Hallucinant Ben « Helicopter » Bernanke

Petite compilation de citations du patron de la Fed depuis 2005

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hallucinant Ben « Helicopter » Bernanke

Publié le 16 décembre 2010
- A +

J’ai trouvé un blog dans lequel l’auteur s’est amusé à compiler des citations de Ben Bernanke depuis 2005. Cela démontre l’extrême médiocrité et l’échec lamentable tant de  l’individu, en tant qu’économiste, que de son idéologie, en l’occurence keynésienne.

Évidemment, je suis bien conscient que Bernanke ne peut pas dire ce qu’il veut, ni ce qu’il pense vraiment, au risque d’enflammer les marchés financiers (à la hausse ou à la baisse) et/ou de semer la panique dans l’économie. Néanmoins, j’éprouve quand même un énorme mépris envers l’institution qu’est la Federal Reserve ainsi que de son représentant principal : « Helicopter-Ben ». J’ai donc bien rigolé à la lecture de ces élans de stupidité. Une chance pour les keynésiens : le ridicule ne tue pas ! J’ai fait une traduction libre des citations.

Il déclarait le 1er juillet 2005 en entrevue à CNBC :
« Nous n’avons jamais eu une baisse des prix des maisons pour l’ensemble de la nation. Alors, ce qui est plus probable est que les prix des maisons vont ralentir et peut-être se stabiliser, ce qui pourrait ralentir les dépenses de consommation un petit peu. Cependant, je ne crois pas que cela amènera l’économie trop loin en-deçà du plein-emploi. »

Le 20 octobre 2005, dans un discours devant le Comité Économique Conjoint :
« Les prix des maisons ont augmenté de près de 25% au cours des dex dernières années. Même si les activités spéculatives ont augmenté dans certaines régions, au niveau national, les augmentations de prix reflètent de solides perspectives économiques. »

Le 15 novembre 2005, lors de sa nomination à la Fed :
« Pour ce qui est de leur sécurité, les produits dérivés sont pour la plupart transigés entre des institutions financières très sophistiquées et des individus qui ont des incitatifs considérables à les comprendres et à les utiliser correctement. »

Le 15 février 2006, devant le Comité sur les Services Financiers :
« Le marché immobilier se refroidit quelque peu. Nous anticipons que la baisse sera modérée et que les prix des maisons vont probablement continuer à monter. »

Le 15 février 2007, devant le Congrès :
« Malgré les ajustements dans le secteur résidentiel, les perspectives économiques des ménages demeurent généralement bonnes. Les finances des ménages apparaissent généralement solides et les taux de délinquence sur les prêts à la consommation et les hypothèques demeurent bas. »

Le 28 mars 2007, devant le Comité Économique Conjoint :
« À ce point-ci, cependant, l’impact sur l’économie et les marchés financiers des problèmes du marché subprime semblent contenus. »

Le 17 mai 2007, à la Conférence Annuelle sur la Structure et la Concurrence des Banques :
« Ceci étant dit, étant donné les facteurs fondamentaux en place qui devraient supporter la demande de maisons, nous croyons que les effets des problèmes dans le secteur subprime sur le marché immobilier seront probablement limités et nous n’anticipons pas d’impacts significatifs sur le reste de l’économie ou sur le système financier. La vaste majorité des hypothèques, incluant même les subprimes, continuent de bien performer. »

Le 31 août 2007, au Symposium Économique de Kansas City :
« Il n’est pas de la responsabilité de la Federal Reserve et il ne serait pas approprié de protéger les prêteurs et les investisseurs des conséquences de leurs décisions financières. »

Le 10 janvier 2008 :
« La Federal Reserve ne prévoit présentement pas de récession. »

Le 27 février 2008, devant le Comité Sénatorial sur les Banques :
« Les ratios de capital des plus grandes banques demeurent bons et je n’anticipe pas de problèmes sérieux tels que des faillites parmi celles‑ci. »

Le 10 juin 2008, à la 52e Conférence Économique Annuelle de la Fed de Boston :
« Le risque que l’économie soit entrée dans une baisse substantielle semble avoir diminué au cours du dernier mois. »

Le 18 juillet 2008, devant le Comité sur les Services Financiers :
« Les GSEs [Fannie Mae et Freddie Mac] sont capitalisées adéquatement. Elles ne sont pas en danger de faillite. »

Quel visionnaire ! Il n’en fallait pas plus pour être élu la « personne de l’année » par le magazine Time. En passant, j’aimerais bien vous présenter de telles citations concernant des économistes de l’école autrichienne, mais cela n’existe pas !

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jonathan Frickert. 

Ce matin, comme chaque jour, j’ai pris le train pour aller travailler. En marchant jusqu’à la gare, j’ai pu voir un graffiti sur un mur : « Travaille, emprunte, consomme, crève », était-il écrit.

Un tag anodin, d’autant que je ne saurais dire depuis combien de temps il était sur ce mur. Loin de toutes les questions de respect du droit de propriété d’autrui, la première réflexion qui m’est venue portait sur l’incroyable contrainte que l’auteur a voulu révéler quant au système capitaliste. « Consomme ».

... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

C'est une tâche proprement herculéenne qui attend Janet Yellen pressentie par Joe Biden pour occuper le poste de Secrétaire d'État au Trésor, autrement dit de ministre des Finances d'une Amérique globalement mal en point. À la manière du héros antique, elle va devoir terrasser le monstrueux Cerbère tricéphale qui menace sa prospérité et éviter le réveil d'autres créatures tout aussi dangereuses.

Sur la  première tête est marqué « relance », sur la seconde « climat » et sur la troisième « déficits ». Elles sont... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Les Français peuvent être rassurés : le plan de relance est prêt. C’est Bruno Le Maire qui a annoncé cette bonne nouvelle lundi dernier sur RTL. Le ministre de l’Économie a donné les grandes lignes du Plan : 100 milliards de dépenses nouvelles hors budget, à étaler sur deux ans. Mais il ne peut entrer dans le détail pour l’instant. Le secret est bien gardé mais tout sera précisé d’ici la fin de l’année.

Je comprends que ce plan, à la manière d’un prototype présenté au salon de l’auto, soit protégé jusqu’au d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles