Che Guevara, la machine à tuer de sang‐froid

Le Che, ce « fou sanguinaire », comme le rappelle Alvaro Vargas Llosa

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Che Guevara, la machine à tuer de sang‐froid

Publié le 24 septembre 2010
- A +

Che Guevara, qui a tant fait (ou était-ce si peu ?) pour combattre le capitalisme en est maintenant une marque quintessentielle. On trouve son effigie sur des tasses à café, pulls, briquets, porte-clés, portefeuilles, casquettes, bandanas, débardeurs, chemises, sacs à main, jeans, pochette de thé, et bien entendu ces T-shirts que l’on voit partout.

Cette photo de l’idole du socialisme avec son béret mythique, prise par Alberto Korda durant les premières années de la révolution alors que Che passait devant le viseur du photographe, allait devenir l’image qui, trente-huit ans après sa mort, est toujours le logo du chic révolutionnaire (ou bien capitaliste ?). Sean O’Hagan du The Observer prétend même qu’on peut trouver du détergent vendu sous le slogan « Che lave plus blanc ».

Les produits Che sont mis sur le marché par de grandes sociétés ainsi que de petites entreprises, comme la Burlington Coat Factory, dont le spot TV nous présentait des jeunes en treillis et t-shirts de Che, ou la Flamingo’s Boutique de Union City (New Jersey) dont le propriétaire s’est défendu face à la colère des migrants Cubains locaux avec cet argument dévastateur : « Je ne vends que
ce que les gens veulent acheter ».

Les révolutionnaires se joignent aussi à cette frénésie marketing, comme The Che Store qui « répond à tous vos besoins révolutionnaires » à partir d’Internet, ou l’écrivain italien Gianni Minà, qui a vendu à Robert Redford les droits des carnets de voyage du jeune Che à travers l’Amérique du Sud en 1952. Avec les droits du film, qui parut sous le nom de The Mortorcycle Diaries, Minà put produire son propre documentaire.

 

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

Mercredi dernier, on a appris que le département de la sécurité intérieure (DHS) - un département qui n'existait pas il y a 20 ans mais qui dépense aujourd'hui 52 milliards de dollars par an - a créé un nouveau Conseil de gouvernance de la désinformation.

Cette nouvelle intervient quelques jours seulement après que Twitter a accepté l'offre d'Elon Musk, fondateur de Tesla, de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars, une opération qui, selon les détracteurs de l'opération, pourrait alimenter la désinforma... Poursuivre la lecture

candidats anticapitalistes
1
Sauvegarder cet article

Parmi les caractéristiques les plus notables de l’« exception française » se trouve l’anticapitalisme affiché et revendiqué par une bonne partie de la gauche, mais pas seulement. L’actuelle élection présidentielle s’inscrit dans la tradition. Il est vrai que sur les douze candidats du premier tour, au moins quatre, soit le tiers, se revendiquaient expressément de la mouvance crypto-marxiste.

Si nous reprenons les tracts du premier tour et en se concentrant sur l’anticapitalisme explicite des arguments, on peut établir un podium de l’an... Poursuivre la lecture

Rares sont les pays de la communauté européenne dans lesquels on trouve un candidat qui se réclame du Parti communiste. Encore plus rares sont ceux où plusieurs candidats communistes s’affrontent lors d’une présidentielle ! Les échecs des expériences collectivistes qui ont violemment émaillé l’Histoire ont tout de même fini par marquer les esprits.

Sauf peut-être en France où les leçons du passé n’ont toujours pas été tirées : dans notre pays, véritable musée des traditions marxistes, plusieurs candidats à la présidentielle arborent un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles