Primaire : on choisit Fillon par adhésion, pas par stratégie

Publié Par Contrepoints, le dans Politique

Par la rédaction de Contrepoints.

François Fillon (Crédits Rama, CC-BY-SA 2.0)

Une étude Harris Interactive pour LCP et Public Sénat1 s’intéresse notamment aux motivations de vote pour la primaire de la droite.

L’opposition à Nicolas Sarkozy et l’impact de la gauche

Alors que 70% des électeurs d’Alain Juppé ont voté pour lui afin que Nicolas Sarkozy ne gagne pas, ils ne sont que 40% parmi les électeurs de François Fillon. 57% des électeurs du gagnant du premier tour affirment que leur vote n’a aucun rapport avec Nicolas Sarkozy alors que seuls 30% des électeurs du dauphin le prétendent.

Par ailleurs, parmi les électeurs d’Alain Juppé au premier tour de la primaire, 23% proviennent de la gauche, 25% de l’UDI ou du MoDem et 31% seulement des Républicains. Pour les électeurs de François Fillon, seuls 6% viennent de la gauche, 12% de l’UDI et du MoDem et 49% des Républicains.

primaire-provenance-electorat

Provenance de l’électorat des qualifiés au second tour de la primaire

Il est clair que ceux qui ont voté pour François Fillon ne l’ont pas fait par calcul électoral (rejet de Nicolas Sarkozy ou programme plus proche de la gauche) mais nettement plus par adhésion que pour Alain Juppé. On comprend ainsi mieux la stratégie d’Alain Juppé : elle a pour but de bénéficier au deuxième tour des voix les moins à droite afin de se hisser plus haut que ce que le potentiel des reports laisse penser.

Et le programme dans tout ça ?

Seuls 46% des électeurs d’Alain Juppé ont placé le programme au cœur de leurs motivations, contre 70% pour François Fillon. Peu d’électeurs se sont décidés le jour même de la primaire mais quand 36% se décidaient pour François Fillon quelques jours avant le scrutin, ils n’étaient que 11% pour Alain Juppé. De même, quand 26% se décidaient pour François Fillon deux ou trois semaines avant le premier tour, seuls 15% le faisaient pour Alain Juppé.

Importance du projet dans la motivation du vote à la primaire

Importance du projet dans la motivation du vote à la primaire

La fin de campagne de François Fillon, le troisième débat et probablement une certaine lassitude vis-à-vis d’Alain Juppé ont manifestement porté les électeurs à se décider tardivement.

Du reste, on constate que l’électorat d’Alain Juppé ne comporte aucune base solide. La plupart des électeurs ont voté pour s’assurer que leur candidat soit au second tour de la primaire (68 à 70%) mais la personnalité d’Alain Juppé a bien moins rassemblé (54%), tout comme son honnêteté (50%). Son programme était très mal classé par rapport aux autres candidats (46%) alors que beaucoup de ses électeurs (60%) ont voté pour empêcher un autre candidat d’accéder au second tour. François Fillon et Nicolas Sarkozy ont eux rencontré bien plus d’adhésion sur leurs personnalités et sur leurs projets.

Motivation des électeurs des trois premiers candidats à la primaire.

Motivation des électeurs des trois premiers candidats à la primaire.

La primaire a validé l’adhésion à François Fillon

Les chiffres sont très clairs :

  • Peu d’électeurs de François Fillon ont utilisé leur voix au premier tour de la primaire pour disqualifier Nicolas Sarkozy,
  • François Fillon a séduit dans son camp et son succès n’est pas parasité par les votes de gauche,
  • La perception de son honnêteté a pesé face à Nicolas Sarkozy et ses affaires et Alain Juppé, déjà condamné,
  • Son projet a été écouté et sa personnalité a séduit.

Sa place à l’issue de ce premier tour relève donc d’une certaine adhésion. Ceci étant dit, malgré un score bien large, l’influence de l’opposition en faveur d’Alain Juppé devrait se faire sentir au second tour. Rien n’est gagné et la soirée de dimanche prochain devrait tenir ses promesses de grand moment électoral.

  1. Enquête réalisée en ligne le dimanche 20 novembre 2016. Échantillon de 7901 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus dont 799 électeurs au 1er tour de la Primaire de la droite et du centre. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).
  1. 23 % de votant pour Juppé viennent de la gauche !?? On imagine bien que ce chiffre doit être plus élevé si on prend en considération ceux qui n’ont pas voulu l’avouer….C’était moins de 5 % de sympathisants de droite à la primaire socialiste il me semble !? Mais c’est honnête forcément, puisque c’est de gauche……Maintenant oui c’est clair que pour Fillon c’était un vote d’adhésion et heureusement. Quand on voit se qu’on est capable de mettre à la tête du pays avec un vote de rejet, C’est rassurant….

  2. Qui prend les sondages au sérieux n’est pas sérieux

    1. pas exactement, qui prend un sondage déclaratif sur un sujet , pour un sondage sur le sujet s’expose à une certaine déconvenue. Mais là on a du pain béni; on un sondage déclaratif ..qu’on ne pourra jamais « vérifier »…que du bonheur…

      Moi j’ai voté pour fillon pour les cheveux, mais je n’entre dans aucune case, d’autant que, je l’avoue je n’ai pas voté, du moins peut être..
      je lis dans la présentation de l’etude…

      Échantillon de 7901 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et
      plus dont 799 électeurs au 1
      er tour de la Primaire de la droite et du centre.

      les gens peuvent mentir…à tout point de vue, et pire de façon différente selon les catégories..et pire du pire pas toujours pareillement!!!

      analyser un sondage déclaratif c’est faire le saut de la foi…

      1. Bonjour

        Le gros pb des sondeurs, et ils ne le disent jamais, c’est que 80% des gens contactés refusent de répondre et donc il y a un biais immense.
        Les sondages sont comme une montre arrêtée, ils donnent l’heure exacte 2 fois par jour.

  3. Nouveau slogan de campagne d’Alain Juppé : Il faut que toutes les caissières d’Uniprix puissent s’acheter une Renault 4L ! 3615 code Juppé.

  4. Libéral-libertaire

    Ni François Fillon , ni Alain Juppé ne peuvent sauver la France . Ils n’ont pas un programme de sauvetage , un programme de reprise , un programme de prestige pour la France . Je ne les ai pas entendu sur comment payer les 100% de dette/PIB , or payer la dette et enrayer les déficits est la condition sine qua non pour la reprise de l’économie française . Ce sont deux candidats aussi bien conservateurs sur le plan économique que sur le plan sociétal . Bref avec eux , ce sera 5 ans d’immobilisme en plus et la préparation à 90% de l’élection de la candidate fasciste/monarchiste aux élections de 2022 .

    1. Je suis dans l’ensemble d’accord avec vous, à la différence près que je n’accorde pas d’importance au prestige. Celui-ci n’est qu’un machin inutile à mes yeux. Pire, se poser la question du prestige, c’est se fermer des portes.

      L’important à mes yeux c’est l’épanouissement du plus grand nombre. Une économie saine et des libertés individuelles solides en sont les prérequis. Le prestige, c’est ce à quoi on s’accroche quand on a plus rien d’autres. Cela peut vite faire perdre de vue l’essentiel.

      1. La Chine , la Corée du Sud et les Etats Unis marchent au prestige . Et puis faut avoir le sens de l’histoire , le sens du temps , du temps long . La France a été un pays prestigieux , elle l’est encore dans certains domaines . La crise française vient justement de la perte de prestige de la France . Il y a 140 ans la France allait au Mexique vaincre l’armée mexicaine , choisir le roi du Mexique et aller en Chine vaincre l’armée chinoise et humilier l’empereur de Chine en le frappant et en lui hurlant dessus pour partir avec un rançon et la souveraineté avec l’Indochine , allait en Crimée vaincre l’armée russe . Ca a été cela la France . La France de cette époque là aurait envoyé 300 000 soldats régler le problème en Irak et en Syrie et aurait menacé les Etats Unis de frappes militaires si le terrorisme autour du monde continuait . Le cout de la perte de prestige est 250 morts du terrorisme , la perte de 0.5 points de PIB du à cela . Tout est également une affaire de psychologie . La France refuse de payer sa dette publique parce qu’elle a perdu le sens du prestige . Un pays prestigieux est un pays sans dettes . On pavoise , on fanfaronne à l’extérieure et au nez des autres : regardez , nous nous n’avons pas de dettes par rapports à vous , les autres , pauvres de vous , venez que vous nous donnions des leçons . Le prestige apporte des investissements chez nous . Et on se demande pourquoi y a t il une déprime , ou l’effilement de nationalités comme de chemises . Avoir un pays prestigieux n’est pas forcément etre nationaliste ou faire la guerre . Quand Louis XIV ou Napoléon faisaient la guerre , au moment où la France fut prestigieuse , ces deux chefs étaient nationalistes oui , mais ils ont fait la guerre parce que des coalitions se sont levés contre la France . Et aujourd’hui aussi , y a des coalitions contre la France , y compris militaires et économiques et une France sans prestige , ne combat pas , est sur la défensive et se fait tuer ses citoyens , rançonner ses entreprises et menacer d’interdition sur de nouveaux marchés . Moi je pose la question : où est l’humanité française ? Parce que toute humanité est fière et se dresse devant la menace . Je ne puisse pas imaginer que l’humanité française ait perdu cela , son sonar , son système d’alerte , son bonheur par la fierté , tous les humains partagent cela et ça n’a rien de criminel que de le dire parce que ce sont des traits parmi d’autres de ce que constitue l’humanité . Le prestige commande l’action . Sans action point de sécurité ni de prospérité .

        1. «les Etats Unis marchent au prestige […] Un pays prestigieux est un pays sans dettes»
          Propos incohérents.

          «Un pays prestigieux est un pays sans dettes […] Quand Louis XIV ou Napoléon faisaient la guerre , au moment où la France fut prestigieuse»
          Propos incohérents.

          «ils ont fait la guerre parce que des coalitions se sont levés contre la France»
          C’est cela oui… Cela ne fonctionne pas pour :
          – la guerre de la dévolution (les prétentions françaises sur l’Espagne en sont en partie responsable),
          – la guerre de Hollande (c’est clairement la France qui engage les hostilités),
          – la guerre des Réunions (Louis XIV voulait rattacher les enclaves au territoire principal),
          – la guerre de la Ligue d’Augsbourg qui vise à conquérir des territoires voisins pour constituer une frontière linéaire,
          – la guerre de Succession d’Espagne, on peut dire que la France a activement cherché à la formation d’une coalition contre elle,
          (cela est la liste des guerres menées par Louis XIV, pas une seule fois la France ne peut se poser en victime)
          – les guerres napoléonienne et diverses coalitions contre la France : peut-on envisager que la politique d’annexion eût posé un problème légitime pour les autres puissances européennes ?

          Je vais risquer le point Godwin : selon vous, la pauvre Allemagne a-t-elle été victime d’une injuste coalition internationale contre elle ? Les Sudètes… la Pologne… des détails, sans doute…

          Je crains que le prestige dont vous parlez se soit fait au détriment de nombreuses vies, dans les « deux » camps. Je crains que le grand gagnant de ce prestige ne soit l’État. Qui sait ce que serait devenu la France sans ces sacrifices, sans ces vies brisées ?

          Finalement qu’y a-t-il de prestigieux à aller conquérir des contrées éloignées et humilier des peuples et ce sans aucune légitimité ?

          Les Britanniques ont été haïs et, aujourd’hui, le fait d’avoir eu un Empire leur fait de belles jambes. Regardez aussi l’image des USA aujourd’hui. Sans parler de l’Allemagne donc la politique expansionniste « prestigieuse » et « glorieuse » a résulté en la destruction presque total de ses villes et de son économie.

          La Suisse n’a pas eu d’Histoire glorieuse similaire et pourtant la Société y est plus apaisée, prospère et libre. Si le prix pour avoir cela c’est de faire une croix sur le prestige, où peut-on signer ?

          1. Xavier , la France n’est pas la Suisse . La France ne peut jamais etre neutre . L’histoire fait le présent . L’histoire de France fut aussi les campagnes militaires et les guerres . Si la France détruit l’armée américaine pour l’empêcher de pratiquer le terrorisme et donc protéger les peuples de la planète où est l’humiliation ? Si la France annexe la Péninsule Arabique et y applique le droit français libérant ces peuples et renversant des régimes alliées au terrorisme où est l’humiliation ? Je n’en vois pas . Est ce que les hommes de ces contrées vont résister ? Oui . Est ce que les généraux américains vont résister à la destruction de leur armée ? Oui . Mais ce n’est pas parce qu’ils résistent que nous ne devons pas le faire si nous voulons arreter le terrorisme sinon la coalition terroriste mondiale gouvernement américain/monarchies wahabite continueront le terrorisme pour les 200 ans à venir . Je préfère stopper cela dès maintenant .

            1. Vous donniez comme exemple la Chine, le Mexique et la Crimée (XIXè siècle) ainsi que l’Indochine. Rien de glorieux là-dedans.

              Arrêtez donc de mettre la France sur un piédestal.

              «La France ne peut jamais etre neutre»
              Ah, et pourquoi donc ?

  5. Que le vote Fillon soit un vote d’adhésion de l’électorat conservateur ne devrait pas être une surprise. Cet homme a toujours eu quelques décennies de retard sur la majorité de ses contemporains. Alain Juppé me parait être le digne héritier du gaullisme : pas très honnête, mais rassembleur.

    On notera au passage qu’il existe une vraie fracture entre « la droite » et « le centre ».

    1. Notons au passage que Nicolas Sarkozy avait un temps adopté la posture du gaulliste rassembleur qui celle de Juppé aujourd’hui. Il avait fait entrer des personnalités « de gauche » au gouvernement et était soutenu par un parti qui se réclamait de la gauche. Il a ensuite fait volte-face pour fricoter avec l’extrême droite monarchiste. (Ironiquement, s’être acoquiné avec ce milieu anti-républicain ne l’a pas empêché de renommer son parti « Les Républicains ».)

      1. “Apprenez que tout flatteur vit aux dépens que celui qui l’écoute”. C’est la morale de la fable…
        Sarko l’a compris, mais un peu tard…
        Regardez comment ils l’ont trahi à gauche comme à droite. Je pense que Fillon ne se laissera pas avoir lui.

  6. En tous cas pitié, pas Juppé. Trop de casserolles .Même s’il a toujours une bonne blague . Rien que sa stratégie fait rire . Il nous remet L IVG ATTENTION FILLON EST MECHANT mais n’a rien à proposer que des bisous .il nous faut autre chose que des bisous .Mais bon, méfiance ,méfiance sur Fillon comme disait un commentaire les promesses nengagent que ceux qui les ecoutent mais déjà pas de casserolles pour Fillon .

Les commentaires sont fermés.