L’actualité de la pensée de Frédéric Bastiat

L’Institut Constant de Rebecque consacre une étude à l’actualité de Frédéric Bastiat, qui avait déjà décrit les remèdes aux crises économiques

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’actualité de la pensée de Frédéric Bastiat

Publié le 4 octobre 2010
- A +

L’Institut Constant de Rebecque consacre une étude à l’actualité de Frédéric Bastiat. Le penseur libéral avait déjà décrit les remèdes aux crises économiques.

«Et cependant, comme ce mot sacré a encore la puissance de faire palpiter les coeurs, on dépouille la Liberté de son prestige en lui arrachant son nom; et c’est sous le nom de concurrence que la triste victime est conduite à l’autel, aux applaudissements de la foule tendant ses bras aux liens de la servitude.»

Ainsi décrivait Frédéric Bastiat l’injuste procès encore aujourd’hui mené contre la liberté, autrefois nommée concurrence et maintenant capitalisme sauvage. Les attaques à la liberté sont en effet toujours de même nature: elle mènerait au chaos, certains en profiteraient pour exploiter les autres et il faudrait par conséquent créer, construire une nouvelle organisation sociale plus «équitable». Cependant, avant d’inventer une organisation artificielle basée sur la contrainte et de la mettre en oeuvre, a-t-on vérifié que le régime de liberté est vraiment aussi mauvais? On l’accuse notamment de favoriser «l’exploitation de l’homme par l’homme», d’être par nature sujet à des crises comme la plus récente. Déjà de son temps Bastiat a répondu à ces critiques. Aux mêmes accusations, les mêmes arguments. C’est pourquoi ses écrits restent une source intarissable en vue d’une sortie de crise durable et des ajustements nécessaires pour en éviter d’autres.

Lire le rapport: L’actualité de la pensée de Frédéric Bastiat (6 pages, PDF)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Une étude de chercheurs de l'université de Columbia, aux États-Unis, attire l’attention de la presse et de blogs au sujet de la finance.

Les chercheurs - d’une des universités les plus réputées du pays - offrent un compte rendu sur le fonctionnement du marché de crédits de court terme, les repos (pour Sale and Repurchase Agreement), une forme de prêt entre banques ou acteurs dans la finance.

Comme le résument les auteurs de l’étude, les régulateurs américains (législateurs, autorités de marché, et Réserve fédérale) travaillent s... Poursuivre la lecture

Le film Barbie a connu un large succès, dépassant le milliard de dollars de recettes au box office. Dans le film de Greta Gerwig, toutes les Barbie vivent heureuses à Barbieland, un pays idyllique. Un jour, Barbie est assaillie de pensées inhabituelles mortifères et découvre avec horreur que ses pieds cambrés sont devenus plats. Elle doit alors quitter sa vie parfaite à Barbieland pour aller dans le vrai monde où elle découvre une réalité complexe.

Comme Barbie, les investisseurs vivent dans un monde idyllique.

Certes, ils euren... Poursuivre la lecture

Un  article de La Nouvelle Lettre

 

Il fallait y penser : pour lutter contre l’inflation, il suffit de faire baisser les prix !

Cette innovation française marque un tournant qui semble historique, mais qui est au contraire dans la grande tradition française : sous l’Ancien Régime avec Philipe le Bel et les rois faux monnayeurs[1. À l’époque, il existe une monnaie de compte (le denier, la livre, etc.) et une monnaie de paiement (une pièce métallique : un écu ou un louis). Il suffit au roi de déclarer qu’un écu qui per... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles