Les Irlandais dépouillés pour les banques

Selon toute interprétation objective, l’Irlande a été ruinée par la monnaie unique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les Irlandais dépouillés pour les banques

Publié le 12 décembre 2010
- A +

Tout cela n’a rien avoir avec sauver l’Irlande ; et tout à voir avec sauver l’euro. Selon toute interprétation objective, l’Irlande a été ruinée par la monnaie unique. La politique taux d’intérêts ultra bas de la BCE a forcé l’Irlande a poursuivre une politique monétaire pro-cyclique catastrophique, avec un taux d’intérêt réel de -1% de 1998 à 2007. Le crash qui s’en est suivi était absolument prévisible, et avait été largement prévu.

L’UE a ensuite forcé l’Irlande dans un sauvetage qui, bien que calamiteux pour ce pays, était jugé nécessaire pour sauver le système bancaire européen. Comme le signale John Redwood, c’est insistance même de l’UE qu’un sauvetage était nécessaire, qui a fait grimper de force le taux d’intérêt pour les emprunts irlandais à 10 ans de 6% à 9%. Pour être sûre que Dublin allait céder, la BCE a ensuite menacé de retirer des liquidités des banques irlandaises. L’Irlande a désormais été forcée d’accepter le paquet de sauvetage à des conditions ruineuses pour elle. Ses obligations de remboursement, combinées à l’impossibilité où elle se trouve de dévaluer, condamneront son peuple à une génération de déflation, de dette et d’émigration.

Et pourquoi, bon sang, la Grande-Bretagne a-t-elle ajouté sa voix à ce chantage ? La ligne officielle est que l’Irlande est un ami dans le besoin. Mais on n’aide pas un pays surendetté en le poussant à contracter encore plus d’emprunts à taux d’intérêts élevés. Loin d’aider un ami, nous nous rendons complices d’un bien moche dépouillement, par lequel les contribuables irlandais se retrouvent devoir supporter le coût de soutenir les banques européennes.

Il n’est tout simplement pas crédible d’affirmer que la Grande Bretagne paie sa part dans un prêt bilatéral parce que l’Irlande est un cas spécial. Elle contribue autant qu’elle ne l’aurait fait en tant que membre de l’euro, et les deux autres pays qui ont décidé de rester en dehors de l’union monétaire, la Suède et le Danemark, en font autant (voir ici). Au risque de me répéter, tout ceci n’a rien à voir avec l’Irlande, et tout à voir avec l’euro.

Les euro-élites ont ruiné l’Irlande sur l’autel du sauvetage de la monnaie unique, ce qui, bien entendu, est leur prérogative. Mais la Grande Bretagne n’a rien à faire à s’associer à ces petits caïds. Au lieu de sauver l’euro en Irlande, nous ferions mieux d’aider l’Irlande à s’extirper de l’Euro. Voici comment.

Repris du blog de Daniel Hannan hébergé par le Telegraph, avec l’aimable autorisation de son auteur.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme écrit mon associée Simone Wapler : « La perte de pouvoir d’achat est un phénomène monétaire et politique. Le dollar n’est pas fort, il est seulement moins faible que d’autres devises. La seule monnaie « apatride » qui ne soit pas gouvernée par la politique reste l’or. »

Les médias nous content actuellement que le dollar est fort. Les autres monnaies – yen, livre, euro – achètent moins de dollars qu’auparavant, plus précisément depuis que la Fed a commencé à relever ses taux d’intérêt. Le dollar serait donc une monnaie forte. L’em... Poursuivre la lecture

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Les autorités monétaires en Europe ont abandonné le plafond des 2 % d’inflation en novembre de l’année dernière, juste avant la plus forte envolée de l’inflation en 25 ans.

Elle atteint aujourd'hui 10,6 % pour la zone euro.

 

La force du dollar fait partie du problème

L’euro perd pied face au dollar comme le yen ou la livre sterling.

L’euro baisse de 8 % contre le dollar (un rebond en cours depuis octobre limite la perte). Depuis le 1er janvier 2021, il perd 15 % par rapport au dollar.

L’euro remonte un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles