Energies vertes = pauvreté

Le public s’apprête à devoir payer plus d’impôts et taxes pour recevoir moins de services

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Energies vertes = pauvreté

Publié le 23 octobre 2010
- A +

Grâce à l’extrême prodigalité de Gordon Brown, nous dit Charles Moore, le public s’apprête à devoir payer plus d’impôts et taxes pour recevoir moins de services. Mais le coût des politiques vertes n’apparait pas beaucoup dans le débat en cours en ce moment, parce qu’il passe en grande partie, non pas par l’impôt, mais par la facture d’électricité.

C’est progammé pour continuer à monter. Cette année, la levée total va ajouter 6 milliards de Livres Sterling aux factures des ménages et des entreprises. En 2015, 10 milliards; en 2020, 16 milliards, c’est à dire 4% de la base de revenu imposable.

Pour le gouvernement et pour les producteurs d’électricité, comme le note Moore, c’est une belle façon de faire les choses, parce qu’ils touchent leur argent sans faire d’efforts. Et donc, pour vous et moi, c’est plutôt laid. Nous payons pour les obligations de subventions aux renouvelables, et nous finançons les tarifs d’alimentation forcée du réseau électrique en renouvelables. Nous payons de plus en plus pour des sources d’énergies qui ne nous récompenseront pas en réductions de couts avant au moins une génération.

Ca fait des années que le gouvernement n’arrête pas de parler de la cruauté de la « misère énergétique ». Ajourd’hui, officiellement, 4,6 millions de ménages y sont plongés. La politique actuelle rend inévitable que la misère énergétique va continuer à augmenter aussi loin qu’il est possible de regarder dans le futur. D’ici à 2020, nos prix d’électricité seront 30 à 40% plus hauts qu’ils ne l’auraient été sans cette politique.

Et ainsi de suite. Le ressentiment monte, doucement. Mais ça prend si longtemps.

Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Il est vrai que les ressources naturelles (pétrole, gaz, uranium…) sont infinies et éternelles, tout comme la croissance bien sûr. Alors continuons de prélever encore et toujours ces ressources, ça fait 150 ans que ce modèle fonctionne, il n'y a aucune raison que ça s'arrête!

    • Ca s'arrêtera un jour, et pas forcément par manque d'hyrdocarbures : l'age de pierre ne s'est pas arrêté par manque de cailloux. La meilleure chose à faire c'est de laisser les innovateurs innover, sans les entraver avec des régulations, taxes, ou mêmes subventions (qui favorisent des choix effectués par des bureaucrates et donc presque tout le temps mauvais).

    • Le fait est que les réserves en uranium permettent de produire des masses d'énergie à pas cher, et ce pour des centaines d'années, mais que, grâce à l'action permanente des lobbys écolos, on s'en tient bien éloigné et qu'on continue donc de griller des hydrocarbures.

      Avec ce genre d'écolos, on n'a pas besoin d'Ebola, de dictateurs ou de politiciens véreux pour répandre la misère.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au cours des derniers mois, la controverse concernant les superprofits a été largement instrumentalisée par une extrême gauche nupesienne soucieuse de véhiculer en permanence son discours anticapitaliste.

Le problème est systématiquement présenté de façon émotionnelle et caricaturale comme celui de grands groupes pétroliers et gaziers profitant honteusement de la guerre russo-ukrainienne au mépris des peuples en souffrance et distribuant sans vergogne une part de leurs superprofits à des actionnaires tout aussi infréquentables. Pourtan... Poursuivre la lecture

« Fin de l’abondance, des évidences de l’insouciance » a déclaré Emmanuel Macron lors de la réunion de rentrée du Conseil des ministres le 24 août 2022.

Extrait de l’allocution

 

Il en remet une couche le 5 septembre en déclarant que « la meilleure énergie, c’est celle qu’on ne consomme pas ».

Le meilleur voyage, c’est celui qu’on ne fait pas…

La meilleure viande c’est celle qu’on ne mange pas…

La meilleure eau c’est celle qu’on ne boit pas…

Le meilleur livre c’est celui qu’on ne l... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Emmanuel Macron n’a pas retenu la leçon que Clemenceau a apprise à la dure. Reagan a appris celle de Churchill. Faute de solution à la crise des prix de l’énergie, crise dont il a largement contribué à la création, le président de la République française, M. Emmanuel Macron, n’a rien trouvé de mieux que de plaider pour la décroissance, puisqu’il décrète la fin de l’abondance.

Il faut dire qu’il a eu d’illustres prédécesseurs qui ont également succombé au pessimisme de cette rengaine.

 

La p... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles