Les 6 causes du chômage

Publié Par Jacques Garello, le dans Travail & emploi

Par Jacques Garello

chomage-Insomnia Cured Here-Charlie Chaplin(CC BY-SA 2.0)

chomage-Insomnia Cured Here-Charlie Chaplin(CC BY-SA 2.0)

Même si le mois de septembre a enregistré une baisse importante du taux de chômage, ce qui a enthousiasmé les médias et le gouvernement, le chômage reste un problème endémique pour la France et un échec de la politique menée par François Hollande : depuis son élection en mai 2012, le ministère du Travail a recensé 617.000 chômeurs supplémentaires en catégorie A. Alors qu’approche l’année électorale 2017, la question du chômage, qu’il monte ou qu’il baisse selon les catégories dont on parle ou qu’on ignore, sera primordiale dans les choix des électeurs. On ne peut plus faire l’économie de regarder en face quelles sont les causes réelles de ce drame si corrosif pour la société.

Réflexion sur les 6 causes du chômage

Nous avons expliqué l’importance du chômage depuis des années dans cette rubrique de conjoncture, au risque de lasser nos lecteurs. Ce que nous proposons aujourd’hui est de hiérarchiser les causes, compte tenu des enseignements de la science économique, ignorée bien sûr de quelques Nobel comme Stiglitz ou Krugman.

1. La fiscalité personnelle progressive

Elle attaque ceux qui réussissent, donc les contribuables arbitrent en faveur du loisir et réduisent leur activité. La « reaganomics » s’est inspirée de cette réalité. L’effet Laffer montre que la baisse de la progressivité accroît les recettes fiscales : les gens se mettent à travailler dès que ce n’est plus pour le fisc

2. Le SMIC

Surtout quand il est proche du SMIC médian, il frappe par priorité les juniors et les seniors, en fermant la porte de l’emploi à ceux qui n’ont pas encore ou déjà plus une qualification élevée. Plus généralement, le SMIC rend le travail qualifié meilleur marché, et dissuade celui qui a un emploi peu qualifié d’améliorer sa qualification, il devient plus vulnérable au chômage

Chômage en France (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, CC-BY 2.0)

3. La rigidité du marché du travail

Elle est due aux législations et à l’action syndicale : les « petits boulots » sont interdits et la « précarité » est prohibée.

4. La fiscalité des entreprises

Cette fiscalité dissuasive empêche les entreprises d’investir, mais aussi tous les investisseurs potentiels.

5. Le poids des charges sociales

Ce poids excessif réduit la compétitivité des entreprises, comme la fiscalité, et il pénalise particulièrement les systèmes d’assurance-maladie et de retraites fondés sur la seule répartition. Avec une logique assurancielle et une capitalisation le poids diminue.

6. Le malinvestissement

L’État confisque l’épargne pour choisir des investissements non rentables, les projets rentables disparaissent faute de financement. Le malinvestissement se produit également en cas de politique monétaire laxiste, l’accès au crédit étant possible pour des emprunteurs insolvables, et l’inflation permettant d’éponger les dettes.

Cher François Hollande, vous avez trois mois pour suivre ce régime : si vous réussissez, nous voterons pour vous. Mais serez-vous candidat ?


Sur le web.

  1. Chouette, on peut remplacer le chômage par des boulots précaires et mal payés !
    Et on attend toujours le Million d’embauche suite au CICE….

    C’est pas l’honnêteté intellectuelle qui vous étouffe cher Mr Garello…

    1. Ben voyons, c’est vrai qu’être chômeur et à la charge des autres, c’est tellement mieux que d’avoir un boulot (fût-il précaire) et subvenir (au moins partiellement) à ses besoins.
      L’honnêteté intellectuelle, ce serait déjà de reconnaitre qu’il existe des trappes à pauvreté (où sont enfermés beaucoup de nos concitoyens) à cause de l’état qui met ses pattes là où il ne devrait pas. Et Mr Garello ne fait que rappeler les causes et propose des solutions.

      1. Et quelles solutions dis donc !!
        – Moins de legislation
        – Moins de syndicat
        – Baisse du smic
        – Moins de fiscalité
        – Moins de charges sociales

        Qu’est ce que c’est constructif et argumenté !
        Bizarre, il ne propose pas la suppression des congés payés et le travail obligatoire à partir de 10 ans…

        Ces solutions ont déjà été testées en france ou ailleurs. Elles ne réduisent pas le chômage et ne font qu’augmenter les inégalités.

        1. Elles font baisser la pauvreté…c’est déjà ça 😉

        2. Les congés payés ça n’existe pas, ce que vous avez c’est 12 rémunération annuelle à part égale pour 47 semaines de travail.
          Il faut bien être naïf pour croire que l’on est payé quand on ne fait rien.

          1. Tout à fait juste.
            Personnellement je préfèrerais avoir 2 semaines de congés de moins (donc 2 semaines de travail en plus) et en avoir le salaire…
            Mais d’après les socialistes, l’état est mieux placé que moi pour savoir ce que je voudrais et ce qui est bon pour moi.

        3. – législation : il y a tellement de lois que plus personne ne les connaît et que tout le monde est hors la loi. Simplifier est urgent.
          – syndicats : qui représentent qui au juste ?
          – SMIC, pas de baisse mais sa suppresion pure et simple. Voyez ce qui se passe en Europe du nord à titre d’exemple.
          – fiscalité : vous aimez payer des impôts ? Moi pas et encore moins pour voir des incompétents les dilapider ensuite.
          – charges sociales : même sans être expert comptable on comprend que moins il y a de charges mieux c’est.

        4. alaindeloin: Moins de fiscalité

          Une PME paie jusqu’à 65% de charges, si tu crois tu crois qu’un boulanger peut engager du monde avec ça je te suggère d’appliquer ta « logique » aux athlètes français en leur rajoutant 65kg de plomb avant chaque course.

          alaindeloin: Moins de legislation

          la France est classée 130eme mondial pour le poids global des réglementations. le Code du travail fait 3500 pages. 25% de la jeunesse est au chômage et encore, c’est parce que l’état a engagé 1 travailleur sur 4 avec de l’argent qu’il n’a pas.

          Dans le pays d’à côté qui est 7eme pour le poids global des réglementations le chômage des jeunes est à 3.8%.

          alaindeloin: Moins de syndicat

          Les syndicats ne sont pas un problème, c’est le marxisme (qui a échoué dans 37 pays) des syndicats français qui en est un.

          alaindeloin: Baisse du smic

          Pas de SMIC dans le pays d’à côté: 3.5% de chômage et très peu d’exclus. La raison est simple, mais est-ce que ça t’intéresse vraiment ?:
          https://www.youtube.com/watch?v=gR_eqMD-6lU

          alaindeloin: Moins de charges sociales

          Les entreprises produisent de la richesse et des emplois. Plus tu les emmerdes, moins tu as des deux donc plus tu dois leur rajouter de charges sociales, moins elles produisent, plus tu rajoutes, etc., etc.

          Les socialistes scient les pommiers producteurs et se lamentent ensuite qu’ils n’aient plus de pommes tout en accusant les pommiers. Ça n’a aucun sens !?

        5. « Qu’est ce que c’est constructif et argumenté !
          Bizarre, il ne propose pas la suppression des congés payés et le travail obligatoire à partir de 10 ans… »

          C’est sur que si on vous pique la moitié de votre salaire en charges sociales il vaut mieux avoir des congés payés. Vous trouvez que 50 % de votre salaire prélevé en charges sociales c’est pas assez ? Vous voulez plus de congés payés ?

          1. Quant au travail obligatoire à partir de 10 ans c’est résolu votre gamin n’a plus besoin de travailler à l’école car il passe automatiquement dans la classe supérieure. Très bon signal pour en faire un bon francais qui plus tard profitera des allocations diverses et variées sans en branler une.

        6. Les inégalités ? si pour vous il faut que tout le monde soit sur la ligne d’arrivée en même temps , même ceux qui sont arrivés en retard au départ, même ceux qui ne se sont pas entrainé, alors cette égalité là je n’en veux pas elle est profondément injuste. Chacun en fonction de ses moyens, voilà le crédo de l’égalité.

        7. L’égalité est un leurre qui ne sert qui ne sert qu’à susciter l’envie, le ressentiment et la haine de celui qui est un peu mieux!

        8. C’est faux rien n’a été testé.

          – Moins de legislation : le code du travail est de plus en plus épais
          – Moins de syndicat : il y a une cotisation pour les syndicats sur les salaires maintenant
          – Baisse du smic: ca n’a jamais été fait
          – Moins de fiscalité: personnellement, j’ai renoncé aux vacances pour payer mes impôts en 2016, à revenu égal
          – Moins de charges sociales: les pme doivent payer la mutuelle maintenant.

          Je gère une pme, mes concurrents et moi finissons l’année difficilement avec des marges en chute libre.

          Le socialisme n’apporte que la misère.

    2. Les entreprises embauchent uniquement si elles en ont besoin, cela ne se décide pas et ne s’impose pas, le CICE est un gâchis économique car ce n’est pas l’offre qu’il fallait soutenir mais la demande comme l’avais fait l’ancien gouvernement,

      Ce sont dans les TPE et les PME que les destructions d’emplois ont été les plus fortes et c’est donc ces entreprises qu’il faut accompagner

      Il existe d’autres raisons au chômage comme la mauvaise orientation que donne les profs aux élèves, l’inadaptation de la formation aux besoins des entreprises, le manque de courage et de volonté des jeunes qui arrivent sur le marché du travail, et enfin le nombre trop élevé de fonctionnaire ainsi que l’interventionnisme étatique pesant sur la liberté d’entreprendre

    3. le CICE a tout juste rééquilibrer l’augmentation des taxes, charges sociales, impôts locaux , etc… et encore pas pour tous, en particulier pour ceux le plus susceptibles d’embaucher: les particuliers et petites entreprises. Il faut arrêter ce délire cherchant à faire croire qu’il s’agit d’un cadeau aux entreprises .

    4. Et on attend toujours le Million d’embauche suite au CICE…

      On attend plutôt que les socialistes cessent de mentir comme des arracheurs de dents.

      LE CICE c’est une paille qui n’a même pas été réalisé complètement.
      206 taxes et charges pèsent sur les entreprises, la France est classée:

      -134ème pour les prélèvements obligatoires.
      -130ème place pour le poids global des réglementations
      -137ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé,
      -134ème pour le taux d’imposition en pourcentage des profits,
      -117ème pour la flexibilité.
      -127ème pour les incitations fiscales à travailler
      -137ème pour les règlementations liées au fait d’entreprendre.

    5. Parce que vous trouvez qu’actuellemen,t à part pour les fonctionnaires, ce n’est pas boulots précaires et mal payés pour la majorité des gens ?

      1. à part pour les fonctionnaires, ce n’est pas boulots précaires

        Et encore, la France alourdit sa dette de 70 milliards chaque année soit plus que le budget total de l’enseignement et de ses 1.2 millions de fonctionnaires.

        Tout ceux dotés d’un cerveau (soit tout le monde sauf les socialistes) s’apercevra qu’on ne va pas pouvoir les payer très longtemps avec des caisses de plus en plus vide.

  2. @alaindeloin: c’est avec des réflexion de ce genre qu’on ne résout pas nos problèmes depuis 40 ans.
    Il faut absolument mettre en place un contrat (qui remplace le cdd) progressif (sans effet de seuil) qui donne des droit à l’ancienneté. L’employeur peut prolonger le contrat sans se retrouver piégé.

  3. Le smic est trop élevé, c’est une machine à fabriquer des smicard au long cours… alors’que nombre d’entre eux pourraient être payé plus.
    il faut un salaire universel (sans condition de revenu), et une baisse du smic. L’un compensant l’autre, voir le dépassant (pour ceux qui sont au niveau du smic). On finance par les entreprises (qui gagnent par la dévaluation des salaires).

  4. – Rappelons qu’en terme d’énergie, en France, chaque personnes vit en moyenne avec 100 esclaves, aux États-Unis, c’est 250. Les esclaves, ce sont les « machines », et celles-ci fonctionnent avec de l’énergie ( électricité, pétrole, … ). La prospérité est donc essentiellement liée à 2 paramètres: le prix de l’énergie qui permettent d’alimenter ces machines, et la construction de ces machines (ou détriment de leur importation). On pourrait faire sans et abolir facilement le chômage ( 3 millions de chômeurs, ce sont plein de tracteurs !). Mais cette société pourtant sans chômage ne serait pas prospère.

    – Rien sur la démographie ? Car rien n’indique que la structure même d’un pays, en terme de démographie, n’impose pas une limite inférieure au taux de chômage. Bref, que toutes les mesures proposées dans l’article ne seraient qu’un moyen plus efficace d’atteindre ce taux inférieur, mais pas de le diminuer. Quel est l’influence de la structure démographique d’un pays ?

    – le taux de « chômage » est-il la bonne variable de mesure ? N’est-ce pas la durée du chômage qui doit être minimisée, et pas le « chômage ». Le nombres de CDI, à savoir la catégorie A n’intéresse que les banquiers pour l’octroie des prêts. Mais il n’enlève rien à la « précarité »; si on veut vous foutre dehors, il existe beaucoup de moyens pour vous pousser à la faute, CDI ou pas.

  5. Il manque la « Raison Première » : les Clients et les Consommateurs …
    Ce sont les clients qui font la commande.
    Et la commande qui fait l’embauche..

    Mais les Clients n’ont plus d’argent …

    1. Si, ils leur reste un peu de sous, mais pour se payer des produits d’importation bien moins chers que si on les construisait … après, loin de moi tout protectionnisme ( pratiqué pourtant par toutes les grandes puissances). Mais si au moins il y avait une balance commerciale équilibrée ! Là non: l’argent s’en va …. …inexorablement … savez-vous s’il y a-t-il une corrélation entre le taux de chômage et la balance commerciale ?

      1. Il y a aussi une forte corrélation entre la dépense américaine en recherche spatiale et le taux de suicide par pendaison. Et alors ?

        La balance commerciale est un concept mercantiliste dépassé ne servant qu’à justifier le protectionnisme. Bastiat a amplement démontré l’inanité de la balance commerciale. http://bastiat.org/fr/balance_du_commerce.html
        La seule situation où le concept se justifie, c’est lorsque l’économie appartient tout entière à l’Etat. Dans ce cas, effectivement, un déficit de cette balance représente une perte sèche pour l’Etat qui n’a pas équilibrer ses dépenses avec ses recettes.

    2. Ce sont les clients qui font la commande. Et la commande qui fait l’embauche..

      Comme le produit coute 50% plus cher à cause des taxes, impôts et charges, les clients n’achètent pas, donc les entreprises n’embauchent pas.

      La situation de plus en plus dégradée n’a rien à voir avec ça bien évidemment :

      Évolution des dépenses des administrations publiques (en milliards)
      —————————————————————————–
      2002: 833,77
      2003: 864,31
      2004: 898,56
      2005: 936.99
      2006: 972,84
      2007: 1016,17
      2008: 1057,61
      2009: 1100,61
      2010: 1128,02
      2011: 1151,54
      2012: 1185,38
      2013: 1207,49

      Ni avec ça:
      http://www.eclaireco.org/files/common/Depenses_-_5.jpg

    3. Les clients ? Il en y a en un milliard de plus qui émerge en Asie

  6. Je ne ferais que des critiques sur la forme de l’article.

    – Tout d’abord l’attaque ad hominem contre M. Stieglitz et Krugman. On peut dans un article sur Contrepoint ne pas être d’accord avec eux car ils sont des keynésiens mais il me semble que ce sont d’éminents économistes… de plus si ils sont aussi médiocres c’est l’ensemble du jury de la Banque de Suède (Krugman/Stiglitz 2001) qui est rempli de branquignols . C’est aussi le Jury du prix John Bates Clark (Krugman 1991/Stiglitz 1979) peuplés de demeurés et enfin ce sont les boards des universités de Stanford, Oxford et Priceton (Stiglitz) et Yale (Krugman) où vaquent des analphabètes économiques. Mais je suppose que M. Garello possède la « science économique » qui connait de façon indubitables les lois d’airain de l’économie.

    – Ensuite l’auteur se propose de hiérarchiser 6 causes du chômage mais en définitive, il ne propose qu’une liste sans indiquer comment il pondère les 6 causes…Je pourrais dire que non c’est la rigidité du marché du travail qui la cause première, cela ne me coute rien vu que comme M. Garello je n’amène aucun arguments.

    Nous avons en fait qu’un petit (tout petit) billet d’humeur qui se limite à dire sans rigueur ce que son lectorat usuel a envie d’entendre…

    1. Libéral-libertaire

      Sur Contrepoints on est libéraux et libertaires . Je le suis moi même . Stiglitz et Krugman représentent le camp d’en face , le socialisme , la Gauche … Par exemple regardez Stiglitz dire que le QE pratiqué par la FED est une excellente politique alors qu’il est évident pour moi et pour beaucoup d’entre nous , que le QE alimente une bulle , empeche le marché de se réguler : https://www.youtube.com/watch?v=Si4iyyJDa7c

      1. Cela n’empêche pas d’argumenter. Vous écrivez pour convaincre pas par pure onanisme intellectuel. En effet il y a certainement une bulle financière ou immobilière ou autre créée par le QE mais l’économie de bulle elle existe depuis les années 80 et la libéralisation financière, on ne cesse d’enchaîner les bulles de plus en plus grosses.
        Sinon le QE à eu un effet positif au moins à court terme sur la reprise de la croissance aux US. Cela n’empêche pas de dire que l’effet à long terme peut être dangereux.

        1. SocialRaph: et la libéralisation financière, on ne cesse d’enchaîner les bulles de plus en plus grosses.

          Si les banquiers US ont prêtés à des pauvres sans revenus ni travail (Prêt NINJA pour « No Income, No Jobs and No Assets ») ce n’est pas par « grandeur d’âme » mais bien à cause des incitations (« Community Reinforcement Act ») et des « garanties » (Freddie & Fannie ) de l’État. Si ces prêts ont bullés dès 2001 et explosés dès 2006 c’est bien à cause du tripotage des taux d’intérêts… de l’État.

          Les taux de la FED 2000 – 2009:
          http://www.federalreserve.gov/pubs/feds/2009/200949/figure_1.gif

          Un marché libre occasionne des bulles c’est certain et elles peuvent faire des dégâts dans certains secteurs qui sont corrigés d’autant plus vite que le marché est libre et donc souple, mais c’est le tripotages des états qui les font grossir jusqu’au point ou elles deviennent mortelles et plongent tout le monde dans la merde.

          Les subprimes ont fait tousser la planète, le QE et les taux d’intérêts négatif de la BCE nous en préparent de monstrueuses et ce, juste au moment ou toute la population française est accrochée par les dent à un état en faillite. ça n’a même pas commencé qu’il y a déjà 8 millions de pauvres.

          1. Deux remarques:
            – Si vous trouvez un portefeuille contenant mille euros que vous savez à qui il appartient parce qu’il y a une pièce d’identité mais que vous le trouvez dans un endroit où vous êtes certain que personne ne vous a vu? Vous êtes fortement « incité » comme vous le dites à le conserver. Pourtant je pense que vous le rendrez parce que c’est du vol et que vous êtes capable d’évaluer le risque que vous encourez. C’est la même situation pour le système financier. Vous nous dites les banques étaient incitées à prêter, et alors, s’ils avaient fait leur travail et si le marché était efficient comme vous le clamez toujours elle n’aurait pas pris les risques qu’elles ont pris. Le discours sur la responsabilité de l’Etat dans la crise des subprime est dans le domaine de la manipulation intellectuelle un des modèles en la matière mais il faut bien recoller les faits à son idéologies quand on refuse la critique et la réflexion. On pourra s’interroger ainsi sur les raisons qui ont poussé les banques, qui étaient, les pauvres, forcées à faire des prêts aux pauvres américains, à faire un intense lobbying contre les Etats qui ont tentés de copier la loi sur les predatory lending de Caroline du Nord.

            -Deuxièmement on peut penser que ces incitations aux prêts aux plus pauvres sont causés par la stagnation du revenu des couches les plus populaires aux Etats-Unis depuis les années 80. Quand vous voulez continuer à faire croire à une majorité que le modèle américain est juste, plein d’opportunité et où vous pouvez vous en sortir quoi de mieux que la propriété… Ensuite votre argumentation de la remontée des taux d’accord mais pourquoi ils ont été baissé? Pour répondre à l’explosion de la bulle internet en 2000 où une fois encore une bulle s’était crée (sûrement encore d’un complot des puissances de l’Etat…) comme d’ailleurs la crise de 87 ou la crise asiatique! L’Etat toujours l’Etat il est le seul et unique coupable!

            1. si le marché était efficient comme vous le clamez toujours elle n’aurait pas pris les risques qu’elles ont pris.

              Tu as parfaitement raison.
              C’est pour cela que les politiques ont AUSSI garanti ces prêts via des organismes public. « Freddy Mac et Fanny Mae » ont ainsi racheté pour 5200 milliards d’actifs pourris « garantis » avant de calancher aussi.

              Incitations+garanties = Fail !

              Le discours sur la responsabilité de l’État dans la crise des subprimes est dans le domaine de la manipulation intellectuelle

              Lois, garantie, taux : tout est parfaitement vérifiable. La « manipulation intellectuelle » c’est d’escamoter la réalité : Selon ta reconstruction, les « banquiers assoiffés de fric » ce seraient mis à prêter en masse à des gens sans revenus et sans boulot…

              Super crédible !

              Quand vous voulez continuer à faire croire à une majorité que le modèle américain est juste

              Non et n’essaye pas de dégager en touche comme chaque fois que tu es coincé, ce n’est pas le sujet.

              LE sujet est: Les politiques en tripotant l’économique et en falsifiant les signaux aggravent dans des proportions considérables des fluctuations naturelles et parfaitement absorbable de l’économie

              Ensuite votre argumentation de la remontée des taux d’accord mais pourquoi ils ont été baissé? Pour répondre à l’explosion de la bulle internet en 2000

              Cette bulle a gonflé hors de proportion dès 97 avec la baisse des taux qui sont au plus bas mi 98 et elle commence a exploser mi 99 avec la remontée en flèches des taux qui sont au plus hauts….tatataaaa…. En 2000 ! Fail again 🙂

              Et qui a ensuite renfloué les perdants et les magouilleurs en leur envoyant le signal « Pas grave les gars, aucun risque, on vous protège » !??? Encore les politiques !

              Merci de confirmer exactement ce que je dis: Les politiques en falsifiant les signaux économiques et en récompensant les perdants créent des monstres impossibles à absorber et en profitent à chaque fois pour légiférer encore plus et affermir leur prise et leur impact néfaste. Obama a doublé la dette des USA !

              Tu as aimé 2000 ? Apprécié 2007 ? Attends la crise qui vient avec la BCE, son « argent gratuit » et ses taux négatifs.</b (Les gens PAIENT carrément pour prêter aux états… folie !)

      2. Légère généralisation, libéraux certes mais libertaires certains le sont, pas d’autres.

        Stiglitz et Krugman sont évidemment le « camp d’en face » comme vous le dites mais il ne reste pas moins qu’ils sont des économistes renommés, primés et qu’il est inutile de, comme le fait M. Garello de se parer des « enseignements économiques ».

        Après tout aucun des arguments de sa liste n’est accompagné de démonstrations économiques indubitables si tant est que cela existe. Même si chacune d’elles s’avèrent il faut que nous souvenions tous qu’au final ce sont des opinions.
        Ainsi l’effet Laffer aussi appelée courbe de Laffer présenté par M. Garello comme « démontrant » que la progressivité est dommageable est presque une plaisanterie.
        1/ La courbe de Laffer ne parle pas de progressivité ou pas, elle parle de taux d’imposition. Nous pourrions être du mauvais coté de la courbe avec une flat tax de 90%. M. Garello mélange deux critères, il eût dû simplement parler de faible taux d’imposition c’eut été suffisant.

        2/ La courbe de Laffer ne nous dit pas de quel coté de l’optimum puisque cette courbe pose qu’il y a un optimum. C’est une image pas un outil encore moins une « démonstration ». C’est juste une mise en image du vieux précepte « l’impôt tue l’impôt » sauf que l’on ne sait pas quand…

        3/ la vulgarisation montre toujours une jolie courbe en cloche sauf qu’aucune étude économique établie sa forme véritable (par exemple on peut imaginer une montée lente et une chute rapide ou l’inverse).

        1. Stiglitz et Krugman[…] sont des économistes renommés

          Forcément, ils justifient les gestions désastreuses des cleptocrates et en font de grands sauveurs contre les horribles turpitudes du méchant-monde-libre.

          Ils adorent et les médias qui sont chouchoutés et prétendent avoir une part de cette gloire en raffolent aussi. Les peuples ont une tout autre opinion des « sauveurs » mais il n’ont aucun réel pouvoir et surtout pas celui de les dégager. (Clinton vs Trump ? Hollande vs Sarko vs Juppé ?)

          Ainsi l’effet Laffer aussi appelée courbe de Laffer présenté par M. Garello comme « démontrant » que la progressivité est dommageable est presque une plaisanterie.

          Prétendre que pénaliser ceux travaillent et réussissent plus que les autres n’a pas d’impact est une insulte au bon sens.

          Pourquoi ne pas établir la progressivité à l’école aussi ? En dessus de 14 on vous enlève de plus en plus de points qu’on donne au moins bons.

          La courbe de Laffer ne nous dit pas de quel coté de l’optimum

          La encore, le bon sens le peu, Comme la plupart des gens je veux bien dédier deux tiers de mes efforts à mes proches et un tiers à « la société ». Ni le régalien ni de bonnes prestations sociales ne justifient vraiment plus d’ailleurs.

          Coïncidence, l’économie la plus efficace et qui défonce la France dans tous les aspects y compris sociaux a un taux global de 29%. Belgique, France, Italie se rapprochent ou dépassent les 60% et sont pourtant (et ironiquement) virtuellement en faillite et remplis de pauvres et de chômeurs.

          démonstrations économiques indubitable

          il y a 148 pays, leur réalité est une « démonstrations économiques » suffisamment « indubitable » de ce qui marche ou pas.

          1. Attention Ilmryn ce que je dis simplement c’est si M. Garello affirmait « je suis libéral et je ne peux piffer Stiglitz et Krugman et voici selon moi les 6 raisons du chômage et voici pourquoi… » je n’aurai rien commenté, cela aurait été son opinion; fort bien.

            Mais M. Garello attaque deux Nobel/prix John Bates Clark en insinuant dans sa phrase que lui a assimilé les « enseignements économiques » et il donne 6 raisons qui sont peut être fort pertinentes mais sans aucun argument issu de ces prétendus « enseignements économiques » sinon des simplismes tel que l’effet Laffer qui n’ont rien de scientifique.

            En plus il dit qu’il se propose « aujourd’hui de hiérarchiser les causes » sauf qu’il crache sa valda sans argumenter la pondération et donc la hiérarchie des effets. Où est la rigueur ?

            M. Garello a de très fortes convictions qui sont en accord avec l’orientation du site et éminemment respectables mais il confond néanmoins opinion (même forte et qui sait; vraie) et vérité indiscutable. Pour lui il possède la science économique, les deux prix Nobel sont des blaireaux, les jury Nobel et John Bates Clark sont des blaireaux, les boards des plus grandes universités américaines sont des blaireaux; dont acte.

            1. Mais M. Garello attaque deux Nobel/prix John Bates Clark

              L’économie est une science « molle » et les Nobel dans ce domaine sont décernés de manière politique avant tout comme les Nobel de la paix.

              Milton Friedman était Nobélisé comme Krugman ce qui voudrait dire que la « science » considère la théorie de la terre plate comme aussi pertinente que celle de la terre ronde ? Ça n’a aucun sens contrairement à un Nobel de physique ou de mathématique.

              Ça démontre surtout qu’en 76 les politiques voulaient démonter la planification communiste et qu’en 2000 ils veulent s’exonérer de leurs responsabilités et ne pas se faire dégager du pouvoir.

              mais sans aucun argument issu de ces prétendus « enseignements économiques »

              Relisez bien mon commentaire, il y a des arguments factuels qui sont très difficiles à démonter !
              Indice liberté économique – Classement des pays
              Indice liberté de la presse – Classement des pays
              Indice de la corruption – Classement des pays

              En dernier il reste l’observation pratique : Dans un cadre d’état de droit, les « multiplicateurs keynésiens » et les systèmes dirigistes nous auraient tirés d’affaire depuis longtemps s’il avaient la moindre pertinence. Or c’est exactement le contraire qui se produit : ils se cassent tous la gueule.

              Où est la rigueur ?

              On est en France, un pays où les gens ont autant de connaissance en économie qu’un cure-dent. Ils sont largués dès le sous-titre et c’est donc un article de généralités, pas une démonstration rigoureuse. De nombreuses analyses économiques et sociales rigoureuses sont disponibles dans des dizaines d’ouvrages.

            2. Un prix Nobel est un formidable titre. Il permet à son possesseur de parler de tout et n’importe quoi avec l’assurance d’avoir un auditoire et peu de contradicteurs frontaux.
              Arrêtez de brandir ces titres comme garants de qualité et de véracité.

              Joseph Stiglitz a eu le prix Nobel d’économie en 2001 pour ses travaux sur l’asymétrie d’information en matière économique, un thème qui a fait de lui un des fondateurs de l’économie de l’information.
              Il a ensuite fait siens des sujets comme les causes et conséquences des inégalités, la persistance du chômage, la fréquence des crises financières…etc mais ce n’est pas pour cela qu’il a eu le prix Nobel. Il se sert de ce titre pour pousser en avant ses convictions idéologiques et leur donner du poids. https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_E._Stiglitz

              Paul Krugmann a eu le prix Nobel d’économie en 2008 pour avoir montré « les effets des économies d’échelle sur les modèles du commerce international et la localisation de l’activité économique ». Il est par ailleurs impliqué dans la lutte des inégalités, s’est opposé aux programmes économiques des Républicains (US), (bref, un « liberal » càd socialiste aux US). Economiste keynésianiste comme Stiglitz, il se sert lui aussi de son titre pour appuyer ses crédos idéologiques. https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Krugman

              L’économie est un domaine très vaste avec de nombreuses spécialités et sous-spécialités. Etre compétent et novateur dans une spécialité ne vous donne pas automatiquement les compétences dans une autre spécialité du même domaine (économie dans le cas présent). Si un médecin chercheur obtenait le prix Nobel de médecine pour, par ex, « la découverte de cellules qui permettent au cerveau de se positionner dans l’espace » (Nobel Médecine 2014), est-ce que cela le rend automatiquement compétent pour soigner un cancer de la vessie, donner un avis sur une prothèse de hanche, traiter une sclérose en plaque ou juger de recherches sur une nouvelle thérapie contre les infections causées par des parasites nématodes par ex (Nobel Médecine 2015)? Je ne crois pas. C’est pourtant ce que vous faites en adoubant Stiglitz et Krugmann pour tout ce qu’ils peuvent dire sur des sujets éloignés des domaines où ils ont été primés.

              Un prix Nobel n’est qu’une reconnaissance de la qualité et du caractère innovant d’un travail réalisé dans un domaine précis. Ce n’est en aucun cas une validation de toutes les élucubrations que pourra proférer par la suite son détenteur.

          2. Ensuite vous avez très mal lu mon commentaire selon un prisme idéologique. J’ai bien précisé que je commentais la forme, les 6 raisons données par l’auteur ne me choquent pas.

            Ainsi pour l’effet Laffer que je dis être une plaisanterie, vous enquillez directement en supposant que je veux absolument un impôt progressif bien spoliateur… L’ais-je dis ? non nulle part. L’effet Laffer n’est qu’une simplification car les économistes l’admettent ils ne connaissent ni sa forme, ni le taux de son optimum (sommet) donc ce n’est qu’une jolie image qui dit « trop d’impôt tue l’impôt » Oul lala ! on le dit depuis au moins l’empire Romain…

            1. Ainsi pour l’effet Laffer que je dis être une plaisanterie, vous enquillez directement en supposant que je veux absolument un impôt progressif bien spoliateur

              Oui mais non, les mots ont un sens. Si vous dites que la théorie de la terre ronde est une « plaisanterie » j’embraie effectivement directement sur une supposition pas très…flatteuse pour vos connaissances scientifiques.

              Si vous vouliez dire que la terre a en fait plutôt une forme de patatoïde (ce qui est vrai), il faut utiliser un autre langage que la négation globale et encore moins réutiliser des slogans des partisans de la terre plate.

              La négation pure et simple de la théorie de Laffer (« plaisanterie ») est un pur slogan socialiste, il est raisonnable de penser que vous avez pris tout le pack avec.

              1. C’est presque fatiguant cette façon superficielle de lire mais doute est il inévitable que le lecteur apporte son angle de lecture.

                Je ne nie pas la sagesse populaire qui dit que l’impôt tue l’impôt, J.B Say le disait déjà. Ce que je nie c’est que l’effet Laffer soit plus que cette phrase.
                Pour que l’effet Laffer soit effectif il faudrait que sa théorie indique précisément à quel taux l’impôt commence à rapporter de moins en moins puisque sa courbe à une forme de cloche. Or ce n’est pas le cas.
                Dans la réalité la courbe est elle très plate ou très pointue ? Y a t’il un plateau ? Quelle est les pentes de depart etc…
                L’effet Laffer est un aphorisme pas une théorie permettant de faire des prédictions. Utiliser l’effet Laffer comme une « démonstrations » est bien une plaisanterie.

                1. montaudran; C’est presque fatiguant cette façon superficielle de lire

                  Non, j’ai critiqué la forme, vous ramenez le fond parce que j’avais bien compris ce que vous vouliez défendre…

                  montaudran: L’effet Laffer est un aphorisme pas une théorie permettant de faire des prédictions

                  Sophisme.
                  Une bougie va réchauffer le contenu d’un bol, mais sans informations supplémentaires on est aussi incapable de faire des prédictions.

                  La théorie de Laffer impliquerait une quantité d’information considérable et des mesures extraordinairement difficiles pour dégager son effet du « bruit ». Ce problème se retrouve dans nombre de science humaine et sociale comme biologique. Ça ne transforme pas non plus toutes ces théories en « plaisanterie ».

                  montaudran: Pour que l’effet Laffer soit effectif il faudrait que sa théorie indique précisément à quel taux l’impôt

                  Sophisme,
                  Des tas d’effets sont parfaitement effectifs en science humaine et sociale sans qu’on puisse les caractériser mathématiquement.

                  Ce que je nie c’est que l’effet Laffer soit plus que cette phrase.

                  Ma théorie à moi c’est que vous avancez sous écran de fumée comme votre défense de « Nobel » comme Stiglitz le montre.

  7. En fait on peut limiter à 2 choses:

    1-Augmentation de la flexibilité: en fait pouvoir virer facilement un employé, ce qui enlève un frein considérable à l’embauche.
    2-Diminuer le poids de l’état et assimilés, dans le fonctionnement(administratif, politique) et dans ses fonctions(en privilégiant le régalien).
    au final on aboutira à une baisse des impôts, taxes et charges diverses

  8. La fin du chômage : suppression du salariat au profit du contrat indépendant et flat tax avec base négative.

  9. dommage qu il n y ait pas le moindre element de preuve pour justifier chaque point. Meme si on peu intuitivement penser que le point X joue, c est autre chose de pouvoir le demontrer.
    Sinon l auteur oublie un point majeur: notre politique lapiniste. SI on arretait de subventionner les gens pour faire des gosses, on aurait moins de chomeurs 20 ans plus tard (surtout si on considere que les gens les plus sensibles a l appât des alloc sont ceux qui sont les moins éduqués et dont les enfants ont le plus de chance d etre aussi peu educqué->chomeur)

    PS: l auteur oublie completement l impact social des mesures. SI vous payez les gens 500 €/mois et qu ils sont virable du jour au lendemain vous allez au devant de pas mal d ennui: au mieux vous allez avoir des gens completement demotives et je m en foutiste. AU pire des emeutes et la necessite de vivre dans des quartiers proteges comme au bresil

    1. Les gens sont presque « virable du jour au lendemain » en Suisse et il n’y a pas de SMIC :
      3.8% de chômage de jeunes (25% en France), aucune émeute, aucune zone de non-droit (750 en France), salaire moyen de 5200 euros (2100 euros en France), une caissière débutante commence à 3000 euros (Plus qu’un ingénieur débutant en France). Et non, ils ne sont pas tous banquiers, seuls 2,2% des emplois sont dans le secteur bancaire.

      Croire que vous allez favoriser le mariage en rendant les divorces presque impossible c’est stupide et ça marche pareil pour l’emploi.

      SI on arretait de subventionner les gens pour faire des gosses, on aurait moins de chomeurs 20 ans plus tard

      Il faut se tenir informé au moins une fois tous les 200 ans : c’est parce que la pyramide des âges se tasse justement que le système de retraite par répartition lâche et c’est parce que la France régule et taxe à mort qu’il y a du chômage:

      Sur 148 pays, la France est classée:

      -134ème pour les prélèvements obligatoires.
      -130ème place pour le poids global des réglementations.
      -134ème pour le taux d’imposition en pourcentage des profits,
      -127ème pour les incitations fiscales à travailler
      -137ème pour les réglementations liées au fait d’entreprendre.
      -117ème pour la flexibilité.
      -144ème pour les règles trop strictes encadrant les licenciements.
      -137ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé,
      -135ème pour la dette publique,
      -135ème pour les relations conflictuelles entre entrepreneurs et salariés

      SI vous payez les gens 500 €/mois et qu ils sont virable du jour au lendemain

      La plupart des Français ont des connaissances en économie lamentable, mais vous êtes un des pires. Vous avez quel âge ?

      Un salaire est la rencontre de la rentabilité d’un poste et d’une offre et d’une demande, chaque situation est différente, les inscrire dans la loi ne peut qu’aboutir à une situation catastrophique.
      Les 25% de jeune chômeur par exemple sont le fruit du SMIC, mais aussi de la fiscalité et de la réglementation.

      1. Bonjour,

        Même commentaire que j’ai déjà fait une fois sur la comparaison France/Suisse. Il ne faut pas comparer uniquement le salaire…. Par exemple le fait que vous disiez qu’une caissière commence à 3 000€ et que ce salaire est aussi élevé que celui d’un ingénieur n’a pas de sens. Je pourrai faire la même comparaison en prenant une caissière française à 1 200 € et dire que c’est le salaire d’un ingénieur au Rwanda.
        Avec cette comparaison, vous vous tirez une balle dans le pieds car elle est trop facilement démontable 😉

        1. Donc il y aurait le même écart de développement entre la Suisse et la France qu’entre le Rwanda et la France ?
          Si vous pensez que non, alors vous n’avez pas démonté la comparaison.

          1. Aucun rapport, je ne parle pas du développement entre deux pays.

        2. Et j’ai déjà démonté votre critique :
          Le pouvoir d’achat est plus élevé en suisse (2eme Européen à 36’000 euros, la France étant 9eme avec 19’000 euros) et en plus les ingénieurs français ne commencent pas tous à 3000 euros en France, dans le génie civil c’est 2620 euros par exemple en moyenne.

          La comparaison destinée à montrer que la régulation des salaires est idiote est tout à fait pertinente. On a affaire a un type qui s’imagine que sans cette régulation tout le monde serait à 500 euros: le zéro absolu en savoir économique.

          Il ne faut pas comparer uniquement le salaire….

          Il faut surtout ne pas lire qu’une seule ligne de mon commentaire.

          1. Alors pourquoi ne pas parler directement du pouvoir d’achat ? Le salaire n’en est qu’un composant (certes majeur).

            Après je suis totalement d’accord que la régulation des salaires apporte uniquement un nivellement par le bas de ces derniers. Elle enfermant les personnes dans la catégorie SMIC, elle casse le niveau des prix du travail (qui comme tout prix sert d’indicateur). Bref, ce dernier est en partie responsable de la baisse du pouvoir d’achat en France.

            Le fait que je m’attarde sur la comparaison du salaire n’implique pas que je n’ai lu tout le commentaire, juste que je trouvais cette partie n’apportait pas grand.

            1. Eric: Alors pourquoi ne pas parler directement du pouvoir d’achat ?

              Parce qu’on parle à des demeurés en économie.

              Ils évoquent les « salaires » en s’imaginant que sans une loi soviétique tout le monde va être payé 500 euros. Si j’embraie sur le « pouvoir d’achat » plutôt que de rester sur une comparaison frappante entre les salaires je perds la moitié de leur capacité de concentration et ils décrochent à la virgule suivante.

      2. Je vis en suisse, donc je connais 😆
        C est vrai qu une caissiere chez lidl suissd gagne plus qu un inge francais. Par contre le cout de la vie n est pas le meme et un salaire net ne signifie pas la meme chose (secu privee)
        Sinon penser que la reussite suisse est due juste a l absence de smic et au licenciement facile me parait tres tres reducteur.
        Mettez toutes les lois suisse en france et vous n aurez pas les memes resultats car la mentalite est differente. Par ex la france marche a la confrontation alors que la suisse c est le consensus.

        Tiens juste une anecdote:A Geneve les transports en commun ont recrutes beaucoup de francais (et pas que comme chauffeurs). A priori bonne operation car les gens acceptent des salaires plus faibles . Probleme, ils ont aussi importe le management a la francaise et les greves dures…. pas sur que les TPG aient finalement fait une bonne operation

        1. Par contre le cout de la vie n est pas le meme

          Posté plus haut: Le pouvoir d’achat est plus élevé en suisse (2eme Européen à 36’000 euros, la France étant 9eme avec 19’000 euros)

          Mettez toutes les lois suisse en france et vous n aurez pas les memes resultats car la mentalite est differente.[…] Probleme, ils ont aussi importe le management a la francaise et les greves dures…. pas sur que les TPG aient finalement fait une bonne operation

          Là, vous n’avez pas tort du tout. 😉

          Je penses quand même que ces lois changeraient radicalement l’économie française dans un premiers temps. Par contre, pour ne pas retomber dans les mêmes travers il faudrait empêcher que les élus rechangent les lois sous la pression de syndicats marxistes coincé au 19eme siècle. Il faudrait donc aussi la démocratie semi-directe.

  10. Les causes du chômage sont essentiellement: la fiscalité personnelle progressive, la fiscalité des entreprises et le poids des charges sociales. Les autres raisons évoquées sont insignifiantes en terme d’impact sur le chômage. Et tout ça se résume en France à 57% de dépenses publiques et 47% de prélèvements obligatoires. Donc pour diminuer le chômage il faut drastiquement baisser de 100 à 200 milliards par an les dépenses publiques et les prélèvements obligatoires. Voir ce qu’a fait Cameron au RU où il a supprimé 600.000 emplois de fonctionnaires ce qui au final a abouti à la création de 1.200.000 emplois dans le privé.

    1. Nul ne peut contester que la problématique endémique du chômage est liée à l’importance des charges qui grèvent les entreprises et les entrepreneurs.

      En France, le système des prélèvements étatiques abusifs n’est pas compatible avec l’ouverture de nos frontières et à la libre concurrence. Nos entreprises ne sont plus compétitives face à des entreprises étrangères dont les charges sont moindres.

  11. Il est urgent de virer les trous du cul actuels. Pourquoi espérer en 3 mois alors qu’ils sont à la tête du pédalo depuis 5 ans ? DEHORS et VITE !!!😡

    1. Le problème c’est que les guignols qui arrivent ne se distinguent que par la vitesse de l’aggravation de la situation de la France.

      Entre les mous comme Juppé qui vont laisser l’état continuer à cancériser la société civile et les étato-constructivistes qui vont y aller à grand coup de pelles dans la nuque, la seule différence tient à cette vitesse.

Les commentaires sont fermés.