Avec Trump, la COP22 sur le climat s’annonce morose

Publié Par Benoit Rittaud, le dans Environnement

Par Benoît Rittaud.

Avec l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, la COP22 de Marrakech a un air de chant du cygne pour la bureaucratie climatique. Paix à son âme. 

Quoi que l’on pense du personnage, de ses prises de position et de ses propositions, il est au moins une chose qui autorise l’optimisme après cette élection particulière : les jours joyeux de l’inutile et coûteuse bureaucratie climatique onusienne semblent désormais comptés. L’avis du futur président américain sur la question climatique, traduit ci-dessous, est sans ambiguïté :

Changement climatique : c’est un canular (hoax)
Trump ne croit pas que le changement climatique soit réel, il a twitté son scepticisme de façon forte et l’a qualifié de canular sur Fox News en 2014. Dans un twitt de 2012 qui n’est plus accessible, Trump a dénoncé le concept de changement climatique comme une création des Chinois pour étouffer l’économie des États-Unis. De plus, Trump a exprimé sa vive opposition aux éoliennes, dont il estime qu’elles posent des problèmes environnementaux et esthétiques.

Complotisme anti-chinois

On préfèrerait évidemment que le scepticisme climatique de Trump tienne à sa connaissance des faiblesses de la théorie du GIEC plutôt qu’à un bête complotisme anti-Chinois. Toujours est-il que l’ambiance à la COP22 qui se tient en ce moment-même à Marrakech doit être sacrément morose.

Trump n’a pas fait qu’exprimer un avis sceptique sur le climat : il en a tiré également des conséquences politiques. Dans son programme, il se montre on ne peut plus explicite sur ses intentions :

Réformes sur l’énergie :

(…)

• Annuler l’accord de Paris sur le climat (pour limiter le réchauffement climatique à 2 degrés) et stopper tous les paiements financés par le contribuable américain aux programmes onusiens sur le réchauffement climatique.

La détermination du nouveau président sur ce sujet semble suffisamment sérieuse pour figurer dans la liste des mesures qu’il prévoit d’appliquer dans les cent premiers jours de son mandat.

L’expérience de ces dernières années laisse plus que penser que la communauté internationale sera impuissante à empêcher les États-Unis de faire ce qu’ils veulent sur cette question (comme sur bien d’autres, d’ailleurs). Il se peut donc fort que l’accord de Paris signé en grande pompe en décembre dernier rejoigne le cimetière des illusions encore plus vite que prévu, pour notre plus grand bien à tous.

Trump peut défaire les accords de Paris

Contrairement à ce qu’a affirmé Ségolène Royal hier (illustrant au passage une fois de plus combien, chez certains de nos dirigeants, le désir d’affichage l’emporte aisément sur la réflexion sérieuse), Trump a parfaitement les moyens de mettre à terre l’accord de Paris. Ce que le président Obama a fait, un autre président pourra le défaire.

Le nouvel élu aura d’autant moins de difficultés à fermer la pompe à phynances climatiques qu’il peut compter sur une majorité républicaine aussi bien au Sénat qu’à la Chambre des Représentants, deux nids de climatosceptiques qui n’ont pas été pour rien dans les difficultés rencontrées par Obama en matière climatique durant ses deux mandats de président.

Si les États-Unis retirent leur signature de l’accord de Paris, les conséquences ne se feront pas attendre. Rappelons que la ratification de l’accord par les États-Unis s’est faite de façon conjointe avec la Chine, jolie petite campagne de communication rondement menée qui présentait l’avantage de garantir à chacun des deux premiers émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre que l’autre s’engageait aussi (même si ce n’était pas sur grand chose, en réalité).

Effet domino à prévoir

Le retrait américain aura donc toutes les chances de provoquer un retrait chinois, suivi d’autres retraits par effet domino. Or l’accord de Paris ne peut entrer en vigueur, en 2020, que si l’ensemble des parties l’ayant ratifié représente au moins l’équivalent de 55% des émissions de gaz à effet de serre. Et rien que les émissions américaines et chinoises totalisent déjà 38% du total…

Les déclarations à l’emporte-pièce de Donald Trump laisseront peut-être certains carbocentristes espérer que celui-ci ne mettra pas ses menaces à exécution. Ceux qui veulent se rassurer imagineront ainsi que le nouveau président, réalisant bien vite son incompétence sur le sujet, finira par être (r)amené à la raison par ceux qui savent. Il est vrai que voir l’affaire climatique comme un complot chinois dénote une incompétence particulièrement effrayante du sujet, alors pourquoi ne pas imaginer un carbocentriste un peu psychologue qui parviendrait en douceur à « faire revenir le nouveau président à la raison »…

Sauf que cette intention affichée d’en finir avec la politique climatique internationale n’est que la partie émergée de l’iceberg. Au fond, hormis sa sortie sur le « hoax », Trump parle peu de climat ; il est beaucoup plus bavard, en revanche, sur la politique énergétique qu’il compte mener. Attention, ne parlez surtout pas de celle-ci aux inquiets du carbone, ils risqueraient l’apoplexie. Pétrole et charbon, pipeline Keystone…

Le cauchemar des sauveurs de la planète

En un mot : le cauchemar de tout sauveur de planète normalement constitué. Le programme évoque aussi le gaz naturel, mais avant tout pour des raisons économiques (bien que le rédacteur du programme de Trump, sans doute pas au courant du « hoax », indique que développer le gaz « réduira les émissions »). Pour ceux qui en douteraient, redisons qu’avec Trump les éoliennes n’auront pas le vent en poupe.

C’est ainsi que même en admettant que l’annonce du retrait de l’accord de Paris ne se révèle à terme rien de plus qu’une rodomontade trumpienne parmi d’autres, on imagine fort mal le futur locataire de la Maison Blanche se laisser finalement convaincre par Greenpeace et consorts d’interdire les hydrocarbures de schiste au profit de panneaux solaires.

La future administration américaine se prépare donc à tourner résolument le dos aux belles intentions affichées à la COP21, et il n’est même pas dit, vu le caractère radical des annonces, qu’elle se donnera la peine d’y mettre les formes. L’accord de Paris a beau être vide de contenu, le signal donné sera évidemment désastreux et fauchera en plein vol l’hypocrisie collective onusienne sur le climat.

Bonus : il est loin d’être impensable qu’une politique énergétique américaine fondée sur les énergies fossiles plutôt qu’intermittentes se révèle efficace (au moins selon des critères strictement économiques), fournissant ainsi des arguments à ceux qui ne sont pas très chauds pour une « transition énergétique » laquelle, dans les pays qui s’y lancent, donne des résultats pour le moins mitigés (voir par exemple cette excellente note de Rémy Prud’homme sur le cas de l’Espagne).

La question climatique est apparue dans le débat public pour de mauvaises raisons. Avec Trump, elle se prépare à l’évidence à quitter la scène pour des raisons tout aussi mauvaises. Sic transit gloria mundi.

Sur le web

  1. Merci Benoît Rittaud,

    « Les USA » n’ont PAS signé l’accord de Paris. « Obama » a signé l’accord de Paris. S’agissant d’un traité international, c’était au Sénat des USA qu’il revenait de ratifier cet accord (c’est la constitution des USA). Dès lors que l’application de cet accord ferait ressortir une quelconque obligation que les futures autorités jugeront défavorables, ils pourront tranquillement l’évacuer.
    Donald Trump n’aura donc pas besoin de « dénoncer » un accord qui n’engage qu’un certain Barack Obama. Il lui suffit de l’ignorer.
    Par contre, il peut, d’un simple trait de plume, cesser de verser à l’ONU les millions de dollars qui permettent à la clique du climat de satisfaire sa coûteuse et inutile lubie.
    COP22, on s’en fiche, ils sont déjà en train de sa gaver de petits fours. Ce que j’attend, moi, c’est COP23 !

    1. Exact. Contrairement aux rodomontades de Ségolène Royal et des médias, les U.S.A. n’ont rien ratifié du tout, car le Président des U.S.A. n’a pas le pouvoir de ratifier un accord international.

  2. Oui c’est une excellente nouvelle, tout le monde pourra enfin polluer sans aucune règle ni contrainte. De toute façon, contrairement aux européens, les américains ont du pétrole et du schiste en quantité pour 50 ans, et puis à New-York fait un peu frisqué l’hiver, alors 2° c’est pas bien grâve.

    1. Je suis le premier à m’élever contre la pollution.
      Mais l’amalgame entre « pollution » et « CO2 » est fautif.
      Le CO2 n’a été pris en ligne de mire par les escrologistes que parce qu’il est absolument indissociable de toute activité (humaine, animale, végétale). Qui contrôle les émissions de CO2 contrôle tout.
      Quand au « pétrole de schiste pour 50 ans », permettez moi de rire … cela fait plus de 100 ans qu’on nous annonce la fin imminente du pétrole.
      Pour ce qui est des Européens, ils ont aussi des réserves, mises sous clef à cause de la domination des escrologistes bien appuyés par des médias aux ordres. La France, par exemple, pourrait techniquement, aussi, atteindre l’indépendance et devenir exportateur de produits pétroliers si une campagne mensongère obtuse n’avait pas diabolisé le « gaz de schistes » …

      1. « Mais l’amalgame entre « pollution » et « CO2 » est fautif ». Oui c’est vrai, il n’y a aucun lien entre le brouillard dans nos villes et le CO2. D’ailleurs, s’il n’y avait que du co2.

        1. Ben non, absolument AUCUN . Le co2 est incolore, inodore et n’est absolument pas toxique. C’est de la chimie niveau 4e. C’est pitoyable de constater votre niveau de désinformation.

          1. Plus précisément, le CO2 est toxique, mais à des concentrations dans l’air environ 100 fois supérieures à ce qu’on trouve dans notre environnement.

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Dioxyde_de_carbone#Toxicit.C3.A9

            1. @fm06
              Je plussoie … Et encore, je demande qui est capable d’établir qu’une concentration de 4% de CO2 (~100 fois plus qu’aujourd’hui) soit réalisable, même en brûlant la totalité du carbone existant dans les profondeurs de la terre. 🙂

          2. Même l’eau est toxique à une certaine concentration en certains endroits, mais c’est vrai « Le CO2 est la nourriture des plantes ».

            On peut ne pas être socialiste, et ne pas être neuneu pour autant.

        2. @tigrou777
          « lien entre le brouillard dans nos villes et le CO2 » !…
          Vous êtes abonné au « Petit Ecologique Illustré » ?… Vous sombrez dans le ridicule.

          1. Relisez votre lien. Je maintiens. Le CO2 ne présente aucune forme de toxicité, même à concentration élevée.
            Ce qui est mentionné dans votre lien c’est le risque d’asphyxie et d’acidose, à partir d’une certaine concentration, car alors nos poumons ne pourraient extraire assez d’oxygène de l’air ambiant pour assurer l’oxygénation des cellules.

            Exactement de la même façon que si vous respirez de l’eau, vous-vous noyez.

            En deduisez-vous que l’eau est toxique à forte concentration ?

            1. @ModernGuy
              Vous avez raison,
              1) On rapporte chaque année de nombreux cas de décès directement liés au Monoxyde de Dihydrogène.
              2) Sans aucune exception, les cadavres soumis à autopsie font apparaître des taux importants de Monoxyde de Dihydrogène.
              3) Les pluies acides sont principalement constituées de Monoxyde de Dihydrogène.
              4) L’exposition prolongée à la forme solide du Monoxyde de Dihydrogène entraîne de graves dommages aux tissus.

              Il faut que la communauté scientifique internationale a depuis longtemps alerté sur les dangers associés au Monoxyde de Dihydrogène. Ainsi, réunis à Cancun à l’occasion de la COP16, les plus grands climatologues ont d’ailleurs, sans hésité, signé une pétition réclamant le bannissement du Monoxyde de Dihydrogène : http://bit.ly/2eNsTLc

              Qu’attend le gouvernement ?

              1. Entièrement d’accord avec vous. Le DHMO, voilà le vrai scandale, mais évidemment, personne n’en parle…

                1. On est sur le site Cointreponts ?

    2. la question qui me tarabuste est la différence énorme qui existe entre le dire est le faire…
      Pourquoi les gens qui veulent imposer au monde une « sobriété » carbone, qui qualifient le fait d’émettre du CO2 ( fossile) comme un crime contre l’humanité ne commence pas par mettre leurs actes en accord avec leurs paroles?

      Pourquoi toujours et encore l’exagération et l’outrance qui rendent le propos imbuvable?
      Si l’on en croit les promoteurs de cette politique tout le monde ou presque est fermement décidé à arrêter d’utiliser des fossiles… mais tous les tigrou continuent … Qui vous force? et comment?
      La réponse c’est que le moyen de vous forcer à commettre un crime est de vous assurer une vie confortable..

      Quand vous regardez les données…la conclusion que vous tirez est singulière, ce qu’on accuse de crime contre l’humanité est clairement associé à une augmentation sans capacité de l’homme à survivre!!
      Je conseille la nuance…

      Bon le sucre raffiné est un poison.
      Les agriculteurs sont des empoisonneurs…

      Le monde réel c’est qu’en dépit que vous sachiez qu’une chose pose problème, il y a une hiérarchie dans les problèmes. et c’est pour ça que vous utilisez du fossile pour militer contre le fossile au lieu de vous tirer une balle dans la tête pour votre participation à un crime …

      1. Publicité Shell en 2020 : « Mettez un tigrou dans votre moteur ».

        Bon, on en a déjà un 🙂

      2. Mais dites moi, z’avez mis une webcam dans mon appartement pour connaître mon style de vie ?

        1. Non, c’est juste qu’il est impossible de vivre sans consommer d’énergies fossiles. Rien que l’ordinateur que vous utilisez a nécessité 1,8 tonne de matériaux dont 240 kg d’énergie fossile (312 litres de pétrole environ), 22 kg de produits chimiques et 1500 litres d’eau (source ONU).

    3. Au lieu de raconter n’importe quoi comme tous les écolos, vous devriez étudier l’histoire qui montre que les pays évolués polluent de moins en moins!

    4. Et 2° de plus l’été? Il fait très chaud deja on pourrait retorquer..
      C’est un changement considerable pour le biotope local.

      1. @Djamal : « 2° de plus l’été » ?
        Ne prennez pas mes désirs pour vos réalités 🙂

    5. 2° plus donc il fera moins froid l’hiver? Et 10 de plus à Moscou du coup? 15 de moins à Bamako? Vos propos sont le témoin de l’incomprehension parfaite de ce que represente 2° de plus en moyenne annuelle.

      1. Si je me mets la tête dans un congélateur à -40°c et les pieds dans le four à 100°C alors mon corps est à 30°C en moyenne…

  3. Sur ce point, on peut effectivement espérer un retour à la raison. A supposer que l’effet de serre soit une vraie menace (douteux et pas pour tout de suite !), ce n’est pas en déversant des centaines de milliards sur des pays du sud (et des machins onusiens sans compter tous les autres profiteurs chez nous) qu’on le résoudra. Mieux vaut consacrer cette somme à l’optimisation de la consommation d’énergie et à des recherches sur des énergies pour l’après pétrole. La fusion en particulier est une piste sérieuse (et aussi le nucléaire traditionnel s’il est bien géré). Mais là aussi, il faut revenir à la raison et arrêter d’arroser les grands organismes internationaux (et nationaux aussi) dont c’est la vache à lait. Au lieu de simplement construire des jouets de plus en plus gros et guère innovants (type iter) servis par des armées de chercheurs fonctionnaires, il faut reprendre cela plus en amont. Si l’on sait favoriser de petites équipes imaginatives, cela coutera moins cher et aura plus de chances d’aboutir.

    1. Entièrement d’accord avec vous. D’autres pistes que les mega-zinzins (iter) semblent prometteuses, que ce soit pour la fission (réacteurs liquides à thorium) ou pour la fusion (réacteurs à fonctionnement non continu). Il est temps de mettre le paquet sur de telles recherches en amont.

    2. Les photos toutes récentes sur les émissions de CO2 montre une quantité énorme émise au niveau de l’Afrique Sub saharienne. La cause: les feux de bois. Un simple don de bouteille de gaz diminuerait bien plus les émissions que les couteuses éoliennes et PV en Europe, si tant est que l’effet de serre représente une menace supérieure aux avantages…

  4. Les chinois….. pas aussi idiot que ça. leurs besoins en énergie sera considérable et il ne peut pas y en avoir pour tout le monde.

  5. On en est là sur Contrepoints : se réjouir de l’arrivée d’un clown raciste à la Maison Blanche, parce qu’il partage son déni de la science ! Bah, je suppose qu’il fallait s’y attendre. Le vernis « libéral » est en train de s’écailler.

    1. Je ne crois pas , on est en france , on voit ça de loin, et nul n’ignore que ce n’est pas trump ou rien mais trump ou clinton…
      La question du racisme rejoint celle du politiquement correct..importante dans lé’lection de trump.
      Une digression sur le racisme…
      Il y a une point singulier avec ceux qui parlent de racisme de façon trop générale …c’est que l’obsession antiraciste conduit en général à la mise en place de politique ou l’émergence de propos qui ressemblent fort à du racisme positif…
      que penser de « black lives matter? »..ça ne vous dérange pas un peu quelque part?

      LA question est de savoir si attacher de l’importance à la couleur de peau ou au sexe d’un candidat ou d’un élu ne prouve pas un forme de racisme…
      On s’est beaucoup félicité du fait que obama ait été élu en dépit des racistes mais on ne s’est jamais posé la question de savoir combien avaient voté pour obama en raison de sa couleur de peau…

      Je ne sais même le pas trump est raciste ou qu’il applique juste une stratégie de démolition du politiquement correct..

      SI il y a une chose singulière avec trump c’est que Mr rittaud considère que les promesses de trump sur le climat seront appliquées… la bourse semble se focaliser sur les promesses pro business de trump… il y en a pour tous les gouts…Il semble que au contraire des autres élus..trump ne soit pas a priori « conservateur » ..On lui accorde le bénéfice du doute sur sa capacité à renverser quelques tables..clinton les aurait juste deplacée un peu en ayant garde de ne pas renverser grand chose.
      On ne tire pas un bilan sur un élu au lendemain d’une élection. ON VERRA.

      1. « black lives matter » est évidemment un slogan raciste, car on pourrait lui opposer « white lives matter » …
        Pour ma part je tenterais volontiers « people lives matter » mais je vois d’ici des hurluberlus me crucifier pour « spécisme », chose que je ne veux pas débattre ici car hors sujet.

        1. ce n’est pas un commentaire raciste si il répond à quelqu’un qui aurait dit black lives don’t matter… mais dit comme ça…en réponse à rien, sans contexte, c’est ambigu .. ce n’est pas raciste à proprement parler car il faut faire un petit procès d’intention et . l’absence de réaction de gens très prompts à faire des procès d’intention par ailleurs jette un doute sur leur indifférence réelle quant à la couleur de peau.
          J’en suis arrivé quant e à me présenter comme raciste quand je suspecte un antitraciste pour m’éviter les procès d’intention qui, quand mon propos dérange, arriveront à la conclusion que je suis raciste.. ET quand je parle à un raciste, je lui fais juste remarquer que les propos généralistes qu’il tient sur les gens sont simplement injuste ou faux..
          .Ce n’était qu’un digression illustrant le politiquement correct.

    2. Déni de la science ? Plutôt déni de certains experts auto-proclamés. Des experts dont la méthodologie est du même ordre que ceux dont les calculs prévoyaient la victoire de Clinton comme ayant 97% de chances de survenir.

      1. Ah oui, le fameux consensus à 97%. Excellent 😀

        1. c’est m^me si on pense aux sondages et à la nécessité de faire des hypothèses invérifiables pour passer de la déclaration d’intention de vote au vote parfaitement pertinent.

    3. @VB magnifique homme de paille

    4. Je n’ai jamais dit que je me réjouissais de l’arrivée de Trump. Lisez mieux ce que je dis de lui, notamment de ses compétences en fait de climat.

      1. hseize a eu le même souci avec certains de ses lecteurs… ils confondent le message et le messager, même si comme dans votre cas vous mettez un disclaimer.

  6. VB ,c’est vrai que mettre une folle présidente qui traine une vrai baterie de cuisine au train et qui veut faire la guerre à tout les pays qui ne sont pas à la botte des USA , c’est tellement plus réjouissant , n’est ce pas …?

  7. Depuis 2012 la Chine a clairement exprimé ses positions envers le futur :
    – sur une centaine de centrales nucléaires en construction, 80% seront chinoises
    – les réserves de charbon/gaz se montant à qq. siècles, leurs mineurs y trouveront du travail durable et les centrales au charbon seront dépolluées à l’envi (technologies positives à l’oeuvre)
    – si éoliennes il y a, elles sont localisées en des espaces par trop éloignés des réseaux de distribution THT
    – en outre leurs savants ne sont pas prêts à céder aux sirènes de nos subsidiations publiques
    – à l’horizon 2020-25, ils seront les plus gros importateurs énergétiques
    Bref, la dé-carbonisation des énergies fossiles mondiales n’est pas pour demain…

    La posture adoptée par eux (et les russes, et les indiens) lors de COP21 restera non-coercitive !

    En matière budgétaires « supra », les quotes-parts US à l’ONU et à l’OTAN étant exorbitantes, nous pouvons pronostiquer une limitation drastique de ces contributions US. A charge pour les idéologues de tout poil de supporter davantage le poids de leurs bêtisiers !

    1. S’il en faut des indices de plus, voici tout chaud un article Reuters :
      http://www.reuters.com/article/us-usa-election-climatechange-idUSKBN1360DK

      Extrait, à suivre sur le site REUTERS :
      «  »Trump win opens way for China to take climate leadership role » »
      [[ By Valerie Volcovici and Sue-Lin Wong | WASHINGTON/BEIJING

      The election of climate change skeptic Donald Trump as president is likely to end the U.S. leadership role in the international fight against global warming and may lead to the emergence of a new and unlikely champion: China.

      China worked closely with the administration of outgoing President Barack Obama to build momentum ahead of the 2015 Paris Agreement on climate change. The partnership of the two biggest greenhouse gas emitters helped get nearly 200 countries to support the pact at the historic meet in France’s capital.

      By contrast, Trump has called global warming a hoax created by China to give it an economic advantage and said he plans to remove the United States from the historic climate agreement, as well as reverse many of Obama’s measures to combat climate change.

      He has appointed noted climate change skeptic Myron Ebell to help lead transition planning for the Environmental Protection Agency, which has crafted the administration’s major environmental regulations such as the Clean Power Plan and efficiency standards for cars and trucks. ………. ]]

      1. Trump has called global warming a hoax created by China….dit comme ça je n’y crois pas et surtout c’est typiquement le genre de phrase qui vous fait demander mais qui c’est la chine?

      2. Trump va rembourser Volkswagen 😀

    2. yves jadot vient de rappeler cette évidence: la chine adopte les énergies vertes plus vite que »nous. »..ce qui est sans doute vrai en valeur absolue ( ou 1 chine= 1 france) mais…..qui illustre surtout la fascinante capacité des écolo à regarder par le petit bout de la lorgnette…
      AU début, fallait regarder le CO2…maintenant ont doit regarder les éoliennes mais oublier le CO2… du moins parfois, dans certains discours, selon les circonstances…

      1. Je plussoie

  8. Ce que fera Trump est une inconnue. Mais la position des Républicains en la matière est assez claire et jusqu’à preuve du contraire la majorité des américains est énergivore et fière de l’être. Il me semble que l’opinion des Républicains est particulièrement aiguillée par des considérations économiques et que Trump y ajoute en plus une solide conviction que les US n’ont pas à faire d’efforts ou de frais pour le reste du monde. C’est presque dommage …

    En effet, avec l’exploitation des gaz de schistes, les US ont montré qu’ils pouvaient casser les monopoles de l’OPEP et ruiner d’encombrants adversaires géopolitiques. On sait que l’on a aujourd’hui un gros problème avec le salafisme financé par certains pays producteurs de pétrole grands amis des US (mais aussi de la France). Les réflexions de Trump ne vont probablement pas jusque la, mais la lutte contre un éventuel (et douteux) effet anthropique sur le climat peut parfaitement attendre 4 ans, alors que la lutte contre le salafisme devient plus qu’urgente partout.

    1. « Énergivore et fière de l’être » … oui … j’ajouterais volontiers « et avec raison ».
      Je supplie de ne pas interpréter cette précision comme une ode au « gaspillage », mais comme une reconnaissance du fait que c’est à l’abondance d’énergie bon marché que nous devons notre civilisation et notre agrément de vivre. Et c’est bien cela qui est la cible de tous ces pisse-froid qui prêchent la frugalité énergétique … pour les autres, bien sûr, pas pour eux.

      1. « comme une ode au « gaspillage » »

        Ce sont les écologistes qui considèrent et ont réussi à persuader l’opinion que consommer de l’énergie est un gaspillage. Cela l’est et le restera bien sur tant qu’on ne saura pas utiliser une source quasi inépuisable comme de l’hydrogène pour la fusion. On est dans une période de transition – mais on sera toujours dans une période de transition quelque-part.

        Et sur le fond, je suis persuadé que la civilisation n’a que 2 alternatives :
        – se développer et consommer toujours plus d’énergie pour alimenter ses machines, ses transports, ses robots …
        – régresser et tomber dans le chaos

        1. Absolument d’accord

  9. Sur la Chine, parler de complot est évidemment idiot, sauf que… la Chine étant, et restant sans doute encore pour longtemps le premier producteur de PV, et au moins indirectement d’éoliennes, grâce aux terres rares, l’analyse n’est peut être pas si idiote sur le fond ?
    Dans ce même ordre d’idées la signature de l’Inde, en tant que challenger de la Chine dans les produits EnR ?
    Pour les gaz de schiste, le minimum serait de réglementer l’exploitation aux States, ce qui pourrait paraître incompatible avec la « libre entreprise », sauf que ceci ne permet de faire n’importe quoi (Quelques exploitants/foreurs sont de vrais gougnafiers)
    Quant à la « Transition énergétique », AMHA, en France, presque tous les politiques « y tiennent » (sans bien connaitre les tenants et les aboutissants), et le « grand public » l’adopte par défaut, peur du nucléaire, de la « contamination » de l’eau suite fracking, de la « pollution » du CO2 (à force de bourrage de crane) etc, à l’exception, peut être, de ceux qui sont proches des moulins à vent et qui en subissent les joyeuses conséquences, ce qui, heureusement, ne représente pas (encore ?) la majorité de la population.

    1. @pastille verte
      Vous dites  » … La moindre des choses serait de rélémenter … »
      La production des « gaz de schistes » EST réglementée aux US. Peut-être vouliez vous dire que la réglementation devrait être renforcée. Si c’est le cas, merci de dire de quelle façon.

  10. An inconvénient truth :
    Au moins en Suisse, et plus au nord a fortiori, les panneaux solaires consomment plus d’énergie qu’il n’en a fallu pour les déployer.
    http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421516301379

    1. vous voulez dire produisent moins d’energie qu’il en a fallu pour les déployer? ou comme le suggérait jancovici, sont au minimum nul quand aux émissions de CO2 dans des pays comme la france…

      mais de toutes façons vous me copierez cent fois » je ne douterai jamais que les énergies renouvelables combattent le réchauffement climatique ».

  11. Le débat est politique avant même d’être scientifique.
    Le GIEC est une organisation politique qui instrumentalise les scientifiques pour des motifs idéologiques, de conquête du pouvoir ou pour la gloriole personnelle des Messie du 21è siècle.
    Le nerf de la guerre, reste ici comme ailleurs, l’argent qui s’apprêtait couler à flot pour financer la plus grande escroquerie de tous les temps.
    Que les E.-U., Président, Sénat, Chambre des représentants tous unis et déterminés, basculent de concert clairement du côté du climatoscepticisme, inverse le rapport des forces. Les autres dominos, je le crois aussi, ne vont pas tarder à tomber dans ce jeu de dupes.

    Le climat ( je parle politique ! ) change, je m’en réjouis car la seule catastrophe certaine est celle des parasites, des corrupteurs et des corrompus de l’affaire du «réchauffement climatique ».
    Place ensuite à la science, je parle de la science, la vraie, la noble, pas celle manipulée et même, parfois, corrompue.

  12. Une fois de plus Benoit Rittaud prend ses désirs pour des réalités.

    Il s’est déjà planté à plusieurs reprises en prévoyant notamment en 2010 une chute brutale des températures pour les années 2011 et suivantes, on a vu ce qu’il en était ; il nous a refait le coup en 2014 en prévoyant que l’OMM (organisation météorologique mondiale) allait enterrer le réchauffement climatique pour se focaliser sur l’acidification des océans, sans se rendre compte que les deux sont liés et sont toujours d’actualité.

    Il se plante aussi en prévoyant que Trump va « défaire les accords de Paris », c’est pathétique de voir quelqu’un d’apparemment cultivé proférer pareille ânerie ; Trump n’a aucun besoin de faire quoi que ce soit, il lui suffit de ne rien payer, c’est tout. Par ailleurs les accords de Paris n’ont aucun caractère obligatoire, on ne vopit donc pas pourquoi Trump dénoncerait un accord non obligatoire !

    Cela dit Trump n’arrêtera pas par décret le réchauffement climatique, on n’a donc pas fini d’en parler et d’autres COP se tiendront.

    Les marchands de doute on bien fait leur boulot, ils ont gagné une bataille ils n’ont pas gagné la guerre.

    1. Les « marchands de panique » ont perdu une importante bataille. Je crains (lisez « j’espère bien » …) qu’ils n’aient du mal à s’en remettre car dès lors qu’on ouvre la boite de Pandore, il est rare qui’on ait le désir de la refermer.
      Il n’existe pas d’escroquerie qui n’ait pas, un jour, été démasquée. Le caractère mondial de l’escroquerie au « CO2 maléfique » la rend plus difficile à démasquer, mais son jour viendra.
      Que les USA se désolidarisent pour au moins quatre ans est un excellent augure.

      1. Vous aussi vous prenez vos désirs pour des réalités.

        D’abord il n’y a pas de « marchands de panique », si c’est aux climatologues que vous faites allusion, à moins de considérer qu’un scientifique qui fait son travail en avertissant de dangers futurs est un illuminé.

        Par ailleurs l’ « escroquerie » n’est pas du côté que vous pensez naïvement, le CO2 n’est pas « maléfique » quand il se trouve à des concentrations compatibles avec la vie terrestre, ce qu’il a été durant des millions d’années, mais il est « nuisible » ou « néfaste » quand il provoque une hausse des températures exagérée dans un laps de temps trop court pour permettre une adaptation correcte.

        1. @Géd
          1) Les Climatologues « mainstream » ont depuis longtemps oublié la science. Ils ont vendu leur âme, et ils vendent littéralement de la panique. Cela paye bien car la peur a toujours été un instrument privilégié de domination. Ils ne sont d’ailleurs pas très nombreux … un petit gang (on retrouve toujours les mêmes noms) qui a remplacé le doute Scientifique par la défense forcenée d’une « vérité révélée » de nature plus religieuse que scientifique (c’est pour cela que Benoît Rittaud les appelle les « Climastrologues »), et qui a remplacé le « peer-review » (relecture par les pairs) par le « pal-review » (revue entre potes). Le nettoyage des écuries, quand il se fera, ne prendra pas longtemps.

          2) Les taux « effrayants » de CO2 auxquels nous sommes arrivés (400 ppm) sont encore largement inférieurs à ceux qui sont considérés comme optimaux pour la croissance des plantes (1000 à 1300 ppm). C’est ce seuil que cherchent à atteindre, grâce à des générateurs de CO2, ceux qui font pousser des plantes en serre. La vie aquatique nécessite aussi, tout les aquariophiles vous le diront, des suppléments de CO2 (allez voir ici : http://bit.ly/2eJXMA5 ).

          3) Quand à l’influence significative des taux de CO2 sur la température, il s’agit d’une fable pour faire peur aux petits enfants. La preuve en est que Kyoto ou pas et COP21 ou pas, les taux de CO2 ne cessent de grimper depuis une vingtaine d’années sans que cela ait une influence statistiquement significative sur les températures. Et cela est d’ailleurs tout à fait dommage car j’aurais bien apprécié, pour ma part, quelques degrés de plus.

        2. D’abord il n’y a pas de « marchands de panique »

          Pour avoir réussi à manquer le gigantesque raz-de-marée des ridicules articles catastrophistes depuis 20 ans vous devez vraiment débarquer de la Lune…

    2. Une fois de plus, Géd me fait dire ce que je ne dis pas. Je n’ai jamais « prévu une chute brutale de la température en 2010 pour les années 2011 et suivantes », ni « prévu que l’OMM allait enterrer le réchauffement climatique ». Pour me faire dire ça, il faut avoir une capacité aigüe à tordre le sens des mots. La meilleure preuve est d’ailleurs dans ce qu’il me fait dire sur Trump : je ne « prévois » pas ce que Trump va faire de l’accord de Paris : je signale ce que Trump lui-même a dit, et j’évoque aussi la possibilité qu’il ne s’agisse que d’une rodomontade.
      « D’autres COP se tiendront » : c’est hélas possible : les souris ne lâcheront pas leur fromage si facilement.

      1. Benoit Rittaud pris en flagrant délit de mensonge.

        Ce que j’affirme est parfaitement documenté, chacun peut s’en assurer en consultant son site Skyfall où il a écrit de sa main que les températures allaient brutalement chuter après 2010 (il le fait dire en fait à un journaliste censé parler en 2014 : « Il reste que, contrairement aux prévisions du GIEC, la température de la Terre a brutalement chuté depuis trois ans, au point que l’on prévoie désormais d’en revenir d’ici quinze ans aux niveaux de l’ère préindustrielle…» ; l’article date de janvier 2010 et le journaliste en question n’est personne d’autre que Benoit Rittaud incarné) ou que l’OMM se désintéresserait du réchauffement climatique (je le cite : « Ainsi, qu’on se le dise : les carbocentristes ont désormais déserté le terrain du réchauffement climatique, au profit de l’acidification des océans » ; l’article date de septembre 2014)

        Ceux qui veulent en savoir plus sur Benoit Rittaud peuvent consulter l’article que je lui ai dédié (il suffit de cliquer sur mon nom)

        1. Géd, l’article que vous citez est un pastiche. Je sais que vous me détestez, mais faites quand même un effort pour comprendre, quand vous me lisez…

          1. Faux, je ne vous déteste pas, évitez de faire de la projection sur autrui de sentiments qui vous animent peut-être.

            Quant au pastiche laissez-moi rire !

            Ce « pastiche » a été pris au tout premier degré par tous vos lecteurs à l’époque, je ne citerai que le premier commentaire d’un certain Laurent Berthod, habitué du site Skyfall :

            « Je cite l’article :

            « Il reste que, contrairement aux prévisions du GIEC, la température de la Terre a brutalement chuté depuis trois ans »

            C’est-ce que, dans son article du Mail Online, dit Richard North à propos des derniers hivers en Grande-Bretagne. J’ai moi-même observé un hiver un peu plus froid chaque année ces trois dernières années dans le nord Vaucluse. J’en ai fait un petit article humoristique sur mon blog, avec quand même dans l’idée de susciter quelques doutes chez mes lecteurs sur ce que racontent les réchauffistes.

            Mais si je pouvais le conforter en citant l’article de Richard North, soit une autre source fiable sur l’évolution du climat global, ça me serait utile. Quelle crédibilité et quelle compétence ont Richard North et le Mail Online ? Quelqu’un dispose-t-il d’infos à ce sujet ? Sinon quelles sources fiables sur l’évolution du climat global ces trois dernières années ?

            Merci d’avance.

            Comme le montre le présent article, la pédagogie ne passe pas que par la discussion de courbes savantes sur Skyfal, même si elle est une base indispensable. »

            Il ne me semble pas que Laurent Berthod ait compris qu’il s’agissait d’un pastiche, par ailleurs je ne vois nulle part que vous l’ayez éclairé en lui disant : « mais non il s’agissait d’une blague de potache ! »

            Comme le disait Laurent Berthod votre article avait le mérite d’être « pédagogique » et d’affirmer de manière « pédagogique » que les températures allaient chuter brutalement dans les années à venir.

            Vous vous êtes planté, admettez-le une fois pour toute et arrêtez de prendre les lecteurs pour des débiles mentaux.

            1. euh…donc…ce que vous avancez n’est pas exact…

              1. Euh…et qu’est-ce qui n’est pas exact dans ce que j’avance ? Laurent Berthod n’aurait pas pris la prédiction d’une baisse brutale des températures au premier degré ? Benoit Rittaud n’aurait pas fait « sérieusement » cette prédiction ? J’ai comme l’impression que vous aussi l’avez cru ; je vous rappelle qu’il s’agit d’une prédiction faite en 2010 et que cette prédiction s’est révélée fausse.Qu’est-ce que vous n’arrivez pas à comprendre ?

            2. @Géd : vos outrances sont si visibles que mon intérêt serait que vous continuiiez, mais je propose qu’on en reste là par respect pour les lecteurs de Contrepoints. Je les soupçonne en effet d’être peu intéressés par vos fixettes.

              1. Le vôtre d’intérêt est en fait que j’arrête de démontrer la façon dont vous tordez la réalité, mais vous faites semblant d’être amusé par mes propos et de les trouver insignifiants ; en ce qui concerne les lecteurs de Contrepoints ils sont assez grands pour savoir si je les respecte ou pas, cependant en matière de respect vous n’avez certainement pas de leçon particulière à me donner.

                Les lecteurs de Contrepoints qui ont un peu de jugeote (il y en a) auront vu qui de nous deux les prenait pour des débiles mentaux (il y en a peut-être aussi)

            3. Moi aussi je peux citer l’article, qui s’intitule « prophétie de cauchemard ». Dès l’introduction il est question d’une « interview imaginaire. Ames sensibles s’abstenir… » C’est peut-être trop subtil pour que certains lecteurs détectent l’ironie?

              Quoi qu’il en soit, les réponses de « Monsieur Untel » dans l’interview sont parfaitement dans ligne du GIEC. Je ne vois pas bien quoi se plaint Géb? 😉

              https://www.skyfall.fr/2010/01/11/prophetie-de-cauchemar/

          2. Je sais que vous me détestez, mais faites quand même un effort pour comprendre, quand vous me lisez…

            N’en demandez pas trop. Il s’est fait son idée … fixe ❗
            Tel un roquet aboyant et tournoyant, il ne lâchera pas prise 🙁

        2. J’oubliais : pour l’OMM, je n’avais fait que commenter un communiqué de presse de l’OMM, qui disait notamment que « Si l’on estime que le réchauffement planétaire n’est pas une raison suffisante de réduire les émissions de CO2, il devrait en être autrement pour l’acidification des océans, dont les effets se font déjà sentir et ne feront que se renforcer dans les décennies à venir. »
          Un glissando que j’avais effectivement anticipé dans mon pastiche de 2010 (celui que vous prenez au pied de la lettre à côté de la plaque, donc, c’est-à-dire sur un point de détail qui était là pour le décor).

          1. Vous confirmez donc que vous êtes maitre dans l’art de déformer des propos.

            Je cite le titre de votre article de septembre 2014 : « L’Organisation météorologique mondiale enterre le réchauffement climatique »

            Alors que l’OMM disait simplement que l’acidification des océans était une raison supplémentaire de réduire les émissions de CO2, ce que maintenant, 2 ans plus tard, vous reconnaissez enfin.

            Vous ne savez donc pas que le diable se cache dans les « points de détails » ?

            1. Eh oui, le communiqué de 2014 de l’OMM avait tout d’un enterrement de première classe du réchauffement (certes en termes diplomatiquement formulés, une explication possible au fait que cela vous échappe). On a fait le tour ? On peut revenir au sujet ?

              1. Et en quoi « le communiqué de 2014 de l’OMM avait tout d’un enterrement de première classe du réchauffement » ?

                Vous n’en apportez aucune preuve et préférez prétendre que je change de sujet alors que nous y sommes en plein dedans avec la politique que Trump va mener.

                Trump et vous même combat d’arrière garde, vous ne faites au pire que retarder le processus, Trump se fera probablement virer en 2020 et vous tomberez probablement dans les oubliettes de l’Histoire.

                Mais cela apparemment « vous échappe »…

                1. Extrait de la citation de l’OMM dans l’article :

                  OMM dit : Si l’on estime que le réchauffement planétaire n’est pas une raison suffisante de réduire les émissions de CO2, il devrait en être autrement pour l’acidification des océans, dont les effets se font déjà sentir et ne feront que se renforcer dans les décennies à venir. »

                  Traduction : « Changer son fusil d’épaule. »

                  1. Non, argument supplémentaire, le fusil est toujours sur la même épaule mais il a davantage de cartouches.

                    C’est donc si difficile à comprendre ?

                    1. Et heureusement que l’architecture du 18e siecle est sauvegardée! Pour la remplacer par quoi? Des constructions decadentes? Il y a assez d’espaces ailleurs pour les colonnes de Buren et autre centre Pompidou

                    2. @ Dja-mal
                      Colonnes de Buren ? Vous appelez cela de l’architecture ? C’est de l’art contemporain… gabegie étatique.
                      Décidément c’est dans la compréhension du français que vous avez des soucis en confondant Art et Architecture… mais aussi en postant au mauvais endroit dans les commentaires.

                      La ville de Melbourne en Australie est un mélange de styles victorien et contemporain avec des immeubles modernes de 20 à 30 étages qui permettent à des personnes de loger en centre-ville à un prix raisonnable par rapport au niveau de vie. Ce n’est pas le cas à Paris en plafonnant la hauteur des immeubles à moins de 20m en bordure de voie.
                      Idem à Londres pour l’architecture et tout cela se marie très bien. Voyagez un peu. Le contemporain n’est pas l’ennemi de l’historique.

                  2. Ce n’est pas changer le fusil d’epaule. C’est dire que meme si le RCA n’etait pas vrai ou pas important, la seule acidification serait un phenomene qui necessiterait des efforts de reductions..c’est dire à quel point il en faudrait au contraire.
                    Et cette baisse!? 2015 et 2016 sont les plus chaudes!

                    1. @Djamal
                      Ah, si je vous disais, mon pauvre Monsieur !…
                      D’ailleurs j’en ai tellement peur que je ne me baigne plus dans la mer de peur d’en être dissous !…
                      Par contre, c’est étrange … je suis obligé de mettre des acidifiants dans mon aquarium pour que mes poissons ne meurent pas d’une eau trop alcaline http://bit.ly/2eMI2MY

                    2. Propos de café du commerce…
                      Acidification = moins basique. Pas de l’acide. Vous vous etes documenté sur le sujet?

                    3. @Djamal qui dit : « Vous vous etes documenté sur le sujet? »
                      C’est vous qui devriez vous documenter. Pour votre information, je m’arrête à quelque chose du niveau lycée (http://bit.ly/2g52zBo), ça ira ?, pas trop dur ?
                      1) « Acidification » = « Moins basique » = « Moins Alcaline » = « + acide » = « PH moins élevé »
                      2) Le PH d’un milieu neutre est égal à 7
                      3) Le PH de l’eau de mer est de l’ordre de 8,2, très nettement « basique », il coulera de l’eau sous les ponts avant que la mer ne devienne « acide » sachant que l’échelle du PH est logarithmique (suivez bien, avec le doigt si nécessaire …).
                      4) Le PH du jus de tomate est de l’ordre de 4
                      5) Le PH de mon estomac (le vôtre aussi) est entre 1,5 et 5 suivant les moments … avez vous jamais eu peur d’être dissous par votre estomac ?

                      La seule façon de savoir quelles pourraient être les conséquences d’une baisse du PH des océans n’est pas de faire des « modèles », mais des « expériences ». Pouvez-vous me citer UNE expérience de laboratoire qui ait démontré que la diminution du PH des océans qu’on pourrait attendre d’un augmentation des taux de CO2 aurait un effet néfaste sur la vie marine ?

                      Il se trouve que de telles expériences ont été réalisées, la moins susceptible d’être contestée vient du « Woods Hole Oceanographic Institution », institution éminemment écologique … J’en avais, il y a 7 ans, relaté les résultats dans un article « CO2 ?… La langouste en raffole », article que vous pouvez trouver ici : http://bit.ly/1F3xfcV

                      Arrêter d’étaler votre ignorance, cela dessert votre cause

                    4. Merci pour ce petit cours, vous me repetez des banalites.. Oui il y a des etudes notamment menée a Paris 6 sur les cocolithophorides
                      ( phytoplancton en somme)

                    5. @Djamal … Ah les pauvres cocolithophorides auquels on doit les sédiments calcaires et nos belles falaises … On m’avait déjà fait le coup de Paris 6, alors je dégaine mon article préféré de la revue « Science », qui démontre que les cocolithophorides, comme mes langoustes préférées, adorent le CO2, indispensable à la fabrication du calcaire (CACO3)

                      “Phytoplankton Calcification in a High-CO2 World” http://bit.ly/19Y0hXf
                      A lire, avec le doigt si nécessaire :
                      “Ocean acidification in response to rising atmospheric CO2 partial pressures is widely expected to reduce calcification by marine organisms. From the mid-Mesozoic, coccolithophores have been major calcium carbonate producers in the world’s oceans, today accounting for about a third of the total marine CaCO3 production. Here, we present laboratory evidence that calcification and net primary production in the coccolithophore species Emiliania huxleyi are significantly increased by high CO2 partial pressures.”

                      Vous n’en avez pas marre d’étaler votre ignorance ?

                    6. @Jacques Corbin

                      « A lire, avec le doigt si nécessaire »

                      Et si vous arrêtiez de conseiller votre méthode personnelle de lecture, apparemment elle ne vous réussit pas.

                      Quand on parle d’acidification n’importe quel chimiste sait qu’il s’agit de la baisse du Ph, même en milieu alcalin.

                      C’est comme dire que quand la température passe de -40 à -30 il y a réchauffement, tout le monde comprend de quoi il s’agit, même s’il fait toujours aussi froid, il n’y a que vous (les climatosceptiques) pour pinailler sur ce genre de détails.

                    7. « Ce n’est pas changer le fusil d’epaule. C’est dire que meme si le RCA n’etait pas vrai ou pas important, la seule acidification serait un phenomene qui necessiterait des efforts de reductions..c’est dire à quel point il en faudrait au contraire. »

                      Trouver une raison plus importante c’est transformer la première raison en raison secondaire.
                      Rien que le terme « acidification » montre le stratagème de cette nouvelle raison.

                      J’ai l’impression que les réchauffistes sont d’énormes conservateurs, ne touchez rien ça marche bien : par quel miracle les conditions de 1880, 1980, 1990 ou 2000 seraient les conditions optimales pour toute vie ? Quel est le niveau optimal des océans ?
                      Un peu comme les architectes des monuments historiques qui empêchent toute modification du bâti dans un secteur « sauvegardé ». Tout est gelé. De quel droit l’architecture du XVIIIème prévaudrait sur celle du XXIème ? En UK et en Australie (Melbourne par exemple) ils mélangent le style moderne et le Victorien sans problèmes.

                      « Et cette baisse!? 2015 et 2016 sont les plus chaudes! »
                      J’ai 5000€ sur mon compte en banque à 3000€ près, c’est mieux que l’an dernier, j’avais 4800€ (toujours à 3000€ près) ; n’est-il pas?

                    8. @Géd
                      « Quand on parle d’acidification n’importe quel chimiste sait qu’il s’agit de la baisse du Ph, même en milieu alcalin »
                      => Je ne l’ai jamais contesté.

                      « C’est comme dire que quand la température passe de -40 à -30 il y a réchauffement, tout le monde comprend de quoi il s’agit, »
                      => Mais moi aussi, même moi, je comprends cela.

                      Mais le sujet n’était pas là. Nous parlons des conséquences – supposées catastrophiques – de l »acidification des océans. Je prétends qu’il s’agit encore d’un épouvantail à gogos.

                    9. Sam Player que de raccourcis.. Votrr exemple des plus ou moins 3000 est inaproprié.
                      Par ailleurs, je repond Jacques Corbin, je vous reponds dans donner de jugement de valeur, simplement des faits, et vous ne reussissez qu’à mettre en valeur mon  » ignorance ». On est pas à la cours de récréation! Restons courtois il n’y a pas de concours à celui qui aura le dernier mot.

                    10. @Djamal
                      J’ai dû rater une étape.
                      Le seul « fait » que vous avez cité est une vague évocation de Paris 6 et des cocolithophorides.
                      Je vous ai, en retour, démontré, avec une référence précise de la revue Science, que les cocolithophorides se portaient d’autant mieux qu’il y a de CO2.
                      A cela, vous ne répondez rien et essayez de dévier le débat.

                      Je n’ai aucun besoin de « mettre en valeur votre ignorance », vous vous en chargez vous-même fort bien.

                    11. @Dja-mal

                      « C’est dire que meme si le RCA n’etait pas vrai ou pas important… »

                      Merci, autogoal.
                      Supputer que ça pourrait ne pas être vrai montre bien le peu de certitude dans les arguments et personne n’irait écrire :

                      « …même si la Terre ne tournait pas autour du Soleil… »

                    12. Dja-mal dit : Sam Player que de raccourcis.. Votrr exemple des plus ou moins 3000 est inaproprié. »

                      Si vous dites cela c’est que vous ne savez pas ce qu’est un intervalle de tolérance.
                      Votre tolérance qui est grande aussi sur l’orthographe.

                    13. Ce n’est pas lassant au bout d’un moment? Et je ne sais pas ci, et je ne sais pas écrire.. Autogoal !
                      Encore une fois, si vous croyez que les données publiées ne sont pas acceptables ou ne représentent rien étant donné vos 3000€ de tolérance, vous ne pouvez en aucun cas prouver l’inverse. Mais pourtant, vous vous acharnez dans un sens seulement. Je recherche plus d’objectivité.

                    14. « vous ne pouvez en aucun cas prouver l’inverse. « 

                      Mais justement on n’essaie pas de prouver quoi que ce soit : on dit juste que l’on est dans la variabilité naturelle des températures et pour l’instant ça ressemble à un plateau. C’est à celui qui veut prouver un réchauffement anthropique à apporter des preuves : on ne peut pas prouver que quelque chose n’existe pas.

                      « Mais pourtant, vous vous acharnez dans un sens seulement. Je recherche plus d’objectivité. »
                      Nous pensons juste que les données sont trop imprécises, non corrélées au taux de CO2 et la durée pas assez longue et il est donc irresponsable de parler de réchauffement anthropique : quand on sait pas on va pas.

          2. @Benoît Rittaud
            Mais, le remplaçant désigné du « réchauffement » dans la diffusion de la terreur climatique, j’ai nommé « l’acidification des océans » a tout c e qu’il faut pour subir, lui aussi, un « enterrement de première classe » …

            1. Jacques Corbin: Mais, le remplaçant désigné du « réchauffement » dans la diffusion de la terreur climatique, j’ai nommé « l’acidification des océans »

              La pseudoscience se réfugie toujours dans des domaines invérifiables quand elle est coincée.

              On est parti d’un « réchauffement », comme c’était un peu mort côté science ils se sont mis à parler plutôt de « changement » et maintenant c’est l’acidification des océans parce qu’on attend toujours les « katastrofBoum » et les « millioOhalala » de réfugiés climatiques promis dus au « changement ».

              Un terrain où on attend les deux acolytes adeptes des séries télé, qui vont nous expliquer comment on mesure en vrai l’acidification de 1340 millions de km3 d’eau constamment en mouvement. Un changement de 50 parties par million dans l’atmosphère en 40 ans doit avoir un « énorme » impact sur cette masse et ça doit être super « facilement » mesurable.

              1. @Ilmryn
                La mesure du PH « en vrai » est effectivement un problème, du moins si l’on en croit l’appel d’offre passé par l’ONU il y a un ou deux ans (je cherche la trace …) avec une bonne subvention à celui qui fait un ph-mètre fiable et adapté au contexte.
                Mais la plus grande difficulté n’est pas la valeur ACTUELLE du ph (jusqu’à présent ça va), mais son évolution. Quel était le ph AVANT ?
                Le mieux que l’on ait : des « proxy », comme pour les températures, comme pour les taux de CO2 …
                Et, bien sûr, comme d’habitude, dans le silence des arrières cuisines de la « science » du climat, les taux historiques de PH sont l’objet de toutes les attentions des alarmistes.
                Pour que la terreur inspirée par le mot « acidification » fonctionne à son optimum, il faut impérativement que les taux passés soient plus élevés que ceux d’aujourd’hui. Les études sur les PH historiques, qui logiquement s’installent dans une fourchette d’incertitude, sont facilement filtrables pour obtenir le résultat désiré en écartant les « mauvaises » mesures.
                Et voilà … Ces gens là sont en train de littéralement pourrir la Science.

                1. les taux historiques de PH sont l’objet de toutes les attentions des alarmistes.

                  qui partent du résultat désiré et falsifient font coller toute la chaîne pour y arriver. Un modèle de pseudoscience.

                  Le wiki sur l’acidification est amusant… il fait référence au ph à deux décimales des océans de 1751, sous Louis XV, 142 ans avant que la notion de PH ait été introduite par le chimiste danois Sørensen.

                  Les Djama et autre Géd vont s’imaginer qu’il suffit de regarder un écran comme dans NCIS et de « zoomer » sur la valeur.

                  Enfin… on en rigole, mais c’est vraiment lamentable.

                  1. @Ilmryn
                    Donc, résumons nous :
                    1) La théorie dit que si on augmente les taux de CO2, cela va avoir tendance à « acidifier » (diminuer le PH de l’eau) les eaux.
                    2) Mais on ne sait pas grand chose (quantitativement) des forces de rétroactions biologiques qui sont en oeuvre … Par exemple, les cocolithophorides si chers au(x) coeurs de Djama/Djamal fabriquent du calcaire avec le carbone du CO2, comme les plantes (ici aquatiques) fabriquent des hydrates de carbone avec le carbone du CO2.
                    3) Comme on ne sait pas évaluer ces forces, il est impossible de dire – a priori – dans quel direction penchera la balance.
                    4) Par ailleurs, on ne sait pas grand chose des taux historiques de CO2.

                    La somme de toutes ces ignorances laisse la porte grande ouverte à tous les conditionnels imaginables … SI les taux de CO2 augmentent, SI cela induit une diminution du PH de l’eau de mer, SI cette diminution est significative, SI la vie des animaux marins en est perturbée, SI les tendances sont prolongeables … ALORS nous courons droit à la catastrophe.

                    Deux petits tours de moulin à « principe de précautionitude » plus loin, c’est l’évidence : arrêtons de respirer pour éviter de mourir dans un bain d’acide.

    3. « Marchands de doute « ? Mais on ne vous a jamais appris que le doute est à la base de toute démarche scientifique ?

      Les pseudos scienceux de 2016 en sont à présenter le doute comme un produit néfaste, que des « marchands » instilleraient dans le but de servir leurs intérêts.

      Géd, aucun citoyen doté d’un minimum d’esprit critique n’achèterai de « doute » à vos « marchands »: ils en ont déjà pleins…

      Votre utilisation de cette expérience (ainsi que l’opération de forage intellectuel à grande profondeur que vous conduisez tout au long de votre joute avec Benoît Rigaud ci-dessous) démontré bien l’état d’ignorance crasse et le manque de formation à la méthode scientifique dans lequel baigne la société actuelle, grâce aux velléités totalitaristes de gouvernements vendus qui se sont emparés de la science comme de tant d’autres choses.

      Vous en êtes à la fois la victime et le complice. Ne comptez pas sur moi pour vous plaindre.

      Cessez-donc de vous enfoncer, vous allez finir par tomber sur du gaz de schiste…

      1. Expression*

  13. « Dans un twitt de 2012 qui n’est plus accessible, Trump a dénoncé le concept de changement climatique comme une création des Chinois pour étouffer l’économie des États-Unis. »

    Le tweet n’a pas été effacé : https://twitter.com/realDonaldTrump/status/265895292191248385
    Même sur un détail aussi aisément vérifiable, Benoît Rittaud parvient à se tromper !

    1. Désolé de décevoir votre petit plaisir mesquin, mais en l’occurrence vous êtes induit en erreur par la mise en page de Contrepoints. Si vous allez lire l’article sur mon blog, vous vous rendrez compte que la phrase que vous citez n’est pas de moi, elle n’est qu’une traduction de ce que l’on trouve sur le site de Trump. Try again…

      1. Effectivement, il y avait un défaut de mise en page de notre part. C’est désormais corrigé.
        Avec toutes nos excuses.

  14. La protection de l’environnement n’a pas besoin de l’ONU pour se faire. Regardez la com’ de la plupart des grandes entreprises (vous savez, celles qui mangent des enfants au petit déjeuner), elle est sur le mode « je suis plus vert que vert et surtout davantage que mes copains ». En clair, à partir du moment où cela devient plus ou moins une demande du consommateur, et je crois que c’est le cas, les fumisteries style COP 21/22 deviennent inutiles. En plus, il paraît, selon l’Immonde, que la concentration de CO2 dans l’atmosphère a dépassé le seuil critique, impossible de revenir en arrière, donc à quoi bon s’embêter puisque nous sommes de toute façon fichus ?

    1. Vous êtes vraiment naïf si vous faites confiance à la com’ des grandes entreprises…

      Par ailleurs imaginez que vous soyez sur une route et que surgisse devant vous un obstacle que vous ne pouvez éviter, que faites-vous ? Est-ce que vous continuez à la même allure en vous disant à quoi bon ? Ou bien accélérez-vous en vous disant que peut-être vous trouverez une solution avant l’impact ?

      Personnellement je choisis de freiner afin de limiter les conséquences de l’impact, mais ça doit apparemment être une décision irrationnelle selon vos critères.

      1. Concernant le premier point, je ne parle pas de confiance mais de communication. Néanmoins, une entreprise qui ment et qui se fait prendre sera punie, ce qui n’est pas le cas d’un politicien sinon la population carcérale augmenterait de façon vertigineuse..

        Pour le reste, qu’importe quels seront mes réflexes puisque de toute façon je suis condamné à me cartonner.

        1. Okay, donc si je comprends bien soit vous accélérez soit vous fermez les yeux en gardant votre vitesse.

          Comportement effectivement très rationnel.

          De plus vous êtes encore plus naïf que ce que je pensais quand je vois que croyez que « une entreprise qui ment et qui se fait prendre sera punie » ; Goldman Sachs est là pour le prouver…

          1. Métaphore à deux balles …
            Si je dois transformer vos propos en métaphore à deux balles et demi …
            Une ambulance doit emmener un gars en arrêt cardiaque de toute urgence à l’hosto mais sur les 40km de trajet, il y a une chance sur un million que l’on rentre en collision avec un chat sur la route (faible probabilité et peu de conséquence) et donc votre réaction est de ne pas démarrer le moteur…

          2. Ged vous devriez choisir une comparaison plus à propos :

            On vous diagnostique un cancer mais c’est trop tard et vous n’avez plus que 2 ans à vivre quelque soit la décision que vous preniez. Au pire disons que votre comportement peut vous donner un répit ou hâter votre mort de respectivement +/- 6 mois. Vous faites quoi ?

        2. « Par ailleurs imaginez que vous soyez sur une route et que surgisse devant vous un obstacle que vous ne pouvez éviter, que faites-vous ? »
          Je lévite pardi.
          Blague à part, la seule solution qui peut donner une chance c’est le tête à queue.

      2. ah non vous ne freinez pas , vous criez il faudrait qu’on freine les gars…m^me ceux qui n’avancent pas.

      3. « Vous êtes vraiment naïf si vous faites confiance à la com’ des grandes entreprises… »

        …dit le type qui accorde une confiance aveugle à celle des politiciens.

  15. Ma foi, cela n’a jamais été la préoccupation des US d’être propre et/ou de faire des économies énergétiques. Un bon slogan à eux est quand même « drill baby, drill ». Donc Trump ou pas, pas vraiment de différence.

    1. @Serge qui dit « cela n’a jamais été la préoccupation des US d’être propre »
      Si vous partez du postulat « propre » = « qui n’émet pas de CO2 » vous avez raison.
      Dans toutes les autres acceptions du terme, votre affirmation est parfaitement infondée. Essayez donc de l’étayer !

    2. Surtout vu la réputation des français… Si on prend ça au pied de la lettre il y a de quoi rire….

  16. j’ai du mal à croire que nous sommes responsable du réchauffement climatique. Trop d’experts sont en contradiction entre eux sur le sujet. Je constate une chose simple c’est que notre brave planète à connu des réchauffements et des périodes glacières bien avant que nous ne soyons plus de sept Millard à batifoler dessus. Par contre ce qui m’inquiète vraiment c’est que Selon le Global Footprint Network, le lundi 8 août 2016, l’humanité a consommé l’ensemble des ressources que la planète peut renouveler en une année….et que chaque année nous perdons des jours dans une belle indifférence
    Pour le reste, C’est petits four et campagne. À quoi bon voter une résolution Si aucune sanctions n’est proposer à celui qui ne la respecterais pas….

  17. Trump va peut être nous sauver de l’écologisme fanatique!

  18. Le consensus politique est rompu, le supposé consensus scientifique ne va pas tarder à l’être.

  19. Je conseille à Ged, si je peux me permettre , de laisser tomber. La température moyenne n’augmente plus depuis 20 ans, les glaciers se reforment et ont gagné des km. Il a fait un peu frisquet cet été, surtout en inde ! je parie que 2016 , comme 2014 et 2015, sera une année assez froide, et que si ça n’est pas le cas c’est sans doute la faute d’el nino qui n’existait sûrement pas il y a 40 ou 50 ans ? La Californie reverdit à vue d’oeil, alors que d’ affreuses éoliennes nous empêchent de dormir et créent plus de CO2 qu’elles en évitent, les panneaux PV ont des rendements nuls au bout de 10 ans ! Les NOx émis par les diesels sont une invention pour couler VW, Renault et consort. Tout ca n’était qu un cauchemar, ouf ! Ah vivement que les mines de lignite et sables bitumineux reouvrent à fond.
    Vous voyez Ged il faut pas vous inquiéter, les milliers de scientifiques climatologues, ingenieurs, techniciens meteo partout dans le monde se trompent..ou vous mentent ! Tous ! Même les satellites , les thermomètres et les ordinateurs font partie du complot. Ils ont été programmés pour .Ou alors pirates par virus !
    Allez la sagesse et la science des trumpetistes US vont démontrer tout ça vite fait bien fait…Aies confiaaaaaaacce !!!!!
    I HAD A DREAM….

    1. Merci pour ce véritable pastiche bien plus drôle que celui de Benoit Rittaud sur la « chute brutale des températures » !

    2. D’accord avec vous sauf pour les moulins à vents : j’en ai planté un de 8MW à 100 m de chez moi, et depuis je me porte comme un charme, et mon chien ne veux plus de mes croquettes et je me demande bien pourquoi il grossit…
      Quant à la voiture, mon modèle dernière génération ne produit aucune particule, je m’étonne donc de certaines rumeurs.

  20. @Ged (11/11- 15h27)

    Aaaaah ouiiii: il faut donc faire confiance aux « études » de Greenpeace, du WWF, de Générations futures, de Serralini et aux élucubrations de Corine Lepage. Elles ne font jamais le moindre soupçon de début de ce qui ressemble à une analyse critique sur la méthodologie employée, les calculs statistiques… etc?
    Les journaleux du camp du bien s’en foutent complètement et sont d’ailleurs absolument incapables d’y comprendre quelque chose.

    1. Est-ce que vous n’avez pas l’impression de répondre à côté ?

      La com’ des entreprises n’a rien à voir avec ce que vous me citez, elles communiquent afin de préserver leurs intérêts financiers, et dans le fond c’est normal puisqu’une entreprise a pour but unique de faire du profit, elle serait donc idiote de communiquer des choses qui pourraient lui porter tort financièrement ; c’est bien pour cela qu’il faut des contre-pouvoirs tels que ceux que vous mentionnez. Quant à dire que ce sont des « élucubrations » il vous appartient d’en apporter la preuve, ce que vous ne faites pas en vous contentant de faire du greenbashing, ce qui est beaucoup plus commode et ne mange pas de pain.

      Pour ce qui est des « journaleux » (quel mépris pour la presse, on voit chez vous pointer ce petit côté erdoganesque qui fait fureur en Turquie actuellement) là non plus aucun argument de votre part, uniquement des moulinets de bras pour bien montrer que vous existez.

      Au fait dans quelle catégorie rangez-vous les intervenants de Contrepoints comme H16 ou Benoit Rittaud ? Il est vrai qu’avec Internet les journalistes ont du souci à se faire, ils sont doivent entrer en concurrence avec toute une faune capable de dire tout et son contraire, on en a un magnifique exemple avec le dernier cité (si vous êtes un peu curieux allez voir sur mon site comment je démonte les mensonges et contresens de Benoit Rittaud)

      1. Bonjour géd

        J’ai lu votre site et vous ne démontrez rien.

        En tout cas vous me paraissez bien remonté contre BR pour être aussi véhément et lui faire l’honneur d’un billet.

      2. (C’est vrai que les journalistes « officiels » sont sont illustrés par leurs prise de distance, leur neutralité et leur capacité d’analyse au cours de l’élection qui fait le sujet initial de l’article … Bref )

        J’ai également lu votre article, et vous n’y démontrez effectivement rien du tout sur le fond. Les seuls arguments sont d’ordre politico-polemiques maisle fond du sujet, à savoir les causes et les évolutions récentes du réchauffement, n’est absolument pas abordé. Tout n’est que tentatives de decridibilisation ad hominem. « Et là Rittaud à écrit ça vous voyez bien que c’est un climatosceptique…et là il est d’accord avec Trump donc c’est un idiot… Et la il dit que la cop21 va être dénoncée il s’est trompé vous avez vu?  »

        Vous ne comprenez donc pas qu’on s’en fiche de savoir si Benoît Rittaud se trompe ou pas dans son estimation de l’impact de l’élection de Trump sur les accords de Paris, ou s’il s’est un peu trop avancé sur l’évolution des forces politiques sur le sujet par le passé?

        Ce n’est absolument pas le sujet de fond. Le sujet c’est le réchauffement, pas Benoît Rittaud… Vous comprenez?

        Quels sont vos arguments scientifiques?

        D’ailleurs, qui êtes vous? Avez-vous un diplôme en climatologie ? Êtes-vous chercheur? J’ai eu beau chercher sur votre blog, je n’ai pas trouvé de biographie de l’auteur …

        Quand je cherche à savoir qui est M Rittaud j’ai :
        « Benoît Rittaud est un mathématicien français. Il est enseignant-chercheur en mathématiques, maître de conférences à l’université Paris 13, au sein du laboratoire d’analyse, géométrie et applications (Institut Galilée). Il écrit fréquemment sur le réchauffement climatique. »

        Ça n’en fait évidemment pas un prophète, mais au moins je sais à peu près à qui j’ai affaire, quel est son niveau de formation scientifique, quelle peut-être sa méthodologie… Mais vous, qui êtes-vous?

      3. Géd: elles communiquent afin de préserver leurs intérêts financiers

        Auto-goal encore ?

        Leurs « intérêts financiers » dépendent entièrement de ce que constatent les clients ! Les entreprises et les produits sont aussi scrutés par plein d’organismes et une entreprise meurt très facilement.

        N’importe quelle entreprise avec 4% de clients satisfait comme Hollande serait morte depuis longtemps, en fait elles meurent même bien avant, problème réglé.

        Vos politiciens de leurs côté n’ont aucun compte à rendre même avec des bilans catastrophiques ils se représentent et appliquent les mêmes recettes destructrices sans aucune honte. 5000 milliards de dettes, 8 millions de pauvres, 25% de chômage des jeunes dans le pays qui taxe le plus au monde au titre du social.

        Vos idoles chargées « d’assainir les méchantes entreprises » n’ont même pas réussi à boucler UN SEUL budget positif depuis 42 ans LOL !!!

      4. Géd : Il est vrai qu’avec Internet les journalistes ont du souci à se faire

        Et bien votre culture au niveau de la presse n’est pas meilleure que votre culture scientifique… Ceci explique cela sans doute.

        Indice liberté de la presse – Classement des pays
        Aie aie aie, 45eme pour la liberté de la presse, en dessous du Botswana et du Burkina Fasso…

        Et ça ? Une liste de 880 articles de presse qui recensent les milles morts et autres trucs ridicules qui sont censés nous arriver avec le changement climatique… Dire que vous avez nié l’existence du moindre catastrophisme dans les médias un peu plus haut… 🙂
        http://www.numberwatch.co.uk/warmlist.htm

        Cet appel n’est pas resté lettre morte…
        ”Pour capter l’attention des autorités et du public, nous devons publier des rapports simplistes et alarmistes et ne pas parler de nos propres doutes” R.Bates et al., Global warming : apocalypse or hot air, London, IEA Environment Unit

        ————————————————————————————–

        Géd: Au fait dans quelle catégorie rangez-vous les intervenants de Contrepoints

        Et dans quelle catégorie rangez-vous ceux-là ? (entre autres)

        Harold Lewis, ancien directeur du département de physique à l’Université de Californie, Santa Barbara. « le réchauffement climatique est la fraude pseudo-scientifique la plus grande et la plus réussie jamais vue de toute ma carrière de physicien »

        Reid Bryson, professeur émérite de météorologie à l’université du Wisconsin, Ph.D. en météorologie, un des pères fondateurs de la climatologie moderne : « les variations climatiques ont toujours existé et que le réchauffement climatique depuis le XIXe siècle est dû à la sortie du Petit Âge Glaciaire. »

        Diane Douglas, paléoclimatologue, auteur et éditeur de plus de 200 rapports scientifiques. Pour elle, les facteurs naturels et non le CO2 dominent le climat.

        Hans Jelbring, climatologie suédois, de l’Unité Paléogéophysique et de Géodynamique de l’Université de Stockholm. Selon Dr Jelbring, « la nature dysfonctionnelle des sciences du climat n’est pas autre chose qu’un scandale. La science est trop importante pour nos sociétés pour être pervertie comme elle l’a été par la communauté des sciences du climat. L’establishment du changement climatique a activement supprimé les résultats de chercheurs qui ne se plient pas au dogme du GIEC ».

        Howard Hayden, professeur émérite de physique à l’Université du Connecticut. « les activistes du réchauffement climatique, comme des fourmis qui considèrent que le monde est fait de rochers de 1 mm de diamètre, regardent les 3 derniers millionièmes de 1% de l’histoire de la Terre et font des conclusions extravagantes sur le climat et en particulier sur leur compréhension du climat ».

        Richard Courtney, relecteur expert du GIEC, consultant en science du climat et de l’atmosphère, admet qu’aucune preuve convaincante d’un réchauffement climatique causé par l’homme n’a été découverte.

        Horst Malberg, professeur en météorologie et climatologie, ancien directeur de l’Institut de Météorologie de l’Université de Berlin. Il a été co-signataire d’une lettre ouverte de plus de 100 scientifiques allemands à la Chancelière allemande en juillet 2009 qui dénonce la croyance du réchauffement anthropique comme une pseudo-science.

        Patrick J. Michaels, climatologue américain, estime que le réchauffement se traduira par un modeste accroissement de trois quarts de degré sur les 50 prochaines années. Il estime qu’il n’y a aucune incitation pour un scientifique à sortir du catastrophisme actuel : « si vous faites ça, vous risquez d’être mis au pilori par vos collègues. Si le réchauffement n’est pas une menace, à quoi servent tous les fonds qui y sont consacrés ?

        Fred Singer, physicien et climatologue américano-autrichien, professeur émérite à l’Université de Virginie. « les preuves d’un réchauffement planétaire dû à l’activité humaine reposent sur du sable ».

        Augusto Mangini, paléoclimatologue et physicien à l’université de Heidelberg : sur la base de l’étude des climats anciens, il montre que les variations actuelles n’ont rien d’anormal : « Le GIEC estime que le CO2 a une influence déterminante sur les températures et que les variations naturelles sont négligeables. Or mes travaux montrent que le climat a toujours été soumis à des variations considérables, parfois lentes, parfois brutales. » Il accuse par ailleurs le GIEC de volontairement occulter ces variations passées pour faire naître la peur, ainsi que de nier le rôle du soleil, premier contributeur aux variations climatiques.

  21. Un détail dont les rehauffistes parlent peu, c’est du rapport entre l’énergie produite par les hydrocarbures et celle absorbée du Soleil.
    À la grosse, notre astre du jour nous fait absorber 810 000 fois plus d’énergie que le pétrole, gaz n’en dégagent.
    Le réchauffement anthropique est donc un pouillième…
    Ajoutez à cela que la moyenne de variables discrètes n’a guère de sens mathématique, il est aventureux de parler de « réchauffement moyen »…
    Mais ce que j’en dis avec mon deug géo option climato, et ma calculette… est aussi bienvenu que les discours de M Jouzel, brillant glaciologue, mais pas climatologue.

    1. Vous voulez dire que l’energie dégagée par la combustion de nos energies fossiles representent en gros le millionieme de ce que le Soleil apporte sur Terre?
      Mais quel est le rapport ? On croit comprendre que le RCA serait du à l’apport direct de chaleur via combustion (!). Je n’avais jamais encore entendu une telle chose.

      1. Il veut dire que la consommation d’énergies fossiles n’est que de la consommation différée d’énergie solaire.

        1. Non il ne veut pas dire ça.

          1. Je ne suis pas sûr qu’il sache lui-même de quoi il veut parler…

            De toute façon c’est hors-sujet, confus et mal écrit, et s’il a vraiment un DEUG géo c’est que le système d’éducation a raté quelque chose dans son cas (ou bien il n’a pas suivi tous les cours) en tout cas se comparer à Jouzel, qui est bien climatologue (un glaciologue qui travaille sur le climat est un climatologue par définition), est la preuve que ce monsieur a une haute opinion de sa personne.

            1. « – Notre planète n’intercepte qu’une toute petite partie (un milliardième) de l’énergie émise par le Soleil. Ce qui correspond tout de même à 10000 fois plus d’énergie (175 millions de mégawatts) que celle consommée par l’Homme ! » (www.jeanlouisetienne.com).
              Ca n’est pas plus compliqué que cela…

              1. Peut etre mais je ne vois toujours pas le but de cette donnée. Et le coup des moyennes mathematiques… Depuis quand un rechauffement moyen est aventureux a chiffrer… Ca n’a aucun sens

                1. Depuis quand un rechauffement moyen est aventureux a chiffrer

                  Depuis qu’on prétend le mesurer au centième de degrés avec moins de 6000 thermomètres dont 75% ont une précision de mesure plus grande que 2°C.
                  http://www.surfacestations.org/

                  Et dont certains mesurent surtout, le réchauffement des parkings:
                  http://www.surfacestations.org/images/OrlandCA_USHCN_Site_small.jpg

                  Vous êtes vraiment ridicule…

                  1. 2° de precision.. Ces milliers de thermometre represente un echantillon representatif. Il n’y a pas que ces derniers, il y a les mesures satellitaires. Quelle manie avez vous de racler tous les fonds de tiroir argumentaires..
                    Et le rechauffement du à la combustion, ce n’est pas ridicule peut etre?

                    1. Djamal: Ces milliers de thermometre represente un echantillon representatif

                      Ouais, on y croit très fort…. LOL !

                      Dans le détail, c’est encore plus hilarant que les 2°C : certaines balises en pleine mer ou en Afrique « mesurent » des millions de km2 alors que sur les continents occidentaux c’est quelques dizaines. Et ils ont strictement le même poids dans les statistiques :
                      https://i.imgur.com/I3xIaee.png

                      En bref, Djamal trempe son doigt dans la mer à Quimper et en déduit la température « moyenne » de l’atlantique… re-LOL !

                      Djamal: il y a les mesures satellitaires.

                      Vous confondez la réalité scientifique avec une série américaine ou l’écran affiche le chiffre voulu avec des bips…

                      Les mesures RSS font face à des tonnes de perturbations de diverses origines. Les températures issues de ce bruit sont entièrement reconstruites avec des algorithmes qui sont « cross-calibrés »… avec les mesures au sol…

                      Tu le sens venir le bon biais de confirmation circulaire ?

                    2. Entre le Cap de bonne espérance, l’Australie et le continent antarctique soit 32 millions de km2 il y a …. 4 thermomètres…

                      Je quote:
                      « Djamal: echantillon representatif »

                      Juste pour le plaisir:
                      « Djamal: echantillon representatif »

                      Je ne m’en lasse pas décidément… 🙂
                      « Djamal: echantillon representatif »

                    3. Djamal: Quelle manie avez vous de racler tous les fonds de tiroir

                      Le difficile problème de la mesure des températures du globe qui occupe une part énorme de la littérature scientifique sur le sujet est un « fond de tiroir » 🙂

                      Une telle naïveté et fraicheur juvénile ne se retrouve que chez les adeptes du créationnisme.

                    4. @Djamal
                      « Et le rechauffement du à la combustion  » …
                      A lire une telle ânerie, j’ai été plié de rire … c’est bon pour les zygomatiques. Merci Djamal.

                    5. Ce n’est pas moi qui faut remercier, c’est un de vos collègues plus haut. Relisez donc.

                    6. @Djamal: votre cécité ne s’arrange pas.

                      Chaque fois que je vous démonte vous ne voyez « curieusement » rien du tout et ré-apparaissez deux mois plus tard avec exactement les mêmes arguments ineptes.

                      4 stations pour 32 millions de km2, c’est ce que Djamal appel « « une échantillon représentatif » »

                    7. Vous ne me démontez pas du tout. Les océans n’ont pas besoin de beaucoup de bouées pour avoir une mesure convenable, au contraire des continents. De toute façon, il est hautement improbable que les zones désertées par les sondes (vos fameux 32M de km2) puissent inverser la tendance observée depuis quelques années.

                    8. Djamal: Les océans n’ont pas besoin de beaucoup de bouées pour avoir une mesure convenable, au contraire des continents.

                      Facepalm

                      Les océans et les courants marins en absorbant et distribuant la chaleur, en absorbant plus ou moins de Co2 et en générant les grandes perturbations atmosphériques et l’humidité de la nébulosité continentale jouent un rôle essentiel et crucial dans le climat de la terre.

                      Leur échantillonnage fin pourrait permettre de répondre à cette question fondamentale de la science climatique moderne: « où est passée la chaleur manquante prévue par la théorie ? »

                      Selon le GIEC l’énergie excédentaire – soit 90 % ! – réchaufferait théoriquement les océans, mais on n’en sait rien parce que ce n’est pas avec 4 pauvres stations pour 32 millions de km2 que vous allez savoir quoi que ce soit.

                      De toute façon, il est hautement improbable que les zones désertées par les sondes (vos fameux 32M de km2) puissent inverser la tendance observée depuis quelques années.

                      « C’est desert, sa sert a rien » Djamal 2016 (au sujet des océans qui participent à 90% dans les échanges)

                      Vous êtes consternant… Depuis deux ans ici vous n’avez pas réussi à acquérir la plus petite particule de science. Vous ne comprenez même pas les questions ni les enjeux.

                    9. Je maintiens ce que j’ai dit. Il y en a certes toujours trop peu, mais elles sont chères sans parler de la maintenance.
                      Ceci dit évitez de tomber dans l’agressivité.. j’ai le droit comme tout le monde de m’exprimer.

                    10. Djamal: mais elles sont chères sans parler de la maintenance.

                      Là, vous avez parfaitement raison Djamal: la mesure de quantités astronomiques de matière chaotique est extrêmement difficile et coûteux.

                      Vous avez entendu parler de la théorie du chaos évidemment:
                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_chaos#La_m.C3.A9taphore_du_papillon

                      La sensibilité a de minuscules variations initiales qui font boule de neige explique que nous somme incapable de prévoir la météo a plus de quelques jours et c’est encore pire pour le climat sur des décennies. Il faudrait un échantillonnage extrêmement fin et des ordinateurs d’une puissance inconnue pour modéliser tout ça.

                      On en est TRÈS, très loin, ce qui explique la ridicule inadéquation des modèles avec la réalité.

                      Djamal:Il y en a certes toujours trop peu

                      Même sur les continents, l’échantillonnage est lamentable (une station en moyenne pour 24000 km2) et vous ne mesurez que le premier mètre soumis à toutes les perturbations. (routes, villes, forêts, rivières)

                      C’est pour cela que les données brutes sont « traitées » avec des algorithmes qui ne reflètent que ce que l’observateur veut voir.

                      Djamal:Ceci dit évitez de tomber dans l’agressivité.. j’ai le droit comme tout le monde de m’exprimer.

                      J’en suis tout à fait désolé pour vous, mais c’est un diagnostic: votre niveau en science est nul.
                      Je suis heureux que vous ayez enfin admis que l’échantillonnage et la mesure pouvaient, « éventuellement » être un problème.

  22. Le melon de GED est stratosphérique: Il y a GED et les autres, génétiquement débiles.
    Les contre-pouvoirs des ONG à la Greenpeace comme vous dites ne sont rien de moins que la tentative de mise en oeuvre de la dictature verte rêvée par un individu comme Dominique Bourg (fondation Nicolas Hulot) qui pense que la démocratie élective est inadaptée aux enjeux de l’écologie. Pour lui le plouc lambda (dont je fais partie) ne comprend rien aux enjeux de long terme et qu’il faut remplacer le Sénat et l’ Assemblée Nationale par un comité des sages non élus et choisis (par qui et comment?) selon leur sensibilité écologique. Bref de la belle démocratie erdoganesque comme vous dites.
    Pour ce qui concerne les débilités de Séralini soutenues par Lepage, les sociétés savantes (peuplées d’un paquet de débiles) ont bien démontrés l’indigence de ses études.
    Pour ce qui est des journaleux du camp du bien, j’ai eu l’occasion, à mon médiocre niveau qui n’est pas le vôtre évidemment, de constater leur indigence scientifique et technologique. Leur parti pris sur toutes les questions énergétiques et environnementales n’est même pas à démontrer. C’est du vécu quotidien. Allez chez l’ophtalmo ça vous aidera peut-être. Leur nullité crasse teintée d’un mépris sans limite pour celles et ceux qui ne pensent pas comme eux (elles) a encore récemment été démontré.
    Pour ce qui concerne la faune sévissant sur internet, vous en êtes un superbe représentant dans la droite ligne de ce que Gérald Bronner à démontré dans un ouvrage que vous avez déjà évidemment lu: « La démocratie des crédules ». Il démonte remarquablement bien les méthodes des activistes à la Greenpeace que vous semblez adorer (cotisant peut-être?) sur plusieurs thèmes. Le meilleur étant celui des ignobles ondes produites par les lignes à HT et THT et les soit disant études « scientifiques » pondues par ce contre pouvoir comme vous dites.
    Bon je ne perds plus mon temps avec-vous, vous êtes à un tel niveau de suffisance que le débat n’est même pas marrant, encore moins intéressant.
    Au fait vous n’avez toujours pas répondu à la question: quel est votre formation, êtes-vous scientifique, avez-vous publié des trucs intéressants (je parle publications dans des revues avec comité de lecture) pas les bidules à trois balles du type WWF dont le seul comité de lecture est celui de France Inter…
    Nb: je réponds très certainement à côté et m’excuse d’avance pour cette logorrhée du niveau maternelle

  23. Sur le plateau de France 2, Ségolène Royal a également fait des ouragans et des incendies aux États-Unis la résultante du « réchauffement climatique », elle a également affirmé que « l’essentiel » des migrations étaient aujourd’hui des « migrations climatiques ». Pas un journaliste n’a relevé l’extravagance de ces assertions.

    1. Si vous connaissez un « journaliste » à France 2, merci d’en communiquer le nom
      Juste pour savoir 🙂

Les commentaires sont fermés.