de l’Atlantique, voulait laisser croire, avec son découpage manichéen et les bons (i.e. les démocrates pro-réforme Obama) d’un côté, et les obscurantistes anti-réforme de l’autre (notamment composée de ces abominables partisans des Tea-Parties dont chacun sait, ici, qu’ils sont tous des fêlés de la gachette).

Et tout comme ces juristes, il va évidemment de soi que je ne veux pas, même de loin, une obligation de port d’arme pour tous les adultes jugés responsables ; il me semble absurde d’obliger les individus à s’armer, et il me semble pareillement absurde de les obliger à s’assurer. Si leur sécurité leur appartient, leur santé aussi.

L’appeau à troll est placé. Combien seront-ils ?
—-
Sur le web