Déchus pour délit d’opinion

Il a étudié la médecine, endossé la blouse blanche, rejoint un hôpital pour exercer

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déchus pour délit d’opinion

Publié le 16 décembre 2010
- A +

Il a étudié la médecine, endossé la blouse blanche, rejoint un hôpital pour exercer sa spécialité et il a cru dur comme fer au serment d’Hippocrate. Dans un premier temps – complètement noyé dans la fascination des cellules, des muscles et des tendons –, il a à peine remarqué que ses collègues marchaient dans des chaussures rapiécées et que lui-même ne gagnait pas suffisamment pour nourrir sa famille. Il a surtout vu dans cet hôpital d’Artemisa la grandeur professionnelle de certains et le désarroi matériel de tous. Un jour de 2005 on a annoncé à grandes pompes que l’on allait augmenter le salaire des professionnels de santé. Mais c’est à peine 48 pesos – l’équivalent de 2.00 CUC ou 1,60 dollar – qu’il a perçu en plus sur son maigre salaire mensuel.

C’est alors qu’avec un ami il a, dans une lettre au ministre de sa branche, exprimé le désaccord des médecins face à une augmentation aussi ridicule. Ils ont réussi à recueillir 300 signatures qu’ils ont remises au Ministère de la Santé, au Conseil d’État et à tous les organes de pouvoir possibles de ce pays. La réponse est arrivée quelques semaines après sous la forme d’une expulsion de leur spécialité. Cinq mois plus tard ils étaient mis à la porte et déchus de leurs titres universitaires. Cinq ans se sont déjà écoulés depuis ces faits mais aucun d’entre eux n’a pas retrouver un poste de docteur.

La semaine dernière Geovany Jiménez Vega – protagoniste et victime de cette histoire – a décidé de commencer une grève de la faim dans le parc Marti de Guanajav pour réclamer à la Direction du Ministère de la Santé sa réhabilitation, et celle de son compagnon le Dr Rodolfo Martinez Vigoa, dans l’exercice de la médecine. Au moment même où le journal cubain signalait la grève des contrôleurs aériens en Espagne et la protestation des ouvriers en Grèce, deux hommes languissaient près de nous et nous n’étions pas au courant. Hier, heureusement, ils ont recommencé à manger parce que Geovany a décidé d’ouvrir un blog et de raconter au monde, faisant le choix de l’information plutôt que celui de l’inanition. Il s’est rendu compte que cette lettre, que seuls quelques uns avaient signée, pourrait recueillir des milliers d’adhésions si elle devenait publique et si elle parvenait à tous les docteurs diplômés et dépossédés de ce pays.

Cliquer ici pour lire la déclaration d’interruption de grève : « Interrupción de huelga« . Une courte présentation : « presentación » de Geovany Jiménez Vega. Le nouveau blog sera prêt lundi et je l’annoncerai via Twitter.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Actualité chargée, à Cuba, en ce lundi 15 novembre 2021. Après de longs mois de fermeture des écoles et des frontières en raison du coronavirus, l’île s’ouvre à nouveau au tourisme international et les élèves du primaire retournent en classe. Mais surtout, après les manifestations monstres du dimanche 11 juillet dernier aux cris de « Liberté ! », « À bas la dictature ! » et « Nous avons faim ! », l’opposition cubaine appelle à nouveau à une grande marche de protestation dans tout le pays pour demander la libérati... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Ségolène Royal est inhabituellement silencieuse.

À ce jour, pas un seul petit tweet sur les manifestations monstres qui ont secoué Cuba comme jamais le dimanche 11 juillet dernier. Elle qui, dépêchée par François Hollande aux obsèques de Fidel Castro en décembre 2016, voyait en ce dernier « un monument de l’histoire » qui avait permis aux Cubains de récupérer « leur territoire, leur vie, leur destin », n’a-t-elle rien à dire aux manifestants qui sont descendus par milliers dans les rues aux cris de « Liber... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Michel Faure.

La journée du dimanche 11 juillet 2021 va marquer l’histoire de Cuba.

Des milliers de Cubains, dans toutes les régions du pays, ont marché pacifiquement pour dire trois choses au gouvernement communiste de l’île : Cuba est leur pays, pas celui des autorités, du parti ou de l’armée. Ils exigent leur liberté et, enfin, affirment qu’ils n’ont plus peur, mais qu’ils ont faim.

À #Cuba ??, des #manifestations ont rassemblés des milliers de personnes, dimanche. Le pays traverse la crise éco... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles