Enjoy Roissy By Snow

Si vous devez prendre l’avion, évitez Roissy. Ils sont en rupture de stock (d’avions, de personnel, de gentillesse, de professionnalisme, d’organisation)…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Enjoy Roissy By Snow

Publié le 9 janvier 2011
- A +

Grâce à de pertinents sondages et enquêtes d’opinions, on avait appris, en août dernier, que Roissy se classait sans peine parmi les aéroports internationaux les plus pourris et que les fumets de caca qui y règnent parfois étaient en réalité destinés à en faire fuir la clientèle, le parti pris par ADP étant de tout faire pour éviter que les gens dorment par terre ou sur les sièges de l’aéroport. Avec les péripéties atmosphériques de décembre, on a découvert une autre facette de cet aéroport : ce qui est désorganisé à l’intérieur se voit très bien à l’extérieur…

Décembre 2010 : surprise et consternation, il neige à qui mieux-mieux.

Alors que les stratèges occidentaux ont misé gros sur un réchauffement climatique qui n’en finit pas de ne pas arriver, nonobstant les précédents hivers rigoureux, il a été choisi de se la jouer piano sur les mesures à mettre en oeuvre en cas de problèmes atmosphériques.

La répétition en début d’année, avec le volcan Truc, n’a apparemment pas tout à fait été utile : à l’époque, la pagaille avait rapidement gagné les aéroports et des grappes de voyageurs hagards erraient de salles bondées en terminaux remplis. On se souviendra d’ailleurs qu’en France, pour faire bonne mesure, on avait ajouté les arrêts de travail d’une certaine catégorie de profiteurs de la SNCF aux problèmes inopinés et pas syndicaux des transports aériens.

Bref : volcan ou neige, c’est la panique et surtout, le manque total d’organisation et d’information vis-à-vis des passagers. Les compagnies, pour certaines, tentent de loger le voyageur. Pour d’autres, l’abandonnent à son funeste sort. Et les enquêtes diligentées par les différents services « compétents » du gouvernement pour tenter d’y voir plus clair aboutissent à la conclusion … que tout est vérolé à la base.

Oh, ce n’est pas dit comme ça, bien sûr. On trouve des moyens plus diplomatiques d’enrober la triste vérité. Mais la conclusion reste la même : les problèmes neigeux furent largement sous-évalués, et le manque de glycol (destiné à dégivrer les coucous) n’a été constaté que bien trop tard. Quant à la gestion des voyageurs, elle fut proprement calamiteuse, oscillant entre le zéro absolu du Démerdez-Vous et le minimum humain lorsque la grogne a trop monté.

Il faut dire aussi que suite à un accident sur les aires de dégivrages, le rendement des équipes a été divisé par deux, surtout parce qu’ils ont « exercé leur droit de retrait » (ils ont fait grève). Oh. Zut.

Il faut ajouter aussi que, suite à la grève d’une certaine catégorie de personnel de la principale usine de production de glycol à Fos-Sur-Mer, la pénurie s’est rapidement faite sentir en France. Et flûte.

L’addition de toute cette pagaille, et si on ne tient même pas compte des dommages collatéraux aux bestiaux passagers concernés, montera semble-t-il plus haut que celle du volcan. Eh oui : un événement impromptu et totalement imprévisible comme un volcan qui entre en éruption revient finalement moins cher que deux chutes de neige en décembre. La qualité générale des services publics, et la réponse des services de l’État à ce genre de défi laissent pantois.

Hôtesse de l'air, pas facile à Roissy !

Roissy n’a donc pas failli à sa réputation de médiocrité.

Cependant, les performances minables de l’aéroport ont un avantage indéniable : elles permettent de conserver un impact plus faible sur la vie privée (voire intime) des clients / passagers qui passent dans son administration.

Il apparaît en effet que Roissy est un aéroport Gun-Friendly qui permet à ceux qui le souhaitent vraiment de voyager armés. Évidemment, la puissance d’analyse des « journalistes » qui rapportent l’affaire ici ou permet de trouver tout de suite la raison de la faiblesse des contrôles : c’est tenu par des sociétés privées.

Et le privé, c’est Le Mal Qui Fait Tout De Travers, tout le monde sait ça. Méchant privé, vilain capitalisme. Que ces mêmes sociétés soient normées et agréées par des organismes d’État, que les règles et dispositions en vigueur soient définies par l’État ne change rien, bien sûr. Et quant au track-record du service public, tant en matière de sécurité qu’en matière aérienne, il permet d’affirmer avec conviction et sans hésitation aucune que ce serait mieux si c’était l’État qui s’en occupait.

Pas de doute : la soviétie française a frappé Roissy de plein fouet.
—-
Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
9
Sauvegarder cet article

Ah, finalement, qu'il est doux d'être journaliste en France dans un journal de révérence !

Jadis, c'était un travail fatigant, voire stressant et parfois même risqué : il fallait aller chercher l'information directement sur le terrain et la corroborer le carnet de notes à la main. Certains événements pouvaient impliquer de mettre sa vie en danger ; et certaines informations, une fois obtenues, pouvaient signifier une exposition directe aux rétorsions des puissants...

Heureusement, en France, ce temps est révolu : de nos jours, l... Poursuivre la lecture

L'application de l'interdiction des aides d'État prévue par le traité de l'Union Européenne est réellement au cœur du projet européen, qui s'articule autour de la promotion de la paix par la suppression des obstacles au commerce entre les pays européens. Outre les douanes, les droits de douane, les restrictions de voyage et la bureaucratie protectionniste, l'octroi de subventions publiques fausse fortement les marchés, ce qui nuit aux consommateurs et aux contribuables.

Les aides d'État sont problématiques non seulement parce que les c... Poursuivre la lecture

socialisme
3
Sauvegarder cet article

Le doute n’est plus permis, nous vivons dans une ambiance socialiste assumée.

Que droite ou gauche gouverne importe peu. D’ailleurs, ce clivage politique a perdu de sa puissance fédératrice. Voter à gauche puis ensuite à droite n’était même pas envisageable il y a cinquante ans. Cela n’effraie plus personne aujourd’hui. L’explication fondamentale de ce phénomène apparaît à tout observateur de la vie politique : le socialisme a gagné. L’opposition libéralisme-socialisme n’existe plus dans la réalité économique et sociale française.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles