Energies vertes = pauvreté

Le public s’apprête à devoir payer plus d’impôts et taxes pour recevoir moins de services

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Energies vertes = pauvreté

Publié le 23 octobre 2010
- A +

Grâce à l’extrême prodigalité de Gordon Brown, nous dit Charles Moore, le public s’apprête à devoir payer plus d’impôts et taxes pour recevoir moins de services. Mais le coût des politiques vertes n’apparait pas beaucoup dans le débat en cours en ce moment, parce qu’il passe en grande partie, non pas par l’impôt, mais par la facture d’électricité.

C’est progammé pour continuer à monter. Cette année, la levée total va ajouter 6 milliards de Livres Sterling aux factures des ménages et des entreprises. En 2015, 10 milliards; en 2020, 16 milliards, c’est à dire 4% de la base de revenu imposable.

Pour le gouvernement et pour les producteurs d’électricité, comme le note Moore, c’est une belle façon de faire les choses, parce qu’ils touchent leur argent sans faire d’efforts. Et donc, pour vous et moi, c’est plutôt laid. Nous payons pour les obligations de subventions aux renouvelables, et nous finançons les tarifs d’alimentation forcée du réseau électrique en renouvelables. Nous payons de plus en plus pour des sources d’énergies qui ne nous récompenseront pas en réductions de couts avant au moins une génération.

Ca fait des années que le gouvernement n’arrête pas de parler de la cruauté de la « misère énergétique ». Ajourd’hui, officiellement, 4,6 millions de ménages y sont plongés. La politique actuelle rend inévitable que la misère énergétique va continuer à augmenter aussi loin qu’il est possible de regarder dans le futur. D’ici à 2020, nos prix d’électricité seront 30 à 40% plus hauts qu’ils ne l’auraient été sans cette politique.

Et ainsi de suite. Le ressentiment monte, doucement. Mais ça prend si longtemps.

Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Il est vrai que les ressources naturelles (pétrole, gaz, uranium…) sont infinies et éternelles, tout comme la croissance bien sûr. Alors continuons de prélever encore et toujours ces ressources, ça fait 150 ans que ce modèle fonctionne, il n'y a aucune raison que ça s'arrête!

    • Ca s'arrêtera un jour, et pas forcément par manque d'hyrdocarbures : l'age de pierre ne s'est pas arrêté par manque de cailloux. La meilleure chose à faire c'est de laisser les innovateurs innover, sans les entraver avec des régulations, taxes, ou mêmes subventions (qui favorisent des choix effectués par des bureaucrates et donc presque tout le temps mauvais).

    • Le fait est que les réserves en uranium permettent de produire des masses d'énergie à pas cher, et ce pour des centaines d'années, mais que, grâce à l'action permanente des lobbys écolos, on s'en tient bien éloigné et qu'on continue donc de griller des hydrocarbures.

      Avec ce genre d'écolos, on n'a pas besoin d'Ebola, de dictateurs ou de politiciens véreux pour répandre la misère.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Cet article analyse les composantes du prix de l’électricité, et son évolution depuis le début de la crise énergétique en 2021. De cette analyse découlent les conclusions suivantes : 

Il existe dès à présent une marge de diminution de 15 à 20 % du prix de l’électricité en France pour les particuliers et les TPE, sans grever les finances publiques par une diminution de la TVA à 5,5 %. EDF et plusieurs fournisseurs proposent dès à présent des offres marché 15 à 20 % en dessous du tarif régulé. Le Tarif Régulé de Vente de l’Électricité (T... Poursuivre la lecture

Nous sommes en été : les panneaux photovoltaïques démarrent tôt le matin, culminent vers 14 heures, et s’éteignent vers 22 heures… On pourrait penser que ça tombe bien, puisque la pointe de consommation est l’après-midi, en partie à cause des climatisations…

 

Oui, mais il y a plusieurs problèmes : regardons la journée ensoleillée du 28 juin sur les diagrammes de RTE (eCO2mix)

- Avec nos 19 GW, c’est déjà trop : la puissance solaire croît plus vite que la montée de la consommation.

- C’est la même chos... Poursuivre la lecture

Pourquoi ?

Parce que, d’une part, l’essentiel de l’effondrement du pouvoir d’achat de l’économie française – celui des particuliers n’en étant que le volet aggravant – découle directement du tarissement délibéré de ce gisement et, d’autre part, parce qu’aucune dynamique physique ou biologique ne peut s’imaginer sans consommation d’énergie dans un univers vierge de toute civilisation, a fortiori dans un univers en réalité constamment améliorée voire réinventée par cette dernière. On ne doit pas perdre de vue que le poste de dépenses le plus él... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles