Reprise économique suédoise en bonne voie

Selon l’OCDE, la reprise de l’économie suédoise devrait se poursuivre à un rythme rapide

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Reprise économique suédoise en bonne voie

Publié le 20 janvier 2011
- A +

Selon la dernière Étude économique de l’OCDE consacrée à la Suède, au sortir de la récession, la reprise de l’économie suédoise devrait se poursuivre à un rythme rapide car le niveau généralement élevé de l’épargne, la faiblesse des taux d’intérêt et l’amélioration du marché du travail encouragent les consommateurs à accroître leurs dépenses.

L’investissement devrait se développer grâce à la croissance des exportations tandis que la hausse des prix à la consommation devrait rester limitée dans la mesure où les tensions salariales demeurent modérées. Toutefois, la Suède, économie de marché de petite taille, reste très exposée aux conditions des marchés extérieurs.

La faiblesse relative de la dette publique suédoise et son excédent budgétaire notable ont aidé les autorités à affronter la crise sans accumuler de problèmes de long terme pour les finances publiques Les mesures de relance et les aides apportées au système financier vont devoir maintenant être révisées à la baisse à l’heure où la reprise économique s’installe.

La crise bancaire suédoise des années 1990 a suscité des réformes de grande ampleur. Le pays est donc entré dans la crise récente en pouvant compter sur de puissantes institutions économiques et de très bonnes structures de base. L’enjeu consiste désormais à améliorer davantage encore ces paramètres fondamentaux pour renforcer la résilience du pays face à des récessions extérieures et pour permettre au pays de connaître une croissance économique durable.

Pour contribuer à renforcer la résilience de l’économie suédoise il convient de préserver la solidité du dispositif budgétaire, d’encourager l’activité de la main-d’œuvre et d’améliorer l’efficience des dépenses publiques.

Alors que le chômage est en baisse, il est essentiel d’éviter l’installation d’un chômage massif de long-terme.

L’OCDE recommande d’accroître la flexibilité du marché du travail et d’inciter davantage les chômeurs à accepter un emploi. Elle préconise également une réorientation progressive de l’action des pouvoirs publics consistant à aider les chômeurs dans leur formation et leur recherche d’emploi plutôt que les mesures actuelles consistant à subventionner des emplois.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La situation des finances publiques n'est pas brillante. Le niveau de dette s'établit à 112,9 % du PIB (2800 milliards d'euros, soit 164 000 euros par foyer imposable, environ 17 millions), le déficit public est attendu à -5 % en 2022 après -6,5 % en 2021. La trajectoire de retour au déficit sous les 3 % en 2027 suppose une croissance des dépenses limitées à 0,7 % sur la période, ce qui n'a jamais été réalisé sur plusieurs années et suppose des économies massives. Par ailleurs, la hausse des taux d'intérêt va augmenter mécaniquement la charge... Poursuivre la lecture

Jeudi dernier, le gouvernement annonçait triomphalement que le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) avait enregistré en France une nouvelle forte baisse de 5 % au premier trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent. 169 100 personnes en moins se sont inscrites à Pôle Emploi, ce qui porte le nombre de chômeurs en catégorie A (celle sur laquelle communique le ministère du Travail) en France à 3,193 millions.

Si on regarde de manière plus granulaire les chiffres, en incluant les catégories B et C, la baisse n’est plus que... Poursuivre la lecture

inflation danger
6
Sauvegarder cet article

Voilà : maintenant qu'Emmanuel Macron est triomphalement réélu grâce à sa grande popularité (voire sa plasticité), la plupart des problèmes se sont envolés et tout va mieux. En fait, ça va plus que bien, ça va même du feu de dieu et on peut déjà le constater dans les chiffres qui paraissent - commodément - après cette phase électorale un tantinet fébrile.

Ainsi, selon une première estimation publiée ce vendredi par l'Insee, la France affiche une insolente croissance nulle (oui, 0 %) bien inférieure à ses précédentes prévisions (déjà pa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles