Cubacel, de l’arnaque à la censure

L’unique compagnie de téléphone mobile cubaine complice de la dictature castriste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Cubacel, de l’arnaque à la censure

Publié le 30 novembre 2010
- A +

Nuit noire, coupure de courant autour du quartier Buena Vista à Playa. Le taxi collectif déglingué dans lequel je me déplace, reste arrêté, pousse un grognement d’épuisement et refuse de démarrer. Un passager et le chauffeur essaient de le réparer pendant que des deux côtés de la rue on voit les gens assis devant leurs maisons, résignés face à la coupure de courant. Je cherche mon téléphone portable dans ma serviette, pour dire à ma famille que je serai en retard et de ne pas s’inquiéter. La perspective est sombre : nous sommes dans la pénombre, dans une zone où la criminalité est un jeu d’enfants, et comble de malheur, mon portable ne fonctionne pas. Chaque fois que j’essaie de faire un numéro, apparaît le message « échec de l’appel ». Le moteur se remet enfin à ronronner et nous parvenons à avancer, mais le service du téléphone n’est pas rétabli sur mon appareil devenu inutile et que j’ai envie de lancer par la portière. Lorsque j’arrive à la maison, je découvre que Reinaldo ne peut pas non plus appeler depuis le sien et que mes amis blogueurs n’arrivent même pas à recevoir de SMS.

Notre unique compagnie de téléphone mobile nous a coupé les lignes pendant toute la nuit de vendredi et une partie du samedi ; elle a supprimé pendant plus de 24 heures un service que nous payons en monnaie convertible. Avec ses publicités de « communication immédiate », Cubacel se comporte ainsi en complice de la censure pour des raisons idéologiques et permet que la répression de la police politique se matérialise par un message d’erreur sur l’écran de nos portables. Il utilise sa situation de monopole pour punir ces clients qui dévient de la ligne de pensée officielle. Une partie de son capital, apportée par des investisseurs étrangers, est utilisée pour mettre en place une infrastructure du boycott –momentané ou prolongé – sur  certains numéros de portables. Rôle paradoxal pour une entreprise qui devrait nous connecter au reste du monde, et non nous laisser en panne lorsque nous en avons le plus besoin.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle chose se produit. De temps en temps quelqu’un actionne un interrupteur et nous plonge dans le silence. Curieusement ceci arrive lorsqu’il y a des nouvelles importantes à rapporter et des informations urgentes à mettre au jour. L’annulation forcée du concert du groupe Porno para Ricardo a peut-être été le prétexte pour que la compagnie de téléphone abandonne sa propre devise de « nous mettre en ligne avec le monde ». La possible crémation du corps d’Orlando Zapata Tamayo et tout ce qui peut se passer autour de cet événement pourrait être une autre raison de nous couper la parole. Ce qui est sûr, c’est que cette nuit de vendredi – au milieu de l’obscurité et des soucis – Cubacel m’a à nouveau fait défaut et m’a montré cet uniforme militaire qu’il cache derrière sa fausse image « d’identité corporate ».

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • RENTRE CHEZ TOI ET ARRETE DE CRACHER SUR CE PAYS ! S’il ne te plait pas, qu’ y fais-tu ? Raz-le-bol de ces occidentaux de merde et leurs jugements à la con ! Vas voir si la liberté d’expression existe à NYC ! Parle-en aux indignés de Wall Street qui n’avait même pas droit à un méga-phone !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Juan Diego Rodríguez et Olea Gallardo. Un article de 14ymedio

 

Il y a quelques années, à l'occasion d'une de ces divertissantes conférences TED qui se répandent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, Barry Schwartz a popularisé l'expression "le paradoxe du choix" qui peut se résumer ainsi : choisir entre trop d'options produit de la paralysie et de l'insatisfaction, ce qui peut provoquer une sorte de stress très négatif dans les sociétés industrielles modernes.

Rien de tout cela n'arrivera aux clie... Poursuivre la lecture

Le 15 décembre dernier, Elon Musk décidait de suspendre temporairement de Twitter les comptes d'une poignée de journalistes. Cette décision a immédiatement déclenché une suite de réactions virulentes qui ont éclairé de façon crue les biais des médias, des institutions politiques et… de Wikipédia.

Il semble étonnant que ce milliardaire qui avait claironné son attachement à la liberté d’expression suspende les comptes Twitter de plusieurs journalistes.

Un peu de contexte explique pourtant assez bien sa réaction : Musk dispose d’un... Poursuivre la lecture

Avec la publication des Twitter Files dont un précédent billet faisait mention, nous avons eu la démonstration à la fois de la collusion de l’État et des BigTech et à la fois celle de l’État avec la presse traditionnelle tant son mutisme fut complet au sujet des révélations de Twitter.

Cette première bordée de révélations montrait ainsi toutes les manœuvres en coulisse de Twitter pour réduire à néant certaines informations très défavorables à Joe Biden alors en campagne présidentielle. La suite de ces révélations – qu’on pourra épluche... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles