Les pires réactions à la mort de Fidel Castro

Publié Par Contrepoints, le dans Politique, Pushmobile

Par la rédaction de Contrepoints.

Fidel Castro

Revolucion By: Pablo TrincadoCC BY 2.0

Les réactions au décès de Fidel Castro révèlent à quel point certaines personnalités restent aveuglées par leur idéologie. Ce dictateur qui n’hésitait pas à recourir au peloton d’exécution, qui a fait fuir plus d’un million de Cubains hors de leur pays, est pourtant célébré un peu partout dans le monde.

Fidel Castro, « homme fort et sage »

On ne sera guère surpris par la réaction de Vladimir Poutine, qui salue « un homme d’État émérite » :

« Cet homme fort et sage a toujours regardé avec certitude vers l’avenir. Il a incarné de hauts standards d’homme d’État. »

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, lui,  y est allé de son vibrant hommage.

« Fidel Castro, leader plus grand que nature, a consacré près d’un demi-siècle au service du peuple cubain. (…) Bien qu’il était une figure controversée, ses supporters et ses détracteurs reconnaissaient son amour et son dévouement immenses envers le peuple cubain, qui éprouvait une affection profonde et durable pour “el Comandante”. »

Avec cette déclaration très controversée au Canada, il s’est ridiculisé et les tweets ont tourné son hommage en dérision, comme on peut le lire dans le Journal de Montréal.

En France, Jean-Luc Mélenchon critique « les caricatures » faites au sujet de « Fidel », minimisant totalement les exactions du dictateur :

meluch

Lors d’un rassemblement pour « célébrer la mémoire » de son « héros », il rend hommage au dictateur, évoquant deux camps, d’un côté la belle Union des républiques socialistes russes (sic) et de l’autre le camp, américain bien sûr, qui fait « perdurer les discriminations raciales » :

« Fidel a fait des erreurs ? Oui, tout le monde a fait des erreurs ! Mais tout le monde n’est pas Fidel ! », clame le député européen, passant sous silence le bilan liberticide et sanguinaire du dictateur cubain.

La réaction de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste est dans la même tonalité :

tw1

Avec Fidel Castro, une « société juste »

Pire, pour lui, la révolution (terme utilisé pour éviter de parler des exécutions sommaires) a permis « la démonstration de la possibilité de bâtir une société juste et souveraine pour tous les peuples ». Il oublie au passage que la justice et la souveraineté dont il parle ont conduit à la mort des êtres humains, mais qu’importe, ce ne sont là que les aléas d’une révolution.

Mais, prudent, il reste flou lorsqu’il décrit l’état de développement de Cuba :

« La mise en œuvre de politiques qui permettent à Cuba d’atteindre un niveau de développement social et humain comparable à certains pays industrialisés. »

Il fait bien de ne pas citer lesquels.

Même son de cloche chez Clémentine Autin (Front de gauche) qui fait également l’éloge de la résistance à l’impérialisme américain :

ca

« Castro a libéré son peuple »

Les socialistes ne font pas exception à la règle et dans un communiqué du PS, bien avant de critiquer le dictateur qui a entravé les libertés auxquelles ils sont prétendument si attachés, mettent en avant le héros de la révolution (décidément, le mot semble n’avoir qu’une connotation positive) qui a renversé Batista.

« Le Parti socialiste renouvelle ses liens d’amitié avec les Cubains et les peuples qui luttent pour leur émancipation. »

Au PS, on est pour la révolution et la grande figure dictatoriale, tout en soutenant la lutte pour l’émancipation des peuples. On oublie là aussi la manière de gouverner de Fidel Castro, qui a bien peu émancipé le peuple : notamment la nationalisation des terres, les exils et les exécutions, dont on peut avoir un aperçu sur le site therealcuba.com.

De son côté, Pascal Cherki, député de Paris qui se définit comme « un socialiste qui ne renonce pas », poste sur son compte Twitter :

pc

Fidel Castro, « un si nécessaire espoir socialiste »

Le socialiste Gérard Filoche, membre du bureau du PS, ne pouvait pas s’abstenir lui aussi de rendre un vibrant hommage au dictateur, tout en écrivant sa propre lecture de l’histoire :

« Il n’y a jamais eu de socialisme ni de communisme en URSS, la contre-révolution y a triomphé et la bureaucratie a dévoré cruellement les révolutionnaires. »

tw2

On lira au passage avec délectation sa définition subtile de la différence entre le socialisme et le communisme.

Les réactions consensuelles

Plus vagues et certainement plus prudentes, les réactions de certains laissent planer le doute :

Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne :

« With the death of Fidel Castro, the world has lost a man who was a hero for many. He changed the course of his country and his influence reached far beyond. Fidel Castro remains one of the revolutionary figures of the 20th century. His legacy will be judged by history. »

Enfin, dans Libération on enchaîne les lieux communs :

« Étranglé par le blocus américain, Cuba a cependant mis en place des politiques d’éducation et de santé performantes et les Cubains restent généralement fiers de n’avoir pas plié l’échine face à leur grand voisin. »

Rappelons que le prétendu blocus américain est une invention des pro-castristes : l’embargo américain n’a jamais empêché Cuba de commercer avec le reste du monde.

Les Cubains dont parle Libération ne sont sans doute pas ceux qui se sont exilés à Miami. Eux se réjouissaient hier soir que leurs enfants grandissent dans un monde où Fidel Castro ne serait plus là.

tw3

tw

dessin-contrepoints855

Laisser un commentaire

  1. Mais Castro a bel et bien libéré le peuple Cubain…
    Hier, en crevant, il l’a bel et bien libéré de son joug.

  2. à mettre en parallèle ace le culte des révolutionnaires français…l’idée sous-jacente à défendre c’est que la fin justifie les moyens, et même si l’humanité, la fraternité et la générosité forment la colonne vertébrale de l’idéologie, tuer et haïr est acceptable durant une phase transitoire..
    Incroyable paradoxe ..
    l’amour est la clef…haïssons et tuons ceux qui ne nous aiment pas!!!!
    Ceci dit puisque c’est la réalisation d’un idéal qui a justifié les horreurs..regardons les réalisations du communismes et du socialisme…ok c’est vu.
    on a cassé des œufs mais pas eu une grosse omelette.
    Remarquablement ,quand on veut vous présenter cuba sous un jour favorable on vous dit de regarde le système de santé et le système éducatif… à méditer..

    1. Toute ressemblance avec la religion catholique serait purement fortuite

      1. Oh ! Et encore les catholiques se sont sérieusement calmés depuis 2 siècles…

      2. La violence au nom du christianisme est en violation du christianisme. On ne peut pas dire de même de la violence révolutionnaire.

      3. plus exactement avec les régimes à tendances théocratiques…

      4. Ne faites pas d’amalgame, cela n’a strictement rien à voir! Les guerres de religions n’ont pas été le fait des seuls catholiques, les protestants furent tout aussi acharnés. Et ce n’est pas la religion mais ces fidèles extrémistes les coupables!

  3. Les gauchistes confondent blocus et embargo. Ce « blocus », terme servant plus de propagande au régime Castriste, est en réalité un embargo décrété par les Etats-Unis concernant les produits Américains à destination de Cuba. Cet embargo fut pris en représailles contre la Nationalisation des entreprises Américaines par le régime Castriste. Cela n’a jamais empêché le régime Castriste de commercer avec les autres pays de la planète, et notamment, dans le cadre du COMECON, et de bénéficier de zones franches, comme le Panama par exemple, fournissant ainsi les dirigeants Cubains en produits de haute technologie « made in USA ». D’autant plus que jusqu’en 1991, le régime Castriste fut financé et équipé par sa « société mère » Soviétique, de manière ininterrompue. Cet embargo n’a pas empêché non plus les frères Castro, d’envoyer des troupes militaires (toujours avec le soutien matériel et financier de l’U.R.S.S.) « Communiser » entre autres, des pays d’Afrique. »
    À noter que l’embargo a été fortement réduit au fil du temps ce qui explique que depuis des années, les Etats-Unis sont les premiers fournisseurs de produits alimentaires vers Cuba.
    Je pige pas la logique des gauchistes. Ils critiquent l’embargo américain alors qu’ils sont pour le protectionnisme. Pas très cohérent . Ils critiquent l’embargo américain à cuba mais dans le même temps, ils critiquent la mondialisation et le commerce international.

    1. Quand les américains commercent avec nous, les gauchistes sont pas contents car selon eux, c’est une forme d’imperialisme économique. Ils accusent les méchantes multinationales américaines de nuire au peuple, de détruire notre santé,…. Selon eux, il faut nous protéger

    2. des multinationales américaines qui nous asservissent. Mais à cuba, l’embargo s’est mal. Vous soulevez toute l’incohérence de la gauche radicale. Ils devraient se réjouir de l’embargo américain à cuba. Le peuple cubain est libéré des multinationales américaines. Celles-ci ne peuvent pas détruire Cuba. Dire que l’embargo à cuba a appauvri le peuple cubain revient à reconnaître les vertus du commerce international avec les Etats-Unis.
      Autre incohérence dans la logique des dirigeants Cubains : être antiamericain, haïr les usa et les accuser de tous les maux et puis après reprocher aux usa de refuser de commercer avec nous.
      Contrairement aux mensonges dans la presse, l’embargo est encore justifié aujourd’hui. Tant que Cuba participeras au narcotrafic et sera lié à des organisations terroristes, l’embargo sera justifié.

  4. Tous ces hommages vibrants pour un tyran sanguinaire sont au delà de l’indécence. De ce que j’ai pu lire, le seul à s’être souvenu qu’il existe un peuple à Cuba et à lui avoir rendu hommage est Donald Trump. Et dans une moindre mesure, Amnesty. Tous les autres, Hollande, Trudeau, Juncker, Ban Ki Moon, sans oublier Obama le messie des bobos (désigné parait-il president « le plus cool » de l’histoire ou qqch de ce genre) ont oublié le peuple cubain, ce détail encombrant de l’histoire. A vomir.

    1. A quand une loi contre le négationnisme des crimes de Castro et du castrisme ? C’est très mode.
      Loi qui s’appliquerait donc à tous ceux qui les encensent !
      Bah oui, mais cépapareil…

  5. Au final le seul dirigeant occidental qui s’est fendu d’un tweet assassin envers Castro c’est Donald Trump.

    Je dis ça je dis rien.

  6. ont les fans de Castron ont ils envoyé leurs témoignages de reconnaissance envers leur Héros aux cubains de Miami.. ? incroyable cet aveuglement, c’est un peu comme la dette.. on pense que tout va bien.. l’embargo de Cuba n’a pas entravé le pays de faire des échanges avec le reste du monde.. ..

  7. Rappelons que le prétendu blocus américain est une invention des pro-castristes : l’embargo américain n’a jamais empêché Cuba de commercer avec le reste du monde.

    Et l’équipe de charlots au pouvoir d’entretenir cette légende, via son sinistre des affaires étranges.

  8. L’hommage servi par JL Mélenchon révèle l’inquiétante idéologie du personnage … Comment comprendre son succès relatif, mais non marginal ?!

  9. On se croirait dans « La Grande Parade » Jean-François Revel.

  10. Et que dire de l’éloge « élogieuses » de Trudeau, premier ministre du Canada, qui le présente comme étant le Président Cubain ayant gagné le plus d’élections….
    A gerber !!!
    De la part des coco, je comprend de telles éloges, mais venant de Ministres ou présidents représentants de vraies démocraties… C’est bien à gerber !!!

    1. Le père de Trudeau, Pierre Elliot était un grand ami de Castro… Il n’y a pas de fumée sans feu…

  11. Fidel CASTRO, enrole par le KGB dans les années cinquante est un dictateur sanguinaire qui après avoir pris le Pouvoir à Cuba y a instauré un régime de terreur en éliminant ses opposants sans aucune pitié, utilisant la torture, les privations alimentaires ou sanitaires et tous autres moyens à sa disposition.
    Il a maintenu son peuple dans un état de pauvreté sidérant le rendant ainsi dépendant du Pouvoir (la « livreta », également appelée « carnet de rationnement » étant une illustration de cette dépendance) alors que, dans le même temps, il menait une vie somptueuse ne souffrant, quant à lui, d’aucune pénurie, et ayant constamment un service médical personnel à sa disposition.
    Malheureusement pour les cubains, c’est son « petit » frère, Raoul , qui est au Pouvoir ; en terme de cruauté, il peut disputer la palme à son ainé défunt.

    L’identité des gens qui lui rendent hommage, et leur nombre, expliquent pourquoi il y a eu à l’époque nazie en France des collaborateurs, et dans les camps de la mort des Kapos.

  12. Je découvre un nommé Cherki qui écrit « toi qui rejoint », c’est bien sûr « toi qui rejoins » bordel !

  13. Tous les antiracistes de profession à la mode Filoche ou Autain pourraient-ils nous expliquer pourquoi dans une île qui compte 50 % de noirs, presqu’aucun de ceux-ci n’a figuré à un poste de responsabilité véritable dans ce régime ?

  14. On sait maintenant quel sort pour le peuple rêve Mélenchon et toute la gauche dans son ensemble. Celui que Castro a infligé aux cubains. Cela explique cet acharnement à détruire l’économie de la France. Ils espèrent asservir ainsi le peuple, en le rendant totalement dépendant de leur bon vouloir. Tu protestes? On te supprime tes moyens d’existence!

  15. Qu’aurait-on dit si à la mort de Pinochet un président de parti politique français avait écrit: « je salue la mémoire d’Augusto Pinochet qui toute sa vie a combattu l’impérialisme soviétique pour la dignité de son peuple »(copyright P. Laurent)? Ou encore: « Augusto Pinochet: entre barbarie soviétique et espoir capitaliste » (copyright G. Filoche)?
    Le problème n’est pas que certains étalent leur admiration de Fidel Castro, mais l’incroyable complaisance avec laquelle ses déclarations sont accueillies.
    On pourrait en rire si le castrisme était du passé, mais le régime survit à son fondateur.

    1. Des amis cubains me disent que le frère est encore pire!

  16. Le meilleur moyen de fermer le clapet aux adeptes du blocus pour excuser le régime cubain est de leur demander comment sont entrés malgré le blocus tout ce qui remplis les étalages en bien de première nécessite de tout les hôtels de luxe et les clubs de vacances pour que les touristes manquent de rien.

    D.J

  17. pas la peine d’ergoter puisqu’en fait on n’a que des dictatures dans ce monde, soit affirmées comme Cuba, URSS et anciennes « colonies », certains pays africains ou asiatiques ou les avis contraires à la pensée du chef sont systématiquement réprimés … ou bien les dictatures pseudo-démocratiques comme les USA, les pays d’Europe, etc ou on peut s’exprimer mais ou rien ne change la chape du plomb du dogme libéral … dogme qui est par ailleurs prêt à toutes les exactions pour s’imposer ailleurs (dans les pays de la première catégorie surtout) et piller au passage les richesses dont il a besoin. monde de merde

    1. Allez vivre à Cuba et vous feriez ce que c’est une vraie dictature. Dire qu’on vit en dictature est choquant, cela banalise les vraies dictatures.
      Le régime castriste a assassiné plus de 73 000 personnes entre 1959 et 1987
      https://www.hawaii.edu/powerkills/COM.TAB1.GIF
      Sources : https://www.hawaii.edu/powerkills/COM.ART.HTM
      Allez expliquez à tous ces gens que cuba n’est pas plus dictatoriale que les pays européens

    2. 2,1 millions de cubains ont fui rien qu’aux états unis. https://esa.un.org/miggmgprofiles/indicators/files/Cuba.pdf (chiffres datant de 2013). Cuba a perdu près de 20 % de sa population qui s’est exilé. Pourquoi tant de gens sont partis si c’est un pays pour aller dans la dictature américaine ?
      Pourquoi inversement, il n’y a pas eu d’immigration américaine vers cuba ?
      Vous n’avez pas peur du ridicule. Heureusement pour vous que le ridicule ne tue pas contrairement à castro

    3. la france sous dogme libérale c’est une blague ? La france est plutôt sous le dogme socialiste. la france est l’un des pays les plus socialistes d’europe, il suffit de regarder les chiffres (dépenses publiques 57%, la fonction publique représente pres de 7 millions de personnes dans la fonction publique (http://www.observatoiredessubventions.com/2010/combien-de-fonctionnaires-en-france/
      ), 73 au rang des libertés économiques selon Heritage Foundation après le Cap-Vert, le Kazakhstan ou encore la Jamaïque, l’un des plus haut taux d’imposition ( la France a un taux d’imposition total moyen de 64,7% principalement constitué (51,7%) de charges sociales, le plus fort taux d’imposition en europe),….. certains partis de gauche dans le reste de l’europe (spd, …) sont plus libéral qu’une bonne partie de la droite francaise (Chirac, Juppé,..). la france est championne du monde en dépenses sociales publiques. la france possède 60 code et est ultraréglementé (plus de 500000 lois et décrets). le pire s’est que le nombre de fonctionnaires augmentent. http://www.lepoint.fr/economie/les-fonctionnaires-sont-toujours-plus-nombreux-18-12-2014-1890940_28.php
      En 33 années, la France a fini par appliquer à peu près tous les points du programme du parti communiste de 1981. http://h16free.com/2014/04/01/30201-il-y-a-33-ans-deja
      Les médias, l’enseignement,…sont contrôlés par la gauche socialiste. Et vous venez nous expliquer qu’on vit sous dictature libérale, quelle mauvaise foi.
      Quand on voit que Fillon propose un programme réformateur (avec une dose de libéralisme. Ceci dit son programme n’est même pas libérale). Il est directement descendu par les médias et accusé d’être ultralibéral et d’être tatchérien (il est bien plus proche de Schroder que de Thatcher).
      Après, il y aurait une dictature libérale en France.
       » piller au passage les richesses dont il a besoin » cela c’est le socialisme

  18. Et il y en aura d’autres, des Castro, pour botter les fesses des bourgeois arrogants !

    1. botter les fesses des oppresseurs des tyrans, ok pour moi, mais pourquoi botter les fesses des bourgeois? il est pratique quand on veut se lancer dans le crime de masse de faire l’économie de la démonstration de la méchanceté des bourgeois et des leurs crimes. Etre pauvre n’est pas une vertu…Etre riche n’est pas un crime…

  19. Un dictateur qui installe sa famille au pouvoir au nom de l’indépendance, qui abuse de la force pour rester au pouvoir, qui demande l’aide de la Russie contre l’impérialisme américain, qui sape les régimes de ses voisins avec des actions terroristes, qui ruine son pays et fait fuir sa propre population, ect..
    ça ressemble beaucoup aux clan Bachard de Syrie, non ?
    Castro et Bachard, même combat !

    1. Cuba a largement soutenu le terrorisme d’extrême gauche (IRA, ETA, FARC,…). Rendre hommage à ce régime c’est aussi insulter les victimes du terrorisme d’extrême gauche. Cuba participe au narcotrafic. http://cubanexilequarter.blogspot.be/2015/03/castros-narco-terror-network-gets-free.html?spref=tw&m=1

      En effet, votre comparaison est intéressante. Il y a néanmoins des divergences entre les deux mais dans les deux cas, ce sont deux dictateurs sanguinaires responsable de la mort de beaucoup de personnes.

    2. N’oublions pas qu’à la base, le parti baas a comme doctrine le socialisme. D’ailleurs, le PASOK (parti socialiste grec) s’est construit avec comme modèle le parti baas en Syrie.

  20. pour la santé et l’éducation, il faut rappeler que Cuba disposait déjà des meilleurs standards latino-américains (et même meilleurs que dans beaucoup de pays européens) en la matière avant 1957, et avant la prise du pouvoir par les castristes. Malheureusement, depuis, la qualité n’a cessé de diminuer dramatiquement au point que, par exemple, les patients sont obligés d’apporter leur propre savon et très souvent leurs médicaments et leur literie quand ils se font hospitaliser. il ne suffit pas de nationaliser les hôpitaux et réquisitionner de force les médecins pour faire « des soins gratuits, naïf. Tout ce que ça a accompli, c’est faire fuir les médecins (d’ailleurs, chaque fois que Fidel ou Raul en envoie comme main d’oeuvre taillable et corvéable à ses potes Chavez ou Ahmadinejad, il y en a qui disparaissent vite fait dans la nature) et laisser les infrastructures pourrir sur place.
    La « santé » à laquelle les vrais Cubains ont réellement accès sans se ruiner en pots de vin et marché noir (et encore, à condition de ne pas avoir la peau trop foncée !), ce sont des immeubles vieillissants et souvent insalubres, des équipements obsolètes, datant presque tous d’avant la révolution, et pas assez de personnel ni de médicaments et de fournitures pour les faire fonctionner.
    Juste pour t’illustrer l’ampleur du désastre: en 1957, le taux de mortalité infantile de Cuba était le 13e plus bas au mode selon les chiffres de l’ONU, devançant des pays comme la France, la Belgique, l’Allemagne de l’Ouest, Israël, le Japon, l’Autriche, l’Italie, l’Espagne ou le Portugal. Aujourd’hui elle est passée 40ème, tandis que le taux de mortalité des mères à l’éccouchement est passé à 33 pour 1000 (quatre fois le taux des USA !). Le taux de suicide a triplé depuis la révolution. Le taux d’avortement s’est envolé.
    Alors, merci les « soins gratuits », surtout que ce sont les plus pauvres qui en pâtissent en priorité. Quant à l’éducation à Cuba, c’est du même tonneau.l’apartheid médical à cuba: http://www.minarchisteqc.com/2010/09/dossier-sante-3ieme-partie-cuba-lapartheid-medical/
    Si vous prenez le système de santé cubain, il y a un réelle aparatheid entre d’un coté,les dirigeants, les militaires, les touristes et de l’autre, le reste du peuple (qui a un système de santé déplorable)
    Stossel démonte les mensonges de moore sur le système de santé cubain: https://m.youtube.com/watch?time_continue=1&v=cvmQHo8I9TI

    Marrant, les gauchistes luttent contre les inégalités mais encensent le système de santé cubain qui est profondément inégalitaire et repose sur un système à deux vitesses. Quand à la gratuité, si vous faites partie du peuple, vous devez payer des pots de vins pour être soigné.

    Lisez ceci: http://www.therealcuba.com/?page_id=77 http://www.nationalreview.com/article/432680/myth-cuban-health-care
    https://panampost.com/belen-marty/2015/10/06/inside-the-cuban-hospitals-that-castro-doesnt-want-tourists-to-see/ http://www.journaldemontreal.com/2016/11/28/castro-violence-sante-et-contreparties
    https://es.panampost.com/belen-marty/2015/09/30/sistema-de-salud-cubano-una-mentira-forrada-en-propaganda/

  21. Je constate juste l’immense hypocrisie de la gauche. Ils dénoncent les méchants dictateurs de droite mais rendent hommage aux dictateurs de gauche. Quelle cohérence, il y a de dénoncer pinochet et de rendre hommage à castro. Quand on voit que le groupe des sociaux démocrates rendent hommage à castro, qu’un député ps le compare à Mandela,.. cela donne envie de vomir. Le traitement de la presse est aussi ultra partial. Imaginons que c’est pinochet qui soit mort. Il y aurait eu un scandale à juste titre si un homme politique de droite lui avait rendu hommage. Quand pinochet est mort, la presse était beaucoup moins élogieuse. On voit la partialité des médias. Il suffit de comparer le traitement de la presse à la mort de pinochet et à celle de castro pour se rendre compte à quel point nos médias ont un parti pris à gauche.
    Mieux vaut être un dictateur de gauche que de droite. Les exactions d’une dictature de gauche sont toujours minimisés, justifiés ou simplement passés sous silence au profit des bienfaits ( souvent imaginaires soi dit en passant) qu’ont apporté cette dictature. Quand il y a une dictature de droite, on mets en lumière les exactions de cette dictature quitte à les exagérer.
    Une dictature qu’elle soit de droite ou de gauche reste une dictature. L’une ne vaut pas mieux que l’autre. Soit on condamne les dictatures soit on les condamne pas mais on peut pas faire une condamnation à la carte comme le fait la gauche en fonction de l’idéologie de la dictature. Au final, j’ai l’impression que la gauche hait les dictateurs de droite pas tant pour leurs exactions que pour leur idéologie. Si ces mêmes dictateurs avaient été de gauche et avaient commis les mêmes exactions, ils auraient été loués par la gauche. La mort de castro illustre l’hypocrisie de la gauche. La gauche promeut l’égalitarisme mais considère que la vie humaine n’a pas la même valeur selon que l’on soit victime d’une dictature de droite ou d’une dictature de gauche. Un cubain victime de castro a moins de valeur aux yeux de la gauche qu’un Chilien victime de pinochet. Et après la gauche se prétends humaniste et dit défendre l’égalité.
    Taubira, Melenchon, Hollande,…. Tous rendent hommage à castro et « oublient » les victimes de castro.
    La mort de castro a définitivement détruit la crédibilité de la gauche et des médias.
    La gauche a toujours soutenu les pires dictatures. Elle a été indirectement complice de massacres de masse. J’ai eu la faiblesse d’esprit de croire qu’elle avait évolué et qu’elle avait ouvert les yeux. Je me suis trompé. Elle soutient toujours les dictatures. La majorité des dictatures étaient communistes ou socialistes ( par exemple, le parti baas au Moyen-Orient était socialiste. Bcp de dictatures en Afrique étaient dirigés par des socialistes. Même le régime de l’apartheid considéré comme symbole du capitalisme par les gauchistes a été créé par les syndicalistes blancs.)
    Alors voir des socialistes dénoncé des dictatures c’est l’hôpital qui se fout de la charité. Il y a eu tellement de dictatures à idéologie socialistes qu’ils feraient bien de la fermer.
    La gauche n’a vraiment honte de rien. J’ai jamais entendu des gauchistes s’excuser pour avoir soutenu des régimes dictatoriales ayant commis des massacres de masse. Pire, certains dictateurs ont été influence par les intellectuels de gauche occidentale car ils ont été formés dans les universités occidentales. Par exemple, les dirigeants khmers rouges ont été formés dans les universités françaises. Les intellectuels français ont une part de responsabilité dans le génocide des khmers.

  22. Cuba n’a survécu à l’effondrement de son économie que grâce aux subsides de l’ex-URSS, qui lui accorda 65 milliards de dollars sous forme de « prêts et aides » jusqu’à 1990. Je ne parle même pas de l’aide des autres pays d’obéissance communistes. Si il y aujurd’hui un dégel des relations entre cuba et les usa c’est grace au fait que le vénézuela est ruiné. Et que les dirigeants castristes craignent la fin des aides venezueliennes. Donc ils veulent normaliser les relations avec les usa. le vénézuela apporte de l’aide à Cuba sans l’aide vénézuélienne cuba s’effondre.
    la russie a annulé 90% de la dette cubaine envers l’Union soviétique, soit $29 milliards. En 2010, La Havane est parvenue à restructurer sa dette d’un montant total de $6 milliards envers la Chine. En 2012, le Japon a accepté d’annuler 80% de la dette cubaine envers Tokyo ($1,4 mds).

    Cuba est le seul pays latino-américain qui a vu diminuer son apport calorique diminué pour la population, en passant de 2.700 calories/jour/hab. en 1957 à moins de 2.500 après la fin des subventions soviétiques. De même Cuba doit être le seul pays au monde qui a vu son nombre de voitures par habitant diminuer depuis 1957. regardez le salaire moyen: http://www.one.cu/publicaciones/03estadisticassociales/Salario%20Medio%20en%20Cifras%20Cuba%202013/II.pdf
    Au marché payable en devises, le pain coûte $0,80, le kilo de blanc de poulet, plus de $3. Ce qui veut dire qu’un Cubain ne peut même pas s’acheter un pain par jour et qu’il ne peut que subsister que grâce au système de rationnement. Enfin, à quelque chose malheur est bon : l’obésité n’est pas un réel problème à Cuba.

    Castro est milliardaire. plusieurs gens de son entourage ont racontés son train de vie (ce mec vit dans le luxe le plus total).
    Cuba s’est l’exemple type de la dictature communiste: une poignée d’oligarches vivent dans le luxe tandis que le peuple crève de faim.
    La dictature castriste ne fonctionne que grace à la pauvreté. c’est justement grâce à la faim et à la misère que le régime tient. Il a mis un système de rationnement qui lui permet de controler sa population. le livret de fourniture est un moyen pas du tout subtil de contrôle social et une manière contondante d’obliger à l’obéissance. La dictature castriste serait inimaginable sans la pauvreté du peuple cubain : elle a consacré plus d’un demi-siècle à « résoudre » la pauvreté, en la maintenant et en l’augmentant, au lieu d’implémenter des institutions qui canalisent les incitants pour éliminer la dépendance et créer de la richesse. Le castrisme n’a rien fait de tout cela en 50 ans, plus préoccupé à ce que les pauvres continuent d’être pauvres et, par conséquent, vulnérables et dépendants du pouvoir politico-militaire qui soutient et administre la laisse autour de leur cou.
    Fidel castro a publiquement reconnu que le modèle cubain ne marchait pas. je ne sais pas ce qu’il vous faut de plus