UMP : Jean-François Copé va-t-il faire le ménage ?

Copé, le nouvel espoir (et la nouvelle déception) des libéraux français?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jean-François Copé en meeting à Evreux en 2014 (Crédits UMP Photos, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

UMP : Jean-François Copé va-t-il faire le ménage ?

Publié le 15 septembre 2010
- A +

Par Jean-François Copé.

L’UMP est une vaste pétaudière dégoulinante d’argent public. Pour rappel, ce parti aura reçu 170 millions d’euros de nos impôts pour la mandature actuelle. Sa culture étant celle de l’obéissance absolue au chef, elle ne peut être que destabilisée lorsque le rayonnement de son lider minimo faiblit et qu’il faut choisir un nouvel astre. Sarko, c’est plié. Prochaine campagne pour 2012 et ensuite, quoi qu’il advienne, ce sera terminé pour lui.  Pour nos élus qui vivent de leur(s) mandat(s) (fréquents) et de leurs différentes fonctions attribuées par le pouvoir, l’avenir n’est pas rose est rose, et c’est bien là le problème. Il leur faut donc dés maintenant choisir le prochain chef qu’on ne critique pas et qu’on suit sans rechigner à la tâche, et surtout qui assurera le renouvellement des succès électoraux… et des gamelles pour continuer à se goinfrer sur le dos des contribuables.

Et là, ça coince. Tous sont tiraillés entre Xavier Bertrand le gentil et Jean-François Copé le fier. L’un suscite de nombreuses sympathies, attire tous les élus tel un parapluie sous le déluge., mais on voit bien qu’il promet surtout un plantage en beauté de la droite. L’autre effraie par son arrogance cassante, son complexe de supériorié suprêmement agaçant pour des profils moyennement doués, quand ils ne sont pas carrément nuls. Bertrand attire les fragiles, ceux qui doutent de leur propre avenir et font confiance au vendeur d’assurance au parcours bien sinueux. Copé, lui, est un tueur sans compassion et sans scrupule. S’il augmente les chances de succès futur de la droite, il attire  surtout les pointures, (peu nombreuses à droite), les premiers de la classe dont les dents rayent le parquet. Il ne fait aucun cadeau aux autres, exige la soumission et un travail de chien. Bertrand offre des loukoums et des bisous, Copé de la sueur et des larmes. L’ennui, c’est que la victoire est dans le camp du second, etqu’il ne va pas tarder à prendre la main sur l’UMP. Et là, il va falloir payer l’adition piour ceux qui se sont caché derrière le petit vendeur d’assurances.

L’impopularité montante du chef de l’Etat et l’expectative d’une énorme claque en 2012 incite les cadres du parti au pouvoir à se poser des questions sur leur avenir, et donc sur celui de leur patron. Le vote sur le rallongement des indemnités chômage, c’est fait. On pourrait ajouter la garantie de disposer de la voiture et de l’appartement de fonction 10 ou 15 ans après la perte du mandat, mais ça serait vraiment trop gros et les Français commencent à gronder. On n’en est pas à la Guillotine, mais il ne faut pas pousser Mamie dans les orties, même à Rambouillet. Le Figaro a beau déclamer le beau fixe tous les jours en tant qu’agence officielle du pouvoir, les autres médias pas tant soumis que ça au pouvoir et le Monde commencent à marquer des points sur l’affaire Woerth (merci aux banques suisses qui ont dû largement aider la sortie des infos, et c’est de bonne guerre)… et même sur l’affaire de Karachi qui promet de se transformer en tremblement de têtes et en coulée de bouses si les faits et l’entrave à la justice se confirment.

L’observation qui me parait la plus intéressante, c’est que les cocus de 2007, tous ces électeurs qui ont vu en Sarkozy le messie en 2007 et déchantent aujourd’hui, commencent à voir en Copé le Sarko nouveau. L’espoir bancal dans Copé efface un peu la douloureuse humiliation d’avoir tant cru en Sarko. Pour un libéral, il était difficile de rester crédible en 2007 sans soutenir un tant soit peu Sarko en connaissance de cause. La question Copé va rapidement être au coeur de la préoccupation des libéraux français, perdus et à la recherche de repères. Réponses faciles inutiles.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • N'y aurait-il pas une petite coquille ici :

    "l’avenir n’est pas rose est rose, et c’est bien là le problème" ?

  • Chichi ; Sarko ils vous font le coup du candidat qui déborde l'ump par la droite.
    J'ai déja vu le film, il tourne en boucle !

    On apelle les grévistes "braillards", et on pactise avec la CGT (le vrai pouvoir en France !) des que 'l'on est élu(e)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture

Décidément, Emmanuel Macron nous aura administré jusqu’au bout la preuve de son ultra-libéralisme le plus décomplexé ! De quoi frémir pour la suite. Figurez-vous que jeudi 12 mai dernier, soit exactement la veille de la fin officielle de son premier mandat, lui et son ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ont obligé les candidats bacheliers de la spécialité Sciences économiques et sociales à plancher sur une épreuve ouvertement acquise aux thèses libérales ! Quelle ignoble propagande !

Scandaleux, pathétique, révoltant... Poursuivre la lecture

Le professeur Jacques Garello invite les libéraux qui souhaitent réveiller la société civile à assister au séminaire organisé au Novotel Beaumanoir à partir de ce vendredi 18 heures.

Selon Jacques Garello :

« Le drame de notre pays est qu’il n’y a aucun corps intermédiaire entre le pouvoir et le peuple : faillite des partis incapables d’avoir une doctrine et se contentant de surenchères électorales démagogiques, faillite des partenaires sociaux avec des syndicats irresponsables et non représentatifs des salariés, et des dirigean... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles