Pour les Français, les politiques ne sont pas crédibles

Publié Par Contrepoints, le dans Politique

Par la rédaction de Contrepoints.

Un sondage BVA pour la Presse Régionale et Domplus de novembre 20161 s’intéresse à la confiance des Français dans les hommes et les femmes politiques pour la compréhension de leurs préoccupations quotidiennes.

Les politiques manquent de crédibilité

Lorsque l’on interroge les Français sur la confiance qu’ils ont dans les hommes et les femmes politiques français pour prendre en compte leurs préoccupations en vue des prochaines échéances électorales, les réponses sont très négatives pour la classe politique.

34% des Français n’ont confiance en les politiques dans aucun domaine. Un citoyen sur trois n’attend donc rien du personnel politique. Près de la moitié d’entre eux n’a pas confiance dans le domaine de sa santé (51%) et de son logement (49%), ou encore pour l’équilibre entre leurs vies personnelle et professionnelle (51%). Cette proportion augmente à 61% concernant le vieillissement, à 63% concernant la situation financière de leur foyer, à 65% concernant leur emploi ou celui de leurs proches et atteint même 73% concernant leurs retraites !

Avez vous confiance dans les politiques concernant...

Avez vous confiance dans les politiques concernant…

On remarquera que lorsque l’on interroge un millier de Français en âge de travailler sur l’équilibre entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle, on obtient un taux de 20% qui ne se prononcent pas ou… ne sont pas concernés.

On récolte ce que l’on sème

Ces résultats sont-ils si surprenants ? La France est en situation d’échec :

Le premier point atteste que la France est l’un des tout premiers pays à penser résoudre les problèmes soulevés par les trois points suivants à l’aide d’un poids de l’État démesuré.

Cet État boule de neige s’insinue dans tous les secteurs de la vie personnelle et quotidienne de chacun. Il prétend qu’il faut manger des fruits et des légumes, aussi bien que l’existence d’un salaire minimum ne nuit pas à l’économie. Il expose quotidiennement son échec retentissant aux Français. Ces derniers ne le perçoivent pas et pour cause, la plus grande partie du système politico-médiatique est nourrie par cet État et personne n’est enclin à mordre la main qui nourrit. Le système est bien conçu…

politique-pas-credibles-rene-le-honzecQu’en est-il des politiques ? Pour être élu, il faut vendre de la protection, de la politique étatique, de l’aide sociale, de la subvention. Il ne faut certainement pas plaider en faveur de la liberté et de la responsabilité, deux principes qui conduiraient assurément le peuple à constater l’inutilité flagrante des politiques et l’inefficacité de l’État. Alors les Français n’ont plus confiance.

Certains, de plus en plus nombreux, se tournent vers l’abstention. Certains, de plus en plus nombreux, se tournent vers des extrêmes au discours aussi vide de sens que vendeur. D’autres encore croient en l’émergence d’une domination centriste qui réconcilierait le pays. En fait, tout cela n’est pas très important tant qu’il faut, pour parvenir et se maintenir au pouvoir, priver les Français de leurs libertés au nom de causes variées, prétendument supérieures. Et de temps en temps, feindre de s’offusquer de la rupture entre le peuple et ses élites…

  1. Enquête réalisée par l’Institut BVA du 21 septembre au 22 octobre 2016 par téléphone. Échantillon de 972 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans. L’échantillon est construit selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille, après stratification par région et par taille d’agglomération.
  1. Le mal profond vient de l’étatisme prononcé dont tirent bénéfice et protection la plus grande partie des élus. C’est le drame français. Le 9 février 2017 paraît un petit ouvrage, » L’Etat peut nuire gravement à la santé « . je vous en conseille la lecture….. Bien à vous

  2. qui pourrait faire confiance en des gens qui ne pensent qu’a leser le citoyen

  3. Merci à Contrepoints pour la publication de ce sondage.
    Il reflète tout à fait la désaffection actuelle pour le politique.
    Désaffection qui se traduit par un pourcentage croissant d’abstentionnistes aux élections, y compris dernièrement aux élections municipales habituellement prisées avec des taux d’abstention supérieurs à 50%.
    Elle ne concerne pas des communes « spéciales » à problèmes type celles 9-3. Dans ma commune du Nord très résidentielle et pavillonnaire, calme, à la population aisée nous avons atteint 56% d’abstentionnistes. Nous pourrons confirmer (ou infirmer) à travers l’élection présidentielle prochaine l’impact de ce manque de confiance dans le monde politique…
    Par contre je ne peux laisser passer l’analyse du « trop d’Etat » leitmotiv davantage idéologique et gratuit que factuel.
    « … Pour être élu être élu, il faut vendre de la protection, de la politique étatique, de l’aide sociale, de la subvention… » dit il !
    Excellente phrase positive que je partage tout en sachant que la signification dans l’échelle de valeurs de son auteur est aux antipodes de la mienne. Pour la rendre méprisable il est obligé d’ajouter une phrase avec le mot liberté et l’opposer à responsabilité.
    N’est-il pas responsable de passer un CONTRAT, moral ou écrit, avec son élu…pour satisfaire des besoins humains essentiels tels la protection et l’aide ?
    Phrase positive qui nous ramène aux sources de la démocratie c’est-à-dire le choix d’un mandaté, voire d’un maître d’œuvre pour réaliser un projet collectif consensuel, fédérateur, etc. Phrase positive qui nous rappelle par le mot vendre que l’élu ce n’est pas le plus beau, le plus sexy, le superman, le substitut du père, le Moïse etc. pour des électeurs infantilisés mais un acteur, un collaborateur dans un projet. Pourquoi pas un vendeur « responsable », ça existe quand même, qui aurait su synthétiser les attentes ?

  4. Ne comptez pas sur Gavroche pour voter Gavroche c’est le peuple symboliquement car le peuple c’est vous tous.

    Mais je ne peux les combattre seul j’ aimerais bien mais je ne peux point 🙂
    renversé les privilèges , la constitution et réécrire la marseillaise je voudrais le faire. Alors entre parenthèse vive le populisme mais non par le terrorisme bien évidement car le terrorisme détruits les biens du peuple et les intérêts du peuple . Lisez pour certain qui seraient moins informés par 223 ans d’histoire contemporaine voyez ce qui est de notre histoire depuis 223 ans , vous y apprendrez aussi cette descendance du peuple et du populisme les raisons de sa naissance du populisme et d’ou viennent politiquement tous ces beaux messieurs des bois dorés.

    Ma chanson préféré et mon auteur préféré sont ,est il est : Jean de LA fontaine et La carmagnole ,dans ce contexte là.

    Cette monarchie perpétuelle ne m ‘apporte aucuns des points donc je souhaite voir , dans ce cas je n’ adhère point à ce marché de dupe.

  5. Bizarre ce sondage qui évalue la confiance suivant les thèmes.
    Il me semble que si, globalement les Français n’ont plus confiance dans leurs politiques, c’est parce qu’ils perçoivent, plus ou moins clairement, que ceux-ci défendent trop souvent d’autres intérêts que ceux de leurs électeurs…
    On ne fait plus crédit à celui qui n’a pas honoré ses engagements…

  6. Pourquoi demander au peuple son avis ? Pourquoi demander à un peuple (on va dire une majorité) qui s’est trompé sur tout ? La prochaine élection va encore se jouer à 50/50 Gauche/Droite.

  7. 34% des Français n’ont confiance en les politiques dans aucun domaine.

    34%+1, vu que l’on ne m’a pas questionné 🙂

Les commentaires sont fermés.