Graves dysfonctionnements dans les hôpitaux parisiens

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Couloir d’hôpital (Crédits : Ralf Heß, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Graves dysfonctionnements dans les hôpitaux parisiens

Publié le 2 avril 2010
- A +

Rendu le 28 mars, le rapport de la chambre régionale des comptes d’Ile de France fait grand bruit tant les problèmes qu’il souligne sont massifs. Il insiste en particulier sur la mauvaise gestion du personnel avec d’importants sureffectifs et un absentéisme très élevé. Pour les agents non médicaux, c’est ainsi 22,5 jours d’absence qui sont déclarés chaque année, soit plus d’un mois. Jean-Marie Le Guen, président du conseil d’administration de l’AP-HP, déclare pour défendre l’organisme que « il y a beaucoup moins d’absentéisme à l’AP-HP que dans la plupart des CHU ». Une déclaration inquiétante sur les taux d’absentéisme qui règnent dans ces derniers… Les auteurs du rapports parlent également de nombreuses « inadéquations dans l’affectation des ressources ».

Extraits du rapport : « l’organisation des équipes soignantes demeure marquée par une forte rigidité ». « Le régime des droits à récupération du temps travaillé au-delà des normes fixées à cet effet, extrêmement favorable au personnel, engendre des tensions importantes sur l’organisation des services et, cumulé à l’absentéisme significatif (…), nuit aux conditions de travail de l’ensemble des agents ».

« Il y a des marges de progression considérables dans les réorganisations », a réagi le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot.

Alors que la réorganisation de la structure des hôpitaux parisiens est en cours afin de limiter l’envolée du déficit colossal de l’AP-HP, ce rapport renforce la nécessité de la réforme. Les salariés qui avaient retenus par la force des cadres de l’administration sont visés par une plainte déposées par l’AP-HP et huit de ses cadres.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nitrites
2
Sauvegarder cet article

Le mardi 12 juillet 2022, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) présentait un avis révisé, un rapport d'expertise collective, « Évaluation des risques liés à la consommation de nitrates et nitrites » (communiqué de presse, foire aux questions).

 

« La charcuterie tue ! »

Le Journal du dimanche semble avoir été le bénéficiaire d'une fuite d'une synthèse de onze pages communiquée « aux autorités ». Selon le chapô de son article, « L’agence sanitaire Anses reconnaî... Poursuivre la lecture

Saviez-vous qu’il y a eu une vague covid en mars-avril, avec un pic hospitalier le 13 avril, c’est-à-dire trois jours après le premier tour des élections présidentielles ?

Sans doute que non.

Mais vous avez sans aucun doute entendu parler de la septième vague qui devrait bientôt nous submerger, puisque tout le monde en parle et que le gouvernement est à nouveau sur ses ergots, prêt à charger à la première occasion.

 

Covid quand on veut bien

La vague de mars-avril n’a bizarrement tellement pas eu lieu, qu’on a... Poursuivre la lecture

Une centaine de services d'urgences sont en danger de fermeture cet été. Emmanuel Macron a annoncé le lancement d'une mission flash. En réponse à Gabriel Attal qui défendait les mesures déjà exposées par Brigitte Bourguignon, Jordan Bardella a répondu « Il faut arrêter de gérer l'hôpital comme on gère une entreprise ». C’est une erreur fréquente de croire que l’hôpital français est géré comme une entreprise, sous entendu « privée ».

À la base de l’entreprise privée il y a l’entrepreneur, son audace, sa créativité et son adaptabilité. I... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles