Les Allemands de plus en plus méfiants envers l’UE

Toutes les décisions politique majeures ont été imposées au du peuple allemand

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Allemands de plus en plus méfiants envers l’UE

Publié le 28 janvier 2011
- A +

La confiance des Allemands dans l’UE pique du nez tel un StuKa.

Un sondage auprès des citoyens allemands, mené par l’institut allemand Allensbach Institue for Public Opinion, pour le compte du Frankfurter Allgemeine Zeitung, avant hier, nous révèle que :

  • La confiance dans l’UE a chuté à son plus bas historique : 67% des sondés déclarent avoir « peu » ou « pas » de confiance dans l’UE, en hausse par rapport aux 51% de mars 2010. C’est 16 points de plus en moins d’un an. Est-ce que j’entends « sauvetage des PIIGS » dans le fond de la salle ?
  • Seuls 25% ont un degré « haut » ou « très haut » de confiance dans l’UE, à comparer aux 37% de mars 2010.
  • Seulement 12% sont en faveur d’une intégration plus rapide, en chute libre par rapport à 1982, quand la majorité des allemands étaient pour.
  • 43% des sondés veulent une intégration européenne plus lente.
  • Et le coup de grâce : 68% des sondés ont « peu » ou « pas » confiance en la monnaie unique, à peu près le même niveau qu’au moment du lancement de l’euro, il y a 16 ans.

Le journal dit crûment:

« Dans ce contexte, il est important de garder à l’esprit que toutes les décisions politiques majeures concernant l’intégration européenne, dans les 20 dernières années, ont été poussées en force contre la volonté du peuple allemand. Introduction de l’euro, accession des nouveaux États membres d’Europe centrale et de l’Est, et ouverture des négociations d’accession de la Turquie – toutes ont été rejetées à une très forte majorité par les Allemands. »

N’y a-t-il personne pour voir là un léger problème ?

Repris du blog d’Open Europe avec l’aimable autorisation de ses responsables.

Je t’aime, moi non plus
Du Coeur même de l’Allemagne
Allemands, arrêtez de vous faire avoir
Gouvernance économique européenne, deux sondages

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Selon certains, le Mexique n’a pas fait assez pour relancer son économie après le covid. Le pays n’a pas touché au déficit, à l’inverse de la plupart des autres pays. Son économie rebondit au même rythme que la France, et sa monnaie résiste face au dollar.

Je parlais à un autre Américain que j’avais rencontré à l’église à Paris...

Les compagnies pétrolières, dit-il, ont tout intérêt à nier le réchauffement… mais les chercheurs n’ont pas d’incitation à prouver le réchauffement.

Je réponds que les renouvelables et l’écologi... Poursuivre la lecture

L'inflation annuelle dans la zone euro continue d'augmenter, passant de 7,4 % en avril 2022 à 8,1 % en mai, dépassant les attentes de 7,8 %, atteignant le niveau le plus élevé depuis la création de l'euro. L'énergie a augmenté de 39,2 % - contre 37,5 % en avril - et l'alimentation, l'alcool et le tabac de 7,5 % - contre 6,3 % en avril - mais même sans les prix de l'énergie et de l'alimentation, l'inflation est passée de 3,5 à 3,8 %.

Les coupables sont bien connus : l'expansion monétaire effrénée des banques centrales, les distorsions d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles