Foreclosuregate, dernières nouvelles

Il semblerait que l’escroquerie pourrait encore avoir de nouvelles ramifications

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Foreclosure (crédits Taber Jeff Turner, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Foreclosuregate, dernières nouvelles

Publié le 22 octobre 2010
- A +

Pas de révélations spectaculaires aujourd’hui, mais quelques liens pour compléter ce que je vous expliquai avant-hier (FGATE VI, l’escroquerie sous-jacente expliquée). Il semblerait que l’escroquerie que je décrivais pourrait encore avoir de nouvelles ramifications !

Je croyais avoir couvert tous les aspects de la fraude dans mon dernier article. Peut être bien que non. Visiblement, la combine était si bonne que certains ont voulu en maximiser le produit immédiat…

De plus en plus fort : des prêts vendus deux fois (ou trois..)

« un système de fraude presse bouton » (suite du précédent)

Dans une déposition enregistrée par un tribunal en juin, Bank Of America –Sans doute au nom de CountryWide, rachetée en 2008– admet avoir revendu le même prêt à plusieurs MBS. Ce qui est évidemment totalement frauduleux.

J’avais mentionné cette éventualité dans un article précédent (FGATE IV), sans trop y croire, tellement ça me paraissait énorme. J’avais tort. L’article fournit les compte rendus d’audience, et des vidéos de professionnels attestant de l’existence de la pratique… Notamment, Bear Stearns aurait sciemment revendu des MBS dont ils savaient qu’ils contenaient des prêts « dupliqués ».

Pendant ce temps, les banques incriminées :

« simple problème technique… nique… nique… »

L’escroquerie, suite : Et si le deal « John Paulson – Goldman Sachs / Abacus » était le business model de toute l’industrie du crédit ?

Chaque jour, un nouveau volet de la fraude surgit : il y a encore des ramifications scabreuses à découvrir. J’ai évoqué la fraude Goldman Sachs/Abacus sur ob’lib’, finalement réglée par une amende « à l’amiable » de 550 millions de dollars, mais visiblement, ce type de montage semblait très fréquent dans l’industrie du crédit. A approfondir, assurément.

Wells Fargo se prépare à faire face à de nombreuses demandes de remboursements…

Allons bon. Wells Fargo, qui a toujours prétendu publiquement que ses faillites étaient « saines », qui est la seule grande banque à ne les avoir pas suspendues, a envoyé une note à ses clients investisseurs et assureurs de RMBS pour leur expliquer la procédure à suivre en cas de demande de remboursement pour cause de « robo-signing »… Extrait :

« If attempts to refute the demand or MI rescission are unsuccessful, Wells Fargo will be obligated to repurchase the loan from the investor or accept the MI rescission. »

Bref, Wells préfère prendre les devants vis à vis de ses clients et reconnait sans combattre, ou presque, que juridiquement, sa position est, disons, instable…

« simple problème technique… nique… nique… »

Des preuves statistiques de la fraude aux estimations

Dans l’épisode VI (celui ou j’explique l’escroquerie aux RMBS), je vous parlais de la pratique répandue de la sur-estimation des maisons offertes en collatéral aux prêts, pour augmenter les commissions perçues par les banques émettrices.

Dès le 19 juin, Gretchen Morgenson, encore elle, publiait un article montrant que, selon une enquête statistique réalisée par une firme spécialisée, Core Logic (je n’ai pas saisi qui est le commanditaire) sur plus de 500 000 créances amenées à des pools de prêts, 5% des estimations de la maison apportées en collatéral étaient sous évaluées, mais 33% étaient surévaluées. L’article cite l’exemple d’un pool dans lequel 50% des prêts échantillonnés (environ 2100 au total) étaient surévalués, la surestimation portant sur en moyenne 58 000$ par maison.

De fait, des investisseurs (deux établissements de la côte ouest, en l’occurrence), estiment que ces résultats montrent que les notices de présentation des obligations vendues par les défenseurs (Deutsche Bank, Credit Suisse, Merrill Lynch, Countrywide and UBS) étaient trompeuses, notamment sur la qualité du collatéral. Ce qui, évidemment, justifie des poursuites.

RMBS : premières estimations du coût des rachats des prêts frelatés

Les banques émettrices des prêts « douteux » pourraient avoir à racheter entre 55 et 120 milliards de dollars, selon JP Morgan. Les autres analyses (Goldman, etc…) tournent autour de 20 à 100 milliards. Important, mais loin des « centaines de milliards » que j’évoquais avant-hier.

Rappelons que les premières estimations du coût de la crise des subprimes portaient sur « 200 milliards de dollars tout au plus », et que JP Morgan n’a sûrement pas intérêt à annoncer une perte potentielle trop élevée.

Les hypothèses de JPM portent sur des taux de poursuites perdantes faibles, de 5 à 10%. Beaucoup d’analystes estiment qu’ils sont très optimistes. Qui vivra verra.

En complément de ma synthèse n° VI (l’escroquerie), voici les points saillants de la déposition de l’ancien dirigeant de Clayton Holdings, cette firme spécialisée dans l’évaluation de la qualité des créances immobilières, devant la FCIC. Point saillant : les agences de notation ont été prévenues, et pourtant, elles ont sans sourciller noté les tranche sénior des MBS frelatées AAA…

Bloomberg : fourchette haute à 220 millions – Le management de Citi a volontairement accepté des monceaux de prêts « sub-standard ».

Bloomberg, citant d’autres experts, estime que la perte liée aux rachats forcés de prêts douteux aux MBS pourrait atteindre 220 milliards en fourchette haute. A l’appui de son estimation plus « raide » que celle de JPM, un témoignage d’un ancien top manager de CitiGroup devant la FCIC le 7 avril, passé inaperçu à l’épqoue, qui a déclaré que « mi 2006, le pourcentage de prêts défectueux rachetés et revendus était de 60%. Il est monté à 80% en 2007« .

60 ?? 80% ?? Quelle folie…

« simple problème technique… nique… nique… »

Vers un nouveau Bailout, cette fois judiciaire ?

De nombreux analystes (l’exemple cité est John Carney de CNBS) estiment probable une nouvelle loi d’exception visant un bailout juridique des banques, juste après les élections de Mid Term. Une fois de plus, la racaille en col blanc pourrait s’en tirer en ne laissant qu’un minimum de plumes. C’est hélas très réaliste…

« Ah, mais c’est qu’il faut sauver les banques, sinon, ce sera le chaos ! »

Mais en ce moment, le système financier, c’est quoi ?

Et si les banques sont sauvées des suites d’une fraude qui est directement à l’origine de la plus grande crise économique depuis 1929, jusqu’où se croiront elles autorisées à aller ? Quel crédit les américains pourront ils apporter à leur justice, à leurs institutions, si une telle loi passe ? Comme je l’ai écrit (épisode V) : qui fait la loi aux USA, le congrès ou les banques ?

Mais John Carney a hélas raison de se montrer pessimiste : il y aura de terribles pressions en faveur d’un bailout judiciaire après les élections de Mid Term.

De la survie des entreprises, et de la nocivité des sauvetages publics

Si l’hypothèse d’un nouveau bailout se matérialise, l’Amérique appauvrira son peuple pour des banques qui ont été incompétentes et ont violé les lois, on eu recours à des sous-traitants malhonnêtes, ont produit des faux en écriture devant les tribunaux, ont pris des risques inconsidérés qui se retournent contre l’économie toute entière… Et tout cela, parce qu’elles ont déjà bénéficié de nombreux bailouts par le passé.

Il faut laisser les banques fautives boire la tasse, et seulement faire en sorte que la liquidation fasse le moins de dommages collatéraux possible. Une petite synthèse des griefs par Barry « Big Picture » Ritholtz.

La somme de toutes les fraudes

Dans la même veine que le précédent : Difficile de s’y retrouver dans le foreclosure gate ? Karl Denninger résume les principales fraudes relatées par la presse depuis le début des années 2000 qui remontent à la surface. Et montre que l’état fédéral a grandement participé au grand festin en protégeant le système au lieu de le combattre.

Conclusion personnelle : Le problème n’est pas la « dé »-régulation, comme on l’entend souvent, mais la « co »-régulation, où le régulateur se laisse « acheter », « capturer » par le régulé. Et la solution n’est pas « plus » de législation, qui ne fait qu’ajouter des occasions de capture du régulateur, mais un recentrage de la législation sur les aspects régaliens et une volonté inflexible des tribunaux de faire respecter cette législation recentrée sans que les amis du pouvoir exécutif ou législatif ne puissent sauver leurs amis du big business au frais du contribuable. Ce qui suppose de leur retirer le pouvoir de le faire, et non d’accroître leurs possibilités « d’interventions ».

That’s All Folks !

—————-

Retrouvez la saga du Foreclosure Gate sur ObjectiEco.com :

(I) Banques US : vers un gigantesque « Foreclosure-Gate » ?

Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Delphine Moret.

La crise sanitaire a dopé le paiement électronique, par carte bancaire ou sans contact, comme l’a constaté la Banque centrale européenne (BCE). Les restrictions des déplacements et des interactions physiques ont accéléré le boom du e-commerce et l’utilisation des moyens de paiement digitaux. De plus, la crise du Covid-19 a été marquée par des opérations d’influence d’envergure et une attaque en règle de la réputation du billet de banque, accusé à tort de transmettre le coronavirus. « Un tsunami informationnel » qui ... Poursuivre la lecture

Par Tho Bishop. Un article du Mises Institute

Plus d'un mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le conflit militaire est resté un conflit régional. Si la Russie a pu fortifier ses revendications dans l'est de l'Ukraine et a progressé dans le sud, les récentes contre-offensives des Ukrainiens ont éloigné l'armée de Vladimir Poutine de Kiev. Parallèlement, les allégations de crimes de guerre commis par les forces russes pendant le conflit ont donné au président ukrainien Volodymyr Zelenskyy de nouveaux arguments dans sa campagn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles