L’Islande s’en sort bien

Sans sauvetage de banques ni euro

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Islande s’en sort bien

Publié le 25 décembre 2010
- A +

À Dublin, le sentiment de la crise économique est palpable même pour le visiteur le plus occasionnel. Mais on ne peut pas en dire autant de Reykjavik (voir ici). Se trouvant en dehors de l’euro, l’Islande a pu dévaluer et retrouve la croissance par les exportations. Parce qu’elle n’a pas pris sur elle le fardeau du passif de ses banques, elle n’a pas la dette publique massive que beaucoup de gouvernements européens ont pris sur leurs épaules. Pourvu qu’elle reste en dehors de l’Union Européenne, ce qui apparait désormais virtuellement certain, la guérison de l’Islande sera assurée.

Mon attitude pro Islandaise a provoqué de la gaieté chez des blogueurs de gauche, en particulier le bien amical Sunder Katwala de Next Left. Mais que vois-je maintenant ? Rien moins que l’organe euro-intégrationiste The Economist a retourné sa veste en faveur du point de vue que l’Islande a échappé au sort de l’Irlande pour deux raisons : elle a refusé de sauver ses banques, et elle était en dehors de l’euro.

Bien entendu, la plupart des Islandais avaient déjà compris ça par eux mêmes depuis un bon bout de temps. La dernière chose qu’ils veulent est d’être entrainés dans les spasmes de l’euro. Leur instinct est de faire confiance à la rugueuse indépendance qui a mené leurs pères, en une seule génération, de l’agriculture de subsistance et de la pêche à l’un des niveaux de vie les plus élevés de la planète. Ils ont raison.

Un article repris du blog de Daniel Hannan hébergé par le Telegraph.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles