La fable des abeilles

Mandeville développe avec un talent satirique la thèse de l’utilité sociale de l’égoïsme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fable des abeilles

Publié le 25 janvier 2011
- A +

La Fable des abeilles, développe avec un talent satirique la thèse de l’utilité sociale de l’égoïsme. Mandeville, d’origine française, avance que toutes les lois sociales résultent de la volonté égoïste des faibles de se soutenir mutuellement en se protégeant des plus forts.

Sa thèse principale est que les actions des hommes ne peuvent pas être séparées en actions nobles et en actions viles, et que les vices privés contribuent au bien public tandis que des actions altruistes peuvent en réalité lui nuire. Par exemple, dans le domaine économique, il dit qu’un libertin agit par vice, mais que « sa prodigalité donne du travail à des tailleurs, des serviteurs, des parfumeurs, des cuisiniers et des femmes de mauvaise vie, qui à leur tour emploient des boulangers, des charpentiers, etc. » Donc la rapacité et la violence du libertin profitent à la société en général.

Les vices des particuliers sont les éléments nécessaires du bien-être et de la grandeur d’une société. L’Angleterre y est comparée à une ruche corrompue mais prospère et qui se plaint pourtant du manque de vertu. Jupiter leur ayant accordé ce qu’ils réclamaient, la conséquence est une perte rapide de prospérité, bien que la ruche nouvellement vertueuse ne s’en préoccupe pas, car le triomphe de la vertu coûte la vie à des milliers d’abeilles.

Mandeville est largement considéré comme un économiste et un philosophe sérieux. Il a publié en 1729 une deuxième édition de la Fable des abeilles, avec des dialogues étendus exposant ses vues économiques. Ses idées au sujet de la division du travail s’inspirent de celles de William Petty. Ces positions ont violemment choqué l’opinion de son époque et ont été combattues par la plupart de ses contemporains.

Télécharger le livre complet en pdf
Télécharger en epub (pour iPad et ebooks)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Barry Brownstein. Un article de la Foundation for Economic Education

Il y a quelques années, l’une de mes étudiantes de MBA, immigrée d'Albanie et ayant grandi dans un système communiste, échangeait avec ses camarades de classe sur ce qu'elle considérait être la différence de mentalité la plus inattendue entre les Américains et les Albanais.

Avec beaucoup d’émotion, elle expliquait qu'en Albanie, la charité était rare : se soucier de quelqu'un d'autre que de soi-même ou de sa famille était peu courant. En revanche, elle perc... Poursuivre la lecture

Par Gilles Martin.

Quand il s’agit de parler d’intérêt général, nombreux sont ceux qui considèrent que celui qui en est le seul garant en dernier ressort ne peut être que l’État. À l’inverse, la société civile, le lieu de l’entreprise privée et du commerce, c’est plutôt celui des intérêts privés. L’entreprise et les entrepreneurs ne sauraient être de confiance dans cette vision.

Dans cette conception, la meilleure loi est donc celle qui vient du haut vers le bas, de l’universel vers le particulier, de l’État vers les individus.<... Poursuivre la lecture

Par Stanislas Kowalski.

Deux petites remarques de rien du tout pour commencer.

Premièrement, il est formidable de pouvoir se plaindre d’appartenir à une société de consommation. Vous préféreriez une société de pénurie ? Au pire du pire, les excès de la société de consommation peuvent être compris comme un moindre mal. On déplore l’augmentation du nombre de cancers, principalement parce que les gens ne meurent plus d’une bête rougeole en bas âge.

On n’échappe pas à la consommation et il n’y a pas à le souhaiter. La consomm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles