Y a t-il un capitalisme idéal ?

Au-delà de l’offre et de la demande, avec Alain Laurent, à propos de l’ouvrage de Wilhelm Röpke

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Alain Laurent (Crédits : Alain Laurent, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Y a t-il un capitalisme idéal ?

Publié le 5 octobre 2010
- A +

avec Alain Laurent, à propos de l’ouvrage de Wilhelm Röpke

Vous pouvez écouter ici l’entretien accordé, sur Canal Académie, par Alain Laurent. Celui-ci commente la réédition de l’ouvrage de l’économiste allemand William Röpke (1899-1966) : Au delà de l’offre et de la demande (Les Belles Lettres) dans lequel il développe sa pensée sur l’économie sociale de marché. Cet ouvrage a été chroniqué sur Contrepoints ici.
« L’économie sociale de marché » dont Wilhelm Röpke est le père spirituel et auquel il donne « le vrai sens » serait-elle la réponse la plus proche de ce « capitalisme idéal » dont on se plait à rêver au lendemain d’une de ses crises les plus profondes ? Sans doute sur bien des points… En effet ce libéralisme protecteur de l’ordre social et moral est l’une des redécouvertes de cette réédition qui éclaire les débats récents de la constitution européenne en soulignant l’extrême importance des thèses « ordo-libérales » (1).

Encore faut-il comprendre « social » autrement que comme une troisième voie entre capitalisme et socialisme ou comme la volonté de faire porter aux marchés une camisole de force et encore moins comme le soutien aux thèses keynésiennes ou à l’Etat providence.

Ce classique de « l’au-delà de l’offre et de la demande » présentée par Patricia Commun se révèle plus que jamais comme l’antithèse de ce que Keynes incarne c’est-à-dire pour Wilhelm Röpke : « l’inflation chronique, l’interventionnisme dépensier et l’irresponsabilité ».

Rien à voir non plus avec « l’économie socialiste de marché » apparue dans l’empire du milieu qui reste à ce jour une énigme. Le modèle que promeut Wilhelm Röpke comme le rappelle le philosophe Alain Laurent renvoie « à un ordre institutionnel protecteur (qui est la marque de l’ordo-libéralisme) mais aussi à un ordre sociétal décentralisé et démassifié et… un ordre éthique fondé sur des valeurs civilisationnelles qui ont fait leur preuve (la propriété privée, la responsabilité individuelle, la loyauté, la préférence pour des petites communautés ouvertes dont les PME allemandes sont un bon exemple, la famille nucléaire) mais certainement pas la cupidité. C’est-à-dire une économie humanisée de libre marché dont le destin « se décide au-delà de l’offre et de la demande » car « le marché et la concurrence sont loin de créer eux-mêmes les conditions dont ils ont besoin… »

Voici une clarification sur un concept d’une brulante actualité.

(1) L’ordo-libéralisme allemand est né dans les années 1930 en réaction au planisme et au libéralisme classique. Aux yeux des ordo-libéraux, le maintien de l’ordre concurrentiel n’est pas naturel et doit constituer un objectif de politique économique parce que le marché est une construction historique qui ne fonctionne que grâce à des règles.

Une autre émission de Canal Académie avec Alain Laurent :

- Alain Laurent : Deux livres pour mieux comprendre la société et la finance

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ceci résonne de manière antagoniste à ce qu'écrivait Hayek dans la route de la servitude. L'ordo-libéralisme en question, né en Allemagne en 1930, est en fait le degré final du socialisme accepté par la population juste avant qu'il ne se mue dans le totalitarisme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

L’inflation est là, et prête à durer si rien n’est fait pour la contrer. Dans le même temps, l’action correctrice des Banques centrales ne doit pas engendrer ce que l’économiste Friedrich Hayek appelle une dépression secondaire, c’est-à-dire un second choc négatif à la crise présente, engendrant ainsi un processus cumulatif.

 

Les constats sur l'inflation

Posons un constat : l’inflation est monétaire principalement, c’est-à-dire qu’elle résulte d’un excès de création monétaire par rapport à la demande de monnaie, en même te... Poursuivre la lecture

Vous me connaissez peut-être déjà. Je suis un simple crayon de bois jaune. Je vous ai déjà raconté la merveille et l'étonnement de ma généalogie. Des mines du Sri Lanka aux forêts de Californie, ma lignée est tout sauf linéaire - il s'agit plutôt d'une collaboration mondiale complexe visant à réunir mes éléments constitutifs. J'espère que vous connaissez bien cette histoire et que vous n'avez pas besoin que je la répète ici aujourd'hui.

Mais j'ai réfléchi à une autre leçon qui pourrait vous intéresser. En repensant à toutes les mains q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles