« La crise est passée »

Il est bon de se remémorer les déclarations téméraires de nos politiciens désemparés

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Crise (Image libre de droits, crédits cc0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La crise est passée »

Publié le 3 décembre 2010
- A +

Un article d’Open Europe

Alors que la crainte d’une crise de la dette souveraine continue à hanter l’Europe, il est bon de se remémorer les déclarations téméraires de nos politiciens désemparés. Aujourd’hui, tournons nous vers le premier ministre espagnol Jose Luis Rodríguez Zapatero. Dans une interview au Wall Street Journal en septembre, il nous expliquait :

« Je pense que la crise que la crise de la dette qui affecte l’Espagne, et la zone euro en général, est passée ».

Deux mois plus tard : Zapatero vient d’annoncer un nouveau paquet de privatisations pour réduire d’un tiers l’émission de dette souveraine par l’Espagne l’année prochaine, au milieu de craintes d’une escalade des coûts d’emprunt pour le pays. Le paquet en question inclut la vente de 30% des Loterias y apustas del Estado tant chéries, un des plus anciens et des plus lucratifs groupe de jeux de hasard au monde.

Repris du blog d’Open Europe avec l’aimable autorisation de ses responsables.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Les gens ignorent souvent ce qui se passe au jour le jour sur les marchés obligataires qui brassent pourtant des sommes considérables. Ainsi, le marché obligataire en euros pèse 2775 milliards.

L’indicateur clé de ce marché est le taux d’intérêt des emprunts d’État à dix ans considérés comme l’actif financier le plus sûr. Or, les taux d’emprunt des différents pays de l’Union européenne recommencent à diverger comme il y a dix ans. L’écart se creuse depuis que la Banque centrale européenne a indiqué qu’elle allait mettre fin à ses racha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles