Sarkozy et la collusion des radars routiers

Radars : le grand mensonge (Crédits : Editions Tatamis, tous droits réservés)

L’État français a bien compris qu’il faut prendre l’argent où il est : chez les pauvres

Comme le disait avec clairvoyance Alphonse Allais, l’Etat français a bien compris qu’il faut prendre l’argent où il est : chez les pauvres. Ils n’en ont pas beaucoup, mais il y a beaucoup de pauvres. Et l’une des méthodes trouvées par Sarkozy, c’est d’utiliser les radars routiers …

J’ai appris que ce journaliste iconoclaste avait mené une réelle enquête de fond, dont les résultats sont compilés dans un livre, « Radar : le grand mensonge« .

Et une enquête de fond, ça titille mon intérêt : c’est quelque chose de plus en plus rare dans le métier, comme en atteste les nombreuses Pignouferies de Presses que ce blog relate parfois.

En cherchant à comprendre ce qui motivait l’installation des radars, et en décortiquant intégralement le marché, opaque et juteux, de ces appareils, depuis leur mise en place jusqu’à leur maintenance et en passant par les amendes, il a découvert l’incroyable collusion entre certaines grosses sociétés et le pouvoir, spécifiquement représenté par Sarkozy quand il était au ministère de l’Intérieur puis maintenant qu’il est à l’Elysée.

Radar : le grand mensonge

Il montre aussi très bien la véritable propagande fumeuse qui fut mise en place et qui a encore cours actuellement pour faire passer ces boîtiers pour des armes efficaces contre l’insécurité routière, alors que les résultats sont en réalité bien plus mitigés que ce que la presse traditionnelle, trop contente de lécher servilement la main qui la nourrit, peut laisser imaginer à grand renfort de statistiques plus ou moins bidonnées.

L’interview évoque d’autres thèmes que je n’aborderai pas dans ce court billet, mais je vous encourage tout de même à la voir lorsque vous en avez le temps :


Quart d’heure de célébrité de Jean-Luc Nobleaux
envoyé par enquete-debat. – L’info video en direct.

Maintenant, au-delà même des éléments que nous expose Jean-Luc Nobleaux, on peut s’interroger sur l’absence de publicité ou d’information sur cet ouvrage dans la presse traditionnelle : à vrai dire, je n’en avais entendu parler absolument nulle part.

Pourtant, il y a de la matière !

La sécurité routière et le flicage devenu maintenant constant sur les routes, au point qu’on en vient à savoir, de façon plus ou moins directe, les allées et venues de tout un chacun, tout ceci pose un très léger problème de libertés individuelles qu’on aurait bien tort de passer sous silence.

Les radars, tout le monde a eu l’occasion d’ou bien les tester, ou bien en parler à table en famille, ou bien en défoncer un à coup de torche à la thermite ou heu non peut-être pas le dernier cas mais je crois que vous avez saisi : c’est un thème connu de tous, qui fait facilement débat dans les médias.

La collusion du pouvoir avec de grosses sociétés, et la collusion, spécifiquement, de Sarkozy, avec des grandes entreprises françaises, voilà qui doit, normalement, faire saliver plus d’un organe de presse.

Eh bien malgré l’occurrence de ces deux thèmes, le livre n’a reçu, pour ainsi dire, aucune publicité dans les médias généralistes. Pourtant, les médias spécialisés (magasines automobiles, par exemple) ont clairement vanté la qualité de l’ouvrage …

Je suis toujours surpris de constater l’énergie déployée par les antisarkozystes pour dégoter des affaires incriminant le chef de l’état, dont certaines, il est vrai, méritent largement une fessée républicaine et démocratique aux prochaines élections, et, a contrario, de voir leur totale apathie pour certains thèmes moins consensuels qui leur offrent pourtant un boulevard en matière de critique argumentée contre le chef de l’état.

Il serait donc plus que temps que les habitués de la dénonciation s’y mettent un peu, à leur tour, non ?
—-
Sur le web